Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/06/2018

La décomposition de l’Union Européenne...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de l'économiste Jacques Sapir, cueilli sur Sputnik France et consacré à la nouvelle crise européenne provoquée par la question des migrants, à la suite du refus de l'Italie d'accueillir dans ses ports un bateau remplir de plusieurs centaines de clandestins africains...

 

Migrants_Crise_UE.jpg

La décomposition de l’UE

L’Union européenne se décompose. Très clairement, la question des « migrants » a joué le rôle d’un détonateur. Sur cette question s’additionnent les erreurs politiques, un discours à prétention moral qui s’avère être fondamentalement moraliste, et une énorme hypocrisie.

On en a la preuve avec le cas de l'Aquarius, ce navire affrété par l'ONG SOS-Méditerranée. Mais, sur le fond, cette question n'a fait que refléter les contradictions internes qui se sont développées au sein de l'UE. En un sens, on peut penser que rares sont les dirigeants qui « croient » encore en une UE fédérale.

 
Cette décomposition pourrait aboutir à diverses solutions, et même si le nom « Union européenne » devait survivre, il est clair que ce ne serait plus l'UE telle qu'elle fut imaginée et mise en pratique depuis le vote du fameux « Acte Unique » de 1986. Nous assistons à l'écroulement de plus de trente années de « construction européenne ».

Un contexte chargé

Il y a eu tout d'abord le Brexit, voté en 2016, et que d'aucuns espéraient voir inverser par on ne sait quel traquenard « légal ». Or, avec le vote récent au Parlement britannique où Mme Theresa May l'a emporté sur la fraction pro-UE, il est clair que le BREXIT aura bien lieu. Le Royaume-Uni quittera donc bien l'Union européenne (UE). Les élections générales de ces 6 derniers mois, en Hongrie, en Autriche, mais aussi en Slovénie, ont porté (ou maintenu) au pouvoir des gouvernements clairement eurosceptiques, souhaitant une modification profonde des règles de l'UE. Enfin, l'action de l'actuel gouvernement italien, résultant d'une coalition entre le M5S et la Lega a aboutit à mettre en lumière ces contradiction.

La décision du Ministre de l'intérieur Italien, M. Matteo Salvini, de refuser au navire Aquarius, le droit de débarquer les migrants recueillis a causé un scandale. Les bonnes âmes se sont élevées contre cette décision. Mais, celle-ci a respecté d'une part le droit international maritime, et le fait que l'ONG en question n'ait pas attaqué le gouvernement italien en témoigne, et d'autre part les cas d'urgences humanitaires ont été respectés. En dépit de déclarations souvent fracassantes, M. Salvini a accepté que les femmes enceintes et les personnes gravement malades soient débarquées, et les Garde-Côtes italiens continuent leurs missions de sauvetage. L'Aquarius est escorté par un navire des Garde-Côtes italiens, ce que reconnaît l'ONG SOS-Méditerranée elle même.

Hypocrisies franco-allemandes

Ce qui est donc en cause, c'est une politique caractérisée par un aveuglement au réel et une immense hypocrisie de l'UE, mais aussi de l'Allemagne et de la France. C'est cette hypocrisie en particulier qui a fait porter à l'Italie le poids presque exclusif de l'accueil des « migrants » depuis ces trois dernières années.

La reculade du Président français, M. Emmanuel Macron, qui — après avoir dénoncé l'attitude de l'Italie en des termes de morale plus que de politique — a été obligé de baisser de ton est significative. Il est revenu à une position plus raisonnable, mais au prix d'une humiliation internationale. Les deux dirigeants ont affiché une entente d'autant plus cordiale que l'on sait que l'on était passée au bord de la crise.

Mais, cette crise s'est invitée en Allemagne où Angela Merkel a été obligée de composer avec son propre Ministre de l'intérieur M. Horst Seehofer. Ce dernier, soutenu par une majorité des députés de la CDU-CSU, souhaite que l'Allemagne passe un accord avec la Grèce et l'Italie sur la question des migrants, un accord qui permettrait à l'Allemagne de rejeter tous migrants non préalablement enregistrés. On apprenait une réunion des trois ministres de l'intérieur de l'Allemagne, de l'Autriche et de l'Italie sur la question de l'immigration illégale. Cela montre la volonté des gouvernements de se coordonner. Mais, et cela n'aura échappé à personne, il s'agit d'une coordination inter-gouvernementale entre des Etats souverains, coordination qui contourne allègrement les procédures et les habitudes de l'UE et qui, probablement, mettra en cause ses règles. Signe des temps?

