Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/05/2016

A droite et à gauche... (5)

luger gauche droite.jpg

« C'est à la France, et à elle seule, de dire qui est français, et qui ne l'est pas. C'est à la France, et à elle seule, de décider des conditions d'accès et de résidence sur son territoire, d'acquisition et de perte de la nationalité. Et c'est à elle de faire reconnaître que 1 000, 10 000 réfugiés posent un problème de droit quand 1 ou 5 millions posent une question de défense des frontières – ou d'invasions. »

« A la pression inouïe, violente du changement, il faut opposer le droit à demeurer, à conserver, à préserver et à maintenir. « Je maintiendrai » est la formule révolutionnaire du moment. Et la modernité qui vient allie la tradition et la puissance. A la guerre que le mondialisme financier conduit contre les institutions, les communautés et les sociétés politiques, il faut opposer l'intelligence territoriale, la préférence pour soi et la primauté du collectif. »

Hervé Juvin, Le Mur de l'Ouest n'est pas tombé (Pierre-Guillaume de Roux, 2015)

Soleil noir.png

 

« Aucune civilisation n'est détruite du dehors sans s'être tout d'abord ruinée elle-même, aucun empire n'est conquis de l'extérieur, qu'il ne se soit préalablement suicidé. Et une société, une civilisation, ne se détruisent de leurs propres mains que quand elles ont cessé de comprendre leur raison d'être, quand l'idée dominante autour de laquelle elles étaient naguère organisées leur est comme devenue étrangère. Tel fut le cas du monde antique. »

René Grousset, Bilan de l'histoire (1946)

Soleil noir.png

 

« La France s'enfonçait doucement dans les eaux grises de la déliquescence, à peine gouvernée par un vieil homme rongé par le cancer de la prostate depuis plus de dix ans et par un autre, de quinze ans son cadet, qui avec son goitre et son maintien britannico-byzantin paraissait presque aussi âgé. Ce pays suintait l'ennui, la bassesse et la mort. Les écrivains qui en avaient fait la grandeur ou la honte, parfois alternativement comme Malraux, Sartre, Aragon ou Céline, étaient morts. D'ailleurs, tout semblait mort. Surtout les vivants. Il fallait être une ombre ou un fantôme pour survivre dans ce pré carré ouvert aux quatre vents qu'était la France, frigide, maquillée comme une vieille pute, dans cette fin de siècle qui voyait les frontières, les croyances, les doctrines, les repères s'effacer. La France avait perdu pied. Elle se résumait à de pathétiques souvenirs que tout le monde avait oubliés ou qui ne signifiaient plus rien. En dix ans, le pays avait pris un siècle. Il aurait fallu le délivrer de cette gangue. Seuls des hommes ne doutant pas, des téméraires que les temps présents réprouvaient, en eussent été capables. Pour la plupart, ils étaient ailleurs en train de se heurter à l'objet. D'autres, tels des clandestins, se frôlaient le long des murs gris, se reniflaient sans oser se reconnaître ni se prendre dans les bras. Ensuite, ils rentraient chez eux, se masturbaient, abattaient leurs femmes et leurs enfants ou s'endormaient en espérant des rêves brutaux. »

Christian Authier, Soldat d'Allah (Grasset, 2014)

Soleil noir.png

« Pas de tombe pour moi. Pas de fin paisible au milieu des miens. Pas de grande cérémonie royale, pas de sacrifices, pas de bûchers rouges ni de banquet funèbre. Pas de trésors abandonné dans la nuit d'une chambre funéraire. J'irai chercher la mort sur le champ de bataille. Je me détacherai du rang de mes guerriers pour la défier. Une lame longue de cavalier dans la main droite, une lame courte de fantassin dans la gauche. Je lui offrirai une danse des épées. C'est une vieille ennemie, et ce fut parfois une alliée de circonstance. Je connais bien ses ruses, ses lâchetés, ses trahisons. Je lui cracherai toutes ses bassesses, je lui tirerai la langue, je me rirai de sa puissance, je lui affronterai le masque peint du guerrier. J'espère bien que le cœur assourdissant des carnyx et des trompes fera trembler tous les os de son corps. Et puis je me jetterai dans ses bras, dans la troupe la plus épaisse de l'armée adverse. Je veux pour ma fin un éclat et une brutalité comparables aux forces qui ont gouverné ma vie. Je veux goûter la volupté jusqu'au bout, jusque sous la morsure des lances et des haches rasennas. Puis je veux ma dépouille exposée sur le champ de guerre , à pourrir au soleil et à la pluie. Je veux être dévoré par les charognards, défiguré par le bec des corbeaux ; ils me porteront, mort, là où je ne suis jamais allé, vif. Dans le ciel.

