Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/10/2016

la promesse de l'Est...

Les éditions du Seuil viennent de publier une étude de Christian Ingrao intitulée La promesse de l'Est - Espérance nazie et génocide 1939-1943. L'auteur est, sans doute, avec Johann Chapoutot, un des meilleurs spécialistes  français de l'histoire du IIIe Reich. On lui doit notamment Croire et détruire (Fayard, 2010),  une étude sur le parcours des élites du SD et de la SS, ainsi qu'un essai étonnant, intitulé Les chasseurs noirs (Perrin, 2006) et consacré à la Brigade Dirlewanger, unité spéciale de la Waffen SS, spécialisée dans la lutte contre les partisans et recrutée parmi les condamnés pour braconnage...

 

promesse de l'est.jpg

" Comment les nazis ont-ils rêvé leur victoire et le "Reich de mille ans" ? Entre 1939 et 1943, l'utopie impériale nazie connut des débuts de réalisation dans les espaces conquis à l'Est, brutalement vidés de leurs habitants, déplacés, réduits en esclavage et, pour les juifs, ainsi que de nombreux Slaves, assassinés. Elle eut ses ingénieurs, ses agences et ses pionniers (pas moins de 27000 jeunes Allemands). Elle suscita ferveur et adhésion. Dans le Reich de mille ans aux frontières élargies par la conquête, une communauté racialement pure vivrait bientôt une existence réconciliée de prospérité sereine. Christian Ingrao examine pour la première fois, dans leur cohérence et dans leurs tensions, le travail des différentes institutions, le parcours des hommes et des femmes qui y ont pris part, l'ampleur des planifications successivement dessinées. Il poursuit une anthropologie sociale de l'émotion nazie et dévoile, à côté de la haine et de l'angoisse, la part de la joie et de l'attente-deux faces d'une même réalité. L'espérance nazie fut le cauchemar des populations. C'est ce que révèle crûment l'étude des violences déchaînées à l'échelle de la région de Zamosé, aux confins de la Pologne et de l'Ukraine. Un grand livre, qui porte sur l'un des aspects les plus méconnus du nazisme. "

29/06/2015

Une Croisade contre le Graal ?...

Les éditions Camion noir viennent de rééditer Croisade contre le Graal - Grandeur et chute des Albigeois, d'Otto Rahn, un classique de l'Histoire secrète. Le personnage d'Otto Rahn, historien, archéologue, fasciné par le catharisme et membre de la SS, a été popularisé par Louis Pauwels et Jacques Bergier dans Le matin des magiciens, ainsi que par Saint-Loup dans Nouveaux Cathares pour Montségur. Il passe également pour avoir inspiré le personnage d'Indiana Jones, créé au cinéma par Steven Spielberg.

 

Croisade contre le Graal.jpg

" Croisade contre le Graal est un livre qui mérite doublement d’être lu. Tout d’abord pour ce qu’il nous conte : la lutte acharnée de l’Église catholique contre l’hérésie cathare qui dura de 1209 à 1255 et qui ravagea le Languedoc et le comté de Toulouse. Ensuite, pour l’étrange personnalité de son auteur, Otto Rahn, dont on sait qu’il a inspiré à Steven Spielberg le personnage d’Indiana Jones. Rahn mena plusieurs expéditions en Ariège, où il pensait prouver la véracité historique de la légende du Parzifal de Wolfram von Eschenbach et ainsi trouver le Graal qu’il considérait être un symbole païen. Cet individu fut pour le moins hors du commun puisque ce spécialiste des Cathares, des troubadours et de la littérature romane du Moyen Âge fut aussi membre de la SS à partir de 1935, où, en tant qu’archéologue, il poursuivit ses recherches sur le Catharisme et le Graal. Incorporé à l’état-major de Himmler, il y rencontre Karl Wolff et entretient des relations avec le mystérieux Karl Maria Wiligut, surnommé le « Raspoutine de Himmler ». En 1939, il démissionne de l’organisation après que son homosexualité ait été dénoncée. Son destin s’achève le 13 mars 1939, sur le glacier de l’Empereur sauvage, en Autriche, où il est retrouvé mort de froid, à la manière de l’Endura cathare. Il y a là tous les éléments pour faire de Croisade contre le Graal un ouvrage sulfureux et maudit à ne pas mettre entre toutes les mains... "

31/03/2015

Les dirigeants nazis vus par le "meilleur" d'entre eux....

Les éditions Perrin viennent de publier Portraits de nazis, un ouvrage de Werner Best, préfacé par Eric Kerjean, auteur d'une biographie de l'amiral Canaris.

Énième ouvrage sur le nazisme ?... Non, au contraire, un témoignage passionnant par un acteur important du deuxième cercle du régime qui mérite d'être lu.

Brillant juriste, Werner Best rejoint le NSDAP en 1930, après voir, au cours des années 20, participé à la résistance contre l'occupation française et fréquenté les cercles néo-nationalistes. Membre de la SS, il intègre, dès l'arrivée d'Hitler au pouvoir en 1933, les services de sécurité. Il est en 1939 numéro 2 du tentaculaire Office central de sécurité du Reich (RSHA), dirigé par Heydrich. La rivalité qui l'oppose à son chef l'amène à quitter les organes de sécurité. Après un passage en France, il termine la guerre comme plénipotentiaire du Reich au Danemark. C'est donc un hiérarque nazi qui nous livre ces portraits de Ribbentrop, Hitler, Göring, Canaris, Himmler et Heydrich, dont l'originalité tient au fait que leur auteur ne renie pas ses convictions national-socialistes et qu'il se livre à une critique des dirigeants du régime d'un point de vue interne à celui-ci...

