Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2015

Dans les camps de la Libération, 1944-1945...

Les éditions Vendémiaire viennent de publier une étude originale de Laurent Duguet intitulée Incarcérer les collaborateurs - Dans les camps de la Libération, 1944-1945. Historien, Laurent Duguet est chercheur associé au Centre de Recherches Interdisciplinaires en Sciences humaines et Sociales à l’université Paul-Valéry Montpellier.

 

Incarcérer les collaborateurs.jpg

" Dès les premiers mois de la Libération, sur l’ensemble du territoire français, plusieurs dizaines de milliers de personnes soupçonnées de collusion avec l’occupant sont arrêtées puis incarcérées dans les camps d’internement. Dans la région de Marseille vont se côtoyer de véritables collaborateurs, de simples suspects, des civils italiens et allemands, une poignée de prisonniers de guerre, mais aussi des femmes et des enfants en bas âge.

Les directeurs de ces établissements sont confrontés chaque jour à des prisons surpeuplées, où les conditions d’hygiène sont déplorables, risquant à tout instant de propager des épidémies de rougeole ou de fièvre typhoïde, tandis que les denrées alimentaires et le matériel de base manquent cruellement. Comment, en effet, financer ces lieux ouverts à la hâte, comment recruter et rémunérer le personnel, comment assurer la surveillance et la protection des internés ?

Soixante-dix ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, en exploitant des archives jusque-là inédites, un historien consacre pour la première fois un livre au parcours de ces internés et nous fait découvrir la gestion quotidienne de l’épuration officielle. "

06/09/2014

Retour au camp n°1...

Les éditions Tallandier viennent de rééditer dans leur collection de poche Texto Le manifeste du camp n°1, un extraordinaire récit de Jean Pouget consacré aux méthodes de "rééducation" qui furent utilisées par les communistes vietnamiens pour briser moralement et physiquement les officiers français faits prisonniers au cours du conflit indochinois et les amener à signer un manifeste dénonçant le colonialisme de leur pays.

Officier saint-cyrien, Jean Pouget a fait partie des derniers volontaires à être parachutés sur le camp retranché de Dien Bien Phu en 1954 et est resté plusieurs mois prisonnier dans un camp du Viet Minh. Ce personnage charismatique et hors norme, auquel le journaliste Yves Courrière a consacré quelques pages étonnantes dans La guerre d'Algérie (tome 2 - Le temps des léopards), a quitté l'armée en 1960 et a poursuivi une carrière de grand reporter dans la presse.

 

Manifeste du camp n°1.jpg

"À travers les témoignages des survivants, l'auteur a reconstitué la genèse de ce manifeste.
Au moins autant que Le Zéro et l'Infini de Koestler, il montre comment, en certaines conditions, toutes les croyances les plus fermes peuvent s'effondrer. Avec un pouvoir d'évocation très rare, qui s'allie à une connaissance exceptionnelle du sujet, l'auteur a su faire revivre les personnages les plus variés, tous les types d'officiers, de milieu et de recrutement différents, qui se trouvent réunis au Camp n°1.
Il a aussi su dépeindre leurs protagonistes vietnamiens et montrer par maints détails les problèmes qui se posaient aux soldats de Ho Chi Minh. S'il sait recréer avec une véracité qui s'impose la foi du moine soldat qui était celle de l'armée du Viet Minh, il montre aussi l'endoctrinement constant auquel à tout moment étaient soumis les hommes et les officiers de l'armée populaire. Rien dans ce récit n'est faux sinon les noms des personnages.
Les officiers français qui connurent l'expérience du camp n°1 n'ont, pour la plupart, pas survécu."

 

 

31/03/2012

Le manifeste du Camp n°1...

Les éditions Tallandier viennent de rééditer Le manifeste du camp n°1, un extraordinaire récit de Jean Pouget consacré aux méthodes de "rééducation" qui furent utilisées par les communistes vietnamiens pour briser moralement et physiquement les officiers français faits prisonniers au cours du conflit indochinois et les amener à signer un manifeste dénonçant le colonialisme français.

Officier saint-cyrien, Jean Pouget a fait partie des derniers volontaires à être parachutés sur le camp retranché de Dien Bien Phu en 1954 et est resté plusieurs mois prisonnier dans un camp du Viet Minh. Ce personnage charismatique et hors norme, auquel le journaliste Yves Courrière a consacré quelques pages étonnantes de son histoire de la guerre d'Algérie, a quitté l'armée en 1960 et a poursuivi une carrière de grand reporter dans la presse.

Manifeste du camp n°1.jpg

"À travers les témoignages des survivants, l'auteur a reconstitué la genèse de ce manifeste.
Au moins autant que le Zéro et l'infini de Koestler, il montre comment, en certaines conditions, toutes les croyances les plus fermes peuvent s'effondrer. Avec un pouvoir d'évocation très rare, qui s'allie à une connaissance exceptionnelle du sujet, l'auteur a su faire revivre les personnages les plus variés, tous les types d'officiers, de milieu et de recrutement différents, qui se trouvent réunis au Camp n°1.
Il a aussi su dépeindre leurs protagonistes vietnamiens et montrer par maints détails les problèmes qui se posaient aux soldats de Ho Chi Minh. S'il sait recréer avec une véracité qui s'impose la foi du moine soldat qui était celle de l'armée du Viet Minh, il montre aussi l'endoctrinement constant auquel à tout moment étaient soumis les hommes et les officiers de l'armée populaire. Rien dans ce récit n'est faux sinon les noms des personnages.
Les officiers français qui connurent l'expérience du camp n°1 n'ont, pour la plupart, pas survécu."