La fin que je me réserve n'est pas la mort du roi. C'est celle du héros. »

Jean-Philippe Jaworski, Même pas mort (Les moutons électriques, 2013)

Soleil noir.png

 

« N'est-ce pas précisément l'infantilisme du XXIe siècle ? On est à la fois con et snob, binaire et goguenard. On simplifie tout, en clignant de l’œil pour bien montrer qu'on n'est pas dupe. Et au bout du compte, rien ne subsiste, ni du passé ni du présent. Ne reste, en guise de réalité, qu'une dévastation narquoise. »

Alain Finkielkraut, La seule exactitude (Stock, 2013)

Soleil noir.png

« Un peuple n'est pas un ensemble d'acteurs actuels ou d'institutions présentes, cohérentes seulement dans le présent. Acteurs et institutions sont tendus vers la durée. Si des idéologues ou des démagogues induisent ce peuple à des actes ne servant que l'utilité immédiate ou les passions présentes, s'ils l'induisent à croire possible une consommation sans investissements, une politique au jour le jour, une libération sans contrôle, le peuple ne peut continuer à être un peuple. Il n'est qu'une foule, en train de se détruire, une populace, résidu d'un peuple assassiné ou suicidé. »

« Les progressistes sont d'accord avec les entrepreneurs et capitalistes pour accueillir n'importe quel immigrant lorsque manque la main d’œuvre, en postulant qu'une fois instruit (par l'école) il sera substituable à un natif, quelles que soient ses habitudes ancestrales, ses empreintes infantiles, ses traditions, ses croyances. Si l'on est en panne (de voiture ou de santé), on souhaite avant tout avoir affaire à un bon spécialiste, quelle que soit sa mentalité ou sa couleur. Mais ce qui vaut pour un cas individuel et momentané ne vaut pas pour l'avenir d'un peuple. »

« La ruine d'un peuple civilisé peut s'opérer par des chocs extérieurs, par des défaites militaires accidentelles, ou par des révolutions et des désordres toujours aggravés, avec règlements de comptes indéfinis, ou par l'effet d'immigrations déréglées, de plus en plus massives, qui changent d'abord invisiblement l'esprit des institutions lorsque les promotions sociales, accélérées par l'anti-natalité des classes autochtones, y amène les immigrants en rangs serrés et leur permet de tout submerger, de parler de plus en plus haut et de tout détraquer. »

« L 'assimilation des immigrés ne se fait pas régulièrement, contrairement aux illusions du melting pot et aux croyances en la toute-puissance de l'éducation. Elle s'opère dans des convulsions, qui mettent en péril la civilisation même. Les immigrés trop nombreux imposent comme malgré eux, leurs manières de vivre, choquantes pour les autochtones. Ou ils refusent consciemment de se laisser assimiler, en prétendant assimiler à leur tour la population accueillante, découragée ou endoctrinée.

Il est puéril de s'imaginer que les U.S.A. resteront les U.S.A., avec leur style, lorsque les Anglo-Saxons n'y représenterons plus qu'une faible minorité, ou que la Suisse restera la suisse si les Turcs ou Yougoslaves y deviennent prédominants, ou qu'Israël sera toujours Israël si les Juifs européens, fondateurs, par départ ou dénatalité, ne sont plus là. »

Raymond Ruyer, Les cent prochains siècles (Fayard, 1977)

 

Soleil noir.png

 

« L'exotisme, ça a pas que des bons côtés. C'est pas pour rien que la Seine-Saint-Denis voit refleurir la tuberculose. Comme au dix-neuvième siècle. Des souches tchétchènes sacrément coriaces, même, à ce qu'il paraît. Tous ces braves gens, ils l'ont importé avec eux, le tiers-monde. Ces garages clandestins et ces vendeurs de maïs, c'est vraiment un truc qu'on s'attendrait à voir uniquement dans les pires pays sous-développés d'Afrique. Ben non, c'est à Saint-Denis, juste à côté de Paris. Saint-Denis, la ville dont la basilique abrite les tombeaux des rois de France. Quelque part, ça fout les boules. Et pour le coup, c'est la fine fleur des crevards qui s'est donné rendez-vous ici. Que des hommes, pas de femmes, ni même de jeunes. Des types qui ont entre 25 et 50 ans, parfois plus Les plus vieux, ils ont des dégaines de marabouts avec des barbiches grises et des djellabas. Les plus jeunes, ils sont habillés comme des apprentis rappeurs de Lagos. »

