Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/06/2014

Les nouveaux mercenaires...

Le deuxième numéro de la revue Conflits, dirigée par Pascal Gauchon, et dont le dossier est consacrée aux sociétés militaires privées, vient de sortir en kiosque.

Conflits 2.jpg

Au sommaire du numéro 2 :

Editorial  Retour en Ukraine, par Pascal Gauchon

Entretien  Lucio Carraciolo : la géopolitique comme étude de cas

Polémique  L'hommage que nous devons à nos armées, par Gérard Longuet

Enjeux  La guerre de l' eau n'aura pas lieu, Pierre Berthelot

Enjeux  Chypre, future République gazière, par Tigrane Yégavian

Enjeux  Après l'Ukraine,  la Transnistrie ? , par par Florent Parmentier

Enjeux  Les peuples contre l'Europe ? L'Europe contre les peuples ? , par Frédéric Munier

 

Grande stratégie  Quand Athènes régnait sur les flots, par Pascal Gauchon

Bataille  Bouvines : la nation française a huit cents ans, par Pierre Royer

Idées  Christopher Cocker - L'humanité de la guerre, par Thibaut Marzin

Géopo-tourisme  Istanbul, mégalopole turque, par Thierry Buron

Dossier

Sociétés militaires privées, les nouveaux mercenaires ?

Un métier de fer et d'argent, par Pascal Gauchon

Le mercenaire, héros baroque, par Frédéric Laupiès

Le retour des mercenaires, par Walter Bruyères Ostells

La "petite entreprise" de Bob Denard

Panorama des grandes SMP actuelles,

Les bonnes affaires des entrepreneurs de guerre, par Philippe Chapleau

Le marché de la guerre au XXIe siècle, entretien avec Georges-Henri Bricet des Vallons

Un drôle de métier, par Pascal Gauchon

Point d'argent, point de Suisse, par Pierre Boyer

 

08/05/2011

Tour d'horizon... (6)

Rommel.jpg

Au sommaire :

- sur L'esprit européen, Michel Lhomme observe le malaise français et sent monter la révolte...

Révoltez-vous !

révolte1953.jpg

- sur Valeurs actuelles, Georges-Henri Bricet des Vallons, pour sa part, voit venir la fin de l'Union européenne...

Une implosion programmée

europe implosion.jpg

 

24/03/2011

Le Camp du diable...

Nous reproduisons ci-dessous un excellent point de vue sur la menace migratoire de Georges-Henri Bricet des Vallons, qui est l'auteur d'un essai intitulé Irak, terre mercenaire et qui a dirigé l'ouvrage collectif Faut-il brûler la contre-insurrection ?.

 

Lampedusa.jpg

 

Le Camp du diable

« Cinq milliards sinon l’Europe deviendra noire ! » nous faisait chanter il y a peu Kadhafi, qui avait tout compris des frayeurs des gouvernements européens, mais bien peu de celles de son peuple. Ce n’est pour l’heure qu’une hypothèse, que certaines belles âmes s’emploient déjà à disqualifier en fantasme xénophobe et pourtant, son écho est hypnotique et dévastateur. Elle exerce sur l’Occident, capté et perclus depuis si longtemps par la hantise de son propre effondrement, une puissance de fascination sans égale. C’est la rumeur d’un déferlement migratoire formidable, d’une invasion des nécessiteux, enfantée par le chaos insurrectionnel du monde arabe. C’est l’ombre levée du Grand Autre qui nous transit. Le gouvernement italien s’inquiétait il y a une semaine de l’échouage probable d’une vague de 300 000 Libyens sur les côtes européennes. Frontex, l’agence de l’Union Européenne en charge des questions migratoires, nous a livré peu après une dramaturgie plus grandiose, à la mesure d’un exil biblique : non plus des centaines de milliers, mais jusqu’à 1,5 millions de réfugiés s’engouffrant dans le sas béant de l’ex-dictature libyenne. La police aux frontières des Alpes-Maritimes – le bien maigre reliquat de nos feues douanes – se dit déjà débordée par l’afflux de ressortissants tunisiens. Bruxelles, dans l’intimité feutrée de l’oligarchie, réfléchit aux modalités de partage du « fardeau ».

