Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/04/2018

Un pouvoir impuissant...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue François-Bernard Huyghe, cueilli sur son blog Huyghe.fr et consacré à l'impuissance politique dont fait preuve le pouvoir en place face au terrorisme islamiste. Spécialiste de la stratégie et de la guerre de l'information et directeur de recherches à l'IRIS, François Bernard Huyghe, auteur de nombreux livres, a récemment publié La désinformation - Les armes du faux (Armand Colin, 2015), Daech : l'arme de la communication dévoilée (VA Press, 2017) et Fake news - La grande peur (VA Press, 2018).

 

Philippe_Collomb_Trebes.jpg

Le pouvoir impuissant ?
 
Le crime de Trèbes vient d’offrir à l’opposition une occasion de s’opposer sur un thème sécuritaire porteur : le laxisme supposé du gouvernement, la faiblesse des mesures contre les fichés S. C’est de bonne guerre et l’accusation de « coupable naïveté » peut porter : l’opinion est exaspérée par l’attentat de trop (alors que l’on commençait à claironner la défaite totale de Daesh, écrasé en Syrie). Cette opinion est surtout choquée de constater que le renseignement et le repérage des radicalisés ne sert qu’à découvrir le lendemain matin ce que l’on aurait dû savoir la veille du crime. On peut donc être fiché, rééditer à peu près le crime de Coulibay (tirer sur des policiers, se faire tuer avec des otages dans un supermarché), avoir à peu près le même profil, et ce trois ans plus tard sans que rien n’ait changé. Autre signe de l’évolution de l’opinion : les foules ne songent plus guère pour le moment à défiler à la République pour refuser l’amalgame et dire « Nous sommes... » (nous sommes quoi, au fait ? On ne peut pas scander : « nous sommes Beltrame »). Ni les défilés, ni les chants, ni les démonstrations de fermeté d’âme d’une population (« même pas peur ») attachée au vivre ensemble n’empêchent de nouveaux djihadistes de vouloir nous « punir » pour les bombardements de Syrie et d’Irak. Fin des grandes communions dans les « valeurs ». Fin des solutions magiques.
 
D’où une fracture, sensible dans tous les débats sur les plateaux de télévision (et qui ne correspond pas forcément à droite/gauche). D’un côté les partisans de l’État de droit intangible (dans notre système, on ne peut pas incarcérer un fiché S qui par définition n’est pas inculpé mais signalé, on ne peut pas les expulser, on ne peut pas interdire le salafisme, etc.) et de l’autre ceux qui proclament que nous sommes en guerre et que des mesures d’exception se justifient.
 
Les premiers n’ont pas grand chose à proposer, quelques mois après la loi pérennisant l’état d’urgence et quelques semaines après le plan de déradicalisation d’Edouard Philippe. Les seconds ont beau jeu de réclamer des mesures qui ne seront jamais prises. Les premiers accusent les seconds de susciter des tensions entre communautés, les seconds accusent les premiers de mollesse. Rien de plus normal.
 
Du reste, dans son discours à l’Assemblée nationale, le premier ministre, très solennel, a joué cette carte : impossible de prendre des mesures juridiquement inapplicables. Et inenvisageable d’interdire le salafisme, qui est une idée (soit dit en passant, il y a trois salafismes, quiétiste, politique et djihadiste). Edouard Philippe a joué le principe de réalité et promis des moyens (un corps de magistrats) : ce sera un long combat, nous renforcerons les moyens, ne nous divisions pas. Ce qui était rhétoriquement impeccable, mais ne résout rien. Une hypothèse à retenir est celle de la « routine terroriste » (comme celle qu’a connu la Russie entre 1867 et 1917) : des attentats se répétant sporadiquement et des groupes recrutant toujours des volontaires pour tuer et mourir. Sans le formuler aussi explicitement, le gouvernement n’a donc, dans un premier temps, d’autre choix que l’argument qu’il n’y a pas de solution miracle et que nous devons nous mobiliser durablement. Incontestable, mais derrière ce débat un peu convenu sur la répression et son degré de fermeté, les véritables enjeux sont plutôt à chercher dans les faiblesses du renseignement : l’incapacité de traiter trop de données, trop de fichés, en repérant les signaux de passage à l’acte. Ce qui est sans doute plus facile à constater qu’à corriger (nous n’avons pas manqué non plus de lois sur le renseignement).
 
