Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

carl schmitt

  • Quand Julius Evola écrivait à Carl Schmitt et à Ernst Jünger...

    Les éditions Ars Magna viennent de publier une brochure intitulé Lettres de Julius Evola à Carl Schmitt et Ernst Jünger. Des lettres qui viennent éclairer les relations qui existaient entre l'auteur de Révolte contre le monde moderne et ces deux figures de la Révolution conservatrice allemande.

    On notera, par ailleurs, que la correspondance entre Carl Schmitt et Ernst Jünger vient d'être traduite en français et sera publiée avant la fin de l'année 2019 dans un volume de plus de 900 pages...

    Lettres Evola.JPG

    " Parmi les 19 000 lettres qui figurent dans les archives personnelles de Carl Schmitt, 8 lui ont été adressées (en langue allemande) par Julius Evola. Celui-ci était très intéressé par un livre écrit par Schmitt sur Donos Cortès, auteur qu'ils appréciaient tous les deux, et il souhaitait le traduire et l’éditer. Cela ne se fit pas. 
    Ces missives nous informent sur les relation germanophones d’Evola après-guerre (Mohler, Rohan, Gleichen) et sur son activité de traducteur. Elles nous révèlent aussi un homme plutôt mal informé tant des publications dans la presse de droite italienne que de l’évolution idéologique de son interlocuteur. 
    On ne dispose pas des réponses de Carl Schmitt aux lettres d’Evola, mais on peut sans mal constater une chose : il fait peu de cas de ses propositions. On sait d’ailleurs par d’autres sources que Schmitt, bien qu’il lui ait adressé certaines de ses œuvres, ne s’intéressa jamais aux travaux du baron. Si les deux hommes se rencontrèrent et dinèrent ensemble lors d’un séjour d’Evola à Berlin, Schmitt ne se donna pas la peine ensuite de lire les livres que le traditionaliste italien lui faisait tenir.  
    Cette brochure se termine par une lettre d’Evola à Ernst Jünger qui montre le souci constant du baron de faire connaître au public italien les grands penseurs conservateurs allemands. "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Loi et jugement...

    Les éditions de L’École des hautes études en sciences sociales viennent de publier un essai de Carl Schmitt intitulé Loi et jugement - Une enquête sur le problème de la pratique du droit. De nationalité allemande, juriste et philosophe du politique, ami d'Ernst Jünger, Carl Schmitt est l'auteur de nombreux ouvrages importants comme La notion de politique (1928), Terre et Mer, un point de vue sur l'histoire du monde (1942), Le nomos de la terre (1950) ou Théorie du partisan (1963).

     

    Carl Schmitt_Loi et jugement.jpg

    " Comment savoir si une décision judiciaire est correcte ? Telle est la question qui se pose à nous tous, qui souhaitons que le droit vienne à notre secours quand nous en avons besoin. En 1912, celui qui n’est pas encore le sulfureux Carl Schmitt donne à cette interrogation une réponse surprenante qui, aujourd’hui peut-être plus que jamais, nous parle encore. Dans Loi et jugement, ouvrage de jeunesse brillant et érudit, traduit et replacé par Rainer Maria Kiesow dans une perspective critique, on perçoit déjà le goût de l’auteur pour la rhétorique, le style et, plus précisément, le goût pour les concepts en opposition, pour les mots en guerre, par lesquels il deviendra célèbre : ami/ennemi; légalité/légitimité ; théologie/politique ; règle/exception ; État/mouvement/peuple ; terre/mer ; mais aussi juif/aryen. Or c’est avec l’examen de la relation loi/jugement que tout a commencé. Y a-t-il harmonie ou tension? Déduction ou déconnexion? Continuité ou rupture? Là réside tout le problème de l’État de droit et de l’état de légalité – une question toujours ouverte. "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Légitimité de l'autodéfense...

    Les éditions Xénia viennent de publier un essai d'Eric Werner intitulé Légitimité de l'autodéfense. Philosophe politique, adepte d'une pensée claire et rigoureuse, Eric Werner est l'auteur de plusieurs essais essentiels comme L'avant-guerre civile (L'Age d'Homme, 1998 puis Xénia, 2015) ou De l'extermination (Thaël, 1993 puis Xénia, 2013). Il vient de publier dernièrement Un air de guerre (Xénia, 2017). Contributeur régulier d'Antipresse, il publie également de courtes chroniques sur l'Avant-blog.

