Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

massacre

  • Robert Ménard sans concession...

    Vous pouvez ci-dessous découvrir un entretien avec Robert Ménard, réalisé le 24 novembre 2015 par Élise Blaise et Martial Bild pour TV Libertés, dans lequel il aborde les questions de l'actualité la plus brûlante : massacre du 13 novembre, invasion migratoire,...

     

    Lien permanent Catégories : Entretiens, Multimédia 0 commentaire Pin it!
  • Quand la "classe discutante" rêve d'une "divine surprise"...

    Nous reproduisons ci-dessous une pépite tirée des chroniques quotidiennes de Robert Redeker. Une réflexion d'une parfaite lucidité...

    Pour prolonger le propos de l'auteur, on pourra utilement se reporter à un article intitulé Les années de plomb à l'envers, publié par Causeur il y a quelques semaines...

     

    Saison des massacres.jpg

     

    Chronique de Robert Redeker

    J’ai envie, alors qu’il fait encore nuit, que je me suis levé à quatre heures, dévoré par le besoin de lire, de parler de littérature. Mais le spectacle que me donne la France ce matin même m’en dissuade, me présentant une autre urgence. Qu’apprends-je en effet au saut au saut du lit ? Que, selon la sérieuse agence de presse israélienne MENA, les scènes de pillage sur les vivants et les morts, dont des bandes de jeunes se firent à l’occasion de l’accident de train de Brétigny-sur-Orge les acteurs, ont, en dépit du déni proclamé par les médias et les politiciens français, bien eu lieu. Au juste, ce déchaînement de sauvagerie ne m’étonne en rien. Il ne diffère pas en nature de l’attaque d’un RER par d’autres jeunes, les clones sans doute de ceux dont la kleptonécromanie vient de s’illustrer à Brétigny, ni de la tornade humaine qui ravagea le quartier du Trocadéro à l’occasion de la victoire du PSG au championnat de France de football. Souvenons-nous ! Les journalistes alors ont cherché à nous mentir, à accuser les ultras du PSG, des skinheads classés à l’extrême-droite, blancs de peau, d’être les auteurs de ces ravages. Or, les images de la police montrent bien autre chose : des hordes de jeunes issus de la diversité, venues des banlieues, détruisant, telles des colonnes ensauvagées, tout sur leur passage. Pas de chance pour les journalistes, pas de chance pour les politiciens, les coupables n’étaient pas des fascistes de type nord-européen. Il est vrai que la chance ne s’est pas présentée non plus au moment de l’affaire Clément Méric. Le tambour de la mobilisation antifasciste a été battu avec force plusieurs jours durant. La France venait de connaitre un assassinat répétant ceux qui se commettaient dans l’Allemagne nazie et l’Italie fasciste des années trente, hurlait-on ! Du ventre encore fécond jaillissait une nouvelle vague de peste brune - pour reprendre les clichés mécanisés de la gent jacassante. No passaran ! Hélas, hélas, trois fois hélas, le héros antifasciste prêt à être panthéonisé aux côtés de l'autre candidat officiel, Stéphane Hessel, le doux agneau gauchiste, le tendre antifa aussi doux que ces chers jeunes de banlieue, était l’agresseur. Pas de chance, vraiment ! Et que dire du supposé néonazi norvégien, Kristian Vikernes, présenté pendant quelques heures comme l’ennemi public numéro un, qu’il a fallu relâcher après l’avoir embastillé, car, à part le délit d’opinion pour lequel il sera poursuivi, rien ne peut  lui être reproché ? Le rapprochement de ces faits met en lumière une tendance profonde travaillant l’âme de ceux qui se sont accaparés la parole dans notre pays, « la classe discutante » comme disait Donoso Cortes : le désir d’un grand attentat fasciste, ou nazi, comme celui qui ensanglanta la Norvège voici deux étés. Le surgissement dans notre pays d’un Breivik, n’ose-t-on penser, mais désire-t-on, détournerait l’attention, réduirait au silence ceux qui s’inquiètent de la « France Orange mécanique », de la multiplication des actes de guerre civile, semblables au caillassage de pompiers et de policiers lors d’un incendie hier à Paris,  en prouvant que la seule menace tient dans la résurgence du fascisme et du nazisme. En attendant cet atroce jour qui sera aussi, bien qu’elle s’en défendra, pour cette classe discutante un jour béni, une divine surprise inversée, les médias de masse s’occupent à fabriquer du fictif et à dissimuler le réel.  Fictif, l’aassassinat par un fasciste de Clément Méric ! Fictifs les projets terroristes de Kristian Vikernes ! Dissimulée, la réalité des événements de Brétigny ! Dissimulée, la véritable nature de la guerilla urbaine du Trocadéro ! C’est bien cette substitution du fictif au réel qui trahit un désir inavoué - celui d’une catastrophe qui viendrait avaliser ce fictif en le transformant en réalité.


