Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

georges dumézil

  • Tour d'horizon... (172)

    eric zemmour,droite,georges dumézil,indo-européens

    Au sommaire :

    - sur Youtube, l'allocution d'Eric Zemmour à la Convention de la Droite, qui s'est tenue samedi 28 septembre 2019 et qui a déclenché une violente polémique dans les médias...

    Discours d'Eric Zemmour à la Convention de la Droite

    Zemmour_Convention droite.jpg

    - sur le site de la Société Française d’Études Indo-Européennes, un entretien avec Georges Dumézil consacré aux Indo-Européens...

    Georges Dumézil sur les Indo-Européens

    Georges-Dumezil.jpeg

    Lien permanent Catégories : Tour d'horizon 0 commentaire Pin it!
  • Georges Dumézil, l'enchanteur érudit...

    Les éditions Apogées viennent de publier un essai de Michel Poitevin intitulé Georges Dumézil - L'enchanteur érudit. Agrégé et docteur en philosophie, Michel Poitevin a déjà publié deux ouvrages consacrés à l'auteur de Mythe et Epopée.

     

    Poitevin_Georges Dumézil.jpg

    " Cet ouvrage propose, à partir des rencontres personnelles que l'auteur a eues avec Georges Dumézil, un portrait de celui qui fut, avec Claude Lévi-Strauss, le plus grand mythologue français du XXe siècle. A partir de 1938, Georges Dumézil a développé une nouvelle approche des mythes indo-européens. L'idéologie qu'il a mise au jour repose sur le jeu de trois fonctions hiérarchisées : la souveraineté magique et juridique, la vigueur guerrière, la fécondité et la prospérité. Pendant plus de soixante ans, il a construit une œuvre magistrale, souvent méconnue, voire déformée. Faut-il se résigner à cet oubli ? Cette œuvre, proche de celle de Freud, ne peut-elle pas nous aider à mieux nous connaître à travers l'étude de nos origines ? Loin de justifier les systèmes totalitaires, ne peut-elle pas nous aider à combattre le mal grâce à une meilleur connaissance des mythes politiques qui les ont inspirés ? Si Dumézil a principalement étudié l'imaginaire des peuples indo-européens, n'est-il pas possible d'appliquer la logique des trois fonctions à l'étude du monde réel et présent ? "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Archéologie d'une pensé religieuse celtique...

    Les éditions Terres de promesse viennent de rééditer en format poche l'essai de Valéry Raydon intitulé Le mythe de la Crau - Archéologie d'une pensée religieuse celtique. Docteur en histoire ancienne et chercheur indépendant, Valéry Raydon a notamment publié Apologie du dieu Kronos (Le Labyrinthe, 2007), Héritages indo-européens dans la Rome antique (Terre de promesse, 2014) et Le chaudron du Dagda (Terre de Promesse, 2016) et, dernièrement, Le cortège du Graal - Du mythe celtique au roman arthurien (Terres de promesse, 2019).

     

    Raydon_Le mythe de la Crau.jpg

    " Le plus ancien mythe conservé sur le territoire de la Provence concerne la formation de la plaine de la Crau. C’est le tragique grec Eschyle qui nous en a transmis la plus vieille version au second quart du Ve siècle avant notre ère, dans un passage de sa pièce du Prométhée délivré. Il y racontait que la création de la plaine de la Crau s’était produite à la suite d’une pluie de pierres déversée par le dieu de l’orage Zeus pour sauver son héros de fils Héraklès attaqué par les géants Ligures alors qu’il se rendait en Espagne pour conquérir les bœufs de Géryon. L’identité hellénique des protagonistes et l’incorporation de ce récit étiologique au sein de l’œuvre du grand dramaturge athénien ont crédité jusqu’ici le récit d’être un pur produit de la culture grecque égéenne.