À moins, bien sûr, que nous soyons capables d’engager une lutte idéologique à long terme, au-delà de simple mesure de traitement psychologique ou social des « radicalisés », comme on traite les alcooliques ou les cas sociaux. Et il faudra mieux que les campagnes de communication et contre-discours que nous avons vues : confiées à quelques agences qui n’avaient visiblement rien compris au code mental des djihadistes.
 
Que pourrait faire l’actuel pouvoir, une fois déplorés l’instrumentalisation et rappelée la fermeté républicaine ? Après tant de lois et de plans contre-terroristes depuis les années 90 ? On a dit qu’Emmanuel Macron avait une vision « sociologique » et non idéologique du terrorisme. On se souvient de ses déclarations sur la composante « psychiatrique » du terrorisme « endogène » (et certes les Merah, Coulibaly ou Lakdim ne viennent pas d’un autre continent). On se souvient aussi de ses analyses sur notre « part de responsabilité », sur le « terreau de la défiance » et le manque de mobilité sociale à la source de la radicalisation. Un discours, au fond, assez technocratique, en ce sens que derrière une guerre mortelle des valeurs et des croyances, il ne conçoit que des « problèmes » socio-économiques ou des rigidités de la société, toutes choses que doit guérir une gestion moderne et ouverte. L’actuel pouvoir est-il capable de saisir la dimension idéologique et historique de la haine djihadiste ? de renoncer à traiter une conviction comme une dysfonction ? Il va, dans tous les cas, lui falloir réviser son discours positif, pragmatique et consensuel.
 
François-Bernard Huyghe (Huyghe.fr, 27 mars 2018)

18/03/2018

Tour d'horizon... (142)

Panzer_Feldstecher.jpg

Au sommaire cette semaine :

- sur le site Metamag, il est possible de découvrir un documentaire diffusé sur Arte et consacré à la religion nordique...

Le Crépuscule des dieux nordiques

Crépuscule des Dieux nordiques.jpg

- dans la Lettre de Comes Communication, Bruno Racouchot interroge Philippe Schleiter sur sa conception de l'entreprise, qui loin des illusions  médiatiques et managériales, s'appuie sur le retour au réel et le recours aux valeurs héroïques...

 

Schleiter.jpg

- sur son site Huyghe.fr, François-Bernard Huyghe nous livre une série de trois articles consacrés aux relations entre armes et information à l'ère numérique...

 
 

Cyberwar.jpg

 

05/03/2018

Entre séduction et manipulations, le soft power américain...

Conflits HS7.jpg

 

La revue Conflits, dirigée par Pascal Gauchon, vient de sortir en kiosque son septième numéro hors-série consacré au soft power américain. A lire !

Au sommaire

Éditorial : Méfiez-vous des rêves, par Pascal Gauchon

Entretien avec Régis Debray : comment nous sommes devenus “gallo-ricains”

