Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Henry de Montherlant, professeur d'énergie...

    Le trente-deuxième numéro de la revue Livr'arbitres, dirigée par Patrick Wagner et Xavier Eman, est en vente, avec un dossier central consacré à Henry de Montherlant...

    La revue peut être commandée sur son site :  Livr'arbitre, la revue du pays réel.

     

    Livr'arbitres 32.jpg

    Au sommaire de ce numéro :

    Éditorial

    Plaisirs solittéraires

    Nouveauté

    Coups de cœur

    Eric Faye

    Jean-Pierre Montal

    Gérald Sibleyras

    Portrait

    Henry de Montherlant

    Entrevue

    Michel Bernard, prix Vialatte 2020

    Dossiers

    Pour un théâtre en liberté

    Polar

    Actualité

    Domaine étranger

    Clio-panorama

    Journal

    Jacques Lemarchand

    Essai

    Alain de Benoist

    Réédition

    Pierre Drieu la Rochelle

    Réflexion

    Eugenio Corti - Joseph Mallègue

    In Memoriam

    Jean Dutourd

    Denis Tillinac

    Bande dessinée

    En prose

    Nouvelle

    Lien permanent Catégories : Revues et journaux 0 commentaire Pin it!
  • Migrants mineurs : l’aveuglement idéologique du gouvernement et des médias...

    Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Paul Tormenen, cueilli sur Polémia et consacré à la question des migrants mineurs, qui rentrent en masse, et clandestinement, dans notre pays. Paul Tormenen estjuriste et spécialiste des questions migratoires.

     

    Migrants_Mineurs.jpg

    Migrants mineurs : l’aveuglement idéologique du gouvernement et des médias

    Les mobilisations pour la régularisation de jeunes migrants qui ont été pris en charge par l’aide sociale à l’enfance se multiplient. En pleine crise économique, la pléthore de postes à pourvoir dans certains secteurs de l’économie justifierait selon leurs défenseurs qu’un titre de travail leur soit octroyé à leur majorité. Le gouvernement déploie pour sa part des mesures pour favoriser l’insertion professionnelle et la pérennisation du séjour en France des jeunes étrangers. Cette politique ne fait pourtant qu’attiser l’afflux massif de clandestins.

    Des tranches de vie à foison dans les médias régionaux

    Ces derniers temps, les médias locaux abondent de récits de mobilisations pour la régularisation de jeunes migrants qui ont été pris en charge par l’aide sociale à l’enfance.

    Mallé, un jeune Malien sommé de quitter le territoire alors qu’un patron est prêt à le prendre en apprentissage dans sa boucherie, Mamadou, un Guinéen dont l’employeur, un boulanger, est en grève de la faim pour le faire régulariser, etc. : ils seraient nombreux à être dans la même situation. Arrivés en France et présumés mineurs, pris en charge à grands frais par l’aide sociale à l’enfance, ils s’engagent dans une formation professionnelle, souvent en apprentissage. Mais certains, à leur majorité, reçoivent des services de l’État une obligation de quitter le territoire français.

    Dans leur combat pour obtenir un titre de travail, les jeunes extra-Européens peuvent compter sur le soutien de multiples associations : Cimade, Patrons solidaires, Syndicat des avocats de France, Avocats pour la défense des droits des étrangers, etc. (1).

    Le gouvernement multiplie les mesures pour favoriser le maintien des « Mineurs non-accompagnés » en France

    Selon les associations immigrationnistes, les jeunes extra-Européens seraient donc de plus en plus nombreux à être sommés de quitter le territoire français à leur majorité. Pourtant, tant les statistiques sur les éloignements du territoire que les récentes annonces du gouvernement contredisent totalement cette assertion (2).

    La ministre du Travail était d’ailleurs catégorique début janvier : « La logique pour les mineurs non accompagnés, s’engageant dans des formations, est qu’ils puissent au bout de deux ans, continuer à travailler en France si tout s’est bien passé » (3).

