Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

éducation nationale

  • Fin de la récré...

    Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Xavier Eman, cueilli sur son site A moy que chault ! et consacré au rôle de l'Education Nationale dans la fabrication à la chaîne de crétins lobotomisés et soumis... Animateur du site d'information Paris Vox , rédacteur en chef de la revue Livr'arbitres et collaborateur de la revue Éléments, Xavier Eman est l'auteur d'un recueil de chroniques intitulé Une fin du monde sans importance (Krisis, 2016) et d'un polar, Terminus pour le Hussard (Auda Isarn, 2019).

     

    Bac_cancres.jpg

    Fin de la récré

    La liberté d’expression dans l’espace public est en voie d’éradication. Ce n’est pas un nouveau  fantasme complotiste mais un simple et froid constat que tout un chacun peut faire en se penchant notamment sur la loi dite « contre la haine en ligne » actuellement en cours de vote au Parlement … Entre autres sympathiques facéties, celle-ci transfère à des opérateurs privés des pouvoirs qui jusque-là étaient octroyés aux juges…  Nous entrons donc aujourd’hui dans l’ère du contrôle à priori, de la censure « de précaution », et de la soumission automatique et désormais « légitime » à toutes les délations et les dénonciations « citoyennes »… « L’incitation à la haine » étant un concept si vaste, si fumeux, si subjectif, si imparfaitement défini, il apparaît d’évidence  qu’à peu près tout et n’importe quoi pourra être soumis à cette infamante définition. C’est bien d’ailleurs en ce sens que la loi a été pensée et écrite.

    Cette disparition programmée d’une liberté pourrait être terrible et tragique… Ce n’est finalement qu’anecdotique. Car en effet à quoi bon légiférer contre la liberté d’expression dans une société où plus personne n’a rien à exprimer, où plus personne bientôt n’aura même les moyens intellectuels de former et  de formuler une idée ?

    Le vrai drame n’est en effet pas le nouvel épisode de la grande saga des lois liberticides, qui, si scélérates soient-elle, ont toujours produit leurs propres contestations, oppositions et remises en cause…  Non, la véritable – et sans doute définitive – défaite, c’est la disparition généralisée, générationnelle, de l’intelligence, de la culture et du sens critique… Ce ne sont ni les députés vendus ni les juges larbins qui assassinent de façon rédhibitoire la pensée dissidente et la liberté d’expression, c’est bel et bien l’Education nationale. Priver les gens de leurs capacités de réflexion et de d’expression est un moyen d’asservissement beaucoup plus efficace, d’un point de vue radical et totalitaire, que chercher à sanctionner ou réprimer la dite pensée.

    Nos politiciens, leurs cornacs oligarchiques comme leurs domestiques magistrats, ne sont en fait que des gens trop pressés. Ils pondent encore des lois pour accélérer l’avènement d’une situation qu’encore deux générations de « citoyens » obligatoirement  lobotomisés de 3 à 20 ans leur apporteront inéluctablement… L’observation du bac 2019 est à ce sujet particulièrement révélatrice… Le niveau n’est même plus affligeant, il est d’une certaine façon sublime de nullité… Et quoi de plus facile que de régner sur une population de crétins de cet acabit ? Aux trois quarts illettrés, incapables de placer Napoléon et Charlemagne dans le temps, déstructurés, accrocs à Insta et aux écrans, n’aspirant qu’à une réussite purement matérielle, s’amusant de leur propre sottise, curieux de rien, veules et drogués…  Encore mieux que des esclaves puisque nos néo-bacheliers sont pour leur part satisfaits et volontaires…  Aucun mépris d’ailleurs  dans ce constat car ce ne sont bien sûr que des victimes d’un plan organisé mis en place depuis des décennies, et dont  tous les adultes ou parents que nous sommes sont partiellement complices…  

    La grande machine à décérébrer et à émasculer intellectuellement qu’est l’Education Nationale depuis 40 ans est en tout cas  aujourd’hui en phase de pouvoir se prévaloir d’avoir atteint l’objectif pour lequel des milliards lui ont été versés : créer une nouvelle race « d’hommes », la grande armée des zombies consuméristes, gigantesque dégueulis d’abrutis vulgaires et hautains, aussi prétentieux que geignards et pleurnichards, ayant le caractère au même niveau que leur bagage intellectuel, bloqué au début de la petite enfance, pour ne pas dire au stade anal.