    Robert Redeker (Quand Redeker eut les cinquante-neuf ans, 19 juillet 2013)
    Lien permanent Catégories : Points de vue 1 commentaire Pin it!
  • Le double attentat d'Oslo : ce qu'il cache et dévoile...

    Nous reproduisons ci-dessous une analyse par Claude Bourrinet du double attentat d'Oslo, établie à partir des éléments d'appréciation disponible à la date de sa rédaction. Ce texte a été publié initialement sur Europe Maxima...

     

    anders-behring-breivik 2.jpg

     

    Attentat d'Oslo : ce qu'il cache et dévoile

    Le double attentat d’Oslo, du 22 juillet 2011, qui a fait près d’une centaine de morts, et a touché le centre du pouvoir norvégien ainsi que le Parti travailliste, soutien du gouvernement, n’a pas fini de provoquer des ondes, qui ne seront pas toutes policières. En effet, l’identité du terroriste, celle du pays visé et l’imbroglio politique dans lequel l’Europe s’emmêle actuellement, du fait de l’impuissance des États à affronter les périls de l’heure, et de celui, concomitant, de la montée des populismes, notamment dans les pays du Nord, vont susciter des bouleversements probablement considérables.

    On notera tout d’abord que le type de massacre perpétré par Anders Behring Breivik est différent de certains qui ont marqué les esprits occidentaux récemment. Certes, il y eut bien, aux U.S.A., l’attentat d’Oklahoma City, perpétré en 1995 par un militant d’extrême droite, mais, finalement, il est différent (si l’on excepte également, mais c’est une autre histoire ! le 11 septembre) de toute une série de tueries, tant en Amérique qu’en Europe, qui ont été commises par des individus isolés. Celui de septembre 2007, par exemple, dont l’auteur était un Finlandais de 18 ans, Pekka-Eric Auvnen, s’était conclu par un suicide, fin assez fréquente pour ce genre d’action destructrice, et on avait souligné combien ce jeune homme était « normal », comme bon nombre de cas identiques : bon élève, sans histoire, très « branché », blanc, intégré dans une société assez austère.

    On pourrait mettre en parallèle, dans la plupart de ces cas, la dilection pour le virtuel, Internet, les jeux vidéo. Il est certain que l’expression par ces médias virtuels encourage le narcissisme, la paranoïa ou la mégalomanie, dans l’impression qu’il donne d’être le centre du monde et de détenir une puissance surdimensionnée. D’autre part, Facebook permet de s’expliquer, de « faire passer des messages », ce qui peut faciliter une expansion d’un moi, qui aurait peut-être été tenu dans des proportions raisonnables autrement. C’est sans doute cette sensation de dilatation de l’ego qui se produit lorsqu’on s’adonne aux jeux vidéo ultraviolents. On tue des dizaines de personnes sans qu’une inhibition jugule la jouissance destructrice. Il n’est parfois qu’un pas pour passer du virtuel au réel, ce dernier d’ailleurs prenant subrepticement les caractéristiques du premier, un mort n’ayant plus, in fine, les attributs de la vraie mort.

    Ce qui frappe au demeurant, dans ce genre d’action effroyable, c’est l’absence de sens moral, de compassion pour les victimes et leurs proches. Les témoins soulignent souvent le sang froid, la rigueur méthodique avec lesquels ils perpétuent leurs crimes. Un pilote de bombardier doit éprouver, sans doute, le même état d’esprit, à 15 000 mètres de hauteur.

    Aussi, le jeune Norvégien qui vient de massacrer plusieurs dizaines de personnes, préparait-il son geste depuis deux ans. Tout était calculé, il en avait donné les raisons dans un document de 1500 pages datant de l’automne 2009. Il avait aussi réalisé une vidéo de propagande d’une dizaine de minutes.