    L’auteur entreprend ici une remise en cause de cette appréciation. D’une part, le mythe met en jeu une connaissance précise de la zone géographique bas-rhodanienne et se développe à partir d’un toponyme local non hellénique, ce qui suppose qu’il a vu le jour non pas en Grèce mais dans un milieu grec occidental, voir simplement hellénisé, qui pouvait être informé des realia géologiques et toponymiques de la Celtique méridionale. D’autre part, les conceptions qui structurent ce mythe restent sans parallèle dans la mythologie grecque mais trouvent d’exacts pendants dans les littératures celtiques insulaires médiévales et dans des textes hagiographiques sur deux saints de la Gaule mérovingienne. La légende de fondation de la Crau pourrait donc s’avérer être dans la forme où elle nous a été transmise l’interpretatio graeca d’un mythe gaulois de la période de La Tène ancienne.

    Usant d’une approche structurale et comparative dumézilienne, l’auteur se livre à l’archéologie de ce qui constitue le plus ancien fragment de pensée religieuse celtique qui nous ait été conservé, exhumant et expliquant les vestiges d’une théologie véritablement panceltique codifiée de très longue date ayant trait à la fameuse croyance du ‘ciel qui tombe sur la tête’ partagée par les Celtes continentaux d’Illyrie, du Danube et des Gaules, ainsi que par ceux insulaires d’Irlande et du Pays-de-Galles.

    Identifiant avec certitude l’Héraklès de la Crau à Ogmios, une divinité majeure du panthéon gaulois, l’auteur poursuit cette passionnante enquête en brossant un portrait de ce dieu qui démontre la stabilité de sa codification de la Gaule à l’Irlande, et qui confirme sa structuration autour du prototype indo-européen du dieu de la souveraineté magico-guerrière. Il invite en outre à une relecture du cycle des aventures d’Héraklès en Gaule en tant que possibles épisodes d’une mythologie ogmienne hellénisée.

    Une découverte majeure pour l’étude de la religion gauloise et un époustouflant voyage au cœur des croyances celtiques. "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Du mythe celtique au roman arthurien...

    Les éditions Terre de Promesse viennent de publier un essai de Valéry Raydon intitulé Le cortège du Graal - Du mythe celtique au roman arthurien. Docteur en histoire ancienne et chercheur indépendant, Valéry Raydon a notamment publié Apologie du dieu Kronos (Le Labyrinthe, 2007), Héritages indo-européens dans la Rome antique (Terre de promesse, 2014) et Le chaudron du Dagda (Terre de Promesse, 2016).

     

    Raydon_Le cortège du Graal.jpg

    " Le cortège merveilleux du Graal représente un des thèmes majeurs de la littérature arthurienne. L’immense succès que ce thème a rencontré depuis le Moyen Âge jusqu’à nos jours lui a valu de connaître d’innombrables adaptations artistiques et de devenir un pilier de la culture et de l’imaginaire de l’Occident. La plus ancienne mention relative à ce cortège nous a été léguée dans le roman du Conte du Graal composé par Chrétien de Troyes au cours de la décennie 1180. Le cortège y constitue un élément-clé de l’intrigue consacrée aux aventures de Perceval le Gallois. Le jeune chevalier Perceval appelé à devenir le meilleur chevalier du monde, est amené à recevoir l’hospitalité au château du Roi Pêcheur, et à l’heure du repas voit passer devant lui un intriguant groupe d’objets merveilleux portés par de jeunes serviteurs de noble naissance. C’est le cortège du graal. Il comprend une lance dont le fer blanc saigne continuellement et qui est investie d’un pouvoir guerrier tel qu’elle est en mesure de soumettre l’île de Bretagne à elle seule, un vaissel d’or et d’escarboucles irradiant une lumière solaire, qui est reconnu être le plus riche et le plus sacré du monde et pour lequel est suggéré un possible pouvoir de génération alimentaire sans limites, et enfin un petit tailloir d’argent dont les propriétés sont passées sous silence. Perceval, bien qu’intrigué, refuse de s’informer au sujet du cortège par souci de discrétion. Mal lui en pris : il apprendra par la suite qu’une demande à propos de ces objets hyperboliques aurait rendu la santé au Roi Pêcheur impotent, et que de son silence découleront des maux sans nombre pour ce souverain, son royaume, et le monde arthurien tout entier. Et Perceval d’entreprendre alors une quête réparatrice pour tenter de retrouver le Château du Graal et poser les questions salvatrices. Le roman de Chrétien, malheureusement inachevé, a laissé irrésolu le mystère de cet étrange cortège.

