Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2017

Bourdelle et l'antique...

Les éditions Paris Musées viennent de publier Bourdelle et l'Antiquité, une monographie consacrée au sculpteur Bourdelle signée par Claire Barbillon et Jérôme Godeau.

Bourdelle et l'antiquité.jpg

" A l'aube du XXe siècle, l'aventure de l'art moderne ressuscite un passé enfoui, celui de la Grèce la plus antique. Torse de Pallas, Apollon au combat, Héraklès archer, Pénélope, Le Centaure mourant... Antoine Bourdelle impose la force d'un travail qu'il veut "net, dépouillé et sans nuance". Décontenancée par la beauté "archaïque" de cette sculpture, la critique dénonce "un retour à l'idole du sauvage". Mais ce retour à l'origine inscrit Bourdelle au coeur des recherches plastiques les plus audacieuses de son temps, après celles de Puvis de Chavannes, Cézanne, Rodin, celles de Maillol, Denis, Matisse, Modigliani, Zadkine, jusqu'aux ruptures stylistiques de Picasso, Laurens et Lipchitz. Dans le laboratoire de l'archaïsme moderne des années 1890-1920, cet ouvrage rend à Bourdelle la place qui lui revient : l'une des premières. "

14/07/2017

Le sang des Anciens...

Les Presses universitaires de Rennes viennent de publier sous la direction de Lydia Bodiou et Véronique Mehl un ouvrage collectif intitulé L'Antiquité écarlate - Le sang des Anciens. Maîtres de conférence en histoire grecque, Lydia Bodiou et Véronique Mehl sont également les auteurs de La religion des femmes en Grèce ancienne : Mythes, cultes et société (PUR, 2009).

Bodiou_Antiquité écarlate.jpg

" Le sang est une substance à laquelle on prête de nombreux pouvoirs. Fluide biologique, réalité concrète de la vie qui palpite ou s’enfuit, plus ou moins épais, visqueux ou translucide, il est porteur de tout un imaginaire que les Anciens ont interrogé durant l’Antiquité gréco-romaine. Du sang du crime à celui du combat, du sacrifice à la mort du martyr, de la magie à la cuisine un univers rouge semble ressortir de cette Antiquité fantasmée. Marqué du sceau de l’ambivalence, il a quelque chose de magique : porteur de vie et de mort, le sang signe les saisons du corps féminin et annonce la mort quand il sourd de la blessure du guerrier : il est le baromètre de la vie qui dit aussi la parenté. C’est une histoire du sensible qui est menée ici par le liquide biologique vital, par la couleur, celle du sang rouge ou noir, de la pourpre. C’est aussi une histoire sociale car, par le sang c’est la transmission, la descendance et la filiation, la souillure, la pureté, les rites que l’on observe ; c’est encore une histoire de la guerre, du crime et de la justice. "

 

10/03/2017

La gloire des Grecs...

Les éditions du Cerf viennent de publier un essai de Sylvain Gouguenheim intitulé La gloire des Grecs. Médiéviste, Sylvain Gouguenheim, qui est l'auteur d'une étude sur les Chevaliers teutoniques et de Frédéric II - Un empereur de légende (Perrin, 2015), s'est fait connaître avec Aristote au Mont Saint-Michel - Les racines grecques de l'Europe chrétienne (Seuil, 2008), ouvrage qui a provoqué une violente polémique au moment de sa sortie. André Perrin a consacré à cette affaire un chapitre particulièrement éclairant de son essai Scène de la vie intellectuelle en France (Toucan, 2016)...

 

Gouguenheim_Gloire des Grecs.jpg

" Quel fut le rôle de l'empire byzantin dans l'essor culturel de l'Europe latine à l'époque de l'art roman ? C'est à Byzance, en effet, que fut recopiée la quasi-intégralité des œuvres de l'Antiquité grecque. Et c'est dans la cité impériale que la culture antique continua pendant des siècles à servir de socle à l'enseignement scolaire. Ce bagage byzantin fut transmis aux cours royales et aux abbayes de l'Europe à l'époque romane. On rencontre ainsi les influences artistiques byzantines à travers toute l'Europe des Xe-XIIe siècles, dans les vallées de la Meuse ou du Rhône, en Allemagne, jusque dans les royaumes scandinaves. De nombreux textes antiques furent alors traduits en latin puis commentés. Les routes et les intermédiaires humains par lesquels cette transmission s'est effectuée montrent un couloir de circulation reliant la Sicile, l'Italie du Sud, la vallée du Rhône, la cour de Champagne, les abbayes d'Île-de-France et de Normandie, le monde rhénan... C'est toute l'influence byzantine sur le monde latin, visible dans les fresques et les enluminures, dans la transmission d'ouvrages, d'abord religieux, puis savants que retrace dans cet essai magistral Sylvain Gouguenheim."