    Ce qui différencie cependant ce massacre de certains autres, ce sont les motivations idéologiques. Anders Behring Breivik, qui se présente, sur une photographie, vêtu d’une panoplie de franc-maçon, se réclame du fondamentalisme chrétien, et revendique un combat radical contre le multiculturalisme, l’islam, l’immigration. Il appartient donc à cette mouvance émergente, appelée populiste, qui, des Pays-Bas de Geert Wilder à la Suisse d’Oscar Feysinger, est l’événement politique majeur de ces dernières années. Cette « extrême droite » s’affiche volontiers comme libérale, pro-sioniste, antimusulmane, identitaire, atlantiste, occidentaliste.

    Étrangement, la police, qui doit en savoir assez sur le coupable, n’évoque nullement Israël dans les motivations qui auraient pu l’inciter à commettre son geste. Pourtant, il est essentiel de rappeler ce que représente la Norvège par rapport au problème palestinien.

    En 2009, l’opération « Plomb fondu », menée criminellement par les forces d’occupation contre le camp de concentration de Gaza, a suscité l’indignation dans la population norvégienne, au point que 40 % de celle-ci étaient favorables à une grève générale de soutien aux Palestiniens.

    Le 5 septembre de la même année, la ministre norvégienne des Finances, Kristin Halvorsen, prend la décision de retirer les investissements norvégiens de la société israélienne Elbit Systems à cause de « son implication intensive dans la construction de la barrière de séparation ».

    Le 1er octobre 2010, la Norvège interdit des exercices de sous-marins israéliens : les deux sous-marins israéliens qui devaient démarrer une série d’exercices au sud de la Norvège ne pourront pas stationner à la base navale de Markiva comme c’était prévu initialement. Ce refus norvégien intervient après une décision des autorités de suspendre les exportations de matériel militaire vers l’État hébreu.

    Le 18 février 2001, l’ambassade Israélienne à Oslo a reçu une notification officielle du gouvernement norvégien, formulant que l’ambassade devait trouver un autre site d’ici 2012. En effet, elle perturbe les riverains qui craignent pour leur sécurité. Un membre du ministère des Affaires étrangères a déclaré que les « autorités norvégiennes avaient capitulé devant l’opinion public hostile à Israël ».

    Le 24 juillet 2011, le professeur Alan Dershowitz, avocat américain qui enseigne le droit à l’université d’Harvard, invité par le I.C.E.J. (International Christian Embassy in Jerusalem) a essuyé un refus lorsqu’il a demandé de rencontrer les dirigeants norvégiens. Il n’a pas été non plus autorisé à donner une conférence dans les universités d’Oslo et de Trondheim, en raison de ses prises de position en faveur d’Israël. Il a lu en public une pétition rédigée par des professeurs norvégiens, appelant au boycott d’Israël.

    Le 24 juillet, la Norvège, par la voix du Premier ministre Jens Stoltenberg, juge « inacceptable » l’assaut de l’armée israélienne et réclame une enquête internationale indépendante, ajoutant que l’ambassadeur israélien à Oslo a été convoqué.

    Le 18 juillet, le ministre norvégien des Affaires étrangères avait estimé lundi que la candidature de la Palestine aux Nations unies était « tout à fait légitime ».

    Évidemment, ces faits et prises de positions ne sont ni des preuves d’implication, ni même des éléments de suspicion, bien qu’on puisse les voir comme des indices concordants.

    Maintenant, il est évident que les gouvernements européens en place vont profiter de l’aubaine pour accroître le contrôle et la répression des mouvements contestataires. C’est de bonne guerre. On ne regardera pas de trop près les différences entre les diverses sensibilités qui les constituent, entre ceux qui combattent pour une Europe authentique, libérée du joug atlantiste, et ceux qui mènent un autre combat, plus que douteux.

    Claude Bourrinet (Europe Maxima, 24 juillet 2011)

    Lien permanent Catégories : Points de vue 0 commentaire Pin it!
  • Logique du massacre ?...

    Anders-Behring-Breivik.jpg

    Anders Behring Breivik a réussi...

    En quelques heures, celui que ses anciens collègues de travail dépeignent comme poli, courtois et timide a assouvi son fantasme de puissance en assassinant 93 de ses concitoyens et est devenu le Norvégien le plus célèbre du monde. Le manifeste de ce franc-maçon illuminé, qui  se présente comme un chrétien conservateur churchillien, libéral en économie, adversaire du marxisme, du multiculturalisme et de l'islam, va être lu par des millions de personnes et son geste suscitera sans doute l'admiration de quelques dizaines de cinglés de par le monde...

