Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/01/2013

L'histoire africaine : mythes et manipulations ?...

La revue L'Afrique réelle publie un essai de Bernard Lugan intitulé Mythes et manipulations de l'histoire africaine. Avec ce livre, l'auteur, africaniste de réputation internationale, nous fournit un outil de réfutation de quelques uns des mythes qui alimente la repentance actuelle.

Le livre, qui ne sera pas diffusé en librairie, est disponible en ligne sur le site de Bernard Lugan.

 

Mythes et manipulations.jpg

"Depuis un quart de siècle les connaissances que nous avons du passé de l’Afrique et de l’histoire coloniale ont fait de tels progrès que la plupart des dogmes sur lesquels reposait la culture dominante ont été renversés. Cependant, le monde médiatique et la classe politique demeurent enfermés dans leurs certitudes d’hier et dans un état des connaissances obsolète : postulat de la richesse de l’Europe fondée sur l’exploitation de ses colonies ; idée que la France devrait des réparations à l’Algérie alors qu’elle s’y est ruinée durant 130 ans ; affirmation de la seule culpabilité européenne dans le domaine de la traite des Noirs quand la réalité est qu’une partie de l’Afrique a vendu l’autre aux traitants ; croyance selon laquelle, en Afrique du Sud, les Noirs sont partout chez eux alors que, sur 1/3 du pays, les Blancs ont l’antériorité de la présence ; manipulation concernant le prétendu massacre d’Algériens à Paris le 17 octobre 1961 etc. Le but de ce livre enrichi de nombreuses cartes en couleur, est de rendre accessible au plus large public le résultat de ces travaux universitaires novateurs qui réduisent à néant les 15 principaux mythes et mensonges qui nourrissent l’idéologie de la repentance."

 

Table des matières
 

Chapitre I – Nos ancêtres étaient-ils Africains ?
Chapitre II – Le « réchauffement climatique » est-il une menace pour l’Afrique ?
Chapitre III – Les anciens Égyptiens étaient-ils des Noirs ?
Chapitre IV – La Grèce est-elle fille de l’Égypte ?
Chapitre V – Le Maghreb est-il arabe ?
Chapitre VI – Les ethnies africaines ont-elles été inventées par les Blancs ?
Chapitre VII – La Traite négrière fut-elle une « invention diabolique » de l’Europe ?
Chapitre VIII – Les Noirs sont-ils les premiers habitants de l’Afrique du Sud ?
Chapitre IX – La colonisation est-elle de droite et l’anticolonialisme de gauche ?
Chapitre X – L’Empire colonial a-t-il enrichi la France ?
Chapitre XI – L’Algérie fut-elle un boulet pour la France ?
Chapitre XII – Les Algériens se sont-ils unanimement dressés contre la France entre 1954 et 1962 ?
Chapitre XIII – Apartheid mérite-t-il d’être devenu un « mot-prison » ?
Chapitre XIV – Y eut-il un massacre d’Algériens le 17 octobre 1961 à Paris ?
Chapitre XV – La France serait-elle complice du génocide du Rwanda ?

27/10/2011

«Puissance» : mot tabou ?...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Pierre Deplanche, cueilli sur le site Infoguerre et consacré à la disparition du concept, et même du mot, dans le débat publique...

Puissance.jpg

 

«Puissance» : mot tabou ?

Pourquoi ne parle-t-on plus de puissance aujourd’hui en France ? Le thème n’est, à ce jour, porté par aucun des candidats à la présidence de la république. Les problèmes qui se posent à la France sont pourtant légions. Suffirait-il d’affirmer que l’amoindrissement de la France dans certains domaines, ou en tout cas de la perception que nous en avons – qui est bien souvent celle que des « déclinologues » forgent pour nous et nous distillent – peut nous conduire à intégrer définitivement l’idée que toute prétention de ce pays à l’augmentation de sa puissance est illusoire ?  Que le mot « puissance » en ce qui concerne l’hexagone ne saurait s’utiliser qu’affublé d’épithètes comme « moyenne » ou « régionale » ? Que l’heure est venue pour des pays comme le nôtre d’accepter un rôle subalterne, que c’est là le cycle « naturel » des cultures constitué d’apogées et de déclins et que l’avenir signifie la décroissance ? Ce tableau d’un pays qui a fait civilisation et qui se retire du monde comme on part en retraite porte en soi les germes de la « dé-puissance » et élimine jusqu’à la simple utilisation  ordinaire du terme « puissance ».