     

    Werner_Légitimité de l'autodéfense.jpg

    " « Les pages qui suivent traitent d’une espèce particulière de guerre, celle dont le sujet est l’individu lui-même.
    Car, effectivement, il peut arriver que l’individu lui-même devienne le sujet de la guerre. Cela arrive. Traditionnellement, c’est l’État qui est le sujet de la guerre. C’est lui qui fait la guerre, et, avant même de la faire, qui la déclare. Qui désigne l’ennemi, comme le disait Carl Schmitt. On connaît toutes ces choses. C’est ce que dit la théorie. Or comme bien souvent, la pratique contredit ici la théorie. »

    Lorsque l’État perd son monopole de la violence physique légitime, ou qu’il n’est plus en mesure de l’assurer, tous les coups sont-ils permis? Puisant dans l’histoire et la pensée classiques, Eric Werner montre que tous les grands dilemmes de l’humanité ont déjà été vécus et médités. Cet essai de philosophie politique est en même temps un appel au réveil. Il nous aide à comprendre que l’État protecteur n’est plus là."

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Mondialisation et prolifération de l'hostilité...

    Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de François-Bernard Huyghe, cueilli sur son site Huyghe.fr et consacré aux changements de forme de la guerre provoqués par la mondialisation. Spécialiste de la stratégie et de la guerre de l'information, François-Bernard Huyghe enseigne à la Sorbonne et est l'auteur de nombreux essais sur le sujet, dont, récemment, La désinformation - Les armes du faux (Armand Colin, 2015) et Fake news - La grande peur (VA Press, 2018). Avec Xavier Desmaison et Damien Liccia, François-Bernard Huyghe vient de publier Dans la tête des Gilets jaunes (VA Press, 2019).

     

    Islamistes.jpg

    Pas d'idée de paix sans définition de la guerre

    Comment sait-on que l'on est en guerre ? Il y a quelques années, la question aurait été absurde. La guerre était l’affaire des États (ou de groupes armés qui voulaient s’emparer de l’État, donc du monopole de la violence légitime, et il était alors convenu de parler de «guerre civile»).

    - La guerre entraînait certains actes de langage : on la proclamait pour mobiliser son camp, au moins moralement, on la déclarait à l’autre, on l’exaltait par des discours, on la concluait par un écrit, tel un traité, on l’inscrivait dans les livres d’histoire ou sur des monuments. Le but était d’imposer le silence : silence des armes, silence du vaincu qui renoncerait à s’adresser à la postérité et à énoncer sa prétention politique

    - L’état de guerre – une période avec un début et une fin- supposait des codes spécifiques : elle était ou bien juste ou bien injuste au regard du droit des gens ; des professionnels, les militaires (et eux seuls), avaient en fonction des circonstances le droit de tuer ou pas Chacun savait s’il était combattant (éventuellement « sans uniforme ») ou civil. La distinction ennemi privé / ennemi public était indépassable (extros contre polemos en grec, hostis contre innimicus en latin, etc..)

    - La guerre se déroulait en un lieu connu : front, champs de bataille, zones occupées ou libérées. Un coup d’œil sur la carte montrait quelles troupes progressaient et lesquelles se repliaient.

    - La guerre s’accompagnait de destruction à commencer par un taux de mortalité anormal. : cette expérience du sacrifice revenait à chaque génération par cycles et apparaissait comme inhérente à la condition humaine. La belligérance, catégorie anthropologique fondamentale, stimulait les plus fortes passions de notre espèce.

    - Les belligérants savaient qu’ils participaient à un conflit armé collectif ayant des fins politiques. Ils continuaient à s’infliger des dommages ou à occuper leur territoire respectif, jusqu’à la victoire ou au compromis (traité). Victoire ou compromis devaient modifier un rapport de souveraineté ou de pouvoir et s’inscrire dans l’Histoire. Le vaincu reconnaissait sa défaite ou disparaissait comme acteur (massacré, par exemple).


    En termes de communication, de normes, de temps, d’espace, de forces, de conscience et de finalité, la distinction entre guerre et paix était aussi fondatrice qu’incontestable.
    Tout ce que nous venons de rappeler correspond à une vision « classique » européenne ; celle de penseurs aussi divers que Clausewitz, Hegel, Weber, Schmitt, Freud, Caillois, Bouthoul, Aron, … et qui paraît aujourd’hui si désuète.

