Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/08/2013

Ces mythes grecs auxquels on n'échappe pas....

Nous vous signalons la parution d'un numéro hors-série de la revue Philosophie magazine, diponible en kiosque, consacré aux à ces mythes grecs qui continuent souterrainement à structurer l'imaginaire de nos sociétés... A lire !

 

Mythes grecs philosophie magazine.jpg

Les mythes grecs.
Pourquoi on n'y échappe pas ?

Oedipe et la revanche du réel.

Argos, la surveillance généralisée.

Narcisse ou la séduction.

Dédale, la technique irresponsable.

Tantale, la frustration du désir.

27/06/2013

Psychologie des foules...

« La foule est toujours intellectuellement inférieure à l'homme isolé. Mais, au point de vue des sentiments et des actes que ces sentiments provoquent, elle peut, suivant les circonstances, être meilleure ou pire. Tout dépend de la façon dont on la suggestionne. »


Les Presses universitaires de France rééditent une nouvelle fois l'ouvrage le plus célèbre de Gustave Le Bon, Psychologie des foules. Voyageur, homme de science, inventeur, ami d'Henri Poincarré, s'intéressant aussi bien à l'anthropologie, à l'histoire ou à la philosophie qu'à la biologie, la physique ou la cartographie, Gustave Le Bon peut être considéré comme le précurseur de la psychologie sociale et laisse l'une des oeuvres les plus importantes de l'entre-deux siècles. Psychologie des foules a été publié la première fois en 1895. Traduit en plus de douze langues, il a été constamment réédité depuis.

Psychologie des foules.jpg

" Gustave Le Bon (1841-1931) eut un immense succès et inspira jusqu’à Freud. Véritable best-seller, Psychologie des Foules est considéré comme un des livres qui ont changé le monde au début du XXe siècle.
Monument historique, il demeure une œuvre pionnière de la psychologie sociale et la première à interroger brillamment le phénomène de masse qui allait tourmenter le XXe siècle.
Moscovici le considère comme le « Machiavel des sociétés de masses » qui, le premier, aura compris l'importance du rôle (potentiellement destructeur) des foules.
Ce livre est devenu un classique incontournable pour tous les sociologues et psychologues. "

02/04/2013

Les faux prophètes...

Les éditions Apopsix publient cette semaine Les faux prophètes, un essai d'Yvan Blot. Enarque, Yvan Blot anime l'Institut Néo-socratique ainsi que l'Association pour la démocratie directe. Il a récemment publie L'oligarchie au pouvoir (Economica, 2011).

 

Faux prophètes.jpg

 

" Tout le monde connaît la chanson de Gavroche : « je suis tombé par terre, c'est la faute à Voltaire, le nez dans le ruisseau, c'est la faute à Rousseau ». Pour l'auteur, Voltaire, Rousseau, mais aussi Marx et Freud nous ont entrainés sur de mauvais chemins. Ce sont de faux prophètes qui ont cru libérer l'humanité et qui ont déchaîné des forces de destruction, d'où les guerres révolutionnaires, la Terreur, les totalitarismes, la dissolution des valeurs morales après Mai 68.

Pourquoi ont-ils eu tant de succès ? Parce que ce sont des séducteurs qui ont fait croire aux hommes qu'ils allaient réaliser leurs plus chers désirs. Pas besoin de Dieu, vous êtes Dieu grâce à votre raison, dit Voltaire. Pas besoin de roi, vous êtes vous-mêmes roi grâce à la démocratie, dit Rousseau. Pas besoin de patrons, vous serez tous riches et tous patrons grâce au communisme, fait croire Marx. Pas besoin de morale, soyons tous des Don Juan grâce à la révolution sexuelle, suggèrent Freud et surtout ses disciples.

En fait, tous avaient une vision de l'homme comme étant essentiellement un animal. Animal certes doué de raison, mais animal tout de même, dans son essence. Freud déclare dans « Malaise dans la culture » : "l'homme est un être à l'intelligence faible, qui est dominé par ses souhaits pulsionnels". 

L'ouvrage livre une autre façon de voir l'homme : chacun des faux prophètes se voit opposé un adversaire : Pascal pour Voltaire, Nietzsche pour Rousseau, Kierkegaard pour Marx et Heidegger pour Freud.

Il faut donc aujourd'hui se libérer des faux prophètes et des illusions dont ils nous ont intoxiqués. L'auteur propose de suivre plutôt le chemin des philosophies existentielles plus proches de la réalité humaine, plus respectueuses des individus dans leurs différences et leurs identités et ouvertes à la transcendance et au mystère de notre existence, afin d'échapper à la dictature de l'utilitarisme et du matérialisme. "

10/02/2012

Delenda America !...

Les éditions Baudelaire ont publié en avril 2011 un curieux roman de Philippe Simonnot intitulé Delenda America. Ancien journaliste au quotidien Le Monde, professeur d'économie, Philippe Simonnot est un libéral non-conformiste, auteur de nombreux essais.

Vous pouvez visiter le site Delenda America qu'il aconsacré à son roman...

 

 

Delenda America.jpg

 

"Je m’appelle Joseph Altenberg. J’avais vingt ans le 11 septembre 2001. J’ai assisté en direct à l’écroulement télévisé des Twin Towers et ces images ne cessent de me hanter. Depuis j’entends des voix qui disent Delenda America (Il faut détruire l’Amérique).

Je suis très riche, ayant hérité de l’immense fortune de mon père, fameux galeriste de la rue de Seine. Je dois dire tout de suite que je suis le petit-fils du Altenberg qui, à Vienne, servait de marchand au jeune Hitler pour écouler ses aquarelles et autres « chef-d’œuvre » en cartes postales…

Hanté par ces voix, je suis allé voir un psychanalyste. Les résultats – inattendus – de ma « cure » ont été ma conversion à l’islam, l’identification de ces voix et sans doute ma détermination à terminer ma vie comme martyr – afin de leur obéir. Pour l’édification des générations futures, et pour les dégoûter à tout jamais du freudisme, du judaïsme, du sionisme et du christianisme – quatre impostures, comme quatre cavaliers de notre Apocalypse – j’ai entrepris de raconter cette psychanalyse.

On lira donc ici le récit des séances, quasiment une par une, d’après les notes que j’ai rédigées à chaque fois, auxquelles j’ai ajouté quelques documents que j’ai produits en cours de route."