    Le gouvernement a pris plusieurs initiatives allant dans ce sens :

    • comme nous le soulignions récemment, le ministre de l’Intérieur a adressé en septembre 2020 une instruction aux préfets visant à éviter toute « rupture de droits » à la majorité des mineurs non accompagnés, afin de « favoriser leur parcours vers l’emploi » (4) ;
    • le secrétaire d’État à la protection de l’enfance annonçait le 27 janvier 2021 « l’accompagnement de tous [les jeunes majeurs issus de l’ASE, N.D.L.R] vers l’emploi ou la formation et une allocation de 500 € par mois » (5).
    • dernière annonce en date, la ministre chargée de la citoyenneté a, dans une instruction du 17 février 2021, présenté aux préfets la politique d’intégration des « primo-arrivants » (comprendre : très majoritairement des extra-Européens arrivés récemment en France) (6).

    L’instruction décline les moyens à mettre en œuvre, dont le budget a doublé depuis le début du quinquennat du président Macron.

    La ministre y souligne la priorité donnée par le gouvernement à l’intégration des étrangers primo-arrivants et demande aux préfets d’inscrire leur emploi « dans [le] dialogue avec les entreprises et tout particulièrement dans les instances de pilotage du plan de relance ».
    Le plan de relance du gouvernement, dont le budget avoisinerait les cent milliards d’euros, prévoit notamment un « plan jeunes », avec une enveloppe de sept milliards d’euros et des aides à l’embauche de 4 000 euros pour les moins de 25 ans et de 5 000 euros pour recruter un alternant (7). Il y a donc des arguments de poids dans ce « dialogue » avec les entreprises.

    Le plan de relance serait-il une occasion pour le gouvernement de permettre de pourvoir des emplois vacants par des jeunes migrants ? Et si cette politique présentée comme humaniste était le comble de l’aveuglement et de l’idéologie cosmopolite ?

    Les emplois vacants, un vrai problème, mais pour quelle solution ?

    L’existence d’un important stock d’emplois vacants en France, malgré le chômage de masse, n’est pas une nouveauté. Les secteurs de la boulangerie-pâtisserie, de la restauration et de la mécanique seraient particulièrement touchés par la pénurie de candidats (8). Le gouvernement et certains employeurs ont donc une solution clefs en main pour tenter de résoudre ce problème, l’accueil de jeunes extra-Européens, dont les efforts lors de leur formation ou de leur activité professionnelle seront récompensés par un précieux sésame à leur majorité : un titre de séjour et de travail. On imagine la motivation des jeunes migrants. Mais cette solution, qui semble la plus rapide pour pourvoir les emplois vacants, comporte de nombreux inconvénients, outre son coût faramineux.

    Les emplois vacants, miroir de la société

    La vacance de nombreux emplois en France est le miroir de problèmes que le gouvernement refuse à prendre à bras-le-corps :

    – Un problème de formation et d’éducation : de nombreux employeurs se plaignent que de nombreux jeunes manquent de motivation au travail et ont un comportement qui laisse à désirer. Cette déficience, due tant à l’absence d’éducation par certains parents qu’aux carences d’une partie du système scolaire, est le résultat d’une idéologie soixante-huitarde et d’une sous-culture des cités qui ne cessent de faire des dégâts (9). On pourrait aussi parler de la dévalorisation irresponsable des métiers manuels.

    – Il est beaucoup plus intéressant pour de nombreux jeunes de banlieue d’exercer le commerce illicite mais très lucratif de la drogue que de travailler 35 heures pour gagner le SMIC. Le gouvernement actuel, comme les précédents, refuse de donner un coup de pied dans la fourmilière de cette économie souterraine. Il porte donc une partie de la responsabilité de ce problème.

    – À l’heure où le gouvernement étend le bénéfice de la Garantie jeunes, une sorte de RSA pour les jeunes âgés de 18 à 25 ans, notamment aux mineurs non accompagnés, la fameuse « activation des dépenses sociales » relève plus que jamais du serpent de mer. En 1998, la loi instituant le revenu minimal d’insertion (RMI) visait à assurer l’insertion sociale et professionnelle de ses bénéficiaires (10). Pourtant, cette fameuse insertion professionnelle d’allocataires toujours plus nombreux des minima sociaux ne semble visiblement plus une priorité pour le gouvernement.

