Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/11/2017

Lui coller une bonne droite ?...

Dissidence_3e forum.jpg

" Le 3e Forum de la Dissidence, organisé par Polémia, se tiendra le samedi 18 novembre, de 10h à 18h, au New Cap Event Center (Paris XVe).

Le salut ne viendra pas des partis politiques tant qu’ils resteront médias-dépendants. Il viendra des intellectuels, des militants, des réinformateurs, des médias alternatifs.
Y réfléchir. Ce sera l’un des objets du Troisième Forum de la dissidence le 18 novembre.

Lors de cet événement, nous évoquerons notamment quatre constats fondamentaux pour, enfin, prendre conscience que l'union est aussi naturelle que nécessaire.

Premièrement, le peuple de Droite existe.
Deuxièmement, les idées de Droite sont majoritaires.
Troisièmement, les intellectuels de Droite se réveillent.
Quatrièmement, LMPT, le plus puissant mouvement social récent, fut de droite.

Logiquement, il est donc temps de réunir la Droite autour d'un socle commun d'idées. "

Pour s'inscrire : 3e Forum de la Dissidence

 

                             

15/11/2016

Le temps de la dissidence est venu !...

Dissidence_Polémia.jpg

Deuxième forum de la Dissidence

Quand les médias travestissent la réalité, quand les journalistes occultent les faits dérangeants, quand tous les moyens leur sont bons pour imposer la novlangue...

Quand les préfets tolèrent les incendies volontaires  et les caillassages à l’encontre de policiers et de pompiers, encouragent à loger et nourrir des envahisseurs étrangers, rebaptisés migrants, tout en interdisant et réprimant les manifestations des patriotes...

Quand les juges trouvent des excuses aux délinquants violents, refusent d'expulser les clandestins  mais condamnent intellectuels et essayistes pour délit d'opinion...

 

ALORS LE TEMPS DE LA DISSIDENCE EST VENU !

 

Face à la dictature du langage préfabriqué par les médias, venez entendre des journalistes indépendants témoigner de leur lutte quotidienne pour montrer le réel. Responsable au Visegràd Post, Ferenç Almassy vous donne des nouvelles de la rébellion hongroise, qui refuse de se soumettre au Grand Remplacement !

Face à la tyrannie des juges, qui condamnent les maires pour leur refus de se conformer au dogme de la pensée unique, venez soutenir ces élus qui résistent. De Marie-Claude Bompard, au tribunal pour avoir refusé de célébrer des simulacres de « mariages » entre personne de même sexe, à Robert Ménard, qui n’abandonne pas sa ville de Béziers aux envahisseurs, venez supporter les maires entrés en résistance !  

Face à la complicité des autorités, accueillant à bras ouverts des vagues allogènes aspirant à faire de la France une terre d’Islam ; à l’heure où les patriotes corses sont enfermés pour défendre leur territoire, la résistance s’impose !  Venez entendre ces nombreux collectifs résistants. De Vigilance Hallal à Pas de migrants en Ile-de-France, de Riposte Laïque au Siel : venez apprendre à résister !

 

Samedi 19 novembre 2016, Polémia vous invite à entrer en résistance ! De 13h30 à 19h, l’Institut vous attend nombreux à l’Espace Cap 15, 13 rue de Grenelle (Paris XV).

Inscrivez-vous dès maintenant sur la plateforme en ligne (https://www.weezevent.com/2nd-forum-de-la-dissidence-pole...) et prenez des nouvelles de la résistance sur nos réseaux en ligne (Polémia : http://www.polemia.com/ @_polemia / Facebook : Polémia). 

 

                

12/11/2016

De Gaulle : identité, souveraineté, dissidence...

Nous reproduisons ci-dessous un florilège de citations du général De Gaulle établi et commenté par Jean-Yves Le Gallou pour Polémia...

 

De Gaulle 2.jpg

 

De Gaulle : identité, souveraineté, dissidence

Tout le monde se presse à Colombey-les-Deux-Eglises, le 9 novembre, pour commémorer la mort du général de Gaulle. Un géant par rapport aux nains qui lui ont succédé et s’en réclament. Indûment. De Gaulle est cité par tous. Récupéré par tous. Mais ses convictions étaient à l’opposé du politiquement correct contemporain. Et ses propos, s’ils étaient tenus publiquement aujourd’hui, lui vaudraient la correctionnelle.

