Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/03/2017

De la correction des errants...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de François-Bernard Huyghe, cueilli sur son site Huyghe.fr et consacré à la prétention du système de détenir de détenir la vérité et de pouvoir l'enseigner à ceux qui errent... Spécialiste de la stratégie et de la guerre de l'information et directeur de recherches à l'IRIS, François Bernard Huyghe vient de publier La désinformation - Les armes du faux (Armand Colin, 2015).

 

François-Bernard Huyghe.jpg

Déradicalisation et Decodex

La correction des errants

Hasard de l'actualité : il est beaucoup question en ce moment question de déradicalisation et de Decodex, deux formes de désintoxication spirituelle, promues par le gouvernement dans le premier cas, par les médias (le Monde pour ne pas le nommer) et les grands du Net dans le second.

Pour faire simple, la déradicalisation se présente comme un retour à la normale : un traitement administré à des individus, volontaires, pas encore trop impliqués dans l'action sanguinaire ; elle devrait les reconvertir à des valeurs ou idées sans danger pour la démocratie, à des comportements qui excluent terrorisme ou djihadisme. Bref, à une vision du monde pacifiée sans violence à motivation idéologique.
Quant à Decodex, c'est un dispositif supposé ramener à la vérité ; intégré à un navigateur, il indiquera à l'internaute si les sites sur lesquels il se rend sont fiables ou s'ils risque d'être entraîné dans le processus dit de la post-vérité, des "fakes" ou de la désinformation ... Il est sensé procéder à une "vérification de masse" où les mauvais esprits verront une rectification des masses.

Les deux dispositifs ont suscité un lot de critiques. Pour la déradicalisation, par le rapport de deux sénatrices (ou du moins par ce qu'elles en ont laissé entrevoir avant publication définitive), pour Decodex par nombre d'articles récents s'élevant contre le ministère de la Vérité ainsi établi ; le plus remarquable étant celui de F. Lordon dans le Monde diplomatique. À la déradicalisation, il est permis de reprocher de ne pas être efficace au service d'intentions naïves, à Decodex de risquer de l'être au service d'intentions plus ambigües.

Retour à la normale

La déradicalisation traite les engagements comme des maladies : un processus pathologique, comme une excroissance de la croyance. Certains esprits influençables pourraient se radicaliser comme on tombe dans la délinquance ou dans la drogue, et adopter des convictions intolérables dans une société tolérante. L'imprécision du concept gêne : qu'est-ce qu'il faut empêcher ou annuler ? Certaines idées, relatives par exemple à la loi divine ? Les apologies de la violence qu'en déduisent certains ? Ou encore la tentation de rejoindre une communauté combattante (les djihadistes en Syrie), et d'envisager le plus naturellement du monde de tuer des gens pour imposer son triomphe ?
Le flou de la notion de radicalisation contraste avec le sens qu'avait mot dans les années 80 : à l'époque mener une critique radicale ou radicaliser ses revendications était la marque d'une révolte touchant aux fondements de la domination. Était radical quelqu'un qui visait les bases mêmes de l'ordre établi pour des raisons idéologiques, au nom du prolétariat, de l'Histoire ou de la Révolution, par exemple. La radicalisation, terme désormais presque synonyme de rupture sociale ou de sociopathie, est décrite comme une anomalie individuelle.
Mais réparable. Cela se ferait en injectant au malade de grandes doses de "valeurs", de sociabilité et de vivre ensemble, et si possible en évitant de parler religion. Comme si les djihadistes n'avaient justement pas trouvé des valeurs, une communauté et un idéal de vie... et comme si ce que nous pouvons leur offrir notre société libérale satisfaisait bien mieux leurs aspirations que la promesse du Paradis et du salut du monde.

Les méthodes de déradicalisation varient : les unes reposent surtout sur l'écoute de gens supposés en détresse psychique, d'autres sur le rétablissement de liens avec la société civile, d'autres sur la resocialisation ou la réhabiliation du sujet... Certaines occultent la dimension religieuse du phénomène, d'autres font intervenir des imams qui vont ramener les sujets à une interprétation non djihadiste du dogme (en faire de simple salafistes quiétistes qui ne prendraient plus les armes). En tout cas celles qui ont été employées en France ne doivent pas être les meilleures.
Le rapport parle de pseudo experts, de sommes énormes gâchées, de déradicalisés présumés qui reprenaient le chemin du djihad. Ainsi, il semblerait que 2, 5 millions aient été dépensées, par exemple, pour n'aboutir qu'à l'ouverture d'un centre à Pontourny qui n'aurait accueilli, fort sporadiquement, que neuf candidats dont un repris sur la route de la Syrie.
Attendons les détails du rapport pour savoir s'il s'agit d'un échec bureaucratique ou de la conséquence d'une conception iréniste.


Ministère de la vérité

Quant à Decodex, ce n'est pas une liste de sites (comme il en existe déjà) exprimant une opinion sur leur objectivité, leurs tendances complotistes, leur sérieux, etc., ce qui serait parfaitement légitime. Ce n'est pas non plus un site de fact-checking allant vérifier à des sources qu'il site des informations données par des confrères ou des affirmations d'hommes politiques. Decodex est le nom d'un dispositif technique : une extension qui "évalue" le site sur lequel vous êtes, plus un moteur de recherche, plus un "bot" (robot) Facebook qui vous dit que penser d'une information pendant que vous explorez certains réseaux sociaux, etc. Page verte, page orange, page rouge, page bleue (pour les contenus ironiques ou parodiques). Menteur, complotiste, désinformateur : vous voilà prévenus.

