Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/06/2018

Quand des volontaires français rejoignaient la division Charlemagne...

Les éditions Jourdan viennent de publier un ouvrage de Dominique Lormier intitulé SS français - Récits, lettres et témoignages inédits de la SS Charlemagne. Sur le même thème, les éditions Nemrod publient Sous uniforme allemand, un récit inédit de Jean-Marie Croisile qui retrace son parcours dans la Légion des volontaires français contre le bolchévisme, puis dans la division Charlemagne.

 

Lormier_SS français.jpg

" Cet ouvrage captivant présente les récits inédits de Waffen SS français ayant lutté contre l'armée soviétique en 1944-1945. Dans la neige et le froid, contre un adversaire implacable, et mieux armé, ils ont été engagés dans des opérations souvent suicidaires, de véritables missions de sacrifice ultime.

Chez beaucoup d'engagés français dans la Waffen SS on retrouve la quête d'un " idéal " fasciste, porté par la camaraderie indestructible du front, la nostalgie fraternelle des tranchées, le culte de la force virile, la fascination pour l'univers militaire allemand, la haine du communisme et du capitalisme, le goût de l'aventure et de l'épopée guerrière, la volonté de restaurer l'héroïsme militaire français dans un cadre européen... Ils rêvent d'un ordre militaire nouveau, hérité de la chevalerie médiévale. Un ordre fondé sur la discipline, l'honneur, la fidélité, le sens du sacrifice, le mépris de la mort. Un ordre quasi religieux, où se retrouvent des catholiques traditionalistes et des païens convaincus. Tous ne sont pas antisémites, mais avant tout anticommunistes.

La Waffen SS " française " recrute des idéalistes, des braves types, des moins braves types, des fanatiques, des fourvoyés, des malchanceux. On y retrouve toutes les classes sociales de la France de l'époque : aristocrates, bourgeois, fonctionnaires, ouvriers et paysans.

Cet ouvrage ne se veut en aucun cas une réhabilitation déguisée de ces combattants d'une cause perdue. L'auteur se contente de relater le plus fidèlement possible leurs témoignages, tout en écartant toute forme d'apologie du nazisme. "

Croisille_Sous uniforme allemand.jpg

" En février 1943, déterminé à participer à la lutte contre le communisme sur le front de l'Est, Jean-Marie Croisile signe son engagement au sein de la Légion des volontaires français contre le bolchevisme. Un choix qui le conduira plus tard à intégrer la 33e Division SS Charlemagne avec laquelle il participera à la défense de Berlin. À l'automne 1943, c'est au tour de son jeune frère, Alain Croisile, puis de leur père, Jean Croisile, de signer un engagement au sein de la Waffen-SS. À la lumière de l'histoire, il s'agit d'un choix indéfendable qui les conduira à la fin de la guerre à affronter la Haute Cour de Justice de Colmar pour avoir « sciemment accompli des actes de nature à nuire à la défense nationale. » Au vu de l'histoire familiale, il s'agit d un choix d'autant plus incompréhensible que le père, Jean Croisile, est un ancien héros de la guerre de 1914-1918, cinq fois blessé dans les combats, dont trois fois à Verdun, mais aussi un vétéran de la campagne de 1940 au cours de laquelle il s'est encore battu vaillamment contre l'ennemi allemand. « Je puis assurer, en toute conscience, que malgré nos pauvres moyens matériels, j'ai toujours résisté face à l'ennemi, de toutes mes forces, et s'il y avait eu en France plus de résistants à ce moment-là [mai 1940], il est bien certain que les événements auraient pris une tout autre tournure », déclarait d'ailleurs Jean Croisile aux jurés chargés de le juger en 1945. Construit autour du récit inédit de Jean-Marie Croisile, et complété par différentes recherches qui permettent de retracer le parcours de cette famille depuis les années 1900 jusqu'à son procès devant la Haute Cour de Justice de Colmar, Sous uniforme allemand dévoile pour la première fois, sans romantisme ni emphase, ce que fut le cheminement complet de ces hommes qui firent le choix d'aller combattre sur le front de l'Est et la réalité de ce qu'ils vécurent. "

02/10/2017

L'envers du IIIe Reich...

NRH 92.jpg

La Nouvelle Revue d'Histoire est en kiosque (n° 92, septembre - octobre 2017).

Le dossier central est consacré à l'envers du IIIe Reich. On peut y lire, notamment des articles d'Yves Nantillé ("L'Ahnenerbe, « laboratoire secret » du Reich millénaire"), de Blaise Seilhan ("La Waffen SS, une armée internationale"), de Jacques Berrel ("Le mythe du réduit alpin"), de Jean Kappel ("Le Werwolf, une ultime résistance vouée à l'échec") et de Jérôme Denoix ("L'agonie du Reich").

