Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/05/2014

Lazaret...

Les éditions L'Age d'Homme ont eu la bonne idée de rééditer, dans leur collection Revizor, Lazaret, un roman d'anticipation sombre d'Alain Paucard, qui avait été publié initialement en 1990. Nous reproduisons ci-dessous la recension que Christopher Gérard lui a consacré sur le site de Causeur.

Anar de droite et ronchon, Alain Paucard est un polémiste, amateur de vieille pierre et de chanson française, à qui l'on doit, entre autres, Les criminels du béton (Les Belles Lettres, 1991), La crétinisation par la culture (L'Age d'Homme, 2000), Tartuffe au Bordel (Le dilettante, 2013), La France de Michel Audiard (Xénia, 2013) ou encore Paris, c'est foutu ! (Jean-Cyrille Godefroy, 2013). 

Lazaret.jpg

La résurrection de Lazaret

Auteur d’un Manuel de résistance à l’art contemporain, des Carnets d’un obsédé et d’une trentaine d’autres romans et pamphlets, Alain Paucard (XIVème arrondissement) est aussi le président à vie du Club des Ronchons, dont firent partie Pierre Gripari et Jean Dutourd. Ce chantre du Paris populaire et des filles de joie, cet admirateur de Guitry et d’Audiard s’était amusé naguère à composer une sorte d’uchronie, que réédite L’Age d’Homme  - louée soit Son infinie sagesse.

Sous les oripeaux de la série B transparaît le conte philosophique, pas vraiment rousseauiste, même si, dans une autre vie, l’auteur fut proche du Komintern (ou quelque chose d’approchant). Dans un Paris à peine futuriste où règne un strict apartheid spatial, le quartier de la Défense, qui symbolise l’enfer sur terre (Le Corbusier et consorts étant considérés par l’auteur comme des criminels de béton) est devenu une sorte de ghetto – le lazaret – réservé non aux lépreux mais aux héroïnomanes, parqués manu militari et livrés au pouvoir de kapos sans scrupules. Trois castes y coexistent ( ?) : les maîtres, qui contrôlent la poudre obligeamment fournie par le Ministère de la Santé ; les esclaves, qui travaillent et les larves, qui meurent. Le lecteur y suit à la trace trois nouveaux-venus, raflés par la police et transportés dans cette jungle urbaine où règne la force brute.

C’est peu dire que Paucard jubile quand il décrit, dans une langue ferme et emplie d’un tranquille cynisme, les atroces jeux de pouvoir qui se déroulent dans ce lazaret. Pourtant, le destin veille et l’horrible pyramide vacille. Unhappy end garantie. Sacré Paucard !

Christopher Gérard (Causeur, 26 avril 2014)

 

21/04/2012

Heptagone !...

Sept ans après son génial roman archéo-futuriste Forteresse, Georges Panchard revient avec Heptagone, publié aux éditions Robert Laffont dans la collection de SF Ailleurs & demain, qui prolonge et complète le précédent tout en pouvant se lire de façon parfaitement indépendante. A se procurer d'urgence !...

Heptagone.jpg

"Dans le contexte de la mondialisation, les " transnationales " sont devenues de véritables féodalités. Entre elles la lutte n'est pas seulement économique, mais prend un caractère mafieux qui se traduit volontiers par l'assassinat de leurs dirigeants. La sécurité, tant informatique que physique, devient un enjeu essentiel, et les transnationales disposent de véritables armées privées comme celle que dirige Clayborne pour le compte de Haviland Corporation et de Mannering. Les Japonais recourent pour leur part aux services de ninjas discrets jusqu'à l'invisibilité, tel Haruki Miyagawa. Partout, les intégrismes gagnent du terrain, au point d'aboutir en Amérique à un coup d'Etat des fanatiques de la Bible. L'Union (UABS: Union of American Biblical States) utilise le meurtre comme arme de conversion, via les Archanges, redoutables tueurs qui liquideront Jack Barstow, dissipateur, c'est-à-dire spécialiste du changement d'identité, profession discrète, lucrative et dangereuse. Fuller dirige les services de sécurité, FBI et CIA confondus, dans une même organisation. Mitchell, artiste peintre en bondieuserie, et pesant bien ses deux cents kilos, sera le cobaye d'une ingénieuse méthode d'assassinat. Une grande majorité d'Américains sont devenus obèses, au point que le poids s'est mué en symbole de l'adhésion aux valeurs de l'Union : c'est le SAM, Standard Américain de Morphologie. Des centaines de milliers d'Américains fuient l'Union et se réfugient d'abord au Canada puis en Europe : ils seront déchus de la nationalité américaine. Ainsi Sherylin Leighton, réfugiée à Londres. En Europe, l'islam se montre de plus en plus insistant, à la fois du fait de la démographie, de l'islamisme qui se développe sous l'influence de pays musulmans et de prêcheurs de plus en plus radicaux ainsi qu'à la faveur de législations antiracistes dont la tolérance lui est bénéfique. L'intervention appuyée des islamistes dans les politiques européennes et la visibilité de leur présence, qui virent à l'arrogance, suscitent une réaction violente. Celle-ci prend d'abord la forme d'attentats terroristes antimusulmans isolés, puis celle d'une guerre civile atroce, la Correction, qui durera quatre ans et conduira à l'expulsion ou à la fuite d'Europe de tous les Maghrébins et Africains dans des conditions épouvantables. L'Eglise catholique elle-même n'est pas à l'abri de ces dérives. Elle assassine en toute bonne foi et conscience, avec ou sans absolution, jusque dans un couvent, comme le découvre Gianna Carrara, policière italienne. Sept destins enchevêtrés, suivis sur plusieurs décennies, dressent, dans une atmosphère de thriller, le tableau d'un avenir aussi angoissant que passionnant. La technique littéraire de Panchard, fort originale et déconcertante à première vue, qui éclate sa description en scènes dispersées dans le temps et l'espace, a toute la précision d'une montre suisse. Même si Heptagone peut en principe se lire indépendamment de Forteresse et lui constitue même une passionnante introduction, les deux romans se complètent. Forteresse est situé pour l'essentiel sur deux années : 2038 et 2039, tandis qu'Heptagone s'étale sur au moins sur trois décennies."