Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/05/2018

La grande pitié des arbres de Corrèze...

 Nous reproduisons ci-dessous une chronique de Richard Millet, cueillie sur son site personnel et dans laquelle il évoque la beauté de ces arbres que des technocrates sans âme font abattre au bord de nos routes...

Auteur de La confession négative (Gallimard, 2009) et de Tuer (Léo Scheer, 2015), Richard Millet a publié cet automne aux éditions Léo Scheer un roman intitulé La nouvelle Dolorès et, tout dernièrement, son Journal de l'année 1971 à l'année 1994.

 

Richard Millet Liban 2.jpg

 

 

La grande pitié des arbres de Corrèze

Pendant que les syndicats, ultimes relais de partis politiques moribonds, rêvent de commémorer le cinquantenaire de Mai 68 en tentant d’organiser une grève générale avec le concours de petits-bourgeois cheminots, pilotes d’Air France et étudiants, le Conseil régional de la Corrèze fait abattre les arbres du bord des routes. Il y a donc eu un technocrate pour « initier » le projet, un bureaucrate pour la « finaliser », des politicards pour la mettre en application. Plus de 20.000 arbres ont déjà été abattus afin de « protéger » le bitume de l’égouttement des arbres et déployer la fibre optique, à charge pour propriétaire de payer les frais de cet « élagage » qui détruit une part considérable du paysage. Cette pratique rappelle celle par laquelle les autorités chinoises font payer aux familles la balle qui a servi à exécuter un de leurs membres.A cela je n’échapperai pas, pour les quelques arbres que je possède et qui surplombent légèrement, à Viam, la route Limoges-Ussel.Cette modification du paysage n’est pas du même ordre que les grandes coupes de bois, fréquentes dans le nord de ce département : il s’agit du bord des routes, c’est-à-dire de lieux de passage et de promenade, qui sont les « eaux étroites » de ces hautes terres, pour reprendre une terminologie gracquienne. Abattre les arbres, c’est une nouvelle fois jouer l’horizontalité contre la verticalité, la connexion contre l’ordre naturel de la forêt, la Technique contre l’immémorial, le vivant contre la culture de mort.Les beaux vers de Ronsard contre les bûcherons mettant à bas la forêt de Gastine me reviennent à l’esprit :

                    « Ecoute bûcheron (arrête un peu le bras)

                    Ce ne sont pas des bois que tu jettes à bas

                    Ne vois-tu pas le sang lequel dégoutte à force 

                    Des Nymphes qui vivaient dessous la dure écorce ? »

Oui, alors que les hystéries migratoires, animalières et féministes atteignent leur acmé, il faut rappeler que les arbres ne sont pas que du bois, ni le paysage seulement du territoire à « aménager » : il y va de notre lien avec un des emblèmes les plus visibles de la nature, sans lequel il est difficile de vivre. « Nul ne se promène impunément sous les palmes », disait Goethe. En effet, la marche sous les arbres, dans la campagne, relève souvent de l’expérience personnelle. En priver les habitants d’un des départements les moins peuplés de France et qui, pour cette raison, est particulièrement vivable, pour ceux qui préfèrent les grands arbres aux petits-bourgeois mondialisés, voilà qui est hautement criminel ; et les technocrates qui ont mis en oeuvre cette solution finale ont sans doute puisé leur inspiration dans la très archaïque pulsion par laquelle l’homme cherche à périr ou faire périr en masse, laquelle pulsion qui a trouvé tant d’illustrations, depuis le massacre des Arméniens et des Syriaques par les Turcs et les Kurdes, il y a une centaine d’années.

Richard Millet (Site personnel de Richard Millet, 22 avril 2018)

 

20/07/2017

La défense sous le feu des technocrates...

Vous pouvez découvrir ci-dessous une chronique d'Éric Zemmour sur RTL, datée du 13 juillet 2017 et consacrée à la réduction du budget de la défense imposée par Emmanuel Macron et les  technocrates de Bercy et qui a débouché hier sur la démission du Chef d'état major des armées, le général d'armée Pierre de Villiers...

 

                                       

17/12/2014

Pour apaiser la colère de nos maîtres...

Vous pouvez découvrir ci-dessous une chronique d'Éric Zemmour sur RTL, datée du 9 décembre 2014 et consacrée à la loi Macron...

 


Éric Zemmour : "La piétaille judiciaire... par rtl-fr

14/04/2014

Portrait d'un petit machiniste du nouvel ordre mondial...

Vous pouvez découvrir ci-dessous, cueilli sur le site de Boulevard Voltaire, le portrait éclairant, dressé par Jean-Yves le Gallou, de Jean-Pierre Jouyet, nouveau secrétaire général de l'Elysée et membre éminent de l'oligarchie...