« Là-aussi, tout le trajet, c'est folklo. Une architecture sinistre, la plupart du temps. On passe systématiquement à l'aller et au retour, sur une vaste place avec un bâtiment dans le style carrelage de chiottes, tout droit issu des années quatre-vingts. Et là, à chaque fois, une bande de petits Noirs. Des gamins de huit à douze ans, ils doivent être une bonne vingtaine. Habillés quasiment en loques, l'air agressif. Regards mauvais et arrogants. Une vraie meute. Étrangeté radicale. Pas rassurant. On se croirait danse ne sais quel bled du tiers-monde, et la chaleur ambiante ne fait rien pour adoucir le tableau. Ça sent le fait divers, la violence rampante. L'hostilité franche frontale. Brutale, arrogante et sans pitié. On est chez eux, et ils y font ce qu'ils veulent.. Et pas que du bien. Je suis pas fâché d'être bien planqué dans la cabine du camion pour le coup. Entre eux et le reste du monde,, un mur de haine et de méchanceté. Palpable. Pour rien au monde je ne voudrais passer à pied. Putain.

Y'a aussi Tremblay en France, des cités immenses. Avec beaucoup d'espaces verts. Beaucoup de Noirs, surtout des femmes, uniformes tongs et boubou de rigueur. Et des tas de gamins. Et des Arabes en djellabas, avec des barbes à la Ben Laden. Un mélange entre Kaboul, Alger et Bamako. »

Paul Fortune, Poids lourd (2015)

Soleil noir.png

 

« Le multiculturalisme des gigantesques sociétés contemporaines prétend mettre lea diversité à portée de main. Mais le multiculturalisme est en réalité, et par la force des choses, un anticulturalisme ou, au mieux, un multi-sous-culturalisme: il n'y a plus en effet, en sus des règles minimales de coexistence et des appareils policiers et judiciaires qui s'emploient, avec plus ou moins de succès, à les faire respecter, que le commerce pour transcender l'hétérogénéité des modes de vie en un même lieu. Enchantez-vous de la diversité : vous êtes tous dans l'économie de marché. Celle-ci occupe alors la place centrale et déterminante (c'est bien pourquoi le capital est favorable audit multiculturalisme)., et toutes les cultures, ainsi satellisées, s'en trouvent dévitalisées. De plus, les tenants des sociétés multiculturelles ignorent la question de la distance adéquate pour un rapport fécond : en deçà d'un certaine distance, c'est la volonté de prendre ses distances qui domine – de sorte qu'en même temps que les différences culturelles s'affaiblissent, les différentes communautés s'ignorent, se retranchent ou s'affrontent. »

Olivier Rey, Une question de taille (Stock, 2014)

 

Soleil noir.png

« En dépit des catastrophes qui ont fait de l'Europe un ensemble veule, amnésique, informe et culpabilisé, cherchant à se prémunir des Barbares par des implorations et de viles flatteries, la révolte contre cette indignité a commencé sous nos yeux, venant souvent de là où on ne l'attendait pas, traçant les présages d'une reconquête intérieure. Redevenir maître de soi et chez soi, tel est l'espoir. Pouvoir regarder ses enfants sans blêmir de honte, et, le jour venu, quitter la vie en sachant l'héritage assumé.

Sous nos yeux, une page d'histoire a commencé de tourner. Nous sommes entrés dans une époque qui connaîtra d'intenses bouleversements. Ceux-ci exigeront de nouvelles "représentations", de nouvelles visions du monde et de nouvelles énergies. Leurs prémices suscitent dès maintenant le besoin, pour les Européens, du retour à soi, à l'esprit de leur esprit. »

Dominique Venner, Un samouraï d'occident (Pierre-Guillaume de Roux, 2013)

Samouraï d'occident.jpg

 

 

16:00 Publié dans Citations | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.