    Cet essai a pour ambition assumée de mettre fin à cette énigme vieille de plus de 800 ans et à un débat scientifique de plus d’un siècle quant à la signification et à la genèse du motif du cortège du graal. Son auteur, Valéry Raydon, armé du comparatisme structural dumézilien, entend démontrer définitivement l’origine celtique du motif, en établissant la correspondance entre cette entité-groupe et la représentation mythifiée d’une ancienne institution de conception indo-européenne qui était partagée par les anciennes sociétés gaélique et galloise – celle des insignes de la souveraineté – et en montrant le recoupement individuel de chacun des trésors qui la compose avec un prototype de talisman royal merveilleux des littératures médiévales des Celtes insulaires. Raydon entend procéder aussi à une vérification de la celticité du récit percevalien qui accueille le motif, en apportant les preuves irréfutables que le roman du trouvère champenois reprenait dans sa trame, en en respectant scrupuleusement l’enchaînement chronologique des évènements, une source écrite unique qui s’avère être un conte arthurien gallois en prose. Un conte gallois qui présentait une particularité dans sa composition : il consistait en une adaptation littéraire fidèle d’un seul et unique texte mythologique retraçant les Enfances du dieu Lleu Llaw Gyffes.

    Au cours des 410 pages passionnantes de cette enquête chirurgicale, Valéry Raydon lève le voile les matrices mythologiques celtiques du graal, de la lance sanglante, du tailloir, mais aussi des principaux personnages et épisodes du roman (enfance sauvage du héros, son premier combat, son attraction pour l’armure vermeille, sa rencontre avec Blancheflor, la blessure du Roi Pêcheur, le banquet du Château du Graal). Il décrypte le sens de l’épreuve du cortège graalien dans le roman champenois, qui demeure encore, derrière l’habillage chrétien et courtois du roman, une forme d’initiation archaïque rituelle à la souveraineté, où le jeune héros doit manifester sa capacité instinctive à reconnaître les objets hyperboliques qui constituaient les insignes symboliques et les talismans garants du pouvoir et de la prospérité du royaume dont il se trouve être l’héritier présomptif. Enfin, il montre également l’évolution progressive du thème dans les romans graaliens français suivants, où les objets du cortège reconvertis en reliques de la Passion vont devenir le véhicule promotionnel d’un idéal chevaleresque féodal et chrétien tourné vers la défense du mystère de l’eucharistie. "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • La paléogénétique des Indo-Européens...

    Nous vous signalons la parution du nouveau numéro de la revue Nouvelle Ecole (n°68, année 2019), dirigée par Alain de Benoist, avec un dossier consacré à la paléogénétique des Indo-Européens. La revue est disponible sur le site de la revue Éléments ainsi que sur celui de la revue Krisis. Les parisiens pourront également la trouver à la Nouvelle Librairie. 

     

    indo-européens,alain de benoist,georges dumézil,carl schmitt,albert camus,louis aragon,nihilisme,jean-marie legrand,paul matillion,jean-marie sanjorgepatrick bouts,jean-michel vivien,adn,génétique

    " La découverte, à partir du XVIIIe siècle, de la parenté de la quasi-totalité des langues européennes, auxquelles il faut encore ajouter certaines langues de l’Asie centrale et d’une partie du Proche-Orient, a constitué un tournant décisif de l’histoire de la linguistique. Pour les désigner, on parle de langues indo-européennes. Depuis deux siècles, la recherche a permis d’établir que leur parenté ne se limite pas au vocabulaire de base, mais aussi à la syntaxe, aux structures grammaticales, aux racines et au mode de formation des mots.

