Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/01/2017

La droite buissonnière...

Les éditions du Rocher viennent de publier un essai de François Bousquet intitulé La droite buissonnière. Journaliste, rédacteur en chef-adjoint d’Éléments, François Bousquet  est déjà l'auteur de Jean-Edern Hallier ou le narcissique parfait (Albin Michel, 2005) et de Putain de Saint Foucault - Archéologie d'un fétiche (Pierre-Guillaume de Roux, 2015).

 

Bousquet_Droite buissonnière.jpg

" Conseiller du prince ou âme damnée, pygmalion ou gourou, la frontière est mince, en politique, entre le vice et la vertu. Le pouvoir ne connaît que le clair-obscur. Patrick Buisson aussi. Entre légende dorée et légende noire. L'éminence grise cultive le secret, le faiseur de roi suscite des fantasmes, le champion du débat d'idées intrigue. C'est pour les uns « le mauvais génie » tombé en disgrâce ; pour les autres, l'architecte de l'élection de 2007 et celui qui a évité au président sortant un naufrage en 2012. Surnommé « l'alchimiste » par l'ancien chef de l'État, le conseiller a posé les jalons d'une révolution conservatrice, aujourd'hui « hors les murs ». Peut-être demain dans les murs. Identité nationale, rupture du front républicain, retour des frontières, levée des tabous : la droite décomplexée n'en finit pas de soigner sa ligne Buisson, avec ou sans Sarkozy. L'enjeu ? La bataille culturelle. Voici l'histoire d'un homme clivant, forcément clivant, qui a changé le visage de la droite. "

17/10/2014

En avant pour la bataille culturelle !...

Bataille culturelle 3.jpg

Quel pays a créé la fonction d’inspecteur de la création (sic) : l’Allemagne nazi ? L’Union soviétique ? Le Cambodge des Khmers rouges ? La Corée du Nord ? Ne cherchez pas, c’est la France à l’époque de Jack Lang. Mais les inspecteurs de la création n’ont jamais été aussi nombreux qu’aujourd’hui ni aussi totalitaires dans leurs décisions d’achat des œuvres d’art. En France, sachons-le, il y a les artistes  » reconnus par le ministère » … Et les autres.

Dans quel pays un libraire indépendant ayant pignon sur rue dans la capitale peut-il se voir dénoncé sur une radio d’État parce qu’il vend des auteurs jugés mal pensants ? Ne cherchez pas, c’est la France ! Où la librairie Contretemps s’est vue reprocher de vendre les œuvres de Dominique Venner ou Alain de Benoist plutôt que celles de… Valérie Trierweiler.

C’est aussi en France que le directeur d’un grand musée peut se voir morigéné pour avoir parlé d’art pendant une heure et demie sur une radio culturelle d’opposition (en l’occurrence Radio Courtoisie).

C’est toujours en France que le monde des bibliothécaires municipaux ou celui des auteurs de livres pour enfants subit le joug de petits flics de la pensée !

Nous vivons sous la dictature du culturellement et de l’artistiquement correct imposé par de faux rebelles subventionnés. « Des rebelles autoproclamés qui sont l’avant-garde du troupeau », selon Philippe Murray.

Cette dictature sans visage prospère sur le conformisme et la médiocrité intellectuelle des uns, la lâcheté et la paresse des autres.

Il est temps de livrer la bataille culturelle !

Polémia vous y invite samedi 18 octobre 2014 à Paris.

Le temps de l’offensive est venu.

Jean-Yves Le Gallou

29/09/2014

La bataille culturelle !...

Bataille culturelle.jpg

Le 18 octobre prochain, à Paris (Salon Dosne-Thiers, 27 place Saint-Georges, 9ème arrondissement),  Polémia consacrera sa septième Journée de réinformation à la bataille culturelle.

L’enjeu : Dénoncer sans complexe la dictature culturelle de la gauche et de l’artistiquement correct. Refuser la censure et cesser de se laisser intimider par les faux procès en “diabolisation” et “ringardisation”. Montrer que face aux bobards culturels du (non)art contemporain, il y a un art caché, un retour des traditions vivantes et que la génération 2013 est en train de reprendre l’initiative.
Le temps de l’offensive est venu pour sortir de la crise culturelle par un réenracinement identitaire.

Plus de précisions sur le site de Polémia !