Le thème de la puissance nationale est devenu honteux. Au-delà du thème lui-même, c’est l’idée même de puissance qui semble repoussante car elle reste associée à tout ce qu’un pays comme la France a pu commettre pour se hisser au rang où elle est parvenue aujourd’hui. La puissance ne serait finalement que le résultat de la coercition, du pillage, de la négation de l’autre spolié de ses droits et de ses richesses. La puissance et l’influence françaises ne se sont pas construites que sur des guerres et le colonialisme. Ce sont pourtant ces événements, indubitablement éléments constitutifs de puissance, que la mauvaise conscience collective retient encore aujourd’hui (et que certains cercles intellectuels entretiennent par héritage et tradition politique) au point qu’il est aujourd’hui encore très politiquement correct de ne pas même employer le terme « puissance » pour figurer le rôle et le rang de la France dans le monde.

La culpabilité cultivée et diffusée par la bien-pensance hexagonale ne trouve pas forcément un équivalent dans d’autres cultures ; certainement pas dans celles qui n’ont pas renoncé à l’augmentation de leur puissance. En tout état de cause, la culpabilité ne se manifeste pas de façon identique. Là où, par exemple, le gouvernement français a cherché à la fin des années soixante-dix à « adoucir » la Marseillaise en en ralentissant le tempo, tentant par là de la faire passer de chant révolutionnaire à anthem à l’anglo-saxonne, jamais les gouvernements américain et allemand n’envisagèrent de modifier respectivement Star Sprangled Banner ou encore Deutschland über Alles, hymnes aux accents pourtant guère moins menaçants et hégémonistes que la Marseillaise, même si dans le dernier cas quelques voix allemandes s’étaient élevées pour souhaiter des paroles moins agressives. Ces deux Etats ont leurs propres comptes à régler avec l’Histoire. Pour autant, ils n’ont jamais cessé d’être en recherche de puissance. Power, voire potency, sont, aux Etats-Unis, d’un emploi fréquent et utilisés de façon décomplexée, que ce soit pour évoquer les marchés conquis par les entreprises américaines ou la stratégie d’influence au niveau internationale de l’administration en place.

Pourquoi le mot « puissance » n’est-il plus employé  en France? Est-ce le sentiment que nous semblons développer collectivement de ne plus compter dans le monde qui fait que nous générons un complexe conduisant à une autocensure au point où le mot devient presque tabou ? A « puissance » et au champ lexical qui lui est associé, nous avons substitué «développement économique», «croissance économique », etc. Or, la croissance n’est pas la puissance, surtout lorsque le politique, dans un oxymoron inspiré, parle de « croissance 0 ». Nous avons manifestement remisé l’idée de puissance. Nous avons purement évacué la dénomination de son avènement et par là, sa réalité.  La France n’a plus de politique de puissance parce qu’elle n’a tout bonnement plus de vision de sa puissance.  Elle ne la dit plus parce qu’elle ne la conçoit plus. A l’inverse, comme elle ne la conçoit pas comme une idée au sens presque philosophique du mot, elle ne peut lui donner sa légitimité lexicale, donc d’existence. L’incapacité à dire la puissance manifeste son oblitération.

Comment l’usage du mot en est-il venu  peu à peu à disparaître ? Sous la pression d’une bien-pensance consensuelle rongée par la culpabilité, à cause de la représentation que nous avons de nous-mêmes mais également en raison du regard  que des autres nations moins puissantes ou en émergence portent sur nous. La France continue de rayonner mais elle a perdu de son influence. Notre propre regard sur nous-mêmes conjugué à celui qui est porté sur nous s’alimentent mutuellement en un jeu de miroirs qui figure notre doute sur notre capacité à toujours vouloir la puissance et à l’augmenter.