Le poids de l'économie dans cette décomposition

On pourrait croire que la question des « migrants » épuise l'ordre du jour de l'UE. Ceci est loin d'être le cas. Le gouvernement italien, toujours lui, vient d'annoncer qu'il proposerait au Parlement de na pas ratifier le CETA, ce traité de Libre-Echange signé entre le Canada et les pays de l'UE. Une décision qui pourrait bien provoquer à terme l'annulation de ce traité. Cette décision du gouvernement italien, contradictoire avec la volonté de la Commission Européenne de décider, en lieu et place des Etats, sur les questions commerciale, réaffirme le rôle premier, et fondateur, de la souveraineté des Etats. De même, le gouvernement italien a laissé entendre qu'il pourrait s'opposer au renouvellement des sanctions contre la Russie. Ici encore, on est en présence d'une décision prise au consensus. Si un pays brise ce consensus, d'autres suivront.

Les questions économiques, et commerciales, tiennent donc une place importante dans le processus de décomposition de l'UE. Un processus qui a été mis en exergue par la décision de l'Allemagne de refuser la plus grande partie des propositions faites par le Président Français, Emmanuel Macron. La publication récente par l'OFCE d'un texte sur le rôle délétère de l'Euro vis-à-vis des économies tant françaises qu'italiennes le confirme (1). De fait, on constate que le « couple franco-allemand » n'existe pas, si ce n'est dans les délires des éditocrates français. Les formes prises par les « récits » de la crise engendrée par l'Italie, au premier lieux desquels les scandaleuses « unes » de la presse allemande mais aussi les lots extrêmement blessants qu'Emmanuel Macron avait utilisés, sont à la fois un symptôme de la décomposition de l'Union européenne, mais en constituent aussi une de ses causes.

De la souveraineté des Nations

Cette décomposition de l'UE est cependant un processus de long terme. Dans ce contexte, le geste de Matteo Salvini à propos de l'Aquarius, que l'on l'approuve où non, a provoqué une césure importante. Il a démontré qu'un pays pouvait s'affranchir des règles de l'UE et démontrer tout à la fois l'inexistence de la « souveraineté européenne », ce mythe si cher à Emmanuel Macron et l'existence de sa propre souveraineté.

Ce geste aura des conséquences. Il contribue à redonner aux italiens une confiance dans le gouvernement de leur pays et dans les capacités de ce dernier. Mais, ce geste est aussi important pour les autres pays de l'Union européenne. Car, si l'Italie peut recouvrer sa souveraineté, peut dans un moment de crise décider que c'est elle qui fixe l'ordre du jour des problèmes à traiter tout autant que la nature des solutions, ce qui est une définition de la souveraineté, alors d'autres pays retiendront la leçon.

Jacques Sapir (Sputnik, 16 juin 2016)

21/01/2018

Tour d'horizon... (140)

Feldstecher_Russland.jpg

 

 Au sommaire cette semaine :

- sur Bouger les lignes, Caroline Galactéros revient sur le travail de sape mené par l'administration américaine contre l'Iran...

Iran : la diabolisation en marche

Iran_manifestation_régime.jpg

 

- sur son site, l'Observatoire du journalisme dresse un panorama de la couverture médiatique de la crise migratoire au cours des derniers mois...

Crise migratoire durant l’automne-hiver 2017 : encore plus !

migrants_France.jpg

- sur sa chaîne Youtube, Michel Drac analyse les événements de la fin de l'année 2017...

La vraie actu !

crise migratoire,migrants,iran,caroline galactéros,etats-unis

31/10/2017

Où est passée la France « d'en bas » ?...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Maxime Tandonnet, cueilli sur Figaro Vox et consacré à l'élargissement de la fracture entre la France d'en haut et celle d'en bas... Haut-fonctionnaire, Maxime Tandonnet a raconté son expérience de conseiller de Nicolas Sarkozy, )à l'Elysée, en matière de sécurité et d'immigration dans Au cœur du volcan (Flammarion, 2014).

 

France périphérique 2.jpg

Où est passée la France « d'en bas » ?

«Tout cela va très mal finir» aurait déclaré en privé le président Sarkozy. Que voulait-il dire par là? Deux France évoluent en parallèle et l'abîme entre elles, ne cesse jour après jour de se creuser un peu plus.

La France dite «d'en haut», ses milieux dirigeants, ses responsables publics et politiques, ses réseaux d'influence, ses médias radio-télévision, ses experts, ses milieux financiers, se porte plutôt bien.