Le pouvoir feutré par Gérard Chaliand

Le soft power, un concept taillé pour les États-unis par Frédéric Munier

La puissance du rêve et du marketing

Pourquoi sont-ils si bons par Pascal Gauchon

Le rêve américain : la quête du bonheur par Lauric Henneton

Art. Ce que le monde doit aux États-unis par Jean Baptiste Noé

Moderne et intemporel : la force du design américain par Jean Baptiste Noé

Ces objets ont-ils un âme par Julien Damon et Jean Baptiste Noé

Un soft power en séries par Didier Giorgini

Le cinéma : le dernier pré carré de l’hyperpuissance par Didier Giorgini

Séduction et manipulation par François-Bernard Huyghe

Internet, une colonie sous administration américaine par Olivier de Maison Rouge

États-unis, ils ont confiance en dieu par Jean Baptiste Noé

Trouver des relais, par John Mackenzie

Des élites conformes par François-Bernard Huyghe

Quand le soft power rafle la mise

Les très riches effets du soft power par Pascal Gauchon

Le soft power économique américain par Christian Harbulot

Fixer les règles du monde…par Frédéric Munier

Brain drain et attractivité par Julien Damon

De l’impérialisme au puritanisme par Xavier Raufer

Les révolution de couleur par François-Bernard Huyghe

Les Serbes peuvent-ils aimer l’OTAN par Andrej Fajgelj

Georges Soros. On ne prête qu’aux riches par Mériadec Raffray

Quand Washington voulait “détruire” De Gaulle par Éric Branca

Jusqu’où la France est-elle devenue américaine ? par Christophe Réveillard

Pouvoir doux ou pouvoir faible

Les nouvelles fragilités du soft power américain par Olivier Zajec

Le soft power en dehors de sa patrie par Frédéric Munier

L’antiaméricanisme, revers du soft power ? par Florian Louis

La fin de l’hypocrisie par Pascal Gauchon

Le soft power parle américain par François-Bernard Huyghe

02/03/2018

Fake news, la grande peur ?...

Les éditions VA Press viennent de publier un essai de François-Bernard Huyghe intitulé Fake news - La grande peur. Spécialiste de la stratégie et de la guerre de l'information et directeur de recherches à l'IRIS, François Bernard Huyghe, auteur de nombreux livres, a récemment publié La désinformation - Les armes du faux (Armand Colin, 2015) et Daech : l'arme de la communication dévoilée (VA Press, 2017).

 

Huyghe_fake news.jpg

" Les « fakes » (fausses nouvelles), les théories du complot, l’intoxication en ligne ou la prolifération des faits dits alternatifs ou de révélations imaginaires..., tout cela mobilise des vérificateurs et dénonciateurs dans la presse, dans les gouvernements et même chez les grands du Net. La montée du faux est sensée expliquer des votes irrationnels (Brexit, Trump), voire annoncer une ère de la « post-vérité » où les masses deviendraient comme indifférentes aux faits vérifiés. Au final, ce seraient autant de menaces pour la démocratie. Chacun peut-il choisir les versions de la réalité conformes à ses préjugés et les communautés en ligne vont elles s’isoler de plus en plus dans des univers imaginaires partagés ? Au détriment de la vérité commune. Si tel est le cas, il faut se demander pourquoi une fraction de la population est devenue si rétive aux évidences que professent médias ou experts, d’où vient ce scepticisme de masse et comment se propage l’affabulation. Prolongeant ses travaux sur la désinformation, l’auteur montre les ressorts culturels, psychologiques et technologiques de la prolifération des impostures et délires. Il analyse aussi la coupure politique entre des élites convaincues que leurs convictions raisonnables ne peuvent être remises en cause que par volonté de manipulation et, d’autre part, des communautés « anti-système » insensibles au pouvoir des médias classiques. Le livre pose la question de l'impuissance idéologique à maintenir un consensus sur le réel. Mais il analyse aussi le pouvoir inédit des technologies de communication et le conflit entre les médias, les vieilles machines à faire-croire et les nouveaux réseaux du croire ensemble. Un monde où personne ne croit plus rien, où chacun croit ce qui lui plaît ou une crise de confiance dans les anciennes machines à faire croire ? "

22/01/2018

Fakes, complotismes et obsessions...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de François-Bernard Huyghe consacrée au débat actuel à propos de la crédulité du peuple et de sa réceptivité aux thèses complotistes et aux bobards... Spécialiste des questions de médiologie et directeur de recherches à l'IRIS, François Bernard Huyghe a publié notamment Les maîtres du faire-croire (Vuibert, 2008), Think tanks - Quand les idées changent vraiment le monde (Vuibert, 2013) ou La désinformation - Les armes du faux (Armand Colin, 2015). 