21/04/2016

L'Anabase, le périple des dix-mille...

Le troisième numéro d'Antiquité, le magazine de l'antiquité européenne est en kiosque. Publiée par les éditions Heimdal, cette revue trimestrielle est dirigée par George Bernage et Damien Bouet. Grâce à son abondante iconographie, sa consultation est un plaisir pour les yeux !...

 

Au sommaire :

LA GAULE ROMAINE : Lugdunum, Lyon antique (seconde partie)

HISTOIRE ROMAINE : Claude, un destin extraordinaire

CITÉ ANTIQUE : Appolonia d'Illyrie (deuxième partie)

ARMÉES ANTIQUES : Anabase, le périple des dix-mille

ARMÉES ANTIQUES : Herculiani, itinéraire d'une légion palatine

CIVILISATION : La maison gauloise (première partie)

CIVILISATION : L'Age du fer romain en Scandinavie

CIVILISATION : Les premiers forums

ART ANTIQUE : Jean-Léon Gérôme

CUISINE ANTIQUE : La cuisine grecque

COLLECTIONS ANTIQUITÉS : Le Musée Imaginaire : monnaies grecques

BIBLIOTHÈQUE : Livres, vidéos et expositions

 

03/09/2015

L'antiquité européenne à l'honneur !...

Les éditions Heimdal viennent de lancer un nouveau trimestriel, disponible en kiosque, intitulé Antiquité - Le magazine de l'antiquité européenne. Comme toujours avec cet éditeur, l'iconographie est particulièrement soignée.

Une belle et utile initiative à l'heure où nos gouvernants veulent effacer dans les les programmes scolaires les enseignements consacrés aux racines antiques de notre civilisation...

 

Antiquité 1.jpg

Au sommaire :

LA GAULE ROMAINE : Evreux et Vieil-Evreux , ville et sanctuaire,

HISTOIRE ROMAINE : Antonin Le pieux, symbole de la vertu romaine,

CITÉ ANTIQUE : Le temple d’Antonin et Faustine,

ARMÉES ANTIQUES : Le hoplite à Marathon et L’armée romaine augustéenne,

CIVILISATION : L’âge du fer en Scandinavie et Le vin gaulois,

MYTHES ET RELIGIONS : Les Vestales,

ART ANTIQUE : La Niobide mourante et Sir Laurence Alma-Taméda,

MYTHES ET LÉGENDES : Le Festin de Pélée et Le Groupe du Laocoon,

CUISINE ANTIQUE : La cuisine romaine,

COLLECTIONS ANTIQUITÉS : Le Musée Imaginaire,Des rubriques

BIBLIOTHÈQUE

EN BREF

18/02/2015

L'homme qui riait avec les dieux...

« Lucien Jerphagnon, un passeur qui redonne de la saveur aux questions éternelles.» Paul-François Paoli

« Jerphagnon pratiquait l'ironie socratique, le sarcasme et la joie. Il fut un grand professeur, de ceux qui préfèrent clarifier que conceptualiser. Lisez ses livres: ils sont indispensables pour quiconque entend résister à l'air du temps. » François Busnel

Le Livre de poche réédite dans sa collection Biblio, un essai de Lucien Jerphagnon intitulé L'homme qui riait avec les dieux. Philosophe et historien, spécialiste de la Rome antique, Lucien Jerphagnon, décédé en 2011, est notamment l'auteur de Julien dit l'Apostat (Seuil,1986).

Jerphagnon.jpg

" Sur un ton intime, allègre et érudit, Lucien Jerphagnon présente avec humour les grands thèmes de la pensée antique et dénonce des contre-vérités qui se sont installées. Il aborde aussi des sujets plus personnels : ses amis, ses affections et ses conversations avec les dieux. Des présocratiques à Vladimir Jankélévitch, ces pages posthumes portent un même message, qui nous rappelle qu’il faut conjuguer le présent avec la plus divine des obligations : « rire ». "