Coïncidence insolente ou conjuration véritable de l’Histoire, l’hypothèse grandit au moment même où l’on réédite Le Camp des saints, épopée de la masse ravageuse d’un million d’innocents rejetés par l’anarchie du monde sur la Côte-d’Azur ; au moment précis où semble prendre corps la prophétie de Jean Raspail, celle d’une Europe proche de subir la fureur des tectoniques migratoires. Le roman de Raspail, si singulier dans son art de dresser le visage de la catastrophe, nous narrait surtout un dilemme implacable : comment réagir à l’invasion des innocents ? L’accepter et lui tendre les bras, non pas au risque, mais bien au prix d’une altération radicale de notre société et de notre identité ? La refuser et la combattre, commettre un crime de survie pour sauver ce qui peut l’être encore ? Quoi faire donc ? Marine Le Pen est pour l’heure la seule responsable politique à avoir avancé une réponse claire : la mise en place d’un cordon sanitaire de Gibraltar à Lampedusa, appuyé sur un accord trilatéral entre la France, l’Espagne et l’Italie. Une position qui lui vaut d’être vouée aux gémonies par les actionnaires du Bien, toujours à l’aise quand il s’agit de faire peser sur les peuples le poids de leur miséricorde. Mais face à un tel cas de figure où serait le courage ? Où serait la réponse ? Il n’y en a pas de bonne, pas de juste. Un tel cataclysme n’imposerait aucune vérité, autre justement que celle, impitoyable, du choix de civilisation exposé par Raspail.

Si l’hypothèse se confirmait, le scénario en serait assez facile à deviner, la réaction de nos gouvernements aisément anticipable. L’Italie réclame déjà à l’Union Européenne un plan Marshall. On arguerait évidemment qu’un tel accueil ne serait que temporaire, qu’on ne peut de toute façon pas faire autrement. Imaginez-vous les repousser ces miséreux ? Comment ne pas partager leur instinct de survie, ne pas faire vôtre leur légitime volonté d’échapper au chaos, à la pauvreté et à la mort ? Nous voyez-vous tirer, comme le faisaient les gardes-frontières libyens sur les clandestins subsahariens, sur ces hordes de réfugiés ? Il est vrai que la construction d’une ligne Maginot sur le front méditérranéen ne flatterait guère notre humanisme chrétien. Il faudra mutualiser l’invasion, se la répartir, puisque la refuser, par la force, n’est plus possible. De gigantesques camps d’accueil répandus des côtes de l’Italie jusqu’en France. La résorption de l’anarchie migratoire ne sera bien sûr qu’une question de temps, tenteront de nous rassurer nos responsables impuissants, jusqu’à ce que la situation sécuritaire s’assainisse, jusqu’à ce que la démocratie voit le jour. Quelques mois, quelques années tout au plus. Là où la fiction captive davantage encore, c’est que s’il se manifeste dans les proportions annoncées, ce déluge humain surviendra dans la pire conjoncture possible, celle du déclin d’une Europe tuée économiquement par la crise et fragilisée culturellement par une immigration de peuplement vieille de cinq décennies qu’elle n’est déjà plus en mesure de digérer.

Histoire d’invasion pacifique qui en rappelle une autre, réelle celle-là. En 376, les peuples goths, chassés au Nord par les Huns, demandèrent aux Romains de leur accorder refuge au-delà du Danube. Le massacre de main-d’œuvre n’était plus dans les mœurs de l’empire christianisé qui comptait trop peu d’habitants pour se permettre de sacrifier les barbares qui, de fait, allaient franchir le fleuve avec ou sans accord. Il fallait de plus à l’empereur Valens des bras mercenaires pour servir la guerre en Perse. L’accueil des réfugiés Goths et leur fixation sur les terres de Thrace en fonction du colonat furent donc décidé et une gigantesque opération humanitaire se mit en branle. Las ! La politique d’accueil fit rapidement déroute, alimentée par la corruption des fonctionnaires romains qui ne tinrent pas leur promesse. De griefs en incompréhensions et en trahisons des deux côtés, la guerre fit rage. L’histoire culmina à Andrinople en 378. Les Goths vinrent à bout d’une armée romaine, elle-même largement « barbarisée », qui n’avait rien prévu de leur résistance et qui dut bientôt se mettre à chercher dans les ruines de la bataille le cadavre à jamais perdu de son empereur.