Hors dossier, on pourra lire, en particulier, des articles de Philippe Conrad ("Histoire, mémoire, identité" ; "Pierre Chaunu"), de Laurent Wetzel ("Quelle histoire enseigner à l'école, au collège et au lycée ?"), de Martin Benoist ("Le coup d'état de Fructidor an V. La République contre les élections"), d'Henri Ortholan ("1917. La tragédie du chemin des Dames") et d'Aude de Kerros ("Le Street Art, un phénomène en voie de récupération"), ou encore les chroniques de Péroncel-Hugoz et de Philippe d'Hugues...

12/11/2016

Ses missions secrètes...

Les éditions du Nouveau Monde viennent de rééditer Mes missions secrètes, les mémoires d'Otto Skorzeny. Officier autrichien de la Waffen SS, en charge des opérations spéciales les plus sensibles avec son commando Friedenthal, Otto Skorzeny est bien connu notamment pour sa participation, en septembre 1943, à la libération de Mussolini, après la déposition de celui-ci par le roi Victor-emmanuel III. Cette figure charismatique poursuivra après la fin de la guerre une vie aventureuse de mercenaire au service de la lutte contre le communisme. On notera enfin que c'est Otto Skorzeny qui a inspiré le personnage du colonel Olrik à Edgar P. Jacobs, le créateur de Blake et Mortimer !...

 

Mes missions secrètes_Skorzeny.jpg

" Surnommé par ses biographes « l'homme le plus dangereux d’Europe », Otto Skorzeny fut un des hommes de main favoris d’Hitler et l’officier commando allemand le plus médaillé de la Seconde Guerre mondiale, pour ses actions d’éclat audacieuses. À son actif, le rapt de Mussolini détenu par les insurgés royalistes en 1943, ou encore son coup de main contre le régent hongrois Horthy qui s’apprêtait en 1944 à signer une paix séparée avec Staline. Il s’illustre également lors de la bataille des Ardennes avec un commando déguisé en soldats américains qui s’infiltre dans les rangs alliés et vole des tanks Sherman : la rumeur se répand d’un projet d’assassinat contre Eisenhower obligeant ce dernier à rester confiné dans ses quartiers pendant des semaines.

Jouissant d’un grand prestige auprès des officiers alliés, il est rapidement libéré après la guerre, sans doute parce qu’il accepte de coopérer avec la CIA. Il s’installe en Espagne où on lui prête de nombreuses activités : aide à l’évasion d’anciens nazis en Amérique du Sud, trafics en tous genres. "

07/03/2016

Chez Léon...

Les éditions Pardès viennent de publier, dans leur collection Qui suis-je, une biographie de Francis Bergeron consacrée au flamboyant, sulfureux et truculent Léon Degrelle, et à son aventure politique et guerrière. Journaliste, Francis Bergeron est déjà l'auteur, dans la même collection, de biographies  de Saint-Loup , de Hergé et de Maurice Bardèche , ainsi que d'une géopolitique de Tintin intitulée Hergé, le voyageur immobile (Fol'Fer, 2015).

Degrelle.jpg

" Léon Degrelle (1906-1994): « Seule compte la foi, la confiance brûlante, l'absence complète d'égoïsme et d'individualisme, la tension de tout l'être vers le service, si ingrat soit-il, n'importe où, n'importe comment, d'une cause qui dépasse l'homme, lui demandant tout, ne lui promettant rien. » (1944.)

Degrelle a été un vrai héros de roman à la Alexandre Dumas, un personnage fascinant, digne des plus grandes épopées, avec sa part de faconde, de farce, de grandiloquence, d'autojustifications, d'aveuglement, d'échecs, mais aussi d'héroïsme, de grandeur, de tragédie. Écrivain précoce, curieux de tout, Léon Degrelle a effectué son premier reportage au Mexique à 23 ans. Puis, ce militant catholique, ami d'Hergé, polémiste dans l'âme, s'est lancé bruyamment dans la politique en faisant de Rex, journal et maison d'édition de l'Action catholique belge, un parti qui obtiendra vingt et un députés et onze sénateurs en mai 1936. Député de Bruxelles en avril 1939, son immunité parlementaire est bafouée par une arrestation arbitraire en mai 1940. Méprisé par les autorités allemandes d'occupation de la Belgique, il prendra sa revanche sur le front de l'Est : engagé comme simple soldat sous uniforme allemand, en août 1941, il terminera la guerre, à 38 ans, avec le titre de commandeur de la division SS Wallonie. Par sa force de conviction, sa lecture de l'Histoire et son talent d'écrivain (La Campagne de Russie 1941-1945), il s'efforcera de nous convaincre que la croisade antibolchevique était une guerre juste, faite d'esprit de sacrifice et de don de soi. Ce «Qui suis-je?» Degrelle retrace la vie tumultueuse de cet ancien militant de la jeunesse catholique belge, personnage à multiples facettes et au destin exceptionnel, qui, après 1945, de son exil en Espagne, se fera le metteur en scène de sa propre gloire. "

02/06/2014

L'ennemi utile...

