Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Assimilation : la désintégration triomphante...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Richard Dessens, cueilli sur EuroLibertés et consacré à la question de l'immigration. Docteur en droit et professeur en classes préparatoires, Richard Dessens a notamment publié La démocratie travestie par les mots (L'Æncre, 2010), Henri Rochefort ou la véritable liberté de la presse (Dualpha, 2017) et La démocratie interdite (Dualpha, 2018).

 

Prières de rue_Rue des Poissonniers.jpg

Assimilation : la désintégration triomphante

Les Européens devraient s’inspirer de l’expérience française en matière d’immigration, afin d’éviter d’en répéter les erreurs idéologiques fondamentales.

Les immigrations italiennes et espagnoles de la première moitié du XXe siècle en France ont débouché sur une intégration parfaite au bout de deux générations.

Prénoms francisés ou français, noms de famille parfois eux-mêmes francisés ; adoption des règles du vivre-ensemble français déclinées régionalement selon les usages locaux ; volonté de parler correctement la langue française en oubliant même leur langue d’origine.

Dans certaines familles le déni des origines étrangères est même souvent constaté au bout de trois générations. Il en est de même des immigrations moins massives toutefois, des Polonais notamment mais aussi d’autres peuples européens. Quant à la conservation de quelques habitudes tenant à leurs origines, principalement chez les Italiens, elles ne diffèrent pas des écarts qui peuvent exister entre un « chtimi » et un provençal…

Ce seul constat tend à prouver qu’il existe bien une communauté européenne de valeurs et d’identités communes permettant un brassage intra-européen sans réelle remise en cause des équilibres sociétaux.

Au contraire, une telle mixité est plutôt positive et riche en apports à une civilisation européenne confrontée à des porosités internes millénaires.

Ce constat permet aussi d’apporter un argument supplémentaire à l’idée d’une Europe des peuples, des régions, des différences charnelles, contre celle d’une Europe des nations factices et devenue précaire et dangereuse aujourd’hui par son morcellement et son incapacité à reconnaître une unité européenne identitaire. L’Europe des Etats-Nations, même moribonds, ne fera jamais une Europe unitaire.

Les immigrations de la seconde moitié du XXe siècle, élargies depuis les années 70 et invasives depuis les années 90, sont d’une tout autre nature sans commune mesure avec les précédentes.

Ce sont des civilisations distinctes et probablement justement fières de leurs valeurs qui déferlent progressivement sur l’Europe et la France en particulier, dont la générosité et son obsession idéologique d’être la championne des « droits de l’Homme », en fait un lieu d’accueil privilégié. Cette immigration-là ne vient pas par attachement à la France, mais par intérêt et commodité.

Cette immigration-là n’a aucune intention de s’assimiler à la civilisation européenne, car c’est bien de cela qu’il s’agit, mais de continuer à vivre et se comporter conformément à leurs valeurs. Et l’écart des vivre-ensemble et des identités est tel que l’on peut se demander si ces immigrés là ne sont pas légitimes dans leurs choix profonds. Ne s’agit-il pas d’un pari intenable ?

Ce n’est pas dire que les premiers immigrés des années 70 ou 80 n’ont pas fait, pour certains, de réels efforts d’intégration. Mais le nombre de plus en plus massif d’immigrés extra-européens dans de plus en plus de zones concentrées, puis même atomisées et « ruralisées » aujourd’hui, finit par créer des retours aux usages des origines. Dans certaines mosquées, des imams prêchent même en quasi toute impunité, l’islamisation religieuse, comportementale et culturelle de la France comme un objectif avéré.

Mais surtout on assiste depuis quelques années à une désintégration d’un début d’assimilation. Des ex-immigrés de la troisième ou de la quatrième génération font de plus en plus un retour à leurs identités originaires, après que leur « ancêtre » francisé a fait de louables efforts d’intégration. Françaises depuis parfois cinquante ans, des familles renouent avec leurs valeurs originelles, redonnant des prénoms maghrébins ou africains notamment à leurs enfants, renouant avec des valeurs et des comportements de leurs origines, rejetant une civilisation qui n’est pas la leur. Le poids des traditions et d’un passé civilisationnel est trop lourd pour être gommé définitivement surtout par des groupes massifs auto-communautarisés.

À la question de l’immigration permanente se greffe donc celle de la désintégration d’une partie importante de la population censée être de nationalité française souvent depuis longtemps, phénomène qui apparaît peut-être encore plus grave que la première question, car il installe au sein même de la France et de l’Europe une contre-civilisation légalisée par les naturalisations en cascade.

Le véritable danger vient aujourd’hui de l’intérieur et de la part de « Français » qui rejettent de plus en plus les valeurs et l’identité européennes, et qui créent ainsi un antagonisme délibéré entre « Français ».

Ceux qui accusent et stigmatisent certains d’opposer les Français entre eux au détriment d’une unité nationale putative, devraient réviser leur idéologie mortifère en constatant que les diviseurs et les ferments de guerre civile ne sont pas ceux qu’ils accusent. Mais ceux qu’ils défendent.

Richard Dessens (EuroLibertés, 8 octobre 2019)

Lien permanent Catégories : Points de vue 0 commentaire Pin it!

Écrire un commentaire

Optionnel