Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/12/2018

La Droite buissonnière des années 50...

Les éditions Dualpha viennent de rééditer un essai de Pol Vandromme intitulé La Droite buissonnière, avec une préface de Marc Laudelout. Critique littéraire et écrivain, Pol Vandromme est l'auteur de nombreux ouvrages, parmi lesquels Le monde de Tintin (Table Ronde, 1994), Céline (Pardès, 2001) ou Rebatet (Pardès, 2002).

 

Vandromme_La Droite buissonnière.jpg

Préface de Marc Laudelout.

La Droite buissonnière a été écrit à la fin des années 50. Il porte la date de sa publication, du souci qui l’a gouverné, du zèle qui y a correspondu dans la hâte.

Pol Vandromme s’était refusé, jusqu’ici, à sa réédition. Il y consent aujourd’hui, et il dit pourquoi dans une préface inédite. Parce qu’une ardeur prémonitoire fer­men­tait dans le libelle d’autrefois, que l’essentiel de son esprit et de sa manière s’y trouvait en germe.

À savoir : le refus de la politique militante, le privilège absolu concédé à la littérature, la liberté de l’allure, le style comme une éthique, la continuité d’une recherche, l’approfondissement de ce que laissait deviner un titre devenu tout de suite comme une référence de passe.

Les jeunes gens – les plus impatients à souhaiter cette réédition – liront La Droite buissonnière comme il faut la relire aujourd’hui : dans le prolongement des études ache­vées de Pol Vandromme (sur Déon, Marceau, Mohrt notamment) et au rendez-vous de ses bivouacs d’un hussard.

Sommaire

Préface de Marc Laudelout ; introduction de Pol Vandromme

Première partie : La Droite qui se reconnaît pour ce qu’elle est I. La Droite vue d’en face 21 II. Le bourgeois gentilhomme (Alfred Fabre-Luce) III. Le maître de cérémonie (Pierre Boutang) IV. L’insurgé malgré lui (Maurice Bardèche) V. Le gardien de l’arche (Paul Sérant) 63VI. Le néophyte (Louis Pauwels) VII. Uriel, les droites et le côté sudiste de la destinée

Deuxième partie : La Droite que l’on reconnaît par ce qu’elle n’est pas I. La Droite malgré elle II. Le géomètre de l’absurde (Marcel Aymé) III. La commère des Halles (Jacques Perret) IV. L’enfant triste saisi par le désenchantement (Roger Nimier) V. L’enfant du bon Dieu est seul au monde (Antoine Blondin) VI. Le joueur asservi à son caprice (Jacques Laurent) VII. L’initiation à la sagesse antibourgeoise (Kléber Haedens) VIII. Le prince du bonheur (Michel Déon) IX. Le seigneur du domaine (Félicien Marceau) X. L’apologiste du libertinage (Roger Vailland) XI. Uriel, l’hypocrisie et la tenue

25/10/2017

Retour sur le fascisme en France...

Vous pouvez découvrir ci-dessous l'entretien donné par Olivier Dard à Edouard Chanot, pour Radio Sputnik, à l'occasion de la réédition du livre de Paul Sérant, Le romantisme fasciste (Pierre-Guillaume de Roux), dont il est le préfacier. Professeur d'histoire contemporaine à l'université Paul Verlaine de Metz, Olivier Dard est, en particulier, l'auteur d'une étude sur l'OAS, Voyage au coeur de l'OAS (Perrin, 2005) et a également publié Charles Maurras - Le maître et l'action (Armand Colin, 2013).

 

                         

28/09/2017

Romantisme fasciste...

Les éditions Pierre-Guillaume de Roux viennent de rééditer un ouvrage de Paul Sérant intitulé Le romantisme fasciste avec une préface d'Olivier Dard. Journaliste et intellectuel de droite non-conformiste, mort en 2002, Paul Sérant a publié de nombreux essais, dont Les dissidents de l'Action française (Pierre-Guillaume de Roux, 2016).

 

Sérant_Le romantisme fasciste.jpg

« Ce livre n’est pas une étude sur le fascisme en général, ni une étude sur les mouvements politiques français qui s’inspirèrent de Mussolini ou de Hitler. C’est une étude sur la pensée politique de six écrivains français, très différents par leurs personnalités comme par leurs œuvres, mais qui, dès avant la guerre, se rejoignirent par leurs réactions devant les événements français et internationaux : Alphonse de Châteaubriant, Abel Bonnard, Louis-Ferdinand Céline, Pierre Drieu la Rochelle, Robert Brasillach et Lucien Rebatet. [...] On verra pourtant qu’ils se caractérisent, dans des registres divers, par le lyrisme, et que leur attitude politique se confond en grande partie avec la recherche d’un nouveau style de vie collective, d’une poétisation de l’ordre politique et social. […] Le commentaire des textes choisis est réduit au minimum nécessaire pour la compréhension du lecteur et ce n’est qu’au terme du livre qu’on trouvera mes réflexions personnelles sur les sujets évoqués auparavant. »

Paru en 1959, le livre eut alors un indéniable retentissement et continua longtemps d’être cité ici ou là dans les synthèses sur le fascisme. Pourtant, une fois épuisé, il ne fut pas réédité. Alors même que se multipliaient les publications concernant les écrivains et les sujets ici étudiés. Or leur abondance n’enlève rien à l’acuité du regard qu’a posé sur eux Paul Sérant. Lire aujourd’hui Le Romantisme fasciste garde tout son intérêt. Magistralement préfacé par Olivier Dard, enrichi en annexe par l’« Introduction à la littérature “fasciste” » de Jean Turlais et complété par une bibliographie de Paul Sérant signée Alain de Benoist, il est mis à la disposition du public contemporain avec tous ses atouts.