La disparition du mot « puissance » du vocabulaire politique – et par là de toute ambition de puissance – prend peut-être également racine dans notre conviction que la puissance acquise devenait, à un certain stade, permanente. Au regard de la situation  socio-économique actuelle de la France, il faut ici parler au passé. Nous avons peut-être pensé  la puissance comme une pérennité. L’utilisation du terme « puissance » dans le discours politique avait-il encore une justification puisque le pays y avait accédé ? Or, la puissance, c’est de l’entropie ; c’est une dynamique qu’il convient d’alimenter à chaque instant  et qui ne souffre pas de stagnation. Avoir pensé la puissance comme acquise et permanente a généralement mené à une vision court-termiste des politiques publiques, et a conduit l’Etat à engager des dépenses sans se soucier des recettes au point où le montant de la dette actuelle de la France atteste de sa perte de puissance.

Enfin, la disparition graduelle du mot « puissance » du discours tient peut-être à l’individualisation de la société. La puissance est une dynamique qui puise au collectif. Elle ne peut exister si elle n’est pas portée par l’énergie d’un ensemble fédéré autour d’elle. Mais comment, dans une société qui promeut l’individu, fédérer des énergies autour un programme lorsque le mot qui en constitue l’essence a été sorti du vocabulaire ?
Résumer la perte de puissance de la France à la disparition d’un vocable est une tentative d’explication pour le moins hétérodoxe, voire légère. D’aucun diront que c’est la perte de l’ambition de puissance qui signe la disparition de l’usage du terme. Certes. Pour autant, l’utilisation récurrente du mot « puissance » signifie déjà le désir de puissance, la mobilisation collective, la puissance comme dessein et garante de la pérennité d’un modèle sociétal. Le verbe mobilise. Il agrège. Peut-on ne faire exister la puissance qu’en la nommant ? Probablement pas, mais le mot la manifeste ; il l’officialise et d’une certaine façon, il la fait exister. La France est confrontée à un environnement politique et économique mondial chahuté ; il est par conséquent plus que temps de remettre à l’honneur le mot « puissance », de le vulgariser et de l’assumer en espérant que l’usage finira par réveiller chez les décideurs des envies de stratégie de puissance. L’enjeu est capital pour la France. Il l’est tout autant pour l’Union européenne.

Pierre Deplanche (Infoguerre, 19 octobre 2011)

19/10/2010

Dix techniques de manipulation des masses !

Nous reproduisons ici un texte de Sylvain Timsit, publié sur Sity.net, et consacré aux techniques de manipulation des masses qui paraissent couramment utilisées dans notre société libérale avancée... 

dans_la_peau_de_john_malkovitch.jpg

Dix stratégies de manipulation

1/ La stratégie de la distraction

Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l’économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique. «Garder l’attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser; de retour à la ferme avec les autres animaux. » Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles»

2/ Créer des problèmes, puis offrir des solutions

Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter. Par exemple: laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.

3/ La stratégie de la dégradation

Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans. C’est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles (néolibéralisme) ont été imposées durant les années 1980 à 1990. Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n’assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s’ils avaient été appliqués brutalement.

4/ La stratégie du différé

Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice futur qu’un sacrifice immédiat. D’abord parce que l’effort n’est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que « tout ira mieux demain » et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.

5/ S’adresser au public comme à des enfants en bas-âge

La plupart des publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisants, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-age ou un handicapé mental. Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant. Pourquoi ? « Si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celles d’une personne de 12 ans ». Extrait de «Armes silencieuses pour guerres tranquilles»

6/ Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion

Faire appel à l’émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements…

7/ Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise

Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage. « La qualité de l’éducation donnée aux classes inférieures doit être la plus pauvre, de telle sorte que le fossé de l’ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures. Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

8/ Encourager le public à se complaire dans la médiocrité

Encourager le public à trouver « cool » le fait d’être bête, vulgaire, et inculte…

9/ Remplacer la révolte par la culpabilité

Faire croire à l’individu qu’il est seul responsable de son malheur, à cause de l’insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l’individu s’auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l’un des effets est l’inhibition de l’action. Et sans action, pas de révolution!…

10/ Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes

Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes. Grâce à la biologie, la neurobiologie, et la psychologie appliquée, le « système » est parvenu à une connaissance avancée de l’être humain, à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l’individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes.

Sylvain Timsit (http://www.syti.net )