Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/08/2015

Un empereur de légendes !...

Les éditions Perrin publient cette semaine un livre de Sylvain Gouguenheim intitulé Frédéric II - Un empereur de légende. Médiéviste et spécialiste de l'Allemagne, Sylvain Gouguenheim a publié une étude sur les Chevaliers teutoniques et est également l'auteur de Aristote au Mont Saint-Michel - Les racines grecques de l'Europe chrétienne (Seuil, 2008), ouvrage qui avait provoqué une violente polémique au moment de sa sortie... Ce livre ne manquera pas d'intéresser ceux qui ont découvert cet extraordinaire empereur ("Le premier Européen selon mon goût" a écrit Nietzsche) au travers du récit que lui a consacré Benoist-Méchin ou de la monumentale biographie d'Ernst Kantorowicz.

Frédéric II de Hohenstauffen : un empereur de légendes

" Frédéric II Staufen (1194-1250), l'empereur qui stupéfia le monde, selon les mots d'un chroniqueur contemporain, exerça son pouvoir dans une époque riche en mutations. Au cours d'un règne tumultueux, il déploya des qualités qui le placent parmi les souverains les plus fascinants de toute l'histoire médiévale occidentale. Héritier des rois normands de Sicile et des souverains germaniques, ce monarque réformateur et d'une volonté de fer apparaît comme l'une des figures majeures du Saint Empire.
Dominant l'Allemagne, l'Italie et le royaume de Jérusalem, son objectif fut partout et toujours le même : exercer et défendre les droits royaux et impériaux, en usant avec souplesse des possibilités offertes par les situations locales. Les réussites, réelles, du règne ne masquent pourtant pas ses difficultés et ses échecs. Frédéric II se heurta à la révolte de son premier fils, Henri. En butte à l'opposition radicale de la papauté, il fut excommunié, puis, déclaré parjure et hérétique, il fut déposé par Innocent IV.
Par ce travail basé sur des archives aussi bien allemandes qu'italiennes et françaises, et en délaissant le mythe comme la psychologie supposée du personnage, mais en s'attachant à étudier le règne, sans a priori ni anachronisme, Sylvain Gouguenheim dresse le portrait renouvelé d'une figure médiévale d'exception. "

03/11/2012

Le conflit du Trône et de l'Autel...

La Nouvelle Revue d'Histoire est en kiosque (n° 63, novembre - décembre 2012).

Le dossier central est consacré au conflit du Trône et de l'Autel. On peut y lire, notamment,  des articles de  Bernard Fontaine ("Le choc des deux glaives au Moyen Age" ; "Frédéric II de Hohenstaufen"), de  Charles Vaugeois ("Luther, la Réforme, l'Allemagne et la France"), d'Aimé Richardt ("La longue histoire du gallicanisme") et de Philippe Conrad ("1905 : la séparation de l'Eglise et de l'Etat").

Hors dossier, on pourra lire, en particulier, un entretien avec l'historien et professeur de sanskrit Michel Angot ("L'Inde, une civilisation ignorée") et  des articles de Philippe d'Hugues ("Pierre Benoît et ses quarante romans") et de Jean-Joël Brégeon ("Un homme de l'ombre : Georges Albertini") ainsi que la chronique de Péroncel-Hugoz.

 

NRH 63.jpg

26/10/2012

Soixante jours qui ébranlèrent l'occident...

Les éditions Robert Laffont rééditent dans leur collection Bouquins Soixante jours qui ébranlèrent l'Occident, le chef d'oeuvre de Jacques Benoist-Méchin consacré à la défaite de la France en juin 1940 face à l'Allemagne. Historien, écrivain, connaisseur du monde arabe et homme d'engagement, Jacques Benoist-Méchin est l'auteur d'une oeuvre importante qui a fort opportunément été rééditée ces derniers mois. On trouvera ainsi sans difficultés ses souvenirs, intitulés A l'épreuve du temps, aux éditions Perrin , ainsi qe sa série de biographies, chez Omnibus, consacrée à ces personnages qui ont rêvé d'une rencontre de l'Orient et de l'Occident, d'Alexandre le Grand à Lawrence d'Arabie en passant par Bonaparte en Egypte ou l'inoubliable Frédéric de Hohenstaufen ("Jamais plus l'Aigle de Souabe ne tracerait ses orbes dans le ciel."...).