Il ne s'agit donc pas d'un jugement au premier degré - comme pourrait l'exprimer un site concurrent qui dirait, par exemple que l'article que vous êtes en train de lire est mal écrit, son raisonnement fallacieux, son auteur nul... (ce qui me vexerait, mais resterait une controverse normale en démocratie). Decodex s'introduit sinon dans votre cerveau, du moins entre votre cerveau et le message. Des pastilles apparaissent pendant que vous naviguez, que vous consultez un compte ou visionnez une vidéo d'une chaîne You Tube, pour vous faire savoir si vous êtes sur une page généralement fiable, peu fiable, orientée et cachant ses buts idéologique ou sur un site parodique... Vous ressentez donc en permanence la manifestation d'une sorte de Surmoi virtuel qui vous dit si vous risquez d'être induit en tentation. Et non pas ce que vous devez penser, mais ce à quoi il est mauvais de penser. Decodex ne fonctionne pas par controverse, par dialectique et réfutation, à égalité, fait contre fait, argument contre argument mais en faisant intérioriser les règles (ou plutôt en la faisant intégrer à votre outil d'information). Ni censurer, ni combattre, formater, c'est mieux.

Passons sur quelques objections qui ont été faites à ce système :

Éditorialement parlant, Decodex en se donnant le droit d'évaluer ses confrères rivalise avec l'œil de Dieu, parfait et discernant tout. Sans opinion au sens où La Tseu dit que "le sage est sans opinion", puisqu'il saisit tout. De mauvais esprits se demandent si, par le passé, Dieu/ le Monde n'a pas lui-même répandu quelques fausses nouvelles et s'il n'a pas quelques intérêts (concurrentiels, idéologiques ou autres) à dévaloriser ses concurrents. Voire s'il na pas fait quelques choix partisans. Mais poser cette question, n'est-ce pas risquer de se faire classer parmi les sites complotistes ?


Philosophiquement, Decodex se place en position transcendentale : une pure rationalité, formant les conditions de connaissance des objets. Sa devise pourrait être la phrase de Kant : "J'appelle transcendentale toute connaissance qui ne porte point sur les objets, mais sur notre manière de les connaître, en tant que cela est possible, a priori". Les conditions d'exercice de la raison critique et partant de l'exercice sincère de la démocratie passeraient donc par ce processus, de surcroît délégué à un algorithme, et qui permettraient d'accéder au Vrai, au Bien, au Juste. Mazette, que n'y a-t-on songé plus tôt !

Épistémologiquement, le critère de sélection est tout sauf clair : mentir délibérément, rapporter des informations non vérifiées qui flattent vos préjugés idéologiques, être engagé et rapporter systématiquement ce qui va dans le même sens, etc.

- Idéologiquement, Decodex, le vengeur démasqueur, s'auto-attribue le monopole de l'établissement des faits vrais, donc de la désignation des systèmes faux. Toute proposition contredite par lui, et affublée d'une pastille de la mauvaise couleur, ce qui renvoie au mieux au purgatoire des intentions utopiques, au pire à l'Enfer de la désinformation, généralement imputable au complot russo-populiste. Mais une affirmation validée (pastille verte : vous pouvez circuler, il y a quelque chose à croire) échappe à l'idéologie, exclut les intentions coupables et monte immédiatement au ciel de l'évidence. Par ailleurs, rappelons que l'idéologie ne se caractérise pas par sa propension à soutenir des choses fausses ou utopiques, mais par la cohérence de sa vision du monde qui classe automatiquement les faits en évidents ou pas et lui permet de dénoncer les autres interprétations du monde comme idéologiques, fausses, crimogènes, etc...

Qu'y a-t-il de commun entre le fait que les détenteurs du pouvoir politique tendent à se tourner vers la déradicalisation et ceux du pouvoir médiatique vers la désintoxication ?
Sans doute une forme d'incompréhension de ceux d'en bas : si les gens se convertissent au djihad ou n’adhèrent pas à nos valeurs, ce ne peut-être que par l'effet d'une tromperie. S'ils pensent mal, c'est qu'ils sont mal informés ou influencés ; au contraire, s'ils raisonnaient normalement et savaient la vérité, ils ne pourraient que reconnaître la légitimité de notre monde. Mais notre pédagogie les sauvera.

On savait déjà que les élites possédaient un capital de pouvoir, un capital culturel, un capital moral (elles préconisent l'altruisme et l'ouverture face à des masses qu'elles trouvent enclines au repli identitaire). Il va falloir inventer un nouveau mot (capital "véritaire" ?) pour désigner ce nouveau monopole que viennent de s'attribuer les bons maîtres : voir le vrai et empêcher la plèbe de penser faux.

