Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/05/2017

La Monarchie et la classe ouvrière...

Les éditions Ars Magna viennent de rééditer un essai de Georges Valois intitulé La monarchie et la classe ouvrière. Cadre dirigeant de l'Action française, Georges Valois l'a quittée dans les années 20 pour fonder le Faisceau, mouvement se réclamant du (premier) fascisme. Déporté en Allemagne pendant la deuxième guerre mondiale pour faits de résistance, il est mort à Bergen-Belsen en février 1945.

 

Valois_Monarchie et classe ouvrière.jpg

" Né de l’Affaire Dreyfus, l’Action française, fondée par des patriotes de gauche, en 1898-1899, allait réussir la prouesse de conclure à la monarchie sous l’influence de Charles Maurras au moment où le royalisme parlementaire commençait à disparaître, de marier le fédéralisme proudhonien et le nationalisme, la restauration de l’État et la décentralisation, de reprendre à son compte la pensée sociale de la Maison de France et des inspirateurs royalistes de la doctrine sociale de l’Église tout en faisant alliance avec des socialistes, des anarcho-syndicalistes, disciples de Georges Sorel. Or le principal artisan de ce dernier rapprochement fut incontestablement Georges Valois.

Valois, d’abord anarchiste et socialiste, a été pendant vingt ans l’économiste de l’AF mais aussi son éditeur, à la tête de la Nouvelle Librairie Nationale. Sous son influence ont été conduites deux expériences différentes mais aussi passionnantes l’une que l’autre : la stratégie que l’on pourrait qualifier de syndicale d’abord, entre 1908 et 1914, qui vit l’AF soutenir des grèves, défendre la CGT, parrainer la création d’un Cercle Proudhon où pouvaient discuter nationalistes intégraux et partisans du syndicalisme révolutionnaire ; la stratégie corporatiste ensuite, entre 1918 et 1925, au nom de laquelle Valois se lança avec tout son enthousiasme dans la création pas seulement théorique mais réelle de syndicats mixtes de patrons et d’employés, fédérés par branche. Il connut des échecs mais aussi quelques succès notables.

La Monarchie et la classe ouvrière est une des œuvres capitales de la période maurrassienne de Valois. Par sa forme, il se présente comme la suite du maître-ouvrage de Maurras, qui provoqua le ralliement de l’Action française à l’idée royale comme accomplissement de l’idée nationaliste : L’Enquête sur la monarchie. L’ambition de Valois est analogue. Là où Maurras voulait démontrer la nécessité du roi pour résoudre la question nationale, Valois veut démontrer la nécessité du roi pour résoudre la question sociale. Au-delà des dimensions contingentes de l’ouvrage, ce livre reste un repère. Il nous invite à dépasser les notions de droite et de gauche, issues des traditions parlementaires, pour renouer avec la liberté d’esprit et l’audace qui caractérisaient cet âge d’or du maurrassisme que furent les années 1900-1914. "

28/01/2013

Mammouth...

Les éditions Liana Lévi viennent de publier Mammouth, le premier roman d'Antonio Pennacchi. Ecrivain populiste inclassable, passé dans sa jeunesse du néo-fascisme au maoïsme, et se réclamant désormais, l'âge venu, d'un facho-communisme aussi original que sympathique, Antonio Pennacchi est l'auteur de Mon frère est fils unique (Le Dilettante, 2007), chronique de l'éducation sentimentale et politique d'un jeune italien dans les années 60, et de Canal Mussolini (Liana Lévi, 2012), récit des aventures d'une famille engagée dans le colossal chantier mussolinien de l'assèchement des marais Pontins au sud de Rome.

 

Mammouth.jpg

"Bleu de travail et bleus à l’âme. Tels sont les signes distinctifs de Benassa, le coriace leader syndical de l’usine de câbles Supercavi. Depuis vingt ans, dans chaque manif, chaque grève, les ouvriers ont scandé avec lui : « Un pour tous, tous pour un ! » Mais, en Italie comme ailleurs, la loi du marché torpille peu à peu l’unité syndicale et les idéaux révolutionnaires. Le drapeau rouge est en berne et Benassa broie du noir. Ça tombe bien : les patrons aussi en ont assez de cet énergumène et ont décidé de lui faire une offre qui ne se refuse pas…
Entremêlant le récit des quelques jours qui précèdent sa décision, les faits d’armes du syndicat et les portraits savoureux des ouvriers de Supercavi, ce roman d’Antonio Pennacchi compose une peinture drôle et fraternelle de la classe ouvrière."

09/01/2013

De l'abandon au mépris...