    Les nouvelles violences

    Sans même parler de la guerre froide dont la principale caractéristique fut de ne pas éclater à partir de la seconde moitié du XX° siècle, apparurent des formes de conflits inédites, certaines virtuelles ou fantasmées :

    - Affrontements entre acteur étatique et combattants qui se considèrent comme armée de libération ou se réfèrent à une notion similaire. Reste à savoir à partir de quel degré d’organisation, permanence, visibilité (une « guerre clandestine » est-elle une vraie guerre ?), suivant quels critères politiques relatifs à la noblesse ou au sérieux de sa cause, un belligérant mène une vraie guerre de partisan. Sinon, il s’agit d’émeutes, d’incidents, de raids de groupes armés… relevant plus ou moins de la police et du maintien de l’ordre. Pour ne prendre qu’un exemple, dans les années 50, il n’y avait pas une guerre mais des « événements d’Algérie ». Quarante ans plus tard, l’État algérien se demandait s’il faisait la guerre aux maquis islamistes ou s’il s’agissait de maintien de l’ordre.

    - La question devient cruciale soit lorsqu’il y a pluralité d’acteurs armés, comme la prolifération des milices au Liban dans les années 80, soit quand la distinction entre politique et criminalité devient presque indiscernable. En Amérique latine ou dans des le « triangle d’or » proche de la Birmanie, bien subtil qui sait distinguer une bande armée de trafiquants de drogue d’une guérilla.

    - La distinction militaire/civil est remise en cause par la tendance à mobiliser des combattants sans uniforme, et la propension croissante des conflits à tuer bien davantage de civils que de militaires. Au moins d’un côté (voir le fantasme du « zéro mort »). Quand des milices massacrent des civils qui ne se défendent guère, comme au Darfour, faut-il continuer à parler de guerre ? Dans un tout autre genre : quand un membre d’une société militaire privée accomplit-il une mission de sécurité, est-il un assistant d’un « vrai » militaire et quand commence-t-il à « faire » la guerre ? Où passe la frontière entre terrorisme, guerre secrète, guerre du pauvre, guérilla ?

    - Inversement, le système international - pour ne pas dire l’Occident – a inventé des interventions armées inédites des représailles sanctions jusqu’aux interventions humanitaires. Elles doivent séparer des protagonistes ou protéger des populations. Le discours des puissances intervenantes souligne qu’elles mènent une guerre « altruiste » censées ne leur apporter aucun avantage. Elles disent lutter contre des criminels ou ennemis du genre humain, contre des dirigeants et non des peuples qu’elles sont au contraire venues sauver. De là le droit d’ingérence qui autorise le recours à la force armée pour empêcher des violences inacceptables. Les opérations militaires, que nous nommerions « de contrôle », se multiplient, pour maintenir la violence armée des pauvres et des archaïques (conflits ethniques par exemple) à un degré supportable .

    - Les situations intermédiaires -pas vraiment la paix, pas encore la guerre - se multiplient. Ainsi, en Afghanistan, la guerre contre les talibans est censée être finie, et pourtant les troupes de la coalition doivent utiliser des armes lourdes. Corollairement, des citoyens de pays industrialisés peuvent ignorer dans combien de conflits ou d’opérations de « maintien de la paix » sont engagés leurs troupes et ne pas ressentir l’état de belligérance. Pour reprendre le même cas, la perte de quelques soldats d’élite français en Afghanistan en 2007 a soulevé moins d’émotion que certains accidents de la route. Le sentiment de sécurité qu’éprouvaient la plupart des Européens (mais moins d’Américains depuis 2001), l’idée que la guerre est une vieillerie dont le droit, la démocratie et la prospérité nous ont délivrés, tout cela serait apparu proprement stupéfiant il y a quelques décennies.

    - Les stratèges ne cessent d’imaginer des formes de conflit où les armes prendrait une forme inédite ; ils intègrent dans leurs panoplies des outils informationnels au sens large qui agissent plus sur les esprits que sur les corps. Qu’il s’agisse de priver l’adversaire de ses moyens de communiquer, de le désorganiser ou de le désinformer, de percer tous ses secrets, de le sidérer psychologiquement, de rendre la force plus intelligente et mieux ciblée…, les spécialistes de la Revolution in Military Affairs et des diverses cyberwar et autres information warfare, n’ont jamais manqué d’imagination. Parallèlement, les notions de guerre de quatrième génération, de faible intensité, guerre continue ou celle, chère aux stratèges chinois, de guerre sans limite, reflètent les formes inédites du conflit technologiques, psychologiques, économiques, et devient de moins en moins évident que la guerre se pratique avec ces outils reconnaissables que sont les armes.