François-Bernard Huyghe (Huyghe.fr, 26 février 2017)

26/02/2017

La revue de presse d'un esprit libre... (22)

Veilleur.jpg

La revue de presse de Pierre Bérard

Au sommaire :

Le texte de Julien Freund « La Thalassopolitique » publié en 1985 par les Éditions du labyrinthe comme postface au « Terre et Mer. Un point de vue sur l’histoire mondiale » de son ami Carl Schmitt, ressort sous forme d’article.
 
 
 
Pour la Revue du crieur (émanation de Mediapart) le temps presse. Pourquoi ? Parce que les « droites et les extrêmes droites » européennes sont de plus en plus contaminées par les idées d’Alain de Benoist… ! Article passe partout qui en reste à l'alarme classique style « camarade réveillez-vous, bon sang » et demeure rivé au logiciel droite-gauche comme ultime grille d’analyse. En bref une dénonciation qui ne brille pas par son originalité.
 
 
 
Un film de Patrick Buisson glorifie le monde ancien de la France paysanne, celle des derniers Gaulois (extraits).
 
 
 
Le site Metamag publie un court article sur Maslenitsa, la fête russe d’origine païenne qui ponctue le retour du printemps.
 
 
 
Bérénice Levet répond à Emmanuel Macron, candidat du postnational et de la vie liquide, qui nie l’existence d’une culture et d'un art français.
 
 
 
Tribune d’Alain de Benoist sur boulevard Voltaire à propos d’Emmanuel Macron, télévangéliste christique.
 
 
 
Pour Mathieu Bock-Côté Macron c’est la globalisation heureuse et le gauchisme culturel.
 
 
 
Boris Le Lay : Macron, les oligarchies financières contre les peuples (vidéo).
 
 
 
Éric Zemmour dans une récente chronique qualifie Macron de fils adultérin de Madelin et de Cohn-Bendit (vidéo).
 
 
 
Le livre de Xavier Eman « Une fin du monde sans importance » paru aux Éditions Krisis fait l’objet d’une belle recension sur le blog du Cercle Non Conforme.
 
 
 
La matinale de radio-libertés du 21 février est animée par Xavier Eman. Celui-ci propose en fin d’émission des modalités d’action « communautaires » à la dissidence.
 
 
 
À propos des médias russes présentés unilatéralement à l’Ouest comme de dangereux agents d’influence du Kremlin susceptibles de bouleverser les résultats de l’élection présidentielle française, François-Bernard Huyghe décrypte les rouages de la diplomatie d’influence à commencer par celle de Washington autrement plus préoccupante.
 
 
 
Entretien avec Ingrid Riocreux paru le 20 février dans Le BSC News Magazine à propos de son livre « La langue des médias. Destruction du langage et fabrication du consentement » paru aux Éditions du Toucan.
 
 
 
Le brillantissime Charles Robin est l’invité de Bistro Libertés pour son livre «  Itinéraire d’un gauchistes repenti » paru aux éditions Krisis. Malheureusement les débats se noient dans des bavardages inconsistants, aussi sera-t-il plus sage de ne regarder que les vingts premières minutes de la vidéo, celles où l’hôte donne libre cours
à sa compréhension du présent.
 
 
 
Christopher Gérard a surtout apprécié dans « La Morsure des Dieux », dernier film de Cheyenne-Marie Carron, le portrait d’une paysannerie acculée au désespoir.
 
 
 
La philosophe Anne Frémaux pose de bonnes questions dans un article publié par le Journal du Mauss. S’interrogeant d’un point de vue de gauche sur les bons usages de l’utopie dans l’anthropocène, elle conclut à la nécessité de la décroissance sans s’apercevoir, semble-t-il, que sa démarche ne doit rien à la gauche qui tout au long de son histoire a compris son progressisme comme le déploiement sans fin de l’arraisonnement de la terre et de l’accumulation du capital.
 
 
 
En France les villes moyennes désertées. En cause le développement exponentiel de leur périphérie. Entretien avec Olivier Razemon auteur du livre « Comment La France a tué ses villes ».
 
 
 
La revue québécoise Le Harfang a publié un entretien avec Lucien Cerise consacré à l’ingénierie sociale dont il décortique les usages et les finalités.
 
 
 
Michel Onfray se rapproche de plus en plus des positions de la nouvelle droite canal historique, comme le montrent ses interventions au cours d’une émission avec Zemmour et Naulleau. Vidéo (les 52 premières minutes).
 

Soleil noir.png

11/01/2017

Interférences, post-vérité et post-démocratie...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de François-Bernard Huyghe, cueilli sur son site Huyghe.fr et consacré aux accusations de la CIA, largement reprises par les médias occidentaux, visant à faire passer l'élection de Donald Trump comme le fruit d'une opération de manipulation russe, orchestrée par Vladimir Poutine... Spécialiste de la stratégie et de la guerre de l'information et directeur de recherches à l'IRIS, François Bernard Huyghe vient de publier La désinformation - Les armes du faux (Armand Colin, 2015).

 

Post-vérité.jpg

Interférences, post-vérité et post-démocratie

Les accusations d'interférence russe dans les élections présidentielles américaines nourrissent un courant qui voudrait encadrer la démocratie au nom du péril démagogique et du du risque d'intoxication sur les réseaux sociaux.

