Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rester humble face au cours de la guerre...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue d'Alexis Feertchak, cueilli sur Geopragma et consacré aux évolutions possibles du conflit russo-ukrainien. Alexis Feertchak est journaliste au Figaro et membre fondateur de Geopragma.

 

Brouillard de la guerre (2).jpg

Rester humble face au cours de la guerre

La guerre fait partie de ces objets que l’on nomme complexes, non au sens prosaïque de « compliqué », mais au sens technique de « ce qui ne peut être réduit à plus simple que lui-même ». Le seul moyen de savoir sur quelle face un dé tombera est… de lancer le dé. Il en va largement de même pour la guerre : en prédire le cours n’est pas chose aisée, même quand tout semble déjà écrit. En 2003, l’invasion américaine de l’Irak commence le 23 mars et se termine dès le 1er mai. « Mission accomplished », ose alors le président George W. Bush. Une victoire américaine n’était-elle pas inéluctable étant donné le rapport de force ? Et pourtant, ce n’est que le début de la guerre. Elle se termine piteusement en 2011 par le retrait des forces américaines. Le 9 juin 2014, la ville de Mossoul est conquise par l’Etat islamique : rétrospectivement, le doute n’est plus possible, l’aventure américaine en Irak s’est bien soldée par une défaite. Le cours de la guerre obéit au règne de l’indétermination contre lequel tous les raisonnements déterministes achoppent un jour ou l’autre brutalement. La prudence doit être de mise pour un chef d’Etat quand il se fixe des buts de guerre ou quand il choisit l’usage de la force, dans le cas où il ne verrait pas d’autre solution pour sortir d’une impasse politique. Ce n’est pas pour rien que Napoléon demandait à ses généraux s’ils avaient de la chance. Non que certains auraient été choyés par la fortune, mais la chance, ça se travaille : savoir agir dans l’indétermination et commencer par la reconnaître est une vertu.

En Ukraine en 2022, les mêmes impairs ont été commis, des deux côtés. Qu’ils soient à Washington ou à Moscou, les « faucons » ont pour des raisons symétriques toujours surestimé la puissance de l’armée russe : les chars marqués de l’étoile rouge seraient à Kiev en quelques jours, pouvait-on entendre sur les plateaux télévisés, dans certaines chancelleries occidentales et probablement au Kremlin si on avait eu des oreilles jusque-là. Il n’en a rien été pourtant. Et il ne fait plus de doute aujourd’hui que l’Acte I de l’invasion russe de l’Ukraine a été un cuisant échec pour l’envahisseur. Ayant sous-estimé la volonté de se battre des Ukrainiens autant que leur solide préparation au combat organisée depuis 2014 par les Américains, les Russes ont connu dans la région de Kiev une déroute. Au-delà de leurs piètres qualités tactiques et opératiques, les Russes ont attaqué avec moins de 200.000 hommes un pays plus grand que la France sur trois fronts. C’était stratégiquement osé, voire présomptueux. Et l’évocation d’une guerre entre David contre Goliath était donc excessive quand on observe les principaux ordres de grandeur. L’avantage est certes du côté de Moscou, surtout en comptant les pièces d’artillerie, les avions et les blindés, mais les dernières estimations font état de 145.000 Ukrainiens au combat contre 160.000 Russes. On est bien dans le cadre d’un combat relativement symétrique, les Ukrainiens compensant en partie leurs faiblesses notamment par l’atout précieux du renseignement américain et aujourd’hui par la fourniture occidentale d’armes lourdes.

Les rebondissements dans la guerre font que les opinions publiques oscillent déraisonnablement. Au commencement, la victoire russe apparaissait inéluctable. Puis le mythe de David contre Goliath a fait son œuvre : archaïque, corrompue, alcoolisée, désordonnée, démoralisée, décontenancée, désarmée, déshonorée, l’armée russe allait s’incliner face à une armée ukrainienne soudée, héroïque, agile, coordonnée, soutenue par ses alliés et portée par la providence. Vladimir Poutine allait voir son régime emporté par une défaite militaire prochaine. Et si cela ne suffisait pas, les sanctions feraient leur œuvre. Isolée et mise au ban de la communauté internationale, la Russie ne résisterait pas à cette tentation mortifère de restaurer l’Empire russe dans ses frontières historiques les plus étendues.

De tout cela, il n’a rien été. Les sondages de l’institut Levada – classé comme agent de l’étranger à Moscou – révèlent que la population russe fait globalement bloc autour de Vladimir Poutine et de l’«opération militaire spéciale» – même si c’est pour partie peut-être plus par fatalisme que par enthousiasme. Soutenu par les achats occidentaux de gaz et de pétrole, le rouble s’est redressé, au point d’atteindre un niveau jamais atteint depuis 2015. Cela ne signifie évidemment pas que l’économie russe ne traversera pas une zone de profondes turbulences dans les prochains mois, mais force est de constater que le grand effondrement n’a pas encore eu lieu. De même, seule la communauté occidentale se détourne de Moscou : le reste du monde, qui représente bien plus de la moitié de la population mondiale, observe en spectateur une guerre qui ne le concerne pas. 

