Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/01/2016

Le déluge...

Les éditions Les Belles Lettres viennent de publier un essai d'Adam Tooze intitulé Le déluge 1916-1931 - Un nouvel ordre mondial. Docteur en histoire de l'économie, Adam Tooze, après avoir été professeur à Cambridge, enseigne l'histoire moderne allemande à l'université de Yale. Son livre précédent Le salaire de la destruction - Formation et ruine de l'économie nazie , qui était particulièrement passionnant et iconoclaste, a été publié chez le même éditeur.

 

Déluge_Tooze.jpg

"1916. Prises dans le maelström de la Grande Guerre, avec des millions de morts et aucune résolution du conflit en perspective, les sociétés chancellent sur toute la surface du globe. Le coeur du système financier se voit transféré de Londres à New York. Les besoins en hommes et en matériel ne cessent d’augmenter et gangrènent les nations bien au-delà du front. L’effort de guerre sape toute entreprise économique et politique, induisant des changements sans précédent dans l’ordre social et industriel.
Un siècle après le début des hostilités, Adam Tooze revisite ce cataclysme historique et interroge un impressionnant ensemble de sources sur la guerre, la paix et les conséquences du conflit. De l’entrée en guerre des États-Unis en 1917 à la Grande Dépression, Tooze brosse le portrait d’un nouvel ordre mondial façonné par le pouvoir économique et militaire américain. L’analyse de la réaction des nations – y compris le tournant fasciste – face à l’omnipotence américaine fait du Déluge un ouvrage saisissant, d’une grande originalité, qui changera profondément notre vision de l’héritage de la Première Guerre mondiale. "

23/12/2013

Le salaire de la destruction ?...

Les éditions Les Belles Lettres ont publié en fin d'année 2012 une étude monumentale et brillante de l'historien britannique Adam Tooze intitulée Le salaire de la destruction - Formation et ruine de l'économie nazie. Passionnant et donnant des analyses inattendues, ce livre bénéficie d'une excellente traduction et mérite d'être lu par tous ceux qui sont intéressés par la période.

Nous reproduisons ci-dessous la critique qu'en a fait Michel Lhomme sur Metamag.

 

Tooze.jpg

LE SALAIRE DE LA DESTRUCTION

Un ouvrage de référence sur la raison économique du nazisme

Certes, le titre, Le Salaire de la destruction est condescendant à l’air du temps et il a, sans doute, été choisi commercialement par l’éditeur car il rend compte maladroitement de la portée de la publication. Or, il s’agit là d’un ouvrage monumental et inédit sur le système économique du IIIe Reich, devenu ouvrage de référence, une somme époustouflante sur les fondements et les ressorts du nazisme.

 
Unanimement reconnu à l'étranger mais toujours dérangeant pour les Français (Reds don’t read !), l'ouvrage propose l’histoire la plus aboutie de l’économie nationale-socialiste et en même temps, il amorce une nouvelle lecture de la Seconde guerre mondiale, changeant par exemple radicalement la place occupée par les États-Unis dans cette histoire du point de vue de l’Allemagne. 

Le livre d’Adam Tooze est de ces livres qui déclassent tous les ouvrages antérieurs écrits sur la question. Très sérieux, le style y est à la fois précis et haletant, jamais technique en fait comme dans les meilleurs livres d’historien (Braudel, Duby). Par ses trouvailles, son approche globale de la question nazie et le nombre d'idées reçues sur le régime remises ici en question, cet ouvrage va devenir pour beaucoup une lecture indispensable. Il était paru en anglais en 2006. Son auteur est diplômé de King's College (Cambridge) et de la London School of Economics, il  enseigne l'histoire de l’Allemagne à Yale. Il avait déjà publié Statistics and the German State, 1900-1945: The Making of Modern Economic Knowledge (Cambridge University Press, 2001) que les spécialistes de la période avaient déjà remarqué. Dans Le salaire de la destruction dont le sous-titre est Formation et ruine de l’économie nazie, Adam Tooze passe au crible les rouages économiques du système nazi, de la prise de pouvoir à l’anéantissement final.

En donnant naissance au mythe du Blitzkrieg, le succès foudroyant et inattendu de la campagne de France avait accrédité l'image d’une Allemagne national-socialiste invulnérable, forte technologiquement, riche et assise sur une économie industrialisée d’une grande efficacité. Prenant le contrepied des nombreuses histoires exclusivement politiques du régime, Tooze en décline les entraves et les défaillances puis s’efforce de montrer que la guerre eut au contraire sa source non dans la puissance économique du 3ème Reich, un leurre une désinformation montée de toutes pièces mais dans les faiblesses du Reich. Pour ce faire, Tooze a revisité le pourquoi de chaque événement, de chaque décision, démontant ainsi la rationalité économique fondamentale à l’œuvre derrière le nazisme.
 