Selon le Washington Post l'essentiel est dans ces onze lignes : "Nous affirmons que le Président russe Vladimir Poutine a dirigé en 2016 une campagne d'influence contre l'élection présidentielle américaine. Les objectifs de la Russie étaient de saper la confiance publique dans le processus démocratique US, de dénigrer la Secrétaire H. Clinton et d'attenter à sa capacité d'être élue et sa capacité de devenir présidente. Nous affirmons en outre que Putin et le gouvernement russe ont développé une claire préférence nette pour le président-élu Trump. Nous avons une sérieuse assurance en ces affirmations. " Tel serait l'essentiel du rapport des services de renseignement sur la fameuse affaire du piratage russe des élections.
Mais le même rapport consultable ici des services de renseignement n'apporte aucune preuve "forensique" comme on dit là-bas, c'est-à-dire au sens criminologique, un indice matériel qui permette d'imputer un fait à un auteur par une trace particulière qu'il aurait laissée (comme une empreinte, un enregistrement de sa voix, de l'ADN).

Simplement cela veut dire :
Soit que les services de renseignement US déduisent le fait que des ordinateurs du service démocrate ont été piratés par les russes à partir de de considérations générales de vraisemblance (ce serait bien leur style, ce serait bien leur intérêt !) Ou alors d'indices qui seraient faciles à contrefaire (les attaques ont été faites aux heures de bureau moscovites, il y a des bouts de code en cyrillique, cela pourrait provenir d'une adresse IP sur le territoire russe, des agences privées ou publiques soupçonnent des groupes de hackers avec des noms comme fancy bearqui sonnent très russe, etc.)
Soit les services américains ont des preuves par des agents infiltrés ou par des enregistrements satellite ou leurs propres piratages informatiques qu'au Kremlin, Poutine a commandé cette opération à un service d'État ou à des hackers tolérés par les services d'État. Mais si cette preuve existe, elle ne peut être communiquée au risque de démolir toute l'argumentation : il serait licite de mettre un micro sous le bureau de Poutine pour prouver qu'il cherche à faire tomber H. Clinton et il serait criminel de s'emparer de mails authentiques du parti démocrate prouvant que H. Clinton reçoit les question des journalistes avant d'aller sur un plateau ou qu'elle fréquente des lobbyiste.

Nous atteignons ici des sommets d'hypocrisie. Sur le fond nul ne doute que Poutine n'ait voulu la peau d'Hillary et vice-versa, ni qu'il existe des services d'espionnage russes, y compris dans le cyberespace, mais nul ne doute non plus que la NSA ait espionné les téléphones de trois présidents français et de Mme Merkel comme elle a consulté les mails de millions de citoyens, y compris Français. Nul ne doute pas que la Russie ne désire interférer dans les élections occidentales, mais nul ne doute pas non plus que les services américains, par leur financement, leurs services leur diplomatie, des Ong amies, leurs médias ou leurs relais idéologiques n'aient essayé d'influencer des centaines d'élection à travers le monde.

Mais s'il y a eu intrusion électronique (hack) et non fuite de l'intérieur (leak) rien ne prouve que ce soit le fait du gouvernement russe, même si des internautes russes sont éventuellement intervenus. Rien ne prouve que ces documents soient faux (fakes), tout au contraire si la "victime" proclame qu'ils ont été prélevés illégalement, elle avoue qu'ils sont authentiques, sinon il suffirait de les dénoncer comme des forgeries.
De l'aveu du même rapport, il n'y a aucune preuve que ce soient des services russes qui aient infecté les ordinateurs démocrates (pour mettre sur la place publique des faits scandaleux à la manière d'un journaliste d'investigation), mais il n'y en a pas non plus qu'ils aient perturbé le fonctionnement des machines électorales ou le décompte des voix (choses techniquement impossibles sans se faire prendre par un recompte et il y en a eu).

On en revient donc au même point :
Qui que ce soit qui ait fourni des documents à Assange et à Wikileaks qui les a révélés au public, tout repose sur la réceptivité d'une part de l'électorat à ce genre de nouvelles qui confirmait sont opinion sur la "tricheuse" Clinton et ses protections
Nous ne savons pas de quel poids a pesé cette révélation-là, faite entre beaucoup d'autres (à commencer par celles du FBI lui-même sur les mails de H. Clinton) et ce dans les deux sens (il y a eu aussi des "leaks" sur la sexualité ou les affaires de Trump) sur les électeurs;
Si des révélations ont eu cette influence c'est à mesure sinon de leur vérité, du moins de leur véracité ou de leur crédibilité, et parce qu'elles répondaient aux attentes d'une partie de l'électorat, notamment celui qui pense précisément que les élites sont complices et que les médias entretiennent dans le déni de la réalité.

La vraie question n'est pas s'il y a eu piraterie informatique d'un niveau si sophistiqué que seul un État ait pu l'organiser ou si ces révélations sont favorables aux objectifs d'un État (mais si l'on va par là, les prétendues ADM de Saddam Hussein sont un meilleur exemple d'interférence par l'information) l'important est de savoir qui popularise ces contenus et comment le public les reçoit.

