Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/01/2019

Romulus, jumeau et roi...

Les éditions Les Belles Lettres ont publié récemment un essai de Dominique Briquel intitulé Romulus, jumeau et roi - Réalités d'une légende. Ancien élève de l’École normale supérieure et de l’École française de Rome, influencé par Georges Dumézil, Dominique Briquel a été professeur de latin à la Sorbonne et est spécialiste de la civilisation étrusque.

 

Briquel_Romulus jumeau et roi.jpg

" Quelle idée les Romains ont-ils eue de se donner comme fondateur un fratricide ?
Ils étaient incapables de rendre compte du crime horrible, contraire aux lois les plus fondamentales du comportement humain, de celui qu’ils avaient pourtant promu au rang des dieux sous le nom de Quirinus. Si Romulus était difficile à comprendre pour les Romains eux-mêmes, il semble possible de l’éclairer en faisant appel à des héros connus ailleurs et qui présentent des traits analogues, en cherchant la réponse du côté de la mythologie comparée.
L’auteur met à contribution le monde indoeuropéen, avec notamment le personnage que les Iraniens considéraient comme leur premier roi, ce Yima dont le nom signifie jumeau, ou des souverains, tout aussi légendaires, que les Scandinaves ou les Arméniens situaient au début de leur histoire ; mais d’autres aires culturelles se révèlent également riches d’enseignements, comme le monde biblique avec Jacob qui supplante son jumeau Ésaü.
Relue à la lumière de ces parallèles, la vie de Romulus apparaît comme l’application à la naissance de Rome d’une antique représentation de la mise en place de l’humanité telle que nous la connaissons, dans un cadre civilisé qui s’est bâti sur le rejet du chaos antérieur. "

22/02/2012

Les Romains !...

Après les numéros sur les Grecs (n° 58), sur les Indo-européens (n° 49) et sur les Celtes (n° 16), la revue Nouvelle Ecole, dirigée par Alain de Benoist, revient sur un des peuples fondateur de notre Europe avec un numéro sur les Romains (n°61).

Il est possible de se procurer ce numéro sur le site de la revue Eléments.

alain de benoist,grecs,romains,celtes,indo-européens,rome,empire,jean haudry,jean-louis voisin,yves branca,eric maulin,guy achard,dominique briquel

 

"S’il y a un « miracle » grec, il y a un mythe romain. De la fondation de Rome, selon la chronologie traditionnelle, jusqu’au dernier empereur, il s’écoule quelque chose comme douze siècles au moins – autant que d’avant Hugues Capet à nos jours ! L’empire lui-même n’a pas duré moins de quatre ou cinq siècles : un record.
Rome naît d’une délimitation : entre le dedans et le dehors, l’ici et le là-bas, la « société civile » et l’« état de nature », l’ami et l’ennemi. Puis à partir de ce tracé, la Ville va s’étendre jusqu’au bout de l’univers connu, portant toujours plus loin l’ordre romain.
Ayant absorbé le monde grec, et l’hellénisme avec lui, ils mettent en place un empire qui associe dans une même destinée des peuples différents, mais en respectant leur diversité. L’Empire est une entreprise universelle, non une construction universaliste.
A Rome, les normes ne sont pas dictées par une divinité extérieure. La religion est moins affaire de foi que de rites. S’il y a des normes, ce sont celles des autorités du passé.
« Conserver les rites de la famille et des ancêtres, dit Cicéron, c’est en quelque manière conserver une religion transmise par les dieux ». La politique de restauration religieuse de Julien « l’Apostat » cherchera à conjurer le pire des sacrilèges : l’oubli de la tradition des Anciens. Un exemple à méditer."

Au sommaire :

- La tradition indo-européenne à Rome (Jean Haudry)
- La question des biens des Tarquins. Blé du Tibre et or du Rhin (Dominique Briquel)
- Le sentiment identitaire chez les Romains (Guy Achard)
- Quelques aspects du « Mos maiorum » à Rome (Jean-Louis Voisin)
- Rome-Edom : l’image de Rome dans le judaïsme ancien (Alain de Benoist)
- Le droit romain dans la mondialisation (Eric Maulin)

et un article sur le Risorgimento au coeur de l’Europe (Yves Branca)