Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/12/2018

Tour d'horizon... (155)

Karl.jpg

 

Au sommaire cette semaine :

- sur Le Comptoir, revue numérique socialiste et décroissante, un entretien avec Chris Cottard, organisateur de stages d'immersion dans la nature, autrement dit de survie...

Chris Cotard : « Nous sommes faits pour vivre au contact de la nature »

captain-fantastic-4.jpg

- sur Philitt, un entretien avec Nicolas Briand, le traducteur et préfacier du livre de Friedrich-Georg Jünger, La perfection de la technique (Allia, 2018)...

Nicolas Briand : « Pour F. G. Jünger, nous ne vivons pas l’avènement d’homo deus mais d’homo titanus »

Ernst Jünger_Friedrich-Georg Jünger.jpg

21/11/2018

La perfection de la technique...

Les éditions Allia publient cette semaine un essai de Friedrich-Georg Jünger intitulé La perfection de la technique. Frère d'Ernst Jünger. Auteur de très nombreux ouvrages, Friedrich-Georg Jünger a suivi une trajectoire politique et intellectuelle parallèle à celle de son frère Ernst et a tout au long de sa vie noué un dialogue fécond avec ce dernier. Parmi ses oeuvres ont été traduits en France un texte écrit avec son frère, datant de sa période conservatrice révolutionnaire, Le nationalisme en marche (L'Homme libre, 2015), et un recueil d'essais sur les mythes grecs, Les Titans et les dieux  (Krisis, 2013).

Jünger_La perfection de la technique.jpg

“ « L’ère de la technique excelle certes à susciter des organisations mais est incapable de fonder des institutions. Elle s’entend toutefois à transformer les institutions existantes en organisations, à en faire des organisations, c’est-à-dire à les mettre en relation avec l’appareillage technique. Le progrès technique ne tolère plus que des organisations qui dans leur ensemble ont quelque chose de mobile, qui correspondent donc foncièrement à la grande mobilisation de ce temps. Or le concept d’institution implique qu’elle soit posée, ou du moins pensée comme immuable, comme un édifice immobile qui a quelque chose de statique et qui résiste aux outrages du temps. Les organisations livrent à la technique les moyens pour ses plans de travail ; c’est là une vocation que l’on discerne toujours plus nettement. »
La perfection de la technique, c’est la rationalité absolue des procédés qui ont mécanisé et automatisé le travail depuis le début de la Révolution industrielle. Une efficacité implacable, pourtant délétère dans le contexte de la société humaine tout entière. Reliées en réseau à l’échelle planétaire, les machines fixent le but à atteindre et dominent l’activité du travailleur, désormais détaché de tout ancrage local. En favorisant une pensée économique uniquement fondée sur une partie du processus, en envisageant les ressources naturelles sur lesquelles elle s’appuie comme une manne inépuisable, la technique pourrait bien précipiter elle-même sa propre fin.
Dans cet essai visionnaire, inédit en français, Friedrich Georg Jünger dénonce les illusions que suscite la technique moderne, ses promesses d’un accroissement de la richesse et du temps libre. Après la destruction de la composition typographique du livre dans un bombardement allié en 1942, une première édition a pu voir le jour en 1944, rapidement réduite en cendres par une attaque aérienne. La Perfection de la technique paraît enfin, en deux livres séparés, en 1946 et 1949, avant de connaître de multiples éditions en un seul volume par la suite."

07/08/2015

Les frères Jünger et le nationalisme en marche...

Les éditions L'Homme libre ont récemment publié Le nationalisme en marche, de Friedrich-Georg Jünger, préfacé par son frère Ernst. L'essai date de 1926, à une époque où les deux frères se livrent à une activité politique et journalistique intense au sein de la mouvance néo-nationaliste allemande. Jalon important dans leur œuvre, ce texte était jusqu'à présent inédit en France.

Il est possible de le commander sur le site des éditions de L'Homme libre.

 

 

Nationalisme en marche.jpg

" Der Aufmarsch des Nationalismus (1926), écrit après la fin de l'époque des Corps-Francs annonce l'irruption sur la scène politique d'une génération de combattants. Prophètes de ce nouveau nationalisme radicalement anti-bourgeois, entamé dans Arminius ou Die Kommenden, les frères Jünger inaugurent un style nouveau : celui du «nationalisme soldatique», exprimé par les jeunes officiers revenus du front et demeurés allergiques à la tiédeur de la vie civile.
L'expérience des tranchées et des combats leur a prouvé par la sueur et le sang que la finalité de la vie n'est pas un jeu inventé par le cerveau mais un grouillement organique élémentaire dont il faut saisir les pulsations. Pour eux e politique, dans sa sphère, doit prendre la température de ce grouillement, se mettre à son écoute, se mouler dans ses méandres et y puiser une force toujours jeune, neuve, vivifiante.
Chez Friedrich-Georg Jünger, le politique est appréhendé sous l'angle cosmique, en dehors de tous les « miasmes bourgeois, cérébraux et intellectualisants »."

 

31/01/2014

Démondialisation : pourquoi les élites n'en veulent pas...

Le nouveau numéro de la revue Eléments (n°150, janvier - mars 2014) est disponible en kiosque.

Dans ce numéro, Pascal Esseyric et Patrick Péhèle nous livre  un dossier consacré à la mondialisation comme idéologie, ainsi que des articles consacrés à Albert Camus, à Alain Finkielkraut, à Constanzo Preve ou à Friedrich-Georg Jünger, mais aussi aux valeurs du rugby, aux langues régionales et à Paris au temps du psychédélisme ! Et on trouvera également la chronique de Ludovic Maubreuil, «Un Hobbit contraire à l'esprit de Tolkien», et l'éditorial de Robert de Herte intitulé « Mondialisation, démondialisation ».  

Vous pouvez commander ce numéro ou vous abonner sur le site de la revue : http://www.revue-elements.com....

 

 

Eléments 150.jpg

Au sommaire :

Éditorial

Mondialisation, démondialisation par Robert de Herte
Forum ...

Cartouches

L'actualité des idées, des sciences, du cinéma, des arts et des lettres

Mathis, Millet, Steiner par Michel Marmin

Faits & gestes

Chronique cinéma par Ludovic Maubreuil
Romans noirs par Pierric Guittaut

Bernard Charbonneau par Olivier François
Waterloo: champ de carnage par Laurent Schang
Sur les routes de l'Inde par Christopher Gérard
Sciences par Bastien O'Danieli

Le combat des idées

Contre la religion de la langue unique entretien avec Jean-Louis Davant
La révolte qui réveille les identités assoupies par Michel Thibault
Les valeurs du rugby par Pierric Guittaut

Albert Camus l'indompté par Pierre Le Vigan

Hommage à Costanzo Preve par Yves Branca

Alain Finkielkraut, la nostalgie de la France par Pierre Bérard
Jean-Claude Valla: a jolly good fellow

Paris au temps du psychédélisme par Francis Moury
Sur Friedrich Georg Jünger par Christopher Gérard
Small is beautiful par François Bousquet

Libertins, un pas en avant! par Mathilde Gibelin

Dossier

Démondialisation: pourquoi les élites n'en veulent pas?

La mondialisation ou l'expansion du capital par Alain de Benoist
La mondialisation comme idéologie par Alain de Benoist

Misère de l'altermondialisme par Alain de Benoist
Démondialisation, de la théorie à la pratique par Xavier Eman
Éphéméride
s