 

Libération_complotisme.jpg

Fakes, complotismes et obsessions

Fake news et complotisme ? Tonner contre, aurait dit Flaubert. Difficile d’échapper à un débat sur la mentalité complotiste des Français (huit sur dix à croire à des fariboles comme la terre plate ou le grand remplacement) ou à de graves propos sur la démocratie menacée par les fakes russes.
De ce que nous sommes exposés à un nombre incalculable d’informations fausses ou douteuses (ce qui n’est pas la même chose que des théories complotistes, soit dit en passant), il est tentant de déduire qu’un fraction croissante de la population souffre d’immunodéficience cognitive. Ou de stupidité congénitale. Le Brexit et l’élection de Trump, voire le référendum catalan sont décrits comme une spirale : fausses nouvelles / fausse conscience / peuple abusé / peuple votant mal / régression politique. Cette explication réduit un processus à un dysfonctionnement de l’information pour ne pas dire à l’action des méchants ou à la niaiserie des « gens ». Le conflit ramené à une affaire de vérification et de crédulité, l’idéologie à des fantasmes et les intérêts des citoyens à un problème appelant des solutions rationnelles. L’espace du débat (pris en tenailles entre le rejet des idées inacceptables et des réalités indépassables) se réduit à la lutte des véridiques et des jobards. Tout devient problème de rééducation des masses égarées. Panique des autorités

Quand une des facultés caractéristiques de notre espèce - dire blanc quand on voit noir - a-t-elle acquis une telle nocivité, cela incite à rechercher des coupables (les démagogues) ou à déplorer une transformation des mentalités (l’indulgence croissante des masses envers ces fariboles, leur réceptivité ou crédulité) ? Voire à remettre en cause des technologies 2.0 qui encouragent à la prolifération des délires. L’hypothèse des méchants hommes (désinformateurs), de mentalités déplorables (désir d’être dupes) et des médias sociaux pervertis (bulles de confirmation qui rendent le faux contagieux) mérite pourtant d’être examinée de façon aussi critique qu’aurait dû l’être, celle, si populaire il y a quelques années et rigoureusement inverse, à savoir que le partage numérique de l’information garantissait les avancées démocratiques et menait à la libre société du savoir. Voir l’apologie des réseaux sociaux pendant le printemps arabe.

Au fait, avant ? C'était l'ère de la vérité ? Ou de la pré-vérité ? « Avant », personne ne le niera, il y avait des affabulations, des mensonges d’État, et des régimes reposaient sur une pseudo-réalité officielle. Il existait des rumeurs et des croyances populaires rétives à toute vérification ; des officines ou des groupes intoxiquaient ou abusaient l’opinion en introduisant dans le circuit médiatique des inventions stratégiques (pour décrédibiliser, diaboliser, mobiliser, etc.). Quelqu’un qui relirait la presse d’il y a quelques décennies à propos des incidents du golfe du Tonkin, de l’existence du Goulag ou des armes de Saddam Hussein, aurait du mal à croire que tout le monde vivait dans le même monde et que les faits étaient si indiscutés.

Ce n’est pas d’hier que l’on dénonce le viol des foules par la propagande, l’État spectacle, les faiseurs d’opinion et autres spin doctors, les pouvoirs de l’illusion médiatique, etc. Mais l’hypothèse de la post-vérité, sous sa forme la plus courante, implique que nous soyons victimes de trucages et manipulations (car sinon nous communierons tous dans le même réalisme et dans les mêmes valeurs). Les « fakes » - notion qui recouvre aussi bien des falsifications à buts stratégiques, des produits invraisemblables de pure imagination et des interprétations des faits de type complotiste qui supposent tout un arrière-plan caché - ne seraient de même nature ni que les mensonges totalitaires (imposés par l’État ou le parti pour conformer le réel à son modèle doctrinal) ni que les fabrications destinées à vendre un produit un style de vie, un candidat ou une guerre (spin doctors et compagnie).