L’imprévisible est maître. Des détails de l’avenir et de ses ruses, nous ne pouvons rien savoir. Mais la trame, elle, nous pouvons la « deviner » comme l’a fait Jean Raspail. Et cette fiction nous possède.

Le monde est décidement fascinant dans ses emballements. Le futur qu’il nous trace terrible dans sa symbolique : à la colonisation révolue de l’Europe conquérante répondrait l’élan redoutable d’une contre-colonisation des victimes. Entre une charité suicidaire et une absence de pitié criminelle, entre l’altruisme qui nous tuera à coup sûr et l’égoïsme qui ne nous offrira qu’un salut précaire et coupable, voilà le nœud gordien où pourrait trancher le destin de l’Europe. Ce dilemme est notre diable. Que nous le voulions ou non, nous sommes, envahisseurs et envahis, déjà tous dans son camp.

Georges-Henri Bricet des Vallons

16/01/2010

Irak, terre mercenaire

Les éditions Favre publient ces jours-ci une étude de Georges-Henri Bricet des Vallons, intitulée Irak, terre mercenaire et consacrée à la montée en puissance des sociétés militaires privées sur le théatre d'opération irakien. L'ouvrage est préfacé par Jean-Philippe Immarigeon, auteur d'American parano et de L'imposture américaine, deux essais parus chez Bourin éditeur.

Irak, terre mercenaire.jpg
"Des multiples bavures de la tristement célèbre Blackwater à l'implication d'employés de CACI dans le scandale de la torture au sein de la prison d'Abu Grahib, en passant par les activités de la tentaculaire Aegis, les sociétés militaires privées, omniprésentes sur le champ de bataille, ont rythmé et marqué le récit de la guerre d'Irak. Fait majeur: c'est la première fois dans l'histoire des opérations militaires américaines qu'on assiste à un basculement de la démographie des forces en faveur du secteur privé. Quels sont les tenants et aboutissants de cette transformation fascinante et sans précédent de l'armée américaine? Qui sont les principaux acteurs de ce mercenariat entrepreneurial et multinational ? Quel rôle ont-ils joué dans les scandales qui ont émaillé l'histoire de l'invasion? Pourquoi et comment ces sociétés ont-elles investi l'Irak? Quel impact la présence de ces sociétés a-t-elle eu sur les armées régulières et l'organisation du champ de bataille? Surtout, quel avenir pour l'Irak après le retrait des troupes régulières prévu pour décembre 2011 ? Les États-Unis choisiront-ils vraiment de se retirer d'un pays pour la conquête duquel ils ont déjà sacrifié plusieurs centaines de milliards de dollars ou adopteront-ils une stratégie plus subreptice, faisant reposer sur les sociétés de mercenariat, en cheville avec le gouvernement irakien mis en place par les néoconservateurs, la responsabilité du futur protectorat ? L'auteur, spécialiste des questions stratégiques, revient sur l'histoire de ces six années de chaos et décrit les conditions qui ont permis l'émergence de ces nouveaux empires de la violence privée et la constitution d'un véritable marché de la guerre où le profit s'écrit en lettres de bitume et de sang. Sa conclusion est sans appel: la mercenarisation de l'American way of war est désormais une tendance structurelle de la politique étrangère de l'Empire en déclin et pourrait bien révolutionner à terme le visage même de la guerre."

Diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, doctorant en science politique, Georges-Henri Bricet des Vallons est chercheur-associé à l'Institut Choiseul et à l'Institut Prospective et Sécurité en Europe. Spécialiste de la privatisation de la guerre et des sociétés militaires privées, il est expert en systèmes d'armes pour la revue Défense & Sécurité Internationale.