Pendant la guerre froide les États-Unis ont diffusé par leurs radios transmettant au-delà du rideau de fer des nouvelles qui contredisaient les thèses soviétiques. Et cela s'appelait de la diplomatie publique. Durant les guerres de Yougoslavie et du Golfe, profitant des télévisions diffusées par satellite, ils ont imposé largement une vision de la réalité favorable à leurs interventions militaires. Il est fort possible que les Russes exercent une influence sur une fraction de l'opinion occidentale en plusieurs langues et via des médias comme Russia Today ou à travers les réseaux sociaux.
Il y a des tentatives d'influence dans le sens est-ouest ou ouest-est : c'est indéniable.

La question est de savoir à quel point une fraction de l'opinion vit dans la méfiance à l'égard du discours d'en haut, dans son propre pays (politiciens, experts, journalistes et tous ceux qui tentent d'imposer une vision de la réalité) et pourquoi elle adhère à un contre-discours sensé venir de l'extérieur. Traiter ces populations comme naïves, refusant d'écouter un discours raisonnable et poursuivant leurs seules passions à l'ère de la post-vérité c'est manifester un mépris de la plèbe ou une volonté de bétonner le débat sur quelques vérités indiscutables opposées à la "post-vérité" (circonstances où les faits objectifs ont moins d'influence que les appels à l'émotion ou aux opinions personnelles). C'est aussi se boucher les yeux sur quelques échecs politiques récents (Brexit, Trump, référendum italien...) en les attribuant à une causalité diabolique (les démagogues qui, devinez quoi, mentent pour raconter au peuple ce qui flatte ses instincts) ou à des traîtres et à des services d'influence étrangers.
La pente est dangereuse qui mène ainsi à conclure que, pour que le vote du peuple soit valable, il faudrait qu'il soit protégé :
par des services secrets qui lui révèlent combien des forces étrangères essaient de l'influencer idéologiquement (mais sans révéler comment ils l'ont su, puisque ce sont des services secrets)
par des experts qui délimitent le cercle du débat raisonnable (en matière d'économie, de santé, de climatologie, de géopolitique) et celui des délires démagogiques
par des médias qui vérifieraient la véracité du discours public (fact checking), chasseraient les discours de haine et ne mettraient pas toutes les opinions sur le même plan, qui éliminerait les complotistes, par exemple
si possible par des algorithmes ou des interventions des grands du Net pour purifier la Toile des fakes et rumeurs qui la polluent.
En somme la seule solution pour échapper aux mauvaises influences et au règne de la post-vérité, ce serait de passer à celui de la post-démocratie ?

François-Bernard Huyghe (Huyghe.fr, 8 janvier 2017)

28/12/2016

Complotisme et post-vérité...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de analyse de François-Bernard Huyghe, cueillie sur son blog Huyghe.fr et consacrée au complotisme et à son instrumentalisation... Auteur de nombreux essais sur la guerre de l'information, François-Bernard Huyghe a coordonné le dossier du dernier numéro de la revue Médium (n°49, octobre -décembre 2016), dirigée par Régis Debray.

Complotisme.jpg

Complotisme et post-vérité

Qui ne dénonce le complotisme ? L'auteur de ces lignes lui a consacré des articles depuis longtemps, démarche qui ne prétend nullement être originale. Donc le complotisme, c'est mal, c'est sot, et c'est surtout le délire de l'autre (car nous, n'est-ce pas, nous sommes critiques mais pas paranoïaques...). Certes.
Le problème est que les thèses complotistes gagnent ce dont témoignent aussi bien les sondages officiels que les tests que chacun peut faire dans son entourage ou sur les réseaux sociaux. Si bien que complotiste est devenu une catégorie commode qui sert à disqualifier le discours présumé populiste, djihadiste, poutinien, anti-système, etc. Ou un moyen de clore le bec à un opposant dans un débat télévisé.

Que peut-on réellement reprocher aux théories du complot ? Ils nous semble qu'elles pèchent par trois aspects (d'ailleurs inhérent à leur caractère globalisant) :

Faute méthodologique. Les complotistes appliquent un double standard. Dans le discours officiel, ou dans l'information des mass médias, ils trouvent tout bizarre : drôles de coïncidences, choses qui servent trop les intérêts de X pour tomber par hasard, contradictions dans les faits ou les probabilités, syllogismes et imprécisions des experts interrogés, sources suspectes et engagées, etc. Sur ce point les complotistes ont raison : il ne faut rien tenir pour assuré de ce que l'on vous dit et vérifier, confronter, analyser... Les choses se gâtent quand ils n'appliquent plus du tout les mêmes critères à leurs propres théories alternatives : un photo floue, une vague déclaration d'un expert supposé, et, hop, on conclut que l'autre explication (par le pouvoir des Illuminati, les ordres d'un groupe de financier, ou les manœuvres de la CIA...) est, elle, avérée...