 

Jouyet Hollande.jpg

Jouyet : l’UMPS à la tour de contrôle de l’État

Sous la Ve République, le poste de secrétaire général de l’Élysée est capital. C’est la tour de contrôle de l’État, le lieu de coordination des ministres, le centre de commandement et d’impulsion de l’appareil d’État.

Bien souvent, le Premier ministre se montre au Parlement, dans les médias pendant que le secrétaire général de l’Élysée gouverne. Vous avez aimé le couple Guéant/Fillon ? Vous adorerez davantage encore le couple Jouyet/Valls. Le discret Jouyet sera aux machines pendant que Valls s’agitera dans son habit de lumière.

Jouyet est un homme urbain et courtois parfaitement au fait de la machinerie bureaucratique et financière : ancien patron de la direction du Trésor, de l’Inspection générale des finances puis de la Caisse des dépôts, il est passé par la banque Barclays et l’Autorité des marchés financiers, c’est un serial administrateur ! Il commença même sa carrière comme chef de bureau au service de la législation fiscale, ce qui est de bon augure pour les contribuables…

Mais surtout, Jouyet est au barycentre de l’idéologiquement correct : européiste, il a servi auprès de Delors, alors président de la Commission européenne ; atlantiste, il préside l’Institut Aspen France qui sélectionne les« young leaders » ; distingué oligarque, il est observateur au conseil d’administration du club « Le Siècle » ; ami des financiers, il a côtoyé, chez les Gracques, Matthieu Pigasse, patron de la banque Lazard et Bernard Spitz, président de la Fédération française des sociétés d’assurances ; comme patron de l’Autorité des marchés financiers, il a parrainé des réformes aussi timides que respectueuses des intérêts des grandes banques d’affaires. Il pourra cohabiter sans problème avec son adjoint Emmanuel Macron de la banque Rothschild. Jouyet a un profil rassurant pour nos suzerains bruxellois et new-yorkais.

Allons plus loin. En nommant Jouyet à l’Élysée, Hollande prend un coup d’avance. Il sait que Valls, exposé en première ligne, va s’user. Qu’après avoir été léché par les médias, Valls finira lâché, sinon lynché. Hollande sait aussi qu’il lui sera dur, à lui, entre manifestations à répétitions et déroutes électorales, de tenir jusqu’en 2017. Et que la solution d’une nouvelle cohabitation (éventuellement après dissolution) s’imposera. Quel meilleur organisateur pour une nouvelle cohabitation que Jouyet ?

Jouyet qui a servi comme (très) haut fonctionnaire sous Raffarin, Villepin, Fillon, Copé. Jouyet qui, à la tête des Gracques, a promu un projet d’alliance PS/UDF. Jouyet qui a été ministre d’ouverture de Sarkozy. Jouyet qui a côtoyé les Lemaire, les Bertrand et les Nathalie Kosciusko-Morizet.

Jouyet, ce n’est pas seulement le petit machiniste du nouvel ordre mondial, c’est aussi l’incarnation propre sur elle, urbaine et technocratique de l’UMPS.

13/11/2011

Tour d'horizon... (17)

Hadoque.gif

Au sommaire cette semaine :

- sur Metamag, Jean Bonnevey analyse les rumeurs évoquant une prochaine attaque d'Israël contre l'Iran...

Israël - Iran : vers la guerre de trop ?

metamag, jean bonnevey, israël, iran, Benjamin Netanyahou, ehoud barak, mossad, guerre, attaque, sarkozy,

- sur Presseurop, dans un article tiré du quotidien milanais Il sole 24 ore, le juriste italien Guido Rossi en appelle à un retour de la démocratie politique en Europe...

La technocratie n'est pas la solution

metamag, jean bonnevey, israël, iran, Benjamin Netanyahou, ehoud barak, mossad, guerre, attaque, sarkozy,

23/10/2011

Alain de Benoist s'entretient avec David L'Epée (1/2)...

De nationalité suisse, David L'Epée est un jeune journaliste d'idées indépendant.  Alain de Benoist répond à ses questions...

Thèmes abordés :

1 – Alain de Benoist : penseur de gauche ou de droite ?
2 –  Qu’est-ce que la Nouvelle Droite ?
3 –  Les médias et l’étiquette de droite
4 –  Une évolution intellectuelle de la droite vers la gauche ?
5 –  L’intellectuel engagé face au militant de parti
6 –  Quête de vérité et recherche d’efficacité
7 –  L’élite et le peuple
8 –  Gramsci et la méthode du combat culturel
9 –  Une droite allergique aux intellectuels
10 –  L’Europe fédéraliste des peuples : contre l’Union européenne et contre les nationalismes
11 –  Quelle alternative à la technocratie européiste ?
12 –  Un exemple de résistance à l’européisme : la Suisse
13 –  La géopolitique des blocs pour un monde multipolaire.


Entretien avec Alain de Benoist 1/2 par davidlepee