Soixante jours.JPG


"Cet ouvrage de Jacques Benoist-Méchin reste un des classiques de l'historiographie contemporaine. Publiée en 1956, c'est la première étude de fond consacrée à ce qu'on appelle la « campagne de France », autrement dit la brève période, entre le 10 mai et le 10 juillet 1940, qui vit les armées françaises s'écrouler devant l'ennemi et avec elles la nation tout entière. Jamais une grande puissance militaire n'avait étéécrasée aussi vite et de manière aussi inexorable depuis la campagne-éclair de Napoléon contre la Prusse en 1806. En moins de dix semaines, une des puissances qui dirigeaient le monde fut ainsi littéralement balayée de la scène politique.
L'auteur relate au jour le jour cette tragédie en évoquant simultanément la situation politique et la situation militaire. Son ouvrage est le premier à avoir offert une synthèse aussi minutieuse et documentée de ces événements dramatiques. Benoist-Méchin fait ici pleinement oeuvre d'historien, en dépit de ses engagements politiques qui l'ont conduit à prendre parti en faveur de la collaboration.
Dans sa préface, il explique en ces termes sa démarche : « Il n'est pas un Français qui n'ait vécu ce drame au plus profond de lui-même. « Aussi ne faut-il pas s'étonner si le souvenir de ces journées hante encore les esprits et si des millions d'individus continuent à se demander : « Comment un tel désastre a-t-il été possible ? Comment toutes ces choses ont-elles pu arriver ? »
Ces questions, leur a-t-on apporté, jusqu'à ce jour, une réponse satisfaisante ? Il faut reconnaître que non. L'ampleur de l'enjeu, la violence des passions, l'enchevêtrement des intérêts, le caractère des protagonistes, l'interdépendance des facteurs politiques et militaires, tout contribuait à faire des journées de mai, juin et juillet 1940 une sorte de no man's land ou l'on ne s'aventurait qu'avec précaution.
Pour entourer notre travail de toutes les garanties désirables, nous avons consultéà peu près tous les témoignages français et étrangers ayant trait à ce sujet. Jamais nous n'avons cité une phrase ou un chiffre sans fournir sa référence.
Il nous est apparu que le seul fait de situer les événements à leur vraie place et de leur restituer leur véritable physionomie suffisait à leur conférer un aspect nouveau, différent des thèses généralement admises. »
Même si certaines données apparaissent aujourd'hui erronées en raison des nouvelles informations dont on dispose, ce récit historique demeure remarquable de précision, de rigueur, et s'impose par la qualité de son écriture comme par sa finesse d'analyse. Il constitue toujours un modèle du genre."

09/09/2011

A l'épreuve du temps...

Les éditions Perrin viennent de rééditer les souvenirs de Jacques Benoist-Méchin, intitulés A l'épreuve du temps. Il faut espérer que cette réédition incitera ses lecteurs à (re)découvrir l'oeuvre historique de ce superbe écrivain : les grandes fresques comme Histoire de l'armée allemande et Soixante jours qui ébranlèrent l'Occident ou les biographies comme Mustapha Kémal, Ibn Séoud, Lawrence d'Arabie et l'inoubliable Frédéric de Hohenstaufen ("Jamais plus l'Aigle de Souabe ne tracerait ses orbes dans le ciel."...).

 

A l'épreuve du temps.jpg

 

"Intellectuel, homme politique, écrivain et historien, Jacques Benoist-Méchin (1901-1983) est l’une des figures les plus énigmatiques du XXe siècle. Cet ouvrage, enrichi d’une présentation inédite d’Eric Roussel, réunit pour la première fois les trois volumes de ses Mémoires.

« Peu d’itinéraires, écrit Eric Roussel dans sa préface, auront été, au XXe siècle, aussi complexes et a priori inexplicables que celui de Jacques Benoist-Méchin. En 1922, quand jeune homme ivre de poésie, de musique et de littérature, il rendait visite à Marcel Proust au Ritz, il eût été difficile d’imaginer que tout en poursuivant une oeuvre historique il se ferait successivement l’apôtre d’une collaboration à outrance avec l’Allemagne pendant la guerre, puis l’avocat enthousiaste d’un rapprochement entre l’Europe et le monde musulman. Le mystère semble d’autant plus entier que, même aux pires moments de son errance, Benoist- Méchin se distingua toujours par une certaine dignité. »

Les souvenirs qu’a rédigés Benoist-Méchin sous le titre A l’épreuve du temps, publiés après sa mort en 1983, fournissent pour une part la clé de l’énigme d’une personnalité aux dons exceptionnels. Enfant unique et choyé, mais hanté par un frère mort-né, il cède au vertige de son époque. En 1936, les jeux Olympiques de Berlin marquent le début de sa fascination pour le national-socialisme, au point que cinq ans plus tard il est, auprès de Pierre Laval, secrétaire d’Etat chargé des rapports franco-allemands. Condamnéà mort en 1947, il est gracié et libéré en 1954. Il entame alors une nouvelle carrière d’historien, avec des biographies très remarquées de Lawrence d’Arabie, Cléopâtre, Alexandre le Grand, Frédéric de Hohenstaufen... et d’expert du monde arabe, qu’il parcourt en tous sens, chargé souvent de missions officieuses par le gouvernement français. En 1959, il publiera d’ailleurs un ouvrage au titre prémonitoire : Un printemps arabe. Benoist-Méchin est l’un de ces personnages de l’Histoire qui suscitent les controverses les plus passionnées. Mais la valeur de ses souvenirs, d’une écriture magistrale et plus captivants que maints romans, est incontestable, et capitale pour la compréhension du siècle des totalitarismes.

Eric Roussel, qui a rencontré Benoist-Méchin à plusieurs reprises, a préfacé et annoté cette nouvelle édition de A l’épreuve du temps. Il est lui-même l’auteur de biographies de Georges Pompidou, Jean Monnet, Pierre Mendès France, Charles de Gaulle et Pierre Brossolette."