Faute philosophique pour ne pas dire métaphysique : croire que le réel est si rationnel que tout est intentionnel. Imaginer qu'il y a un lieu unique et caché du pouvoir. Attribuer à une poignée d'hommes la capacité de tromper et de manœuvrer le reste du monde, sans se faire prendre (sauf par quelques esprits lucides qui décryptent) et surtout sans se tromper, se contredire ou jamais échouer. Or le pouvoir (et a fortiori une sorte de pouvoir suprême) n'est pas un logiciel que l'on fait fonctionner avec un bouton depuis un poste de commandement unique. Le pouvoir est la résultante de rapports multiples et complexes entre des centres dispersés (d'autorité, d'influence, de contrainte, etc.). Et la caractéristique des plans machiavéliens (car il y en a de vrais) est de souvent échouer à cause de la friction ou du brouillard du réel, et surtout du fait de l'imperfection humaine. Ces serait trop simple. Et peut-être trop beau : il suffirait de s'emparer de ce centre du pouvoir pour libérer les hommes.

Faute psychologique. Le complotisme tend à tout réduire à la lutte de deux représentations du réel. La fausse, celle qu'imposeraient les puissants avec leurs complices, les médias, par exemple, et la vraie à laquelle seuls peuvent atteindre les esprits les plus affutés. Ou plutôt, l'erreur des complotistes est de croire a) que presque tout le monde adhère sans hésitation ni recul au discours idéologique et trompeur et b) qu'il suffirait de l'exposer en pleine lumière ce qui était dissimulé pour convaincre et libérer. Affaire de secret à lever, en somme.

Mais si donc il faut lutter contre le complotisme et les dommages qu'il fait sur les esprits de nos contemporains, encore faut-il le faire de façon non complotiste, et sans reproduire en miroir ses défauts.

 Confusionnisme: le complotisme est une théorie, donc une grille qui prétend donner une cohérence apparente à des des événements passés et surtout à venir ; il explique (beaucoup trop d'ailleurs) et cette explication doit être jugé ou vraie ou fausse en fonction des faits. Elle doit surtout être évaluée en fonction des événements qui permettent de la réfuter. Par exemple la thèse selon laquelle le gouvernement du pays X est infiltré par les services du pays Y, est réfutée par le fait que gouvernement X prend des mesures défavorables au pays Y. Mais le complotisme ne s'appuie pas obligatoirement sur des faits imaginaires ou sur des mensonges flagrants. Démontrer que les partisans, d'un camp dans une guerre ou une élection par exemple, font de la propagande, s'appuient sur des documents truqués ou douteux, ou sont prêts à croire n'importe quoi sur leurs adversaires, c'est juste rappeler que la nature humaine est constante ou que l'idéologie existe.

Méta-complotisme ou complotisme au carré. Même en prenant "complotisme" au sens le plus large, c'est-à-dire comme la conviction vague que tout est de la faute de... - de la finance, des services impérialistes, d'une poignée d'hommes se coordonnant secrètement, rayez la mention inutile-, il ne faut pas attribuer aux dits complotistes des pouvoirs imaginaires, ce serait reproduire leurs pires défauts. Ainsi l'idée que les service russes aient pu truquer l'élection américaine, en aidant Wikileaks à accéder à des mails privés du camp Clinton, est d'une niaiserie qui fait presque regretter les fines analyses des macarthystes pendant la guerre froide. Pas de causalité diabolique, svp.

Auto-légitimation idéologique. Voir des complotistes, des intoxicateurs ou des paranoïaques derrière chaque mouvement d'opinion anti-système, réduire la critique à la jobardise, et l'opposition des valeurs à l'effet de la désinformation, c'est s'accorder à bon compte le monopole de la réalité et de la raison. Il n'y aurait pas d'alternative aux interprétations dominantes sauf à se faire manipuler par des délirants. Or cette façon de distinguer un parti de la vérité et un parti de l'irrationnel équivaut à dire qu'il n'y a qu'une interprétation - ou des variations rationnellement admissibles - et que l'adversaire ne peut agir que par sottise ou méchanceté. Donc c'est la meilleure manière de ne rien comprendre au fait pourtant aveuglant que, si des millions de gens croient aux explications "alternatives", c'est que le discours des élites ou des médias que l'on aurait autrefois dit dominants se heurte au scepticisme de masse croissant. S'il y a tant gens qui vivent dans la post-vérité, comme disent avec mépris les médias anglo-saxons c'est parce que les dispositifs d'information qui, par leur omniprésence, leur technicité et leur ampleur devraient nous garantir une vision de la réalité sous tous ses angles, fonctionnent de façon postdémocratique. Si bien que la cacophonie délirante des dévoileurs de secrets en lignes et interprètes des plans secret ne fait sans doute qu'offrir une image inversée de l'unanimité de ceux d'en haut.

François-Bernard Huyghe (Huyghe.fr, 25 décembre 2016)

18/10/2016

Conspirationnisme contre dévoilement dans l'affaire Clinton...

Nous reproduisons ci-dessous une excellente analyse de François-Bernard Huyghe, cueillie sur son blog Huyghe.fr et consacrée à la tentative d'étouffement par le système des révélations produites par WikiLeaks à l'encontre d'Hillary Clinton.