    Avec eux, plus besoin de lois, de juges, de condamnations, de mitards et de matons… Leur vide est leur plus  efficace geôlier et ils ne pourront jamais être tentés par une quelconque pensée divergente puisque – faute d’instruments, de connaissances, de vocabulaire, de lectures, d’entraînement…-  le concept même de penser leur sera devenu inaccessible. Au mieux (au pire) - en cas d’échec social ou de cassure psychologique- ils aboieront des slogans simplistes et caricaturaux, glapiront une « haine » pour le coup bien réelle, seul sentiment désormais à leur portée, sombreront dans une violence nihiliste et seront alors le repoussoir idéal tout autant que le matériau parfait de toutes les manipulations…

    Xavier Eman (A moy que chault ! , 6 juillet 2019)

     

    Lien permanent Catégories : Points de vue 0 commentaire Pin it!
  • Feu sur la désinformation... (207)

    Vous pouvez découvrir ci-dessous un nouveau numéro de l'émission I-Média sur TV libertés, consacrée au décryptage des médias et dirigée par Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, avec le concours d'Hervé Grandchamp.

     

    Au sommaire :

    • 1 : Bolsonaro, allo les médias ? Rio ne répond plus !
      Dimanche 28 octobre, Jair Bolsonaro a remporté haut la main les élections présidentielles brésiliennes. Pour la plupart des médias français cette élection est une catastrophe, c’est la fin du monde, la « fin de l’humanité », Bolsonaro serait « raciste, fasciste, homophobe ». Bref c’est le diable incarné.
    • 2 : Le Zapping d’I-Média 
      Sur BFMTV, débat animé entre le journaliste Eric Zemmour et l’historien Patrick Weil. Le débat a abordé la question de l’immigration. Pour l’historien, la France est envahie par « les touriste », tandis que le journaliste soutient que la France est envahie par une immigration de masse : « jusqu’à 400 000 immigrés par année ».

    • 3: Créteil, du pistolet au hastag pas de vague
      Les professeurs dénoncent sur Twitter leur abandon et les violences qu’ils subissent au quotidien. A l’origine, la publication d’une vidéo sur les réseaux sociaux d’un élève braquant un enseignant.
    • 4 : Les tweets de la semaine
      Censure dans l’animation, censure dans la série les Simpson. La série réputée pour son humour noir et ses caricatures serait sur le point de supprimer le personnage récurent d’Apu. Le personnage serait « accusé de véhiculer des stéréotypes sur les indiens ».
    • 5 : Pittsburg, le coupable c’est la rhétorique
      Attentat antisémite à Pittsburgh samedi 27 octobre. Pour les médias, le coupable est tout désigné : Donald Trump, son langage et la violence de ses attaques serait un terreau fertile à l’antisémitisme. 

     

                                      

     

     

    Lien permanent Catégories : Décryptage, Manipulation et influence, Multimédia 0 commentaire Pin it!
  • Retour à l'envoyeur...

    Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Bruno Lafourcade, cueilli sur son site personnel et consacré à l'affaire de la professeur du lycée de Créteil, qui a été filmée alors qu'elle était menacée par un élève armé. Écrivain, Bruno Lafourcade vient de publier L'ivraie (Léo Scheer, 2018), un roman qui se déroule dans un lycée professionnel de la banlieue de Bordeaux et dont nous vous recommandons chaudement la lecture...

    Créteil_Violences.jpg

    Retour à l'envoyeur

    Jeudi matin, un adolescent de quinze ans, élève du lycée technologique et professionnel Édouard-Branly de Créteil, a pointé une arme sur un professeur qui refusait de lui obéir, c’est-à-dire de le noter « présent » ; il a été filmé, évidemment, par un de ses camarades, que la scène fait beaucoup rire, tandis qu’autour d’eux s’agitent d’autres modèles d’intégration. Le mouvement est connu : cette scène a si bien fait le tour des réseaux sociaux que les chaînes ont dû se résoudre à la montrer, et à la commenter. Mais, comme toujours avec la propagande quand l’ongle du réel gratte son mur, on ne l’a montrée et commentée qu’en mentant.

    Le premier mensonge touche à l’image, le second à la sémantique : on floute les visages, puis les mots. On a masqué les premiers, mais pas les mains : on sait donc l’origine de leur propriétaire, qui ne surprendra que le dernier carré de la LVF (Légion des Volontaires Franco-Remplacistes). Puis on masque les mots : on présente l’arme, un pistolet à air comprimé, comme « factice » – je suppose que l’on a voulu dire « inoffensive » : un pistolet à air comprimé n’est pas « factice », c’est une arme ; quant à « inoffensive », ça reste à prouver : on tirait bien des grives, dans mon enfance, avec des carabines à air comprimé, ce n’était pas pour les « menacer » (mais je ne maîtrise pas assez le sujet  pour marcher davantage dans ces bois-là).