La notion de post-vérité (fragilité du vrai ou puissance du faux ?) implique donc un problème historique (pourquoi maintenant ?), un problème démocratique (qu'est-il donc arrivé au peuple ?) et un problème cognitif (quand la documentation est si disponible et la vérification assurée par tant de bonnes volontés, qu'est qui empêche les réalités de l'emporter sur les passions et les inventions ?). Elle explique tout par un mauvais fonctionnement (à corriger par une dose de vérité et de morale) mais fait peut-être l’impasse sur la rationalité et l’intention des supposées victimes. C’est peut-être une façon de ne pas poser la question essentielle, celle de la rupture qui fait qu’une partie de la population ne croit plus ni les informations des mass médias, ni les explications du supposé cercle de la raison.

François-Bernard Huyghe (Huyghe.fr, 14 janvier 2018)

15/01/2018

Tous conspirationnistes ?...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de François-Bernard Huyghe consacrée au conspirationnisme... Spécialiste des questions de médiologie et directeur de recherches à l'IRIS, François Bernard Huyghe a publié notamment Les maîtres du faire-croire (Vuibert, 2008), Think tanks - Quand les idées changent vraiment le monde (Vuibert, 2013) ou La désinformation - Les armes du faux (Armand Colin, 2015).

Tintin_conspiration.jpg

Tous conspirationnistes ?

Huit Français sur dix conspirationnistes ! Telle est la conclusion d’une étude de l’IFOP pour Conspiracy Watch et la Fondation Jean Jaurès. Plus exactement : suivant un sondage, 79% de nos compatriotes adhéreraient à au moins une « théorie complotiste ». Théorie que le fondateur de l’Observatoire en question définit ainsi « tendance à attribuer abusivement l’origine d’un événement historique ou d’un fait social à un inavouable complot dont les auteurs présumés – ou ceux à qui il est réputé profiter – conspireraient, dans leur intérêt, à tenir cachée la vérité. »
Quelques exemples pris dans l’étude, d’affirmations qui sont réputées conspirationnistes :
- La CIA impliquée dans l’assassinat de Kennedy
- Les Américians n’ont jamais débarqué sur la lune
- La terre serait plate
- Dieu a créé la terre et l’homme il y a moins de 100.000 ans
- Les traînées blanches derrière les avions sont des produits chimiques délibérément répandus
- etc.

Nous laisserons de côté la question de la valeur représentative du sondage, pour nous poser la question d’une définition cohérente du conspirationnisme ou de la théorie du complot.

Il nous semble qu’elle devrait reposer sur au moins trois critères.

A) Être une théorie, c’est-à-dire un ensemble d’idées prétendant à une cohérence et censé expliquer des faits. On ne peut donc la réduire à la croyance en des faits faux ou mal avérés (même si elle s’appuie souvent sur des carabistouilles). Ne confondons pas avec des rumeurs : les rumeurs sont des informations, pas obligatoirement fausses, mais qui se répandent de personne à personne (ou d’écran à écran), que chacun reprend ou exagère à son tour, et qui ne sont pas répandues par les canaux officiels, médias ou autorités (au moins dans un premier temps, jusqu’au moment où, par exemple, les journaux s’interrogent sur une rumeur persistante).
Des théories du complot doivent donc prétendre à une certaine rationnalité et à une valeur heuristique en ce qu’elles prétendent aider à découvrir ce qui n’est pas évident ou que ne savent pas la majorité des naïfs. Bénéfice collatéral : le partisan d’une telle théorie a le sentiment d’une supériorité puisqu’il décrypte mieux que les partisans de la « version officielle » (on a compris qu’une théorie de la conspiration n’existe que par contraste avec un discours dominant dénoncé comme faux et trompeur).