Wikileaks_Clinton.jpg

Conspirationnisme contre dévoilement dans l'affaire Clinton

La stratégie de la révélation - celle du lanceur d'alerte ou whistleblower consiste à diffuser auprès du public des documents confidentiels produits par une bureaucratie (une armée, un ministère, une grande entreprise), et en révéler les turpitudes. Que ce soit pour avertir d'un danger, ou pour dénoncer des crimes ou pratiques occultes de l'organisation à laquelle il appartient (mais dont il ne veut plus moralement être complice), le lanceur d'alerte fait donc appel au public et aux autorités pour mettre fin à une situation scandaleuse. Il y a eu des lanceurs d'alertes connus dès les années 70 (Ralph Nader est un des premiers à employer le terme), mais le phénomène a vraiment explosé avec les réseaux sociaux. Pour des raisons notamment techniques : plus on stocke de secrets présumés honteux dans ses ordinateurs (et une bureaucratie ratée produit forcément beaucoup d'archives), plus il y a de probabilités statistiques qu'un membre de l'organisation copie des documents et les fasse parvenir à une association ou à la presse qui lui donneront une publicité efficace.

Les cas de Manning ou de Snowden sont de parfaites illustrations de la façon dont un individu qui éprouve des scrupules peut transmettre des quantités énormes de documents authentiques pour prouver des pratiques - diplomatiques, militaires, d'espionnage...- qui vont choquer l'opinion. Wikileaks apparu en 2006 est par excellence l'organisation pratiquant la stratégie de la révélation (même si Anonymous, Cryptome, Openleaks ou d'autre on apporté une aide considérable à des dénonciateurs de pratiques cachées. En 2010, l'affaire du cablegate (des centaines de milliers de documents sur la guerre d'Irak ou la diplomatie américaine) a un impact mondial.Julien Assange le fondateur de Wikileaks le paiera cher : il est assiégé dans l'ambassade de l'Équateur à Londres depuis 2012.

Donc le whistleblowing constitue un souci constant pour Washington (et d'autres capitales). Jusqu'à présent l'administration Obama avait essayé de parer à ce danger - outre la répression qui frappera aussi Manning ou contraindra Snowden à l'exil et quelques attaques informatiques- par une rhétorique assez simple :
La dangerosité du dévoilement qui mettrait en jeu la vie de soldats ou d'agents américains ou faciliterait des actions ennemies
La dénonciation de la dictature de la transparence : l'Etat, pour protéger ses citoyens et mener ses mission, a besoin de garder certains secrets et de restreindre certaines libertés

Depuis quelques temps, l'offensive idéologique contre Wikileaks a adopté de nouveaux angles :

- L'accusation de sensationnalisme racoleur : lors des attentats de Nice, le compte Twitter de Wikileaks a posté des vidéos prises sur le vif (pour ne pas dire sur le mort) ; elles étaient particulièrement choquantes ; cela n'apporterait rien à l'information et ne peut que soulever des peurs et des passions (ce qui ne serait pas le cas des photos d'Alep, par exemple ?).
- L'accusation de complicité objective (ou subjective) avec les forces du mal (Trump et Poutine). L'été dernier, Wikileaks a publié des documents sur les biais de l'appareil du parti démocrate en faveur d'Hillary. Puis a récidivé en faisant d'autres révélations sur la correspondance de son chef de campagne Podesta et sur les mails de la candidate démocrate. On y apprend des choses ses rapports avec les grandes compagnies financières ou son opinion que les saoudiens et qataris fournissent un soutien financier et logistique aux djihadistes dont l'EI.

Du coup, le service du renseignement national (DNI) et du département de la sécurité intérieure (DHS) lancent l'accusation : la Russie tenterait d'interférer avec le processus électoral américain (et, comprend-on à demi-mot, de faire élire leur candidat vendu au Kremlin avec la complicité du traître Assange). Et les médias et élites américaines d'embaucher les trompettes.

Le tout par un remarquable raisonnement complotiste de guerre froide et qui se décompose ainsi :

1- Un hacker de l'est, Guccifer 2.0, se vante d'avoir mené l'opération de pénétration mais des experts pensent qu'il pourrait être un leurre..
2- Des sociétés de sécurité informatiques accusent des groupes de hackers russes (Fancy Bear et Cozy Bear) d'être derrière Guccifer. En tout cas, les attaques seraient perpétrées à partir de serveurs russes.
De là à penser que c'est le renseignement russe qui a mené l'opération - sophistiquée, forcément sophistiquée mais laissant forcément des traces évidentes de leur origine- pour transmettre à Assange, il n'y a qu'un pas. Franchissons-le.
3- Un ancien conseiller de Trump, Roger Stone est bien informé de ce qui se passe chez Wikileaks.
Trump a dit (en plaisantant) qu'il attendait d'autres publications de mails de Clinton. Quel aveu !
Assange qui a peut-être quelques raisons de ne pas aimer l'administration Obama, a annoncé de futures révélations sur Hillary.
4- Il y a eu des intrusions dans des bases de données électorales. De là à imaginer que des puissances occultes cherchent à fausser le décompte en faveur de leur complice... (ce qui est techniquement douteux.

Agitez tout cela dans un chapeau et cela donne : Trump, agent de Moscou et son complice Assange essaient de fausser l'élection américaine pour faire élire frauduleusement leur marionnette (qui est accessoirement un pervers sexuel comme l'on révélé des ...fuites). Donc la démocratie est en danger.