    - Parmi les catégories utilisées pour décrire les nouvelles formes de l’affrontement armé, celle de guerre asymétrique est particulièrement révélatrice. Elle porte sur les moyens employés (guerre du pauvre contre guerre du riche high tech et surarmé), sur la stratégie (attrition contre contrôle), mais elle porte aussi sur les objectifs. Pour le fort la règle est : annuler ou limiter l’action du faible. Pour le faible : durer, infliger une perte sur le terrain moral ou de l’opinion, démoraliser celui que l’on ne peut désarmer, lui rendre le prolongement du conflit insupportable. La guerre asymétrique repose plus sur l’utilisation de l’information que sur celle de la puissance et partant contredit toutes les conceptions classiques. Elle postule que la victoire stratégique n’est pas une addition de victoires tactiques ; elle déplace la question de la légitimité de la guerre (donc de la croyance qui la soutient) non pas en amont de la guerre mais comme son objectif même.

    Ces tensions et contradictions trouvent leur point culminant le jour où les États-Unis proclamèrent une « Guerre globale au terrorisme ». Elle appelle la notion complémentaire de « guerre préemptive » autorisant une intervention armée à l’étranger contre des groupes terroristes ou contre des tyrans susceptibles de les aider et/ou de posséder des armes de destruction massive.

    Guerre des absolus

    La plus grande puissance de tous les temps ( qui, a priori devrait avoir le moins à craindre) considère que l’état de guerre existe est susceptible de durer plus d’une génération. Et ce jusqu’à la disparition de tout acteur hostile (État Voyou, groupe terroriste), de toute intention hostile (le terrorisme, ceux qui haïssent la liberté, l’extrémisme violent, pour reprendre diverses formulation des dirigeants américains) et de tout instrument hostile (les Armes de Destruction Massive). Il est tentant d’en déduire qu’il s’agit d’une guerre perpétuelle pour une paix perpétuelle. On n’y nomme ni son adversaire, ni sa limite, ni les conditions de sa victoire. Faire du monde « un lieu plus sûr pour la démocratie » est un programme politique pour Sisyphe. Six ans de Guerre Globale au Terrorisme semblent indiquer que, loin d’éliminer les régimes hostiles, les groupes armés (y compris avec l’arme de l’attentat suicide) et les ADM (en Iran ou en Corée), elle semble les encourager.

    Symétriquement, la guerre comme jihad défensif voire offensif (Daech voulait rien moins qu’étendre le califat à la planète) telle que la prônent les groupes islamistes n’est pas moins surprenante : elle est licite aux yeux de ses acteurs (elle est commandée par Dieu et constitue une obligation). Non seulement elle ne connaît pas de limites dans son extension territoriale ni dans le choix de ses victimes (pratiquement n’importe qui sauf un jihadiste est « éligible »). Il n’est pas certain qu’elle vise à une victoire (sauf à supposer la conversion de l’humanité entière à la variante salafiste du sunnisme). Au contraire,le jihad trouve sa propre justification non dans la réalisation de fins politiques, mais en lui-même, comme occasion de sanctification par le martyre ou comme compensation mimétique (ben Laden parle même de « talion ») des souffrances et humiliations subies par l’Oumma.

    Et dans les deux cas, la dimension symbolique du conflit prédomine. D’un côté montrer la résolution des États Unis et démentir qu’ils soient un « tigre en papier ». De l’autre, infliger une humiliation à l’Occident orgueilleux et idolâtre. Et, si l’on remonte plus haut, ce sont deux guerres de conversion : il s’agit de faire disparaître une croyance qui offense le droit universel dans le premier cas (la haine de la liberté des terroristes), qui contredit loi divine dans le second (la haine de Dieu des juifs, des croisés et des apostats).

    Chacun est libre de penser que « guerre » n’est qu’une catégorie juridico-philosophique particulièrement héritée de la pensée classique voire une très longue parenthèse historique (pour certains commençant au néolithique) et dont ni l’universalité, ni la perpétuité ne sont démontrées. Ou peut aussi la considérer comme degré dans les violences que les hommes s’infligent sans trop se soucier des catégories.