04/02/2017

Vingt ans d'Action française...

Les éditions Ars Magna viennent de rééditer un livre de Louis Dimier intitulé Vingt ans d'Action française. Intellectuel catholique ayant rejoint l'Action française dès sa fondation, Louis Dimier finit par rompre avec elle au milieu des années 20, en exprimant son désaccord avec l'anti-christianisme fondamental de Charles Maurras. Paul Sérant lui avait consacré un des chapitres de son livre Les dissidents de l'Action française, réédité en 2016 aux éditions Pierre-Guillaume de Roux.

Dimier_Action française.jpg

" Qualifié par Lucien Rebatet de « chef d’œuvre ignoré », Vingt ans d’Action Française, paru en 1926, a été pillé par les historiens du mouvement royaliste, mais il n’avait jamais été réédité. Voila que la chose est faîte.

Son auteur, Louis Dimier (1865-1943), fut membre de l’Action Française dès son origine et y joua un rôle important jusqu’en 1920 : conférencier, journaliste, administrateur du quotidien, président de la Ligue d’Action Française. De ce fait, nul autre que lui n’était mieux placé pour relater les vingt premières années du grand mouvement monarchiste français et pour décrire ses grandeurs et ses faiblesses ainsi que celles de son maître, Charles Maurras. "

 

19/12/2016

L'avant-garde de la tradition dans la culture...

Les éditions Pierre-Guillaume de roux viennent de publier un essai d'Arnaud Guyot-Jeannin intitulé L'avant-garde de la tradition dans la culture et préfacé par Pierre Le Vigan. Journaliste, l'auteur a notamment dirigé la publication du Dossier H Evola (L'Age d'Homme, 1997) et a également publié Les visages du cinéma - 35 portraits non-conformistes (Xénia, 2012).

 

Avant-garde-tradition_Guyot-Jeannin.jpg

" C’est en réponse aux effets délétères du progrès que se conçoit la notion salutaire de « Tradition ».

Ce terme, issu du latin tradere qui signifie « transmettre », recouvre l’ensemble des valeurs et des réalités immuables à travers le temps. Loin d’engager la tension purement manichéenne entre le spirituel et le temporel, l’appel de la Tradition conduit, au contraire, à réintroduire dans la société et l’Histoire religion et mode de vie différencié. Combat perdu d’avance ? Utopie vouée à la dérision ou quête spirituelle portée par l’exigence et la hauteur de vues ? Arnaud Guyot-Jeannin en révèle l’ambition particulière et la sensibilité hors norme, à travers douze portraits singuliers, pour la plupart marqués par une conversion éclatante au catholicisme et un désir de réenchanter le monde, d’en retrouver les racines sacrées, profondes et universelles.
De Vladimir Soloviev à Tolkien en passant par René Guénon, Simone Weil, Chesterton ou Gustave Thibon, l’auteur nous off re un vrai plaisir de découverte et de méditation. "

07/12/2016

Les dissidents de l'Action française...

Les éditions Pierre-Guillaume de Roux viennent de rééditer, avec une préface d'Olivier Dard, un essai de Paul Sérant intitulé Les dissidents de l'Action française, qui avait été publié initialement en 1978 aux éditions Copernic. PauL Sérant (1922-2002) est un écrivain et journaliste français, auteur de nombreux essais, qu'on peut rattacher à une mouvance de droite anticonformiste, à la fois traditionaliste et fédéraliste.

 

Sérant_Dissidents de l'AF.jpg

" Trente-huit ans après sa première publication (1978), nous rééditons le livre de Paul Sérant (1922-2002), Les Dissidents de l’Action française, paru originellement aux éditons Copernic. La préface exhaustive d’Olivier Dard, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Paris Sorbonne, spécialiste des années trente, permettra aux lecteurs de pleinement situer et comprendre l’itinéraire intellectuel et l’œuvre d’un essayiste qui a marqué l’après Seconde Guerre mondiale.  De tous les mouvements de l’histoire politique du XXe siècle en France, l’AF s’est révélée d’égale importante à celle du Parti Communiste. Charles Maurras, chef spirituel de cette école de pensée, eut des « dissidents », dont sept figures incontournables : Georges Valois, Louis Dimier, Jacques Maritain, Georges Bernanos, Thierry Maulnier, Robert Brasillach et Claude Roy… "