B) Cette théorie doit renvoyer comme cause à l’action organisée d’hommes recherchant leur intérêt en manipulant autrui. C’est d’ailleurs sa faiblesse principale : le complotiste est incapable de croire au hasard, à la bêtise humaine, aux accidents, aux ratages, aux compromis, à la dialectique des volontés et des forces, bref, à tout ce qui forme la trame de notre quotidien. Le complotiste prêt à l’intelligence humaine des pouvoirs qu’elle n’a pas. Il voit des secrets organisés (dont il serait le seul à percer les arcanes) là où il y a les contradictions de la réalité et réduit à une cause unique ce qui est la résultante d’actions divergentes. Pour être conspirationniste, il ne suffit de croire une chose hautement improbable, très minoritaire ou indémontrable, il faut a construire un véritable acte d’accusation.

C) Enfin et surtout, une théorie conspirationniste doit pouvoir se distinguer d’une théorie non conspirationniste (qu’elle décrie régulièrement comme « vérité officielle » ou intoxication des masses par les puissants). Et c’est ici que la bât blesse.
Il y a des « théories » comme celle de l’évolution ou de la rotondité de la Terre qui répondent à des lois du réel scientifiquement établies, appuyées sur de nombreux constats, qui peuvent se soumettre à expérience et vérification. En attendant qu’un génie scientifique les ait remplacées par une thèse plus cohérente, il est absurde de croire le contraire, surtout sur la base de quelques livres ou quelques vidéos en ligne . À moins biens sûr d’opposer une autre autorité que la science à la vérité scientifique, la parole divine, par exemple.
Bien entendu, il y a un moment où il faut considérer une autorité comme crédible pour des choses que nous sommes incapables de vérifier nous mêmes. Si presque tous les médecins me disent que les vaccins sont bons, je dois finir par m’en persuader. Car la « conspiration » supposerait quelque chose d’indémontrable : par exemple que tous les astronomes et les épidémiologues sont payés pour nous raconter n’importe quoi et fabriquer de fausses preuves depuis des décennies.

Dans d’autres cas, il s’agit d’un fait historique qui s’est ou pas déroulé. En raison pure, on pourrait supposer qu’un service de renseignement participe à l’assassinat d’un dirigeant, fabrique des virus ou que l’on produise de faux attentats. Simplement la thèse « on nous cache tout, on nous trompe » suppose des conditions beaucoup plus difficiles à réunir, notamment d’impliquer des milliers de complices qui ne se trompent pas ou ne laissent rien fuiter. Si les arguments en faveur du « les choses se sont bien déroulées comme nous les racontent » sont cohérents - par exemple quand des scientifiques nous expliquent pourquoi le drapeau américain a semblé flotter sans vent sur la lune, ou quand des journalistes nous disent qu’il est normal qu’il y ait eu des gens - eux-mêmes reporters de guerre - possédant des gilets pare-balles à quelques mètres de Charlie Hebdo -, bref quand les bizarreries apparentes du réel sont expliquées, il n’y a aucune raison de choisir l’explication alternative. Elle demanderait une mise en scène juste assez diabolique pour tromper la majorité des experts, mais pas le conspirationniste.

Dans d’autres cas, les théories « complotistes » sont des simplifications idéologiques grossières. Dire que des « sociétés secrètes » sont à l’origine de la révolution de 1789 comme de celle de 1917, c’est accorder aux « sociétés de pensée » du XVIII° siècle ou à des groupes socialistes-révolutionnaires ou autres qui complotaient effectivement dans des caves, une efficacité disproportionnée. Ou ne pas comprendre qu’un projet, d’ailleurs vague mais consumant quelques cerveaux, ne réussit pas s’il ne rencontre pas des conditions historiques. C’est aussi ignorer des effets structurels ou idéologiques : il n’y a pas quelque part une réunion de gros capitalistes qui donnent des ordres aux gouvernements et aux médias, mais il n’est pas absurde de penser que les intérêts financiers jouent un petit rôle dans les affaires du monde. Et si l’on va par là, ceux qui expliquent l’élection de Trump ou le Brexit par l’action de Poutine (qui souhaitait sans doute l’échec de Clinton et a encouragé quelques actions médiatiques ou numériques contre elle) ne sont-ils pas tout aussi complotistes ?

François-Bernard Huyghe (Huyghe.fr, 8 janvier 2018)