    Un livre, publié en 2010 aux éditions Inculte et intitulé La logique du massacre, s'est intéressé à ces tueurs de masse et à leurs derniers écrits...

    Logique du massacre.jpg

    Le 20 avril 1999, deux adolescents s’introduisent dans leur lycée, et assassinent froidement une dizaine de leurs camarades et professeurs. Avec « le massacre du lycée Columbine », le monde entier découvre les mass murderers (tueurs de masse), qui échappent aux typologies médiatiques et psychologiques habituelles. Ces drames inspireront des réalisateurs comme Michael Moore et Gus Van Sant.

    D’une violence extrême, ces événements sont souvent traités par les médias de manière sensationnaliste. Aucun ouvrage en France ne s’est encore penché sur ce phénomène. Les documents bruts retranscrits dans La Logique du massacre (journaux intimes, blogs, lettres, etc.) révèlent le besoin de ces meurtriers d’être compris. Ils y expriment leur inadéquation au monde, à travers une parole politique désespérée, radicale et confuse, et/ou l’expression d’une intense frustration sexuelle et sentimentale.

    Ce recueil permettra au lecteur de saisir ce que ces hommes ont en commun, et ce qu’ils disent de notre société. Il contient des textes qui sont la retranscription exacte de journaux intimes, lettres ou blogs de tueurs de masse. Avec entre autres :
    Journal de Richard Durn
    Lettre de Marc Lépine
    Lettre de Michael Mc Lendon
    Lettre de Robert Hawkins
    Retranscription des vidéos de Cho Seung-Hui (Virginia Tech)
    Journal d’Eric Harris (Columbine)
    Journal de Dylan Klebold (Columbine)
    Journal (1993-2001) de Valery Fabrikant
    Journal de Georges Sodini

    Lien permanent Catégories : Décryptage, Livres 0 commentaire Pin it!
  • La critique des bagatelles...

    Avec L'accueil critique de Bagatelles pour un massacre, André Derval publie aux éditions Ecritures un ouvrage qui devrait passionner tous les amateurs de Céline. Il regroupe les articles que les grandes plumes de la critique des années trente ont consacré au livre lors de sa sortie. A lire en attendant une réédition officielle de ce monument du pamphlet !... 

    Derval bagatelles.jpg

    "Censuré depuis 1945 par son auteur et jamais republié depuis, Bagatelles pour un massacre sort le 28 décembre 1937 chez Denoël, en même temps que L'Espoir de Malraux. Ce n'est certes pas le premier pamphlet antisémite, mais c'est le plus violent, le plus grossier et -circonstance aggravante- le plus talentueux jamais paru en France. Récompensé par d'excellentes ventes, il est aussitôt traduit en Allemagne. L'espace d'un pamphlet truffé d'épisodes narratifs, Céline abandonnait le roman pour s'égarer en politique et sceller son destin.
    L'ambivalence de Bagatelles - essai polémique ou oeuvre littéraire ? - est au coeur de la réception critique du livre. André Gide, dans la NRF, préfère croire à une énorme rodomontade (sans quoi Céline serait « complètement maboul ») ; tandis que Lucien Rebatet, dans Je suis partout, le félicite d'avoir « allumé le bûcher ». À gauche mais aussi à droite, on souligne souvent l'obscénité et la malhonnêteté du raisonnement, inspiré voire bassement recopié des prospectus de propagande, certains reprochant même à Céline de discréditer l'antisémitisme. Mais tous ou presque soulignent la truculence rabelaisienne de Bagatelles, dont l'extrême nocivité est rarement dénoncée, si ce n'est par la presse juive.
    Ce dossier critique, souvent déroutant pour le lecteur moderne,regroupe soixante articles parus de janvier à décembre 1938, sous la plume de Marcel Arland, André Billy, Robert Brasillach, Léon Daudet, André Gide, Emmanuel Mounier, Lucien Rebatet, Jean Renoir, Victor Serge... On y voit avec effarement, explique André Derval en avant-propos, « la réalité virer au cauchemar, et des voix que l'on entendait sensées et mesurées verser dans les pires partis pris et dans l'outrance - épousant en cela le mouvement plus général de l'intelligentsia française au sujet des réfugiés juifs dans les années 1930»."

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!