Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/02/2010

Gérard Delteil se paie Daeninckx !

Le romancier Gérard Delteil, auteur de nombreux polars et, notamment d'un polar géopolitique vigoureusement anti-américain, Les pilleurs de Bagdad (L'Archipel, 2003), a eu l'amabilité de nous adresser ce commentaire sur la note consacrée à Dider Daeninckx :

Delteil.jpg
 
"Daeninckx en effet s'est fait une spécialité de s'attaquer de préférence aux faibles. Jamais il ne s'en est pris à Gallimard qui compte nombre d'auteurs d'extrême-droite à son catalogue : ADG, Dantec entre autres.
On peut noter deux choses dans sa lettre ouverte à Baleine :
-Elle attaque perfidement au passage Quadruppani, bête noire de Daeninckx, dans un amalgame dont il s'est fait une spécialité.
-Parmi les signataires, on trouve Maud Tabachnik, auteure dans une collection de Baleine - Club Van Helsing - d'un roman pour ados grossièrement raciste. Ce qui n'avait pas attiré l'attention de notre détective Daeninckx.
 
Gérard Delteil
Ecrivain"

03/02/2010

Stalker dissèque le métacortex de Dantec !...

Stalker livre la première critique de Métacortex, le dernier roman de Maurice G. Dantec, publié chez Albin Michel.

Métacortex.jpg
 
A propos de Métacortex
 
Curieuse, étrange même, fascinante malédiction que celle qui semble s'être abattue sur les livres les plus ambitieux de Maurice G. Dantec.
Ses romans, en règle générale, se lisent bien. Souvent même, ils se lisent trop facilement, cette particularité qui a été maintes fois reprochée au romancier constituant une signature pourtant claire que telle mégère acéphale n'est jamais parvenue à déchiffrer.
Cette facilité de lecture qui n'est qu'un leurre, tant fourmillent les pistes de réflexions, parfois de véritables fulgurances, tant est diversifiée, pour ce deuxième volume de la trilogie Liber Mundi, la matière capable d'être développée par une bonne demi-douzaine d'autres romans, cette facilité de lecture est bien incapable de se sustenter par ses propres forces. Arrive, tôt ou tard certes mais toujours, dans le cours de la narration, le moment où l'auteur essaie de nous montrer l'envers du décor (j'allais écrire, décorps, tant ce procédé concerne également la chair, retournée comme un gant, du personnage principal, simple vecteur d'une parole qui le fait éclater), surgit encore, brutalement, la volonté de transformation d'une réalité nous montrant sa véritable face.
Dantec n'écrit pas, comme l'affirment celles et ceux qui ne savent pas lire, des romans de science-fiction, des romans policiers ou bien encore, ambition affichée par la réclame, des livres qui parviendraient à marier plus ou moins subtilement les deux genres. Dantec écrit des livres pour affirmer qu'il ne sait pas écrire, que chacune de ses œuvres n'est qu'un échec ou un simple barreau de cette échelle sur laquelle Jean Gobi fait monter et descendre ses métaphores, comme montent et descendent les anges sur cette passerelle entre la création et la surnature selon la Genèse (28, 12). Si toute réalité, sans transfiguration esthétique, est purement pédestre, l'ambition de Dantec est de nous forcer à lever les yeux, comme Verlande, à la fin du roman, lève les yeux au ciel nocturne et y contemple l'inouï.
Dantec rêve du livre impossible, (lire la suite...)

21:52 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dantec, stalker, métacortex |  Facebook | Pin it! |

25/01/2010

L'Apocalypse selon Dantec !

Maurice G. Dantec, notre croisé de l'Occident sous amphétamines a ressorti son lance-flamme pour nous concocter, de son exil canadien, une suite à Villa vortex. Ce nouveau polar métaphysique, intitulé Métacortex, doit sortir début février aux éditions Albin Michel. On l'attend de pied ferme !...

Métacortex.jpg

 

"L’action se déroule aux alentours des années 2020, dans une époque où une vie vaut bien moins que les munitions servant à l’anéantir. Au Québec, dans un contexte de Jihad mondial, Verlande et Voronine, duo de flics de choc, partagent leur temps entre des enquêtes sur des tueurs de flics militarisés, des enlèvements d’enfants par une organisation pédophile, des attentats aux armes de guerre et des opérations de maintien de l’ordre visant à juguler le flot sans cesse croissant d’immigrés clandestins cherchant à débarquer sur le sol américain. Verlande, né en France, est le fils d’un Waffen SS émigré de longue date au Canada. Voronine, son cadet, est le petit fils d’un membre des commandos de marine soviétique. Deux flics en guerre contre tous. Où il apparaît que la Deuxième Guerre mondiale n’a jamais cessé et qu’elle atteint au contraire son point critique aujourd’hui, dans la société en réseau. Qui débarrassera le monde de ses vermines ? Style impeccable, teinté d’une ironie subtile, dialogues incisifs, intrigues complexes, stratifiées, personnages glacés, presque déshumanisés - mais diablement efficaces."