La personnalisation médiatique du pouvoir, autour du plus jeune président de l'histoire, atteint un niveau vertigineux, jamais égalé, oscillant entre l'exaltation et l'exaspération, dans un monde factice, illusoire, surmédiatisé, où le culte du chef est l'écran de fumée qui recouvre, de quinquennat en quinquennat, l'impuissance publique à régler les problèmes des Français.

De même, les crises d'hystérie s'enchaînent à un rythme endiablé, venues des Etats-Unis, après l'affaire des statues dites racistes, la dernière en date autour des scandales sexuels et du «#balancetonporc» comme le montre si bien M. Gilles-William Goldnadel.

La course aux lynchages bat son plein comme dans un jeu de «soft terreur» ayant le déshonneur public pour guillotine. Dernier «suspect», dernier lynché: le député M. Lassale, longtemps coqueluche des médias. Nul n'échappe désormais au syndrome de l'arroseur arrosé, au spectre d'une dénonciation, pas même les bourreaux eux-mêmes, comme le couperet s'est un jour abattu sur la nuque des Robespierre, Saint Just et Fouquier-Tinville

La fuite dans les commémorations solennelles est elle aussi de routine. Il est logique que cette France dite d'en haut s'apprête à célébrer mai 1968, son acte de naissance, avec son culte du nivellement et de la table rase, son «interdit d'interdire», ses «CRS=SS» et son individu-roi qui s'exprime dans le célèbre - et ambigu - «jouissez sans entraves». De même, la France dite d'en haut s'enivre par avance dans l'éblouissement des jeux olympiques de Paris 2024, comme pour oublier le présent et le monde des réalités.

Mais au-dessous du grand maelström hystérique, où en est la France dite «d'en bas», celle de la majorité silencieuse et des tracas de la vie réelle?

Où sont passés les 5 à 6 millions de chômeurs? Les 2 millions de bénéficiaires du RSA?, les 8 à 9 millions de pauvres et les 3,2 millions de mal logés?

Que ne ferait-on pas pour noyer dans un tumulte stérile la pire tragédie de l'histoire de notre pays depuis 1945, celle d'une France ensanglantée par le terrorisme islamiste?

Et qui parle encore des squats et des bidonvilles qui prolifèrent sur le territoire? Où en est la crise migratoire, les arrivées incontrôlées en Europe de centaines de milliers de personnes victimes des passeurs criminels? Où en est l'aéroport de Nantes, voulu par l'Etat, confirmé par référendum, mais bloqué par les zadistes?

Et la situation des cités sensibles, les territoires perdus de la République, les trafics qui y règnent, les phénomènes de communautarisme et de repli identitaire, la tragédie de leurs habitants surexposés à la violence et qui ne demandent qu'à vivre en paix?

Où en sont les milliers de collèges et de lycées en crise, où les professeurs débordés par le chaos, insultés, giflés, ne parviennent plus à faire leur métier de transmission des savoirs fondamentaux?

En 2017 s'est déroulé un événement politique d'une portée capitale, historique, passé quasi inaperçu: le taux d'abstention aux élections législatives, le cœur de toute démocratie, pour la première fois dans l'histoire, a dépassé les 50% signant ainsi le naufrage de la démocratie française, dans l'indifférence générale.

Cette fracture entre les deux France, la France dite d'en haut qui se noie dans les gesticulations de sa bulle médiatique et la France dite d'en bas confrontée à la tragédie du monde réel, est la source de tensions explosives, qui peuvent s'enflammer à tout moment, sous une forme ou sous une autre, dans la rue ou par un vote de destruction en 2022. Certes, aucun signe d'une explosion imminente n'est aujourd'hui décelable mais rien n'est plus calme qu'un magasin de poudre, une demi-seconde avant l'étincelle.

Maxime Tandonnet (Figaro Vox, 24 octobre 2017)

Enregistrer

Enregistrer

03/02/2016

Un point de vue suisse sur la crise migratoire...

Vous pouvez découvrir ci-dessous un entretien avec Piero San Giorgio réalisé par LaPravda.ch, site d'information suisse romand indépendant en novembre 2015, et consacré à la crise migratoire. A quelques semaines de distance, après les agressions sexuelles de masse commises en Europe, et notamment en Allemagne, au cours de la nuit du nouvel An, son analyse se révèle particulièrement clairvoyante...

Promoteur dans le monde francophone d'une forme de survivalisme ou de décroissance résiliente, Piero San Giorgio est l'auteur de Survivre à l'effondrement économique (Le Retour aux sources, 2011) et de Rues barbares (Le Retour aux sources, 2012).

 


Entretien avec Piero San Giorgio par LaPravdaCH

15/09/2015

Les sociétés multiculturelles sont multiconflictuelles...