De Gaulle avait une conception essentialiste de la nation, à l’opposé de celle des négateurs de l’identiténationale. Sa conception de la souveraineté populaire était incompatible avec « l’état de droit », cache-sexe du pouvoir des juges.

 

Une conception essentialiste de la nation

Les phrases qui suivent sont connues, régulièrement citées et jugées « controversées » :

« C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. Qu’on ne se raconte pas d’histoires ! Les musulmans, vous êtes allés les voir ? Vous les avez regardés avec leurs turbans et leur djellabas ? […] Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français. Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront vingt millions et après-demain quarante ? […] Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Eglises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées ! » (Conversation entre de Gaulle et Alain Peyrefitte le 5 mars 1959 suite aux événements d’Algérie dans C’était de Gaulle, tome 1, Alain Peyrefitte, éditions de Fallois/Fayard, 1994, ISBN 978‐2‐213‐02832‐3, p. 52).

Cette déclaration est tellement « choquante » pour la bien-pensance contemporaine qu’elle est niée. Or c’est un verbatim d’Alain Peyrefitte, mémorialiste scrupuleux. Un mémorialiste dont personne sur le moment (en 1994) ne contesta la véracité des propos qu’il rapportait.

Au demeurant, cette citation reflète si bien la pensée du général de Gaulle qu’on la retrouve, sous une forme plus littéraire, dans les Mémoires d’espoir, livre qui s’ouvre ainsi : « La France vient du fond des âges » et qui se poursuit ainsi :

« Pour moi j’ai, de tout temps, mais aujourd’hui plus que jamais, ressenti ce qu’ont en commun les nations qui la peuplent. Toutes étant de même race blanche, de même origine chrétienne, de même manière de vivre, liées entre elles depuis toujours par d’innombrables relations de pensée, d’art, de science, de politique, de commerce, il est conforme à leur nature qu’elles en viennent à former un tout, ayant au milieu du monde son caractère et son organisation » (Extraits des Mémoires d’Espoir, Tome 1, Plon, 1970, p. 1 et 181-182).

 

Une conception de la souveraineté incompatible avec l’Etat de droit

Là aussi nous sommes aux antipodes de la doxa dominante qui a fait des juges – européens, constitutionnels, administratifs et judiciaires – les législateurs de fait.

 « Souvenez-vous de ceci : il y a d’abord la France, ensuite l’Etat, enfin, autant que les intérêts majeurs des deux sont sauvegardés, le Droit. »

Difficile de faire plus court et plus bref comme éloge de la raison d’Etat. C’est pourtant la première chose que le général de Gaulle ait dite à Jean

Foyer lorsqu’il l’a nommé Garde des Sceaux en 1962. Et c’est cette phrase qui ouvre les mémoires de Jean Foyer : Sur les chemins du droit avec le Général : mémoires de ma vie politique (1944-1988).

On doit aussi au général de Gaulle cette formule choc :

 « En France, la meilleure cour suprême, c’est le peuple » (Mémoires d'espoir, Plon, 2014)

Bien sûr, les esprits forts ne manqueront pas de dire qu’il s’agit de témoignages et non de déclarations. Mais là aussi les faits et les textes viennent appuyer l’authenticité des propos.

« Le suffrage universel est la seule source du pouvoir » : tel fut le premier principe fondateur de la constitution de la Ve République. Et d’ailleurs, lors de la rédaction du texte constitutionnel, les textes généraux (Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, Préambule de la Constitution de 1946) furent explicitement écartés du contrôle de constitutionnalité.

Et les propos du général de Gaulle sont très explicites.

« La parole est au peuple. La parole du peuple, c’est la parole du souverain  » (Discours du 25 août 1944).

On le voit : rien n’est plus subversif au regard des normes actuelles du politiquement correct que les propos et la pensée du général de Gaulle. Dommage que tous ceux qui vont s’incliner devant son tombeau n’aient pas le courage d’assumer sans peur ses déclarations.

Jean-Yves Le Gallou (Polémia, 8 novembre 2016)

 

30/12/2015

Le déclin du courage...

Les éditions des Belles Lettres viennent de rééditer Le déclin du courage, le texte d'un célèbre discours d'Alexandre Soljenitsyne. Ancien dissident soviétique, avant de devenir un dissident de l'Occident, passé par le Goulag, Alexandre Soljenitsyne est l'auteur d'Une journée d’Ivan Denissovitch ou de L'archipel du Goulag, mais aussi de La Roue rouge, son énorme récit romancé de la révolution russe et de ses prémisses...

 

Déclin du courage.jpg

" Le 8 juin 1978 Alexandre Soljénitsyne disait aux étudiants de l'université de Harvard :
« Non, je ne peux pas recommander votre société comme idéal pour transformation de la nôtre. (…) Nous avions placé trop d’espoirs dans les transformations politico-sociales, et il se révèle qu’on nous enlève ce que nous avons de plus précieux : notre vie intérieure. À l’Est, c’est la foire du Parti qui la foule aux pieds, à l’Ouest la foire du Commerce : ce qui est effrayant, ce n’est même pas le fait du monde éclaté, c’est que les principaux morceaux en soient atteints d’une maladie analogue. » "

19/11/2015

Forum de la dissidence !...

Samedi 21 novembre 2015, à Paris, la Fondation Polémia organise le 1er Forum de la dissidence à la salle CAP 15, 13 quai de Grenelle, de 13 heures 30 à 19 heures.

Vous pourrez y entendre de nombreux intervenants, dont Jean-Yves Le Gallou, Robert Ménard, Renaud Camus, Julien Rochedy, Béatrice Bourges, Michel Geoffroy, Gabriel Robin et Charlotte d'Ornellas...

Plusieurs stands de vente de livres ou de revues seront également à votre disposition.

Vous pouvez réserver une place sur le service de billetterie : Forum de la dissidence

 

 

Forum dissidence.jpg

Au programme :

13h30/14h : Accueil

14h/14h15 : Introduction

« 1789/1914/1945/1968 La fin du vieux monde : vers de nouveaux cycles ? »

Par Jean-Yves Le Gallou

Tables rondes animées par Philippe Christèle (Polémia) et Gabrielle Cluzel (Boulevard Voltaire)

14h15/15h30 : La dissidence sur les valeurs

Présentation de la vidéo « Etre française ».

« L’épuisement de Mai-68 et le retour des permanences anthropologiques »

Par Béatrice Bourges, Thibaud Gibelin (Génération 2013, Institut ILIADE), Charlotte d’Ornellas (Génération 2013, Boulevard Voltaire, TV Libertés), Gabriel Robin (Génération 2013, Boulevard Voltaire)

15h30/15h45 : La dissidence en librairie

« Contre le Système : des idées venues d’ailleurs… », diaporama présenté par Claire Chardon (Génération 2013)

16h15/17h : L’art de la dissidence

Robert Ménard

17h/17h30: Pause.

Découverte des stands et séance de dédicaces des auteurs invités.

17h30/18h30 : La dissidence sur l’identité

Présentation de la vidéo : « Etre français »

« Grand Remplacement et réveil des identités »

Renaud Camus, Julien Rochedy (Génération 2013, ancien directeur du FNJ), Damien Rieu (Génération 2013, ancien porte-parole de GI).

18h30/19h00 : Conclusion

« Année 2015, année radicale »

Par Michel Geoffroy

10/11/2015

Ils avaient raison !...

Le 21 novembre à 14 heures à l'Espace Cap 15, à Paris, la Fondation Polemia organise le 1er forum de la dissidence, placé sous le patronage des dissidents Jean Raspail, Edward Snowden et Alexandre Soljenitsyne.

Parmi les intervenants, vous pourrez retrouver Béatrice Bourges, Renaud Camus, Philippe Christelle, Gabrielle Cluzel, Michel Geoffroy, Thibaud Gibelin, Jean-Yves Le Gallou, Robert Ménard, Charlotte d'Ornellas, Damien Rieu, Gabriel Robin et Julien Rochedy, ainsi que des représentants de la #Génération2013...