En mélangeant ainsi le vrai, le possible et les hypothèses complotistes, on réussit à la fois à démontrer
- que les adversaires (lanceurs d'alerte, Russes, trumpistes, gros imbéciles populistes qui croient les rumeurs en ligne) sont une seule et même force ennemie du vrai et du bien : il faut sauver le camp de la démocratie contre le camp des faussaires.
- que la question de savoir ce qu'il peut y avoir de vrai dans ces révélations n'a aucune importance et ne doit pas être discutée;

Nous sommes entrés dans la guerre de la crédibilité. Elle combine l'arme technique (les algorithmes qui permettent de s'approprier des informations confidentielles), l'arme cognitive de la révélation (elle fonctionne dans les deux sens : exposer des données dans un sens, diffuser une grille d'explication dans l'autre) mais aussi l'arme psychologique du soupçon : ces révélations serviraient objectivement les intérêts des ennemis des USA (Poutine), plus ceux d'Hillary Clinton (Trump), plus ceux de l'État (Assange), donc ils sont alliés et dangereux.
Belle application du principe de causalité diabolique, ou variante de la métapropagande (qui consiste à décrédibiliser tout discours favorable à l'adversaire comme truqué, manipulateur et ne pouvant tromper que des naïfs ou des salauds). Au-delà, il nous semble de plus en plus que nous rentrons dans l'ère de la guerre du réel, où les forces idéologiques ne s'affrontent plus pour interpréter le réel, mais pour décider de ce qui sera décrété réel, pensable, ou discutable. La lutte pour le pouvoir est devenue la lutte pour l'exposition des faits et la direction de l'attention des foules.

François-Bernard Huyghe (Huyghe.fr, 14 octobre 2016)

08/10/2016

Quelle guerre ? Quelle victoire ?...

Nous vous signalons a parution du numéro 49 de Médium (octobre-décembre 2016), la revue dirigée par Régis Debray. Ce numéro, coordonné par François-Bernard Huyghe, questionne la guerre dans laquelle nous sommes censés être plongés...

 

Medium 49.jpg

" Notre époque adore voir les vainqueurs - les performants, les populaires, les séduisants, les efficients- ; elle communie dans l'émotion : gagner, c'est vibrer. Mais aimons nous vraiment la victoire, celle qui se remporte après atroce résistance, celle qui brise l'ennemi pour forcer sa volonté, celle qui s'inscrit dans l'Histoire ? Et pouvons nous ?

Nous sommes, paraît-il, en guerre. D'intérêt et pas de religion dit le pape. Contre le terrorisme dit le président. Contre la barbarie dit le premier ministre. Contre Daesh précisent ceux qui aiment que l'ennemi ait un nom et une adresse (Monsieur al Baghdadi, Califat, pays de Cham, Entre Syrie et Irak). Contre l'extrémisme violent disent les Américains.

Notre armée intervient au Mali, en Centre Afrique, en Libye et ailleurs. Et ne parlons pas de l'Amérique d'Obama (opérations militaires en Afghanistan, Irak, Syrie, Libye, Yemen, Somalie, Pakistan pour ce prix Nobel de la paix). Tous ces drones, tous ces bombardiers, ces interventions au sol, peut-être, quel triomphe annoncent-ils ? Qu'écrirons-nous dans les manuels et quels monuments pour quelles commémorations ? Ou voulons-nous simplement qu'ils nous fichent la paix, cessent leurs attentats et décapitations en ligne et nous laissent retourner à notre vivre plus ou moins ensemble et à notre mondialisation plus ou moins heureuse ?

Le djihadisme avec qui nous sommes sensés être en guerre, ne peut ni gagner (pas d'émirat futur à Washington), ni perdre (si chaque kamikaze recrute ses successeurs pour le venger). Plus généralement, nous, occidentaux, malgré notre supériorité technique, ne gagnons plus de guerres tant nos bienveillantes interventions militaires suscitent de nouvelles hostilités.

Du coup, les médiologues (et quelques praticiens) s'interrogent sur la notion de victoire : il faut savoir la définir et définir l'ennemi, il faut y croire, y faire croire (surtout en persuader le vaincu) ; il gagner la bataille pour la mémoire des peuples. Ce qui nous amène aussi à réfléchir sur la relativité historique de l'idée de guerre victorieuse donc de paix, ou plutôt aux variations de ses représentations. "

Sommaire :

Ouverture
Régis Debray, F.B. Huyghe : La faiblesse des armes

Vaincre et convaincre
François-Bernard Huygue : Clausewitz, réveille-toi !
Paul Soriano : Notre djihad
Philippe-Joseph Salazar : L'éloquence du massacre
Margaux Chouraqui : La contamination par l'image
P.-M. de Biasi et C. Schmelck : Les réseaux du chaos
Jacques Billard : L’école de la guerre

La victoire incertaine
Général V. Desportes : La guerre au sein des populations
Olivier Kempf : Quand la victoire se défile
Nicolas Mazzucchi : Le meurtre pour les nuls
Émeric Lhuisset : Théâtres de guerre
Pierre Conesa : L’histoire jugera

Mémoires de guerres
Monique Sicard :Déboulonnades
Robert Dumas : Réduire au silence
Jacques Lecarme : 1918 : quelle victoire ?
Clément Sigalas : 1940 : quelle guerre ?