Les éditions allemandes Schneider Text viennent de publier en français une étude de Pierre Thoumelin intitulée L'ennemi utile et consacré à la présence massive de soldats allemands, anciens de la Wehrmacht et de la Waffen SS, dans les unités de la Légion étrangère qui ont combattu pour la France en Indochine. Un fait bien connu des férus d'histoire militaire mais largement ignoré du grand public...

 

L'ennemi utile.jpg

" Ce livre retrace l'itinéraire improbable de milliers d'anciens soldats allemands de la Wehrmacht et de la Waffen-SS, ayant servi le Troisième Reich durant la Seconde Guerre mondiale, entre l'Europe au sortir de la guerre et l'Indochine française en cours d'émancipation. Depuis la création de la Légion étrangère en 1631, les Allemands ont toujours été présents en nombre dans ce corps d'armée unique au monde, où se côtoient les nationalités les plus diverses. Malgré une opinion publique française massivement hostile aux Allemands et l'Allemagne après quatre années d'occupation nazie, l'armée française continue de recruter de très nombreux Allemands - et ce dès 1943 ! L'Allemagne en ruine et les camps de prisonniers de guerre, où les conditions de vie sont souvent atroces, sont un terrain privilégié pour les recruteurs de le Légion, qui font miroiter aux vétérans allemands l'idée d'une vie d'aventures dans des paysages exotiques. En réalité, l'armée française, en voie de reconstruction, est à le recherche d'hommes ayant une expérience de combat et connaissant les tactiques à employer contre des Insurgés. Sur prés de 73 000 légionnaires ayant combattu en Indochine. prés de 30 000 sont Allemands ou Autrichiens. Une germanisation galopante de la Légion donne naissance en France, et en Allemagne, aux rumeurs les plus folles. A l'assemblée nationale, les députés communistes dénoncent bientôt l'emploi de criminels de guerre nazis par l'armée française en Indochine. Fruit de plusieurs années de recherches dans les archives allemandes et françaises, cet ouvrage propose un regard croisé sur l'histoire de ces légionnaires allemands au service de la France. De nombreux témoignages inédits d'anciens légionnaires et de soldats français de corps expéditionnaire français ayant servi en Indochine permettent une mise en perspective approfondie de la documentation officielle. Pour le première fois, un livre s'intéresse de près à ces improbables relations franco-allemandes dans le domaine militaire et qui naissent dès avent le fin de la Seconde Guerre mondiale. "

31/12/2010

Un petit tour chez Léon...

L'excellente revue Axe & Alliés dans son dernier numéro hors série vient éclairer le parcours atypique de  Léon Degrelle, personnage excessif, ambitieux et truculent, successivement dirigeant des étudiants catholiques, journaliste et ami d'Hergé, chef du mouvement rexiste, combattant courageux de la légion Wallonie, figure de proue de la propagande nazie, puis, déchu de sa nationalité belge à la fin de la guerre, oracle du fascisme international jusqu'à sa mort dans son exil espagnol en 1994.

 

Axe et alliés HS n°10.jpg

La légion Wallonie et Léon Degrelle

L’épopée des volontaires belges au sein de l’armée allemande : du corps-franc Wallonie au 28. SS-Freiwilligen-Grenadier-Division Wallonien

Formée sous l’impulsion du chef rexiste Léon Degrelle, la légion Wallonie rassemblera environ 4 000 volontaires venus de Belgique. Engagée uniquement sur le front de l’Est, elle fait preuve de grandes qualités combatives à Tcherkassy, fin 1943, où elle est pratiquement anéantie. Sa notoriété tient aussi à la personnalité de son chef, le « beau Léon », figure charismatique que la propagande nazie met largement en avant.

Ce hors série exceptionnel d’Axe & Alliés revient sur les conditions de la formation des « Wallons », l’historique du mouvement rexiste, les terribles combats sur le front de l’Est et le parcours hors du commun de Léon Degrelle.

Un hors-série rédigé par Eddy De Bruyne, qui a rassemblé ici une somme de photos et de témoignages totalement inédits.