Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/09/2017

Sortir de l'aporie ?

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Xavier Eman, cueilli sur son site A moy que chault ! et consacré à la guerre des lignes au sein de la mouvance nationale.

Animateur du site d'information Paris Vox et collaborateur de la revue Éléments, Xavier Eman a récemment publié un recueil de ses chroniques corrosives intitulé Une fin du monde sans importance (Krisis, 2016).

Ligne Marion_Ligne Philippot.jpg

Sortir de l'aporie

Je ne fais pas partie des gens qui pensent que l'horizon indépassable de la politique se limite aujourd'hui à un choix douloureux et cornélien entre la « ligne Philippot » (socialo-étatisto-souverainiste) et la ligne « Marion » (identitaro-catho-droitarde)... Tout d'abord parce que ces positions me semblent toutes deux porteuses d'impasses, d'oxymores, de simplifications, d'insuffisances et d'approximations trompeuses ... Ensuite, parce que cette dichotomie reste étroitement imbriquée à une vision de la politique « stratégique » et « communicationnelle » qui me semble inévitablement vouée à l'échec. Or, si l'on voulait véritablement rompre avec les pratiques et les concepts qui ont échoué jusqu'à présent, c'est justement à cette approche « clientéliste » et « managériale » de la politique qu'il faudrait totalement tourner le dos.

Aujourd'hui, on fait de la politique comme on fait du marketing et celle-ci se borne donc à être un vulgaire « placement de produit ». On détermine des « cibles » (ouvriers, classes moyennes, retraités...) que l'on veut séduire et on bricole à leur intention un programme correspondant à leur « attentes » et leurs « intérêts » supposés. Une fois cette « offre » lancée sur le marché électoral, on espère que la somme des « cibles visées » atteigne le chiffre nirvanaesque de 51%.

« Allez dites-nous ce qui ne vous a pas plu la dernière fois, qu'on le modifie ou qu'on l'enlève ! Vous souhaitez un peu plus de ça, un peu moins de ceci ? Dites nous, on s'arrange !Ici c'est comme chez Subway, composez vous-même votre tartine de merde ! ». Au final, ce n'est même plus de la soupe, mais un insipide brouet constitué des glaviots revendicatifs des uns et des autres...

Il s'agirait donc, si l'on était vraiment radicaux et pourquoi pas « révolutionnaires », ce mot qui fait désormais rigoler tous les doctes et les gens dits sérieux, totalement inverser le processus, établir un programme basé sur l'analyse, l'expérience, les valeurs et la volonté, autour d'un objectif clair, défini, solide et immuable qui ne soit pas soumis aux aléas de la mode, des humeurs de « l'opinion » ou des contingences de la météo. Une fois ce programme établi, il faudrait l'exposer, le présenter, fermement et sereinement, le diffuser, chercher à l'appliquer à petite échelle pour tenter de le concrétiser et si possible de « l'exemplariser », l'imposer ainsi petit à petit dans l'espace public.

Ce sont les gens qu'il faut rallier au programme et non le programme qu'il faut adapter aux desiderata de la multitude des individus, des groupes sociaux, des factions, des lobbys... Ne pas chercher à flatter les intérêts particuliers mais tendre au Bien commun, au delà de tous les clientélismes boutiquiers. Nous ne devons pas être le syndicat de défense de telle ou telle catégorie, de telle ou telle classe, de tel ou tel groupe mais les porteurs d'une idée et d'un projet au service du pays et du peuple dans leur intégralité.

Nous ne sommes pas marxistes, ainsi nous ne jouons pas les « les pauvres contre les riches », manichéisme vain et niais, mais nous voulons la Justice Sociale, c'est à dire l'équilibre, la décence et la complémentarité au sein d'une communauté organique et solidaire. Nous ne sommes pas libéraux, donc nous n'opposons les libertés individuelles à l'Etat, mais faisons du second le garant des premières face à l'ubris et la rapacité sans limite des appétits de certains. Nous rejetons l'étiquette de « droite », à jamais souillée par l'égoïsme de classe et le matérialisme productiviste. Nous refusons tout autant celle de « gauche », définitivement discréditée par la xénophilie masochiste et le mondialisme uniformisant. Nous sommes la troisième voie, celle qui les terrifie tant qu'ils n'ont de cesse de l'insulter, de la calomnier et de la criminaliser. Nous devons réaffirmer ce que nous sommes, et non nous travestir, endosser des costumes qui ne sont pas taillés pour nous, tenter de jouer avec leurs règles, leurs codes, leur vocabulaire.

Après des années de calculs, d'alliances contre-nature, de billard à quinze bandes, de géostratèges génialement funambulesques, de masques, de triple discours, de pragmatisme gamellard et de « dédiabolisation » larvesque, pourquoi ne pas essayer la sincérité et la conviction ? De toute façon, ça ne peut pas être pire...

Xavier Eman (A moy que chault ! , 14 septembre 2017)

14/08/2017

Esclaves empressés...

 Nous reproduisons ci-dessous un point de vue grinçant de Xavier Eman, cueilli sur son blog A moy que chault ! et consacré aux esclaves empressés sur lequel le système libéral capitaliste s'appuie...

Collaborateur de la revue Éléments, il a récemment publié un recueil de ses chroniques intitulé Une fin du monde sans importance (Krisis, 2016).

 

Vuitton_queue.jpg

Esclaves empressés

L’abject système libéral capitaliste – celui de la névrose consumériste, de l’indifférence à l’autre et au Bien Commun, de l’exploitation et de l’accumulation sans fin, du ravage écologique, de l’enlaidissement du monde, du chaos ethnique et culturel… – se nourrit grandement – pour assurer sa survie et sa prorogation - de l’adhésion d’une masse d’individus, véritable armée de quasi-bénévoles, qui en sont les victimes mais pourtant, dans le même temps, les  complices afférés et les vigoureux zélateurs. Ce sont les nouveaux « idiots utiles ». On les reconnaît facilement… C’est ce grand lecteur d’ « Investir » et de « Winner magazine » qui voyage en second classe dans le train, c’est votre voisin de demi-place sur Ryanair plongé dans les pages Eco du Figaro, c’