    De toute façon, la question n’est pas là : c’est de menacer de tuer qui est l’essentiel. On pointe une arme et un autre tirera, on chante le djihad et d’autres égorgeront : les vagues de meurtres contre les Blancs à quoi nous assistons ont été annoncées – on a beau se réclamer de la plaisanterie ici, et là de l’art, c’est toujours le crime que l’on recherche.

    Le mensonge sémantique continue, cependant. Un certain Didier Sablic, professeur de sport dans ce lycée, « où tout se passe bien », dit-il (la preuve), a trouvé ces menaces de mort « inadmissibles » ; et des parents d’élèves membres d’un « collectif », n’est-ce pas (« Unis pour la réussite scolaire » : je serai charitable et ne commenterai pas), les ont qualifiés d’« inacceptables » – c’est aussi l’avis du président de la République. Inadmissible ? Inacceptable ? Mais ce qui est inadmissible et inacceptable, c’est de ne pas dire que c’est sans nom ! Et que ça mérite Cayenne, ou l’Algérie, ou le Mali – n’importe où sauf la France : retour à l’envoyeur.

    Les dignes parents d’élèves, quant à eux, ajoutent : « Nous condamnons le laxisme dont fait visiblement preuve l’enseignante dans cette classe. » Bien sûr, c’est la scène générale, ce pandémonium, qui frappe le spectateur, c’est-à-dire la prise de pouvoir, par des adolescents prédateurs, d’une femme dépassée par le chaos, le bruit, les menaces, les ricanements, les insultes, et, au fond d’elle-même peut-être, par l’idée qu’elle s’était faite, jadis, de son métier. Mais leur laxisme à eux, ces parents, ils y pensent ? La façon qu’ils ont eu de ne pas élever leurs enfants ? De les laisser retourner à l’état sauvage, et peut-être de les y pousser par bêtise, faiblesse, inconséquence et lâcheté ? Je voudrais bien les y voir, j’aimerais bien les voir plonger, une heure et tout vivants, dans la mare d’une classe avec leur vertu pour seule bouée.

    Si j’ai écrit plus haut « retour à l’envoyeur », c’est que je pensais à ces autres envoyeurs, tous ces professeurs, parents, maires, ministres, journalistes, militants, syndicalistes, patrons, qui nous expédient ou applaudissent l’immigration de conquête, celle qui fait le monde inadmissible et inacceptable où nous vivons malgré nous. Que plus jamais tous ces salauds ne nous fassent le coup de l’inadmissible et de l’inacceptable ! Ces mots sont pourris, leurs sens rongés et vidés de leur moelle ! Tout le monde sait très bien que des scènes où des élèves menacent et agressent des professeurs sont monnaie courante : vous, moi, et tous ces envoyeurs qui ont été des passeurs – tout le monde le sait. Qu’ils aient au moins la décence de fermer leur gueule.

    Bruno Lafourcade (Site personnel, 22 octobre 2018)

    Lien permanent Catégories : Points de vue 0 commentaire Pin it!
  • L'ivraie...

    Les éditions Léo Scheer viennent de publier un roman mordant, et plein d'humour, de Bruno Lafourcade intitulé L'ivraie. Ayant enchainé des expériences professionnelles variées, dont celle de l'enseignement, Bruno Lafourcade est l'auteur de plusieurs romans, et dernièrement, d'un pamphlet, Les Nouveaux Vertueux (Jean-Dézert éditeur, 2018).

     

    Lafourcade_L'ivraie.jpg

    " Jean Lafargue, écrivain méconnu et à court d'argent, accepte au pied levé un "remplacement" dans un lycée professionnel de la banlieue bordelaise. Le nouveau professeur découvre, autant effaré qu'amusé, la réalité de l'enseignement. Il montre, avec un humour féroce, la démagogie du personnel enseignant et l'acculturation d'une jeunesse imprégnée de complotisme. Mais il noue aussi des liens étroits avec une élève qui a suscité l'hostilité de ses camarades ; et qui le renverra, sans le savoir, à sa vocation littéraire et aux espoirs de sa propre jeunesse. "

    Lien permanent Catégories : Livres 2 commentaires Pin it!
  • L'école du désastre...