On notera au passage que Werner Best, comme juriste de la SS, a été un farouche détracteur de Carl Schmitt et de ses théorie en matière de "Grand espace" et de "droit des gens" et qu'il est à l'origine de son éviction des cercles du pouvoir nazi.

La biographie que l'historien allemand Ulrich Herbert a consacré à Werner Best est disponible aux éditions Tallandier, sous le titre Werner Best - Un nazi de l'ombre.

 

Portraits de nazis.jpg

" Haut dignitaire du IIIe Reich, Werner Best a occupé des postes clés au sein de l'appareil nazi : juriste et éminence grise de la SS, il fut chef adjoint de la police secrète, administrateur de la France occupée, puis plénipotentiaire du Reich au Danemark. Emprisonné à Copenhague à la fin de la guerre, Best entreprit de croquer six hiérarques du nazisme qu'il a, par ses fonctions, côtoyés à de nombreuses reprises : Hitler, Göring, Ribbentrop, Himmler, Heydrich et Canaris. Ces portraits de nazis par l'un d'entre eux mêlent souvenirs personnels, analyses psychologiques et réflexions historiques. Best montre par exemple un Hitler fort chaleureux à ses débuts en politique, puis sombrant dans la folie. Se découvrent également un Göring à la fois boute-en-train, amateur d'art et de secrets, ou un Ribbentrop nerveux et souffreteux, totalement soumis au Führer. Publiés en France pour la première fois, ces six portraits sont présentés et annotés afin de donner au lecteur les clés de compréhension de ce texte au goût de soufre. Car Werner Best reste un idéologue et vise trois objectifs : justifier ses actes, expliquer l'échec du IIIe Reich et repenser le nazisme. "

06/02/2015

Aux sources d'un fantasme contemporain...

Les Presses universitaires de France viennent de publier un essai de Stéphane François intitulé Les mystères du nazisme - Aux sources d'un fantasme contemporain. Docteur en science politique, Stéphane François a déjà publié Musique europaïenne : ethnographie d'une subculture de droite (L'Harmattan, 2006) et Au delà des vents du nord : L'extrême droite, le pôle nord et les indo-européens (PUL, 2014).

 

Mystères du nazisme.jpg

" Hitler était-il un mage ? Un médium ? La marionnette d’une société secrète tirant les fils depuis une lointaine base tibétaine ? La SS cherchait-elle l’Arche d’Alliance, l’entrée de la Terre creuse ou l’Atlantide ? Nous connaissons toutes et tous ce genre d’histoires car le sujet est devenu un marronnier éditorial. Sont-elles pour autant une réalité historique, scientifiquement démontrée ? Quelles archives, quelles sources viennent les épauler ? Aussitôt, le sol se dérobe sous les pieds de celui qui s’avance dans ce type de recherches.
Cet ouvrage vient démêler la question des rapports entre l’occultisme et le nazisme. Plus précisément, il procède à la déconstruction d’un mythe, devenu au fil des ans tant un objet de fantasmes et de fascination qu’un vecteur idéologique. Il fait le point des connaissances sur le sujet pour analyser sa récupération par la droite radicale, son entrée dans la culture populaire, et enfin les raisons de la création de ce mythe, catharsis destinée à comprendre, parfois à justifier, une histoire que l’on ne s’explique pas. "

15/07/2011

Derrière le masque d'Indiana Jones...

Otto Rahn Graal 2.jpg

L'archéologue allemand Otto Rahn est-il le personnage dont George Lucas et Steven Spielberg se sont inspirés pour créer leur héros Indiana Jones ? C'est la question que pose David Hickman, réalisateur du documentaire intitulé La véritable histoire de... « Indiana Jones » et diffusé ce jour, vendredi 15 juillet 2011, à 20 heures 35 sur France 5.

En tous les cas le personnage est énigmatique à souhait. Né en 1904, fasciné par le Graal et le catharisme, Otto Rahn est l'auteur de deux ouvrages, Croisade contre le Graal (Pardès, 1999) et La cour de Lucifer (Pardès, 1999), qui font encore aujourd'hui le délice des amateur d'"Histoire Secrète". Ayant attiré l'attention d'Himmler, il intégre la SS en 1935 et se voit attribuer le grade d'Obersturmführer (lieutenant). Il disparaît dans des conditions restées mystérieuses, en 1939, dans le massif de l'Empereur dans le Tyrol autrichien et est retrouvé mort gelé.

 

indiana-jones.jpg

Indiana Jones, explorateur intrépide et charismatique, occupe une place à part dans la galerie des super-héros du cinéma américain. Mais est-il le fruit de l’imagination de scénaristes ou a-t-il été inspiré par des hommes ayant existé ? Révélations dans ce nouveau volet de la série La Véritable Histoire de…, mêlant reconstitutions et points de vue d’experts.

« Indy » a été conçu sur une plage de Hawaii en 1977. Le producteur américain George Lucas a alors une idée de film avec un héros archéologue qui doit sauver le monde, potentiellement aussi populaire, voire plus, que James Bond. Pour la réalisation, il pense à Steven Spielberg. Pour le rôle-titre, il engage Harrison Ford. Le premier volet de ce qui deviendra une saga, Les Aventuriers de l’Arche perdue, sort en France en 1981.
Lucas et Spielberg, les deux « parents », ont toujours affirmé que ce personnage était purement imaginaire mais, pour de nombreux historiens, la ressemblance avec des personnages ou des faits réels ne serait pas une coïncidence. Ainsi, certains traits de caractère d’Indiana Jones auraient été empruntés à d’autres aventuriers des années 1930 et 1940, notamment à Roy Chapman Andrews, paléontologue et naturaliste américain, et Otto Rahn, archéologue allemand.