    Notre propos n’est pas une quelconque forme de nostalgie envers les bonnes guerres d’autrefois qui se faisait au moins dans l’ordre et la discipline et que nous n’avons pas connues. Simplement il faudra apprendre à vivre avec ce paradoxe : mondialisation et affaiblissement du principe de souveraineté politique, autrefois considéré comme belligène, n’impliquent pas la fin de l’hostilité mais sa prolifération et sa privatisation.

    François-Bernard Huyghe (Huyghe.fr, 22 mars 2019)

     

    Lien permanent Catégories : Points de vue 0 commentaire Pin it!
  • La paléogénétique des Indo-Européens...

    Nous vous signalons la parution du nouveau numéro de la revue Nouvelle Ecole (n°68, année 2019), dirigée par Alain de Benoist, avec un dossier consacré à la paléogénétique des Indo-Européens. La revue est disponible sur le site de la revue Éléments ainsi que sur celui de la revue Krisis. Les parisiens pourront également la trouver à la Nouvelle Librairie. 

     

    indo-européens,alain de benoist,georges dumézil,carl schmitt,albert camus,louis aragon,nihilisme,jean-marie legrand,paul matillion,jean-marie sanjorgepatrick bouts,jean-michel vivien,adn,génétique

    " La découverte, à partir du XVIIIe siècle, de la parenté de la quasi-totalité des langues européennes, auxquelles il faut encore ajouter certaines langues de l’Asie centrale et d’une partie du Proche-Orient, a constitué un tournant décisif de l’histoire de la linguistique. Pour les désigner, on parle de langues indo-européennes. Depuis deux siècles, la recherche a permis d’établir que leur parenté ne se limite pas au vocabulaire de base, mais aussi à la syntaxe, aux structures grammaticales, aux racines et au mode de formation des mots.

    Elle a aussi montré que les langues indo-européennes dérivent les unes des autres de manière «arborescente», en sorte qu’il est possible, par la reconstitution linguistique, de restituer les traits essentiels de la langue-mère originelle d’où elles sont issues, l’indo-européen commun. Toute langue supposant des locuteurs, la question s’est posée du même coup d'identifier la ou les populations qui ont parlé et développé l’indo-européen commun, d'identifier aussi la culture matérielle qui était la leur et de situer son emplacement sur la carte. De l’indo-européen, on est ainsi passé aux Indo-Européens. C’est l’irritante question du foyer d’origine qui, dans le passé, a donné lieux aux hypothèses et aux supputations les plus diverses. Jusqu’à une période toute récente, on ne disposait pour étudier les Indo-Européens que de moyens relativement limités. La discipline essentielle était (et demeure) bien sûr la linguistique. L’archéologie a aussi joué un rôle.

    S’y ajoutent enfin les nombreux travaux, tels ceux de Georges Dumézil et de bien d’autres chercheurs, qui portent sur l’étude comparée des religions indo-européennes, des mythes, des épopées, des formulaires poétiques, etc. Or, depuis quelques décennies seulement, on dispose d’un nouveau moyen d’aborder la question. La mise au point de techniques de laboratoire, notamment le séquençage de l’ADN, a ouvert des perspectives décisives permettant d'identifier les porteurs de l’indo-européen commun et de restituer l’histoire de leurs migrations. Une chose est sûre : l’Europe ancienne s’est développée à partir de trois composantes majeures, que sont les chasseurs-cueilleurs du paléolithique, les agriculteurs du néolithique et les populations indo-européennes. Sur ces dernières, dont nous parlons les langues encore aujourd’hui, et dont nous portons les gènes, on en sait désormais beaucoup plus grâce à la paléogénétique. "

    Au sommaire

    Le peuplement de l’Europe. La révolution de la paléogénétique et les Indo-Européens (Patrick Bouts)

    Le cas français. L’indo-européanisation du territoire à travers les migrations (proto-)celtiques et ses impacts génétiques (Jean-Michel Vivien)

    Index technique, carte récapitulative et bibliographie (Patrick Bouts)

    Document : Lettres de Georges Dumézil à Alain de Benoist (1969-1981).

    L’étude comparée des religions indo-européennes. Recherches actuelles et perspectives (Anders Hultgård)

    La théorie de l’institution chez Maurice Hauriou, Santi Romano et Carl Schmitt. Une pensée juridique antimoderne (Paul Matilion)

    Louis Aragon ou les ambiguïtés du national-communisme (Jean-Marie Sanjorge)

    Albert Camus ou la pensée de la limite (Marc Muller)

    Le nihilisme, une affirmation à l’envers (Jean-Marie Legrand)

     

    Lien permanent Catégories : Revues et journaux 0 commentaire Pin it!
  • Qu'y a-t-il dans la tête des Gilets jaunes ?

