Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/10/2015

La seule exactitude...

« La politique européenne d’immigration repose sur l’idée que les individus sont interchangeables.
(…) L’un peut faire office de l’autre et l’autre de l’un : aux yeux de ceux qui comptent, le monde est un immense réservoir de travailleurs inconnus. Si nous n’abandonnons pas cette anthropologie désespérante, elle finira par avoir raison de notre civilisation. »

 

Les éditions Stock viennent de publier La seule exactitude, le nouvel ouvrage d'Alain Finkielkraut, qui regroupe ses chroniques publiées dans le mensuel Causeur. Après la violente polémique déclenchée par la publication de L'identité malheureuse (Stock, 2013), Alain Finkielkraut doit à nouveau faire face avec la sortie de ce livre à la meute ds roquets de la bien-pensance...

 

Seule exactitude.jpg

" Les années trente, dit-on, sont de retour. La droite intégriste et factieuse occupe la rue, l'ordre moral sort des catacombes, la crise économique pousse à la recherche d'un bouc émissaire et l'islamophobie prend le relais de l'antisémitisme. Cette analogie historique prétend nous éclairer : elle nous aveugle. Voulant lire ce qui arrive à la lumière de ce qui est arrivé, elle en occulte la nouveauté inquiétante.
Montrer que nous vivons un tournant historique, paradoxalement masqué par la référence incessante à l'Histoire ; appréhender ce moment crucial dans ce qu'il a d'irréductible au répertoire de nos vicissitudes : tel est le pari de ce livre. Et l'enjeu est existentiel autant qu'intellectuel. Si, comme l'écrit François Mauriac, "l'épreuve ne tourne jamais vers nous le visage que nous attendions", il nous incombe d'être à l'heure au rendez-vous et de regarder en face le visage que nous n'attendions pas.
Dans une époque qui tend à se prendre pour une autre, l'exactitude devient la tâche prioritaire de la pensée. "

Les commentaires sont fermés.