«La classe ouvrière n’est plus le coeur du vote de gauche, elle n’est plus en phase avec l’ensemble de ses valeurs, elle ne peut plus être comme elle l’a été le moteur entraînant la constitution de la majorité électorale de la gauche. La volonté pour la gauche de mettre en oeuvre une stratégie de classe autour de la classe ouvrière, et plus globalement des classes populaires, nécessiterait de renoncer à ses valeurs culturelles, c’est-à-dire de rompre avec la social-démocratie.»

Rapport de la Fondation Terra Nova, "Gauche : quelle majorité électorale pour 2012" (mai 2011)


Les éditions du Seuil publient demain un essai de Bertrand Rothé intitulé De l'abandon au mépris - Comment le PS a tourné le dos à la classe ouvrière. Bertrand Rothé est déjà l'auteur, avec Gérard Mordillat, d'un livre intitulé Il n'y a pas d'alternative - Trente ans de propagande économique (Seuil, 2011).

De l'abandon au mépris.jpg

 

"Comment, en l’espace de trente ans, le PS et le monde ouvrier sont-ils passés de l’amour fou au mépris ?

Ce livre tient la chronique tragique d’une longue histoire passionnelle, émaillée de séparations fracassantes et de retrouvailles douloureuses, de drames et d’engagements non tenus. Il explique pourquoi, en 1981, 70 % des ouvriers avaient contribué à la victoire du PS, alors que c’est aujourd’hui le FN qui est qualifié de « premier parti ouvrier de France ».

Entre ces deux dates, au fil des choix politiques engagés par les hiérarques du Parti socialiste, et des réactions plus ou moins avisées des représentants de la classe ouvrière, notre couple, de plus en plus mal assorti, doit faire face à l’effondrement du monde communiste, à l’arrivée de la « deuxième gauche », à la montée du chômage et à la conversion des socialistes à l’Europe, au libéralisme et à la société postindustrielle. Les noms de François Mitterrand, Jacques Delors, Laurent Fabius, Pierre Bérégovoy, Dominique Strauss-Kahn, Lionel Jospin et François Hollande, entre autres, marquent les étapes de ce désamour, de l’abandon au mépris.

Au terme de nombreuses péripéties, que Bertrand Rothé rappellent de façon cinglante, le vieux couple en arrive aujourd’hui au divorce."

12/01/2012

De Michéa à Guédiguian...

Le nouveau numéro de la revue Eléments (n°142, janvier - mars 2012) sera en kiosque demain.

Vous pouvez aussi le commander ou vous abonner sur le site de la revue : http://www.revue-elements.com

CouvElements142.jpg

A tout seigneur, tout honneur : la revue Éléments a ouvert ses colonnes à Olivier Maulin, le génial romancier deLumières du ciel. L'événement de ce numéro d'Éléments, ce sont aussi les 5 jeunes plumes talentueuses qui rejoignent l'équipe : Pierrick Guittaut, Xavier Eman, Jean de Lothier, Laurent Schang et Jean de Lavaur. Découvrez-les : vous serez conquis ! 
Le dossier central de ce numéro est consacré au «Socialisme contre la gauche», avec un article d'Alain de Benoist sur l'œuvre de l'anarchiste conservateur Jean-Claude Michéa, un entretien du jeune sociologue Gaël Brustier et une étude sur le dernier film de Robert Guédiguian, par Michel Marmin et Ludovic Maubreuil.
 
Bien cordialement et bonne lecture,
 
 
Pascal Eysseric                    &                 Alain de Benoist
rédacteur en chef                                    éditorialiste

 

Dossier
• Le socialisme contre la gauche, par Alain de Benoist
• Jean-Claude Michéa, par Alain de Benoist
• Entretien avec Gaël Brustier : « La classe ouvrière existe encore en France, mais elle n'est plus là où elle était » • La leçon de socialisme de Robert Guédiguian, par Michel Marmin et Ludovic Maubreuil
Aussi au sommaire...
• Entretien avec Olivier Maulin, l'enchanteur contre le monde moderne, par Olivier François
• Au bord du gouffre financier : tous ruinés demain ?, par Pierre Le Vigan
• Bercy Village : le triomphe du gloubi-boulga identitaire, par Jean de Lavaur
• L’Europe a-t-elle (encore) un avenir ? par Jean de Lauthier
• Jean-Jacques Langendorf, le Gargantua suisse, par Laurent Schang
• Jean-Jacques Langendorf : « Qui aurait envie de sacrifier sa vie pour les non-objectifs de l’Union européenne ? »
• Robert Musil, pour se réapproprier le possible, par Eric Werner
• «Monsieur Bill», une bombe d’Alexandre Mathis, par Ludovic Maubreuil
• Avec Dominique Venner, vers une Europe héroïque et secrète, par Javier Ruiz Portella
• Cioran, bricoleur dans l’incurable, par Jean-Charles Personne
• Tribune : Prostitution, métier et/ou art de vivre ?, Par Pierre Barrucand