    Vous pouvez découvrir ci-dessous un entretien avec François-Bernard Huyghe et Damien Liccia, cueilli sur Figaro Vox et consacré à la révolte des Gilets jaunes. Avec Xavier Desmaison, François-Bernard Huyghe et Damien Liccia viennent de publier un essai intitulé Dans la tête des Gilets jaunes (VA Press, 2019).

     

    Gilets jaunes 9.jpg

    Qu'y a-t-il dans la tête des «gilets jaunes» ?

    FIGAROVOX.- Vous consacrez un ouvrage à ce qu'il y a «dans la tête des Gilets jaunes». Justement, qu'est-ce que les observateurs n'ont pas vu et qu'il fallait voir concernant la colère des Gilets jaunes?

    François-Bernard HUYGHE.- Dans la tête et sans doute dans le cœur des Gilets jaunes, il y a, bien sûr, des intérêts matériels, liés aux impôts, aux fins de mois, à l'absence de perspectives de la France dite périphérique, etc. ; chez certains, cela s'accompagne d'un ressentiment envers les riches ou la France d'en haut, parfois un peu simpliste. Mais il y a aussi une composante de fierté bafouée: le refus de demeurer invisibles et méprisés, l'exaspération devant l'arrogance, la colère d'être traités de ploucs fachos et violents... Et ce sentiment de l'honneur offensé nourrit une forme de compétition symbolique: nous tiendrons, nous ne céderons pas, nous reviendrons samedi prochain... Au stade suivant, la passion de la dignité et de l'égalité devient demande de démocratie directe, de contrôle populaire et de révocation des mauvais dirigeants. Cela réveille des problèmes philosophico-politiques que l'on discutait dans l'Athènes d'il y a vingt-cinq siècles. Comment avoir la démocratie sans tomber dans l'oligarchie (pouvoir de quelques-uns) ou dans l'ochlocratie (pouvoir de la foule incontrôlée)?

    Vous traitez de la question du langage chez les Gilets jaunes. Qu'est-ce que celui-ci a de particulier chez eux?

    François-Bernard HUYGHE.- Ce sont des mots politiques simples: pouvoir, peuple, démocratie, gouvernement. Et les Gilets jaunes parlent beaucoup d'eux-mêmes. Cela commence souvent par des confessions émouvantes que vous font des gens dans les manifestations, avides qu'ils sont de fraterniser, et cela mène vite à des thèmes collectifs récurrents. Ainsi: «nous sommes le peuple», avec tout ce que cela implique (nous avons bien le droit de manifester où nous voulons, d'être entendus...).

    Et surtout «nous ne sommes pas...»: nous ne sommes pas des chemises brunes, nous ne sommes pas des casseurs, nous ne sommes pas des destructeurs de la Nature, nous ne sommes pas des beaufs abrutis homophobes qui sentent le fuel et la cigarette. Bref, nous ne sommes pas ce dont les élites - y compris médiatiques - nous accusent. Nous voulons un État au service du Bien commun. Nous sommes les patrons. Sans oublier le thème principal: «démission».

    Quelle est l'importance de la foule dans le mouvement des Gilets jaunes?

    Damien LICCIA.- Dans ses vœux, Emmanuel Macron s'était livré à une dénonciation des «porte-voix d'une foule haineuse». Parler de foule pour qualifier un mouvement politico-social, cela revient à la délégitimer et à le criminaliser. La foule ne pense pas, elle renvoie dans l'imaginaire collectif à la folie et à l'irrationalité. La place accordée à la violence est symptomatique d'une difficulté à penser par-delà les figures imposées du schéma libéral. Gustave le Bon insistait sur le fait que les foules sont conduites «presque exclusivement par l'inconscient». Or, le choix des cibles (banques, magasins de luxe, Starbucks, forces de l'ordre et même un ministère notamment pour les black blocs, et les péages, radars, médias et les préfectures pour une partie des gilets jaunes) s'inscrit tout de même dans une grille de lecture, que d'aucuns ont le droit de condamner, mais qui résonne avec un discours politique. Si casseurs il y a eu, il s'agit davantage d'opportunistes, et, plus précisément, de pilleurs. S'il l'ont s'extrait d'une rhétorique articulée autour d'une synecdoque restrictive («les casseurs symbolisent ce que sont les gilets jaunes»), il est impropre d'utiliser le terme de foule. Terme qui est symptomatique également de la réponse répressive utilisée, et il suffit pour se faire une idée de la chose de parcourir le Twitter du journaliste David Dufresne qui recense les différentes victimes parmi les manifestants.