Sur le terrain militaire, l’Acte II de la guerre en Ukraine, qui se déroule essentiellement dans le Donbass, tourne pour l’instant à l’avantage de Moscou : aidées par la puissance de feu de leur artillerie et par leur dominance – certes incomplète – dans les airs, les troupes russes ont percé en plusieurs points les fortifications ukrainiennes établies depuis 2014 et réduisent lentement mais sûrement les Ukrainiens dans des poches. La tenaille qui se forme au nord depuis Izium et au sud depuis Popasna place Kiev dans une situation inextricable : battre la retraite tant qu’il est encore temps ou recréer à Sieverodonetsk, à Lisichansk, à Lyman voire à Bakhmut des petits Marioupol. D’ici la fin de l’été, le même dilemme pourrait se présenter à Kramatorsk et à Sloviansk. Rien de tout cela n’est inéluctable : une contre-offensive ukrainienne – aujourd’hui arrêtée – par l’oblast de Kharkiv pourrait contraindre par le nord la manœuvre d’enveloppement russe si celle-ci voit ses lignes logistiques menacées. De même, l’on ne peut exclure non plus une contre-offensive sur le front du Sud à Kherson : si les Ukrainiens réalisaient une percée à travers la seule capitale régionale que contrôle Moscou, ils s’approcheraient de la Crimée et menaceraient le seul gain stratégique obtenu aujourd’hui par la Russie, à savoir la création d’un corridor terrestre entre la péninsule criméenne et les deux territoires séparatistes de Donetsk et Lougansk.

Et si – et seulement si – Moscou parvenait d’ici la fin de l’été à ses fins dans le Donbass, quid de la suite ? Russes et Ukrainiens seront-ils prêts à une paix négociée qui aboutirait de facto à des gains russes équivalents à 120.000 km2 (en comptant les oblasts de Lougansk, de Donetsk, de Kherson, la moitié de celui de Zaporijjia, ainsi que l’ensemble de la Crimée) ? Cela représente quatre fois la taille de la Belgique, une fois et demi l’Autriche, trois fois le Danemark ou la moitié du Royaume-Uni. Ou est-ce que Vladimir Poutine disposera des forces pour consolider ses positions et se fixer de nouveaux objectifs militaires ? On peut en imaginer plusieurs : les Russes pourraient tenter de pousser plus à l’Ouest vers Odessa – en passant par Mikolaïv – de sorte à rejoindre la Transnistrie – territoire séparatiste prorusse de Moldavie, ce qui reviendrait à priver l’Ukraine de tout accès à la mer en recréant la Novorossia, province de l’Empire russe constituée au 19ème siècle des territoires conquis à l’Empire ottoman ? Et/ou chercheront-ils à remonter le long du Dniepr en attaquant les capitales régionales de Zaporijjia puis de Dniepro ? Ou tenteront-ils une nouvelle fois de prendre Kharkiv, deuxième ville d’Ukraine par sa population ?

Tous ces scénarios de prospective nous projettent en réalité déjà à l’hiver 2022, voire en 2023. D’ici-là, quelle sera la situation énergétique en Europe ? À combien les prix à la pompe et les factures d’électricité et de gaz s’élèveront-ils ? Le sentiment pro-ukrainien des opinions publiques occidentales sera-t-il toujours aussi puissant ou s’émoussera-t-il ? L’unité politique des Etats occidentaux se maintiendra-t-elle ou des divisions surgiront-elles sur l’étendue des sanctions, que l’on entraperçoit déjà ? À combien le nombre de réfugiés ukrainiens en Europe se chiffrera-t-il ? Joe Biden remportera-t-il les « midterms » aux Etats-Unis ? Volodymyr Zelensky sera-t-il toujours auréolé, en Ukraine et en Occident, de la même couronne d’épine qui lui offre la gloire dans la douleur ? Et que diront les Russes si la guerre s’installe dans la longue durée ? Toutes ces questions se posent déjà, mais aucune réponse ne peut rationnellement être apportée aujourd’hui. C’est à travers cette myriade de questions, toutes intriquées, que se forme un brouillard d’incertitude et que se déploie la complexité d’une guerre dont le cours n’est pas prévisible. Ce serait pécher par orgueil que de répondre trop tôt à ces questions, mais les ignorer serait inconséquent. Par-delà les passions politiques, même vertueuses, rester humble face à la guerre est un moindre mal sans doute insuffisant, mais au moins nécessaire. 

Alexis Feertchak (Geopragma, 24 mai 2022)

Lien permanent Catégories : Points de vue 0 commentaire Pin it!

Écrire un commentaire

Optionnel