    Les éditions de Paris viennent de publier un essai d'Evelyne Tschirhart intitulé L'école du désastre - Lâcheté à droite... Destruction à gauche. Evelyne Tschirhart est une ancienne professeur de français.

     

    Tschirhart_L'école du désastre.jpg

    " Analyse impitoyable de la destruction de l’école, accélérée sous le règne de Hollande par Vincent Peillon et Najad Bel Kacem, ministres de l’Education nationale. L’auteur dénonce aussi la lâcheté de la droite qui a entériné la politique de la gauche. Au nom de l’égalitarisme et du multiculturalisme, celle-ci a sapé l’école, outil de transmission des connaissances, pour lui substituer un pédagogisme aberrant qui a déstructuré les élèves pour les façonner en citoyens, consommateurs et décérébrés. "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Education nationale : la fin de la Blanquer-mania ?...

    Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Michel Geoffroy, cueilli sur Polémia et consacré à la politique de Jean-Michel Blanquer à la tête du Ministère de l’Éducation nationale. Ancien haut-fonctionnaire, Michel Geoffroy a récemment publié La Superclasse mondiale contre les peuples (Via Romana, 2018).

     

    Blanquer_Valeurs actuelles.jpg

    Une couverture de Valeurs Actuelles datant de février 2018...

     

    Claude Meunier-Berthelot annonce la fin de la Blanquer-mania

    Le livre de Claude Meunier-Berthelot, Blanquer, ce monstre froid – Remède de cheval contre la « blanquer-mania »[1], arrive à point nommé au moment où le ministre de l’Education nationale – la bien mal nommée – annonce son intention catastrophique d’encourager l’enseignement de l’arabe à l’école.

    Car Claude Meunier-Berthelot dénonce dans cet essai vigoureux, mais aussi rigoureux, l’escroquerie politique et pédagogique incarnée par Jean Michel Blanquer, le ministre qu’adule une certaine droite qui ne sait pas aller plus loin que les déclarations d’intentions relayées par des médias complaisants.

    Claude Meunier-Berthelot sait de quoi elle parle : elle connaît le Mammouth de l’intérieur et a déjà écrit de nombreuses études dénonçant l’entreprise de déracinement qu’est devenue d’Education nationale, notamment depuis la loi de « refondation de l’école » de 2013.

    L’analyse clinique de la manipulation

    Son essai est de nature clinique : il en a la sèche objectivité, sans fioritures inutiles.

    Point par point, depuis l’école maternelle jusqu’à ParcourSup, en passant par la laïcité, l’autonomie des établissements ou les écoles hors contrat, Claude Meunier-Berthelot met en effet en regard des affirmations ministérielles, la réalité des circulaires, des budgets et du fonctionnement de l’Education Nationale.  C’est plus qu’un essai de 171 pages : c’est à une véritable dissection que l’auteur nous invite, décryptant et démontant chaque composante de l’escroquerie Blanquer.

    Avec un remarquable esprit de synthèse, Claude Meunier-Berthelot démontre le double langage permanent du ministre. Car en digne représentant de la macronie, Jean Michel Blanquer est avant tout passé maître dans l’art de la communication, c’est-à-dire de l’enfumage médiatique de la population. Car il dirige surtout le ministère de la parole.

    Blanquer, le ministre du statu quo

    Claude Meunier-Berthelot nous montre que Jean-Michel Blanquer, homme du Système, ne change rien du tout, sinon dans le mauvais sens. Il ne fait que poursuivre la ligne de ses prédécesseurs dont il constitue un nouveau clone.

    Il ne remet pas en cause, notamment, le cadre dressé par le vieux Plan Langevin Wallon d’inspiration communiste de 1947 et par la loi de refondation de l’école de 2013 élaborée par le socialiste Vincent Peillon, le ministre qui voulait « arracher » l’enfant de toutes ses « servitudes » pour lui inculquer les droits de l’homme.

    L’enfumage médiatique permanent

    La première méthode d’enfumage du ministre consiste à affirmer devant les caméras des orientations qui paraissent souhaitables : par exemple le port de l’uniforme ou la méthode d’enseignement de la lecture.

    Tout le microcosme médiatique, complice, se met alors à gloser sur l’audace ministérielle afin de faire croire que de simples propos correspondraient à une véritable volonté politique et ensuite à une réalité sur le terrain.