    Alors certes, il n'y a pas une conscience de classe au sein des gilets jaunes, et l'absence d' «intellectuels organiques» (ce que ne sont pas les administrateurs de page Facebook, dont l'approche participative sur l'ensemble des décisions stratégiques à prendre, tranche avec le côté surplombant inhérent à la figure du stratège ou du technicien politique), engagés en amont de ce mouvement ou qui auraient pu émerger pendant la crise, n'a pas permis d'exprimer une vision du monde et une stratégie communes. Mais il faut être borgne, ou aveugle, pour obérer le fait que les Gilets jaunes pensent le politique. On dit souvent aujourd'hui que les réseaux sociaux sont propices aux discours de haine et à un discours ultrapolarisé aux frontières du complotisme. Les gilets jaunes n'ont pas échappé à cette configuration dans leur dénonciation frontale des «gens d'en haut» et dans leur désignation de l'ennemi. Or, loin d'être réductible à une polarisation entre le vrai et le faux, cette approche, de Carl Schmitt à Chantal Mouffe, est l'essence même du politique, et infirme tous les discours venant à les réduire au rang de «foule haineuse».

    Si vous pouviez résumer, comment les Gilets jaunes perçoivent et désignent les classes dominantes, politiques et médiatiques?

    François-Bernard HUYGHE.- Peu de Gilets jaunes ont lu Gramsci, sans doute, mais beaucoup pensent en termes d'hégémonie idéologique, de front unique ou de guerre de positions comme cet intellectuel marxiste des années 20, mais sans employer ses mots, bien sûr. Ils pensent qu'il y a le Système qui repose sur des intérêts financiers mondiaux, qui fait fi des souverainetés nationales et populaires, et qu'il est appuyé sur une classe politique technocratique, d'accord sur l'essentiel et sourde aux voix d'en bas. Ils dénoncent aussi le pouvoir culturel des «bobos» déracinés qui - pour parodier Rousseau- aiment les Tartares LGBT pour être dispensés d'aimer leur voisin. Et bien sûr, ils sont contre les médias, vendus à quelques milliardaires, qui occultent les violences policières et dénigrent les manifestants... Bref c'est un discours «de classe» que l'on aurait considéré comme intellectuel et gauchiste il y a quarante ans, mais qui est aujourd'hui assimilé à un affreux populisme aux relents lepénistes.

    En quoi les Gilets jaunes ont-ils été un «moment de surprise» pour reprendre le titre de votre prélude?

    Damien LICCIA.- Six mois avant le début des gilets jaunes, Emmanuel Macron venait de pulvériser les syndicats, après 3 mois de grève au sein de la SNCF. Ni les syndicats (et, dans les transports, à l'image de CGT-cheminots et de Sud-rail, ils sont particulièrement puissants), ni les acteurs politiques (de La France Insoumise aux trotskistes) n'étaient parvenus à enrayer la geste macronienne. Or, qui fait basculer la France en novembre, même si cette vision causale est nécessairement simpliste, Priscillia Ludosky et sa pétition «pour une baisse des prix à la pompe», Jacline Mouraud et sa vidéo vue des millions de fois sur Facebook (même si au même moment existaient d'autres vidéos tout aussi influentes, à l'image de celle d'un éleveur de volailles de l'Ain interpellant le président), des personnes (dont une partie issue de la «France périphérique» chère à Guilluy, mais pas seulement) qui font la chenille autour des ronds-points et des automobilistes qui mettent des gilets jaunes sur le tableau de bord. C'est le premier phénomène de sidération. Le deuxième s'explique par une mauvaise prise en compte de l'opinion publique, ou a minima de celle qui s'exprime sur les réseaux sociaux. La thématique du carburant a leurré l'exécutif, puisque ce dernier pendant plusieurs jours à l'issue de l' «acte I» a continué à communiquer, de manière quasi exclusive sur ce sujet, entre fermeté et reculade. La reculade intervient le 4 décembre avec Édouard Philippe qui annonce un moratoire sur la hausse de la taxe sur le carburant. Le lendemain, l'Élysée annonce l'annulation de la taxe.