Pionnier dans l’analyse économique du IIIème Reich, il jette un sort aux mythes issus des allégations d’Albert Speer et parfois colportées (notamment par l’économiste Galbraith, dès la fin de la guerre) affirmant que l’Allemagne d’Hitler était un miracle économique. Non, les trains n’arrivaient pas à l’heure sous le Troisième Reich (la dégradation du parc roulant fut un handicap jusqu’à la fin de la guerre), le régime n’a jamais connu le plein emploi et passé l’euphorie des premiers mois de gouvernement, c’est allé de crise en crise jusqu’en 1938, avant que la crise tchèque ne décide le chancelier à mettre son pays sous perfusion, en vase clos, au service de ses ambitions guerrières, auxquelles tout allait être désormais subordonné. La guerre comme porte de sortie d’un échec économique du nazisme, c’est une position originale quand on sait que l’argumentaire classique des défenseurs du régime est de relever justement la force économique du régime et même d’appuyer le clou sur sa réussite matérielle.
 
L’historien britannique nous montre alors comment la stratégie d’Hitler s’est efforcé au début des années 30 de coller aux aspirations allemandes liées à leurs conditions de vie difficiles, comment il a fallu ensuite durant la guerre mener une politique de razzia vu l’échec productif du régime. Relisant les textes mêmes de Hitler et des théoriciens de l’agrarianisme, l’auteur décentre aussi l’histoire de la guerre en donnant une place capitale aux États-Unis, devenus la véritable obsession de Hitler. Dès 1938, la question importante devint chez lui, plus que la question juive, la question américaine, l’Amérique synonyme du monde de la finance, des banquiers et des usuriers de tous ordres. Or, le Führer savait dès 1939 qu’avec ses armées sous-équipées, il avait peu de chance de l’emporter dans une guerre longue contre le monde occidental, contre l’Amérique.
 
C’est donc un Hitler nouveau qui nous est présenté : versatile, œuvrant au grès des circonstances matérielles et économiques mais arc-bouté à un but, à une idéologie éco-démographique et géopolitique : reculer de 1 000 kms les frontières de l’Allemagne vers l’Est pour constituer une « Grande Allemagne », et ainsi donner à la Germanie son espace vital agricole mais surtout énergétique afin de constituer au cœur de l’Europe une nation comme fer de lance politique et militaire d’une puissance capable de s’opposer à la civilisation américaine.

Le livre du britannique Adam Tooze est remarquable par l’analyse rigoureuse des sources, des statistiques et des documents internes, souvent exploités pour la première fois. Toutes ces nouvelles archives consultées présentent du IIIème Reich l’image d’un régime toujours aux abois économiquement et qui ne dut de tenir si longtemps qu’à des pratiques de spoliation et d’asservissement perpétuelle. Sans le fanatisme idéologique mais aussi sans cette agressivité économique dans la guerre, jamais l’Allemagne n’aurait pu tenir si longtemps.

Le texte, à un moment donné, revient sur l’opération Barbarossa, celle du 22 juin 1941 où Hitler envahit sans déclaration de guerre l’Urss, pays avec lequel il avait pourtant signé un pacte défendu par le Parti Communiste français un an plus tôt. L’auteur reprend ici la thèse officielle et commune d’un chancelier germanique qui décida pour triompher de cet adversaire de lancer rapidement l’opération Barbarossa en accord avec des projets d’extermination, d’asservissement et de colonisation de l’Est parfaitement définis dès les années 1930. Nous ne partageons pas cette vision de l’événement. Il faut revoir l’opération Barbarossa à la lumière du programme de Staline qui s’apprêtait à mettre main basse sur la Pologne et à engager un conflit unilatéral. Aussi, pour l’opération Barbarossa, nous ne saurions que recommander l’ouvrage traduit récemment en Français de Joachim Hoffmann, La Guerre d’extermination de Staline. Cet ouvrage rétablit la vérité historique sur les événements de l’été 41. Comme Le salaire de la destruction, La Guerre d’extermination est un livre indispensable pour qui veut comprendre le plus objectivement possible la Seconde Guerre mondiale.

Dans Le Salaire de la destruction, l’auteur, Adam Tooze termine son analyse par la question qui nous taraude : l’Allemagne a perdu la guerre, la paix est revenue et l’Allemagne est toujours là. Aujourd’hui, l’Europe se range dans les bras de l’Otan et se prépare à recevoir le coup mortel, le dernier coup qui l’abattra, signer le Traité Transatlantique. C’est le triomphe de l’occidentalisme (l’identification de la vision américaine à la vision européenne) d’une culture américaine qui n’a rien à voir avec la culture européenne ou n’en est que sa forme dégénérée. Les Etats-Unis restent l’ennemi et Tooze de s’interroger alors carrément : « Que pourrait être la politique en Europe, au-delà des fastidieuses chamailleries d’abondance insatisfaites ? ». Ainsi, son livre synthétique et riche de thèses nouvelles, bouleverse non seulement des idées reçues, constitue un tournant dans l’historiographie de la seconde guerre mondiale mais en plus, réinterroge le sens même des vaincus de l’Histoire présente et passée.
 
Michel Lhomme (Metamag, 22 octobre 2013)

- Adam Tooze, Le Salaire de la destruction. Formation et ruine de l’économie nazie, trad. Pierre-Emmanuel Dauzat, Les Belles Lettres, 812 pages, 28 euros.
- Joachim Hoffmann, La Guerre d’extermination de Staline, Akribéia, juin 2012, 450 pages, 30 euros.