    Elle a aussi montré que les langues indo-européennes dérivent les unes des autres de manière «arborescente», en sorte qu’il est possible, par la reconstitution linguistique, de restituer les traits essentiels de la langue-mère originelle d’où elles sont issues, l’indo-européen commun. Toute langue supposant des locuteurs, la question s’est posée du même coup d'identifier la ou les populations qui ont parlé et développé l’indo-européen commun, d'identifier aussi la culture matérielle qui était la leur et de situer son emplacement sur la carte. De l’indo-européen, on est ainsi passé aux Indo-Européens. C’est l’irritante question du foyer d’origine qui, dans le passé, a donné lieux aux hypothèses et aux supputations les plus diverses. Jusqu’à une période toute récente, on ne disposait pour étudier les Indo-Européens que de moyens relativement limités. La discipline essentielle était (et demeure) bien sûr la linguistique. L’archéologie a aussi joué un rôle.

    S’y ajoutent enfin les nombreux travaux, tels ceux de Georges Dumézil et de bien d’autres chercheurs, qui portent sur l’étude comparée des religions indo-européennes, des mythes, des épopées, des formulaires poétiques, etc. Or, depuis quelques décennies seulement, on dispose d’un nouveau moyen d’aborder la question. La mise au point de techniques de laboratoire, notamment le séquençage de l’ADN, a ouvert des perspectives décisives permettant d'identifier les porteurs de l’indo-européen commun et de restituer l’histoire de leurs migrations. Une chose est sûre : l’Europe ancienne s’est développée à partir de trois composantes majeures, que sont les chasseurs-cueilleurs du paléolithique, les agriculteurs du néolithique et les populations indo-européennes. Sur ces dernières, dont nous parlons les langues encore aujourd’hui, et dont nous portons les gènes, on en sait désormais beaucoup plus grâce à la paléogénétique. "

    Au sommaire

    Le peuplement de l’Europe. La révolution de la paléogénétique et les Indo-Européens (Patrick Bouts)

    Le cas français. L’indo-européanisation du territoire à travers les migrations (proto-)celtiques et ses impacts génétiques (Jean-Michel Vivien)

    Index technique, carte récapitulative et bibliographie (Patrick Bouts)

    Document : Lettres de Georges Dumézil à Alain de Benoist (1969-1981).

    L’étude comparée des religions indo-européennes. Recherches actuelles et perspectives (Anders Hultgård)

    La théorie de l’institution chez Maurice Hauriou, Santi Romano et Carl Schmitt. Une pensée juridique antimoderne (Paul Matilion)

    Louis Aragon ou les ambiguïtés du national-communisme (Jean-Marie Sanjorge)

    Albert Camus ou la pensée de la limite (Marc Muller)

    Le nihilisme, une affirmation à l’envers (Jean-Marie Legrand)

     

    Lien permanent Catégories : Revues et journaux 0 commentaire Pin it!
  • Romulus, jumeau et roi...

    Les éditions Les Belles Lettres ont publié récemment un essai de Dominique Briquel intitulé Romulus, jumeau et roi - Réalités d'une légende. Ancien élève de l’École normale supérieure et de l’École française de Rome, influencé par Georges Dumézil, Dominique Briquel a été professeur de latin à la Sorbonne et est spécialiste de la civilisation étrusque.

     

    Briquel_Romulus jumeau et roi.jpg

    " Quelle idée les Romains ont-ils eue de se donner comme fondateur un fratricide ?
    Ils étaient incapables de rendre compte du crime horrible, contraire aux lois les plus fondamentales du comportement humain, de celui qu’ils avaient pourtant promu au rang des dieux sous le nom de Quirinus. Si Romulus était difficile à comprendre pour les Romains eux-mêmes, il semble possible de l’éclairer en faisant appel à des héros connus ailleurs et qui présentent des traits analogues, en cherchant la réponse du côté de la mythologie comparée.
    L’auteur met à contribution le monde indoeuropéen, avec notamment le personnage que les Iraniens considéraient comme leur premier roi, ce Yima dont le nom signifie jumeau, ou des souverains, tout aussi légendaires, que les Scandinaves ou les Arméniens situaient au début de leur histoire ; mais d’autres aires culturelles se révèlent également riches d’enseignements, comme le monde biblique avec Jacob qui supplante son jumeau Ésaü.
    Relue à la lumière de ces parallèles, la vie de Romulus apparaît comme l’application à la naissance de Rome d’une antique représentation de la mise en place de l’humanité telle que nous la connaissons, dans un cadre civilisé qui s’est bâti sur le rejet du chaos antérieur. "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!