    Mais ensuite rien ne se passe : aucun texte, aucun cadrage national, ne vient confirmer les propos du ministre. Et si la rue de Grenelle accouche finalement d’une circulaire, celle-ci remettra les vagues intentions ministérielles dans le droit fil du pédagogiquement correct.

    Claude Meunier-Berthelot montre par exemple dans le détail comment Jean Michel Blanquer a trompé son monde sur la question de la méthode d’apprentissage de la lecture : car la méthode « syllabique » qu’il présente comme une alternative à la méthode « globale » n’est en réalité… qu’un succédané de cette dernière, comme l’illustre l’analyse précise de la circulaire du 26 avril 2018 à laquelle se livre l’auteur.

    Blanquer : le ministre des Autres

    La seconde manipulation, la plus lourde de conséquences, consiste à passer sous silence que l’essentiel des réformes destinées à améliorer la qualité de l’enseignement public annoncées par Jean Michel Blanquer, ne concernent en réalité… que les zones classées REP et REP+[2] ! C’est-à-dire les zones où sont scolarisés en majorité les enfants issus de l’immigration légale ou non, ceux que l’Education Nationale appelle du doux euphémisme : EANA – élèves allophones nouvellement arrivés.

    Conformément au programme présidentiel d’Emmanuel Macron, le ministre Blanquer organise en effet cyniquement une école à deux vitesses, mais bien sûr au nom de l’égalité !

    D’une part une école qui enseigne les savoirs mais avant tout pour les enfants des immigrants et qui vampirise les moyens budgétaires et humains notamment à cause du dédoublement des classes de CP.

    On ferme ainsi des « moyens d’enseignement » – donc des classes – dans la France profonde pour financer de dédoublement des CP dans les banlieues de l’immigration. Car cette école des REP et des REP + bénéficie de toutes les attentions ministérielles et présidentielles. Les banlieues de l’immigration ne sont-elles pas une… chance pour la France ?

    L’enseignement de l’ignorance pour les petits Français

    Et de l’autre côté, l’école des petits français souchiens, devenue une garderie (un lieu de vie) où l’on n’enseigne pas grand-chose car on continue d’y appliquer tous les délires pédagogiques et où l’on met des enseignants à la qualification déclinante[3]: transversalité, interdisciplinarité, « construction » des savoirs par les élèves eux-mêmes par le moyen de « parcours » sont les maîtres mots de cette nouvelle garderie. Mais une garderie où l’on veille surtout à diffuser la doxa bien-pensante, repentante, droit de l’hommiste et LGBT friendly auprès des futurs électeurs….

    Mais cela ne gêne pas l’oligarchie, bien au contraire.

    Car comme le montre Claude Meunier-Berthelot, citant Rousseau, l’ignorance ouvre justement la voie à la sujétion des Européens : « Le pauvre enfant qui ne sait rien, qui ne peut rien , qui ne connaît rien , n’est-il pas à votre merci ? »

    La destruction du savoir c’est-à-dire de la transmission de la culture et de l’identité par l’Education nationale ne résulte pas d’un accident de parcours, mais bien d’une volonté politique : celle qui programme la mise en servitude des autochtones.

    La fin de la Blanquer-mania

    Il faut donc lire le livre de Claude Meunier-Berthelot car il constitue un exemplaire et salutaire exercice de décryptage de l’enfumage macronien, d’autant plus salutaire qu’une partie de l’opinion de droite – généralement ignorante des questions d’éducation – s’est laissée prendre à l’habile communication de Jean-Michel Blanquer.

    Comme la Macron-mania n’est désormais qu’un lointain souvenir quand les sondages montrent que deux Français sur trois désapprouvent l’action et le comportement du président de la république, Claude Meunier-Berthelot nous annonce maintenant la fin de la Blanquer-mania.

    Et c’est une bonne nouvelle.

    Michel Geoffroy (Polémia, 23 septembre 2018)

     

    « Blanquer, ce monstre froid » – Remède de cheval contre la blanquer-mania – Editions des Trianons

    [1] Editions des Trianons  2018, avec une préface de François Billot de LOCHNER ;

    [2]Réseaux d’éducation prioritaire et réseaux d’éducation prioritaire renforcée ; il y en a environ 1200 REP

    [3] « emploi-avenir-professeur », « contrat de service civique » et autre « réserve citoyenne »

    Lien permanent Catégories : Points de vue 0 commentaire Pin it!