    – Nouvelle illustration de ce manque de sens des priorités : les jeunes sont de plus en plus nombreux à avoir abandonné tout espoir d’insertion professionnelle. Ils étaient ainsi près de 900 000 en 2018 à être sans études, sans emploi ni formation, un chiffre qui doit être bien supérieur avec la crise économique actuelle (11).

    Le gisement de candidats potentiels aux postes non pourvus existe bel et bien en France, à condition que l’on veuille bien s’en occuper. Quel sens y a-t-il dans ce contexte à faire de l’accès à l’emploi des jeunes extra-Européens une priorité ?

    **********

    En dépit de la situation déplorable du pays, le gouvernement refuse d’organiser l’indispensable moratoire de l’immigration. Tout comme il refuse de revenir sur le droit existant qui permet à des extra-Européens d’obtenir une prise en charge intégrale en se prétendant mineurs ou demandeurs d’asile. Pourtant, faire de l’insertion des primo-arrivants une priorité revient à leur donner un avantage sur le marché du travail. Pire, les mesures adoptées – sécurisation juridique du séjour à la majorité, versement d’une allocation, effort considérable pour l’accès à l’emploi – ne vont faire qu’attiser l’immigration clandestine qui se presse aux guichets de l’aide sociale à l’enfance et des demandes d’asile.

    Ce mélange d’idéologie et d’aveuglement va être rapidement intenable. Aucun droit n’est intangible, comme nous l’a montré la remise en cause du droit du sol à Mayotte (12). La remise en cause de l’aide sociale à l’enfance et de l’asile dans leur forme actuelle apparaît plus que jamais urgente.

    En 1914, Jean Jaurès s’exprimait dans L’Humanité : « … il faut empêcher aussi que cette main-d’œuvre étrangère soit employée par le patronat comme un moyen d’évincer du travail les ouvriers français et d’avilir leurs salaires ». C’était il y a presque un siècle. Ses propos n’ont pas pris une ride (13).

    Paul Tormenen (Polémia, 5 mars 2021)

     

    Notes :

    (1) « Laye Traoré, l’apprenti boulanger devenu le visage de la galère des jeunes étrangers en France ». InfoMigrants. 26 janvier 2021.
    (2) Chiffres clés de l’immigration. Les éloignements 2020. Ministère de l’Intérieur. 21 janvier 2021.
    (3) « Apprenti guinéen menacé d’expulsion : la position d’Élisabeth Borne ». maCommune.info. 8 janvier 2021.µ
    (4) Instruction du ministre de l’Intérieur relative à l’examen anticipé des demandes de titres de séjour des mineurs étrangers confiés au service départemental de l’aide sociale à l’enfance. 21 septembre 2020.
    (5) « Interdiction du placement en hôtel, création d’un fichier national des agréments… Adrien Taquet dévoile ses mesures pour les enfants placés ». France Info. 27 janvier 2021.
    (6) Instruction du 17 février 2021 sur les priorités 2021 de la politique d’intégration des primo-arrivants et des bénéficiaires de la protection internationale. Ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, chargée de la citoyenneté.
    (7) « Plan 1 jeune 1 solution » du plan de relance. Ministère du travail.
    (8) Cf. (1).
    (9) « Emploi : les jeunes doivent changer leur comportement ». Le Journal de Saône-et-Loire. 26 janvier 2014.
    (10) « Création du revenu minimum d’insertion (RMI) par Michel Rocard, Premier ministre ». Site du gouvernement. 9 décembre 2013.
    (11) « Plus de 900 000 jeunes sans études, ni emploi, ni formation en 2018 ». Le Figaro. 7 février 2020.
    (12) « Mayotte : retour sur le parcours législatif de la limitation du droit du sol ». Public Sénat. 22 octobre 2019.
    (13) « Socialistes et migrations ». Gilles Candar. Fondation Jean Jaurès. 5 octobre 2016.

    Lien permanent Catégories : Points de vue 0 commentaire Pin it!