    Or, le sujet de l'essence avait depuis plusieurs jours baissé en intensité, supplanté progressivement par la question institutionnelle, celle du pouvoir d'achat et par la problématique de la violence. Alors même que la question de l'essence a disparu comme une étincelle dans l'incendie qu'elle a déclenché, l'exécutif continue à appréhender le mouvement des gilets jaunes à l'aune d'une simple question de prix, alors qu'il s'agit déjà d'un proto conflit. Ce hiatus entre communication gouvernementale et opinion a été lourd de conséquences.

    Quelle importance pour les fake news dans ce genre de mouvement?

    François-Bernard HUYGHE.- En 1789, la foule croyait des rumeurs invraisemblables sur la sexualité de Marie-Antoinette ou sur des bandes armées. Sur les comptes Facebook en 2019, il circule - on ne va pas le nier - des choses invraisemblables: des gendarmes étrangers, des morts que l'on cacherait ou des attentats «bizarres». Ce n'est pas beau, mais, à la décharge des Gilets jaunes, le système de citation sur les réseaux sociaux, aggravé par le sensationnalisme médiatique, met vite en lumière les plus extrémistes et les plus délirants. En revanche je suis frappé par la façon dont des ministres répandent des légendes (sur des factieux bruns qui remonteraient les Champs-Élysées pour tuer, sur des complots russes ou italiens derrière les réseaux sociaux Gilets jaunes..), par la manière dont des experts voient des symboles d'extrême droite là où il y a un drapeau régional ou celui de l'Organisation Révolutionnaire Anarchiste, par des fautes des médias: propos de F. Ruffin déformés ou par la séquence d'une dame qui parlait des «1% d'extraterrestres super-riches» transformée en maniaque des OVNI par une coupure des derniers mots. Si les dirigeants et leurs partisans veulent faire campagne sur le thème «progressistes, parti du vrai et du nécessaire, versus populistes complotistes abreuvés de fake news», ils feraient mieux d'éviter ces délires idéologiques. Sans offenser Mme Schiappa qui se compare à Galilée qu'elle croit découvreur de la rotondité de la Terre.

    Damien LICCIA.- Les fake news ne sont en effet pas à sens unique. La France a basculé, comme avant elle le Royaume-Uni, les États-Unis ou encore l'Espagne dans une vision du monde et dans une manière de traiter les mouvements polico-sociaux, des brexiters, à l'alt right, en passant par les indépendantistes catalans pour arriver jusqu'aux gilets jaunes, qui n'excluent pas le recours à une forme de narratif que nous pouvons qualifier de méta-complotisme. Alors certes, ce narratif a été d'une intensité plus faible par rapport à l'ampleur qu'il a prise au Royaume-Uni, dans la phase post-Brexit, ou aux USA, avec la question de l'ingérence russe qui est devenue une antienne entêtante, mais reste que le 8 décembre les services de renseignement français ont ouvert une enquête sur une possible ingérence étrangère qui aurait cherché à amplifier la crise politique française. Fin décembre, le secrétaire d'État chargé du Numérique, Mounir Mahjoubi, a également repris ce narratif, sur des ingérences de «forces étrangères».

    S'il ne faut pas balayer cela d'un revers de main, il y a là une similarité discursive avec la dénonciation des «forces obscures d'en haut» par une frange des gilets jaunes.

    Vous insistez sur la réaction au mépris suscité par Emmanuel Macron dans la colère des Gilets jaunes. Pensez-vous qu'il en aurait été autrement sans ces «petites phrases» prononcées par le chef de l'État?

    François-Bernard HUYGHE.- Les manifestants le ressassent constamment. L'effet est totalement ravageur, parce que chacun se sent personnellement offensé par un homme à qui tout a réussi sans avoir vraiment à se battre et qu'ils présument à des années-lumières de la réalité qu'ils vivent. En inventant une communication jupitérienne et implicative (les yeux dans les yeux), Emmanuel Macron a inventé aussi un art de l'insulte et de l'humiliation inédit. On espère que c'est inconsciemment.

    François-Bernard Huyghe et Damien Liccia, propos recueillis par Etienne Campion (Figaro Vox, 25 janvier 2018)

    Lien permanent Catégories : Entretiens 0 commentaire Pin it!