Vous pouvez ci-dessous découvrir un excellent entretien avec Jean-Yves Le Gallou réalisé le 10 septembre 2015 par Élise Blaise pour TV Libertés afin d'évoquerla crise migratoire et les solutions qui peuvent lui être apportées.

 

07/09/2015

Flux migratoires : l’action doit primer sur la dictature de l’émotion...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Philippe Migault, cueilli sur le site de l'agence d'informations russe Sputnik et consacré à la crise migratoire.

Philippe Migault est directeur de recherche à l'Institut de Relations Internationales et stratégiques (IRIS).

 

Les photos d'un tout petit enfant Aylan Kurdi noyé étendu sur une plage de Turquie

 

Flux migratoires : l’action doit primer sur la dictature de l’émotion

La mort du petit Aylan Kurdi est une tragédie. Pourtant elle ne doit pas dicter dans l’urgence un infléchissement des politiques migratoires française et européenne. A défaut, c’est toute l’UE qui risque d’être déstabilisée.

L'attitude des quatre Etats membres du groupe de Visegrad (Pologne, République Tchèque, Slovaquie, Hongrie), qui se réunissent aujourd'hui pour manifester leur refus de se voir imposer par l'Union européenne la politique proposée par la France et l'Allemagne, l'accueil obligatoire d'un certain quota d'immigrants, accentue une première fracture au sein de l'UE. Après les Britanniques et les Baltes, de plus en plus de pays signifient leur refus de se voir imposer des populations qu'ils ne peuvent, ni ne veulent, accueillir.

Critiqués par les médias européens qui ont diffusé en boucle, jusqu'à l'écœurement, la photo du garçonnet, les dirigeants de ces pays ne s'en montreront sans doute pas moins inflexibles. Tous sont conscients que l'afflux d'un tel nombre de réfugiés, issus d'une culture allogène, est de nature à accroître très sensiblement la montée en puissance des mouvements politiques identitaires en Europe. Alors que les dernières élections européennes se sont traduites par une percée de ces derniers, il serait contre-productif pour les partis de l'ensemble socio-démocrate/démocrate-chrétien actuellement aux affaires en Europe, d'apporter de nouveaux arguments aux « UEsceptiques ».

Certes, on ne peut exclure qu'un calcul électoral à courte vue ne pousse a contrario au laxisme d'autres Etats. François Hollande sait qu'il n'est sans doute en mesure de gagner la présidentielle française de 2017 qu'à condition de se retrouver au second tour face au Front National et à Marine Le Pen. Il a donc tout intérêt à favoriser la progression de cette dernière.
Mais il portera alors la responsabilité d'une crispation dramatique de la société française. 14% des Français vivent en dessous du seuil de pauvreté, plus de 22% si on ajoute à cette statistique ceux qui seraient sous ce seuil s'ils ne bénéficiaient pas des différentes allocations de l'Etat. Avec plus de 3,5 millions de chômeurs, 5,7 si on inclue toutes les catégories, une explosion du travail précaire, la peur de perdre son travail est le sentiment le plus partagé des Français. Comment, dans ces conditions, leur expliquer que nous avons les moyens d'accueillir des milliers de personnes, improductives, dont la subsistance dépendra d'un Etat incapable de juguler la montée de la misère parmi ses propres citoyens?

Certaines belles âmes expliquent que l'assisté d'aujourd'hui sera le cotisant de demain et que l'accueil des immigrants revient à investir sur le long terme. D'autres ajoutent, avec une belle inconscience et un cynisme assumé, que ces immigrants acceptant d'occuper des postes peu qualifiés, ils poussent les Français vers des métiers exigeant une formation accrue. Ils oublient simplement que l'éducation nationale ne sait pas, ou ne veut pas, préparer les jeunes Français aux métiers qui recrutent. Quant à leur argument, il se résume d'un point de vue moral à signifier que nous avons besoin d'hilotes, d'une main d'œuvre à bas coût pour des entreprises qui bâtissent leur marge sur le low-cost, rémunérant leurs salariés aux taux les plus bas. Belle conception du libéralisme ou du socialisme selon le côté de la barrière où l'on se trouve. Au nom de l'ouverture des frontières, du mythe du village planétaire, nourrissons un peu plus misère et inégalités. Pour le MEDEF et les fonctionnaires quelle importance? Seules les classes moyennes seront impactées…Avec les conséquences politiques induites à moyen terme. Il est vrai que les politiques et les chefs d'entreprise ont ceci de commun que la plupart d'entre eux ne réfléchissent plus qu'à l'horizon des trois ans au mieux, des six mois au pire.

Mais s'il y a de quoi désespérer, il y a aussi de quoi rire dans les arguments de ceux qui prônent la générosité, l'ouverture à double battants de nos portes.

Le Liban, nous dit-on, a accueilli un nombre de réfugiés équivalent au quart de sa population, nous donnant l'exemple à suivre. Se rend-t-on compte que le Liban et la Syrie, des décennies durant, ont vécu en étroite symbiose? Qu'il n'existe pas de barrière linguistique, religieuse entre deux peuples divisés suivant les mêmes lignes communautaires? Que le Liban, Etat faible, voisin immédiat des zones de combat, n'est pas en mesure de repousser ces immigrants et n'a donc d'autre choix que de les accueillir? Que le pays, justement, est animé par un vent de contestation notamment suscité par les conséquences de cet afflux massif de Syriens? Que la dernière fois que le Liban a accueilli autant d'immigrants c'était les Palestiniens? Que la présence de ceux-ci a déclenché la guerre civile en 1975 et que cinquante ans après leur arrivée ils sont toujours là, parqués dans des camps de misère, sans eau ou presque quelquefois? Est-ce cela que nous voulons en Europe?
 
Bien entendu un tel discours est de nature à susciter l'indignation des bien-pensants, à se voir étiqueté xénophobe et raciste. Il est tellement plus facile de clouer au pilori les porteurs d'alerte que de s'avouer ses faiblesses. Car ce sont nos faiblesses, celle des Européens, qui ont suscité la rupture des digues qui retenaient le flux migratoire.
 
Faiblesse par angélisme d'abord. « We are the world… » On connaît la chanson.
 
Faiblesse par culpabilité colonialiste ensuite. Hors de question de mettre les Etats arabes et turcs devant leurs responsabilités. Pourtant pourquoi la Turquie n'est-elle pas mise en accusation dans le drame du petit Aylan? Pourquoi personne ne souligne-t-il que celui-ci venait de Kobané, pilonné des jours durant par les fous de l'Etat islamique sous le regard impavide des équipages de chars turcs, attendant que les islamistes les débarrassent de ces Kurdes? Pourquoi ne relève-t-on pas que ces mêmes Turcs, qu'il faut soi-disant accueillir eux aussi en Europe, ferment les yeux sur le trafic de pétrole qui finance l'Etat islamique à la frontière anatolienne, laissent passer les convois d'armes et les volontaires désirant rejoindre l'EI? Si la Turquie ne jouait pas un double jeu, l'Etat islamique n'aurait pas la même capacité de nuisance. Il en va de même des monarchies pétrolières du Golfe. Quelques voix s'élèvent pour s'étonner que celles-ci, gavées de pétrodollars, limitrophes des combats, n'accueillent pas ces immigrants, de confession majoritairement musulmane, laissant aux Etats de culture chrétienne, situés à des milliers de kilomètres, le soin de le faire. Mais ce discours n'est guère relayé. Il ne faut surtout pas souligner que nul, au Moyen-Orient, ne rêve du paradis démocratique et de l'accueil généreux que proposent Riad, Doha ou Abu Dhabi…
 
Faiblesse par idéologie aussi. Parce que nous sommes incapables de préférer le moindre mal, que nous considérons qu'il vaut mieux un affreux chaos qu'un chef d'Etat autoritaire, nous avons tout fait pour que la guerre se prolonge en Syrie, pour pousser Bachar el-Assad vers la sortie. Si nous avions choisi de combattre l'EI avec Bachar, quelle que soit l'opinion que l'on puisse avoir de ce dernier, au lieu de soutenir les islamistes par notre passivité, voire plus, Aylan serait-il mort?
 
Faiblesse tout court enfin. Parce que « l'Occident » refuse l'usage de la force nous n'avons rien fait pour détruire les navires des passeurs, comme nous l'avions un temps envisagé, lorsque ceux-ci sont vides de passagers. Aylan serait-il mort s'il n'avait pu prendre la mer faute d'embarcation?
 
Nous pleurons cet enfant. Nous finirons par l'oublier. Combien d'autres enfants avons-nous vu mourir sur nos écrans avant de revenir à nos préoccupations matérialistes? On ne compte plus. Mais en supposant que sa mort suscite notre réaction, elle ne doit pas nous pousser à subir une vague migratoire que nous ne pouvons supporter. Elle doit nous pousser à mettre fin, au Moyen-Orient et en Afrique mêmes, aux crises que nous avons déclenchées ou entretenues par nos faiblesses. A défaut il serait hypocrite de s'émouvoir à chaque nouvelle image d'un enfant mort.
 
Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes.

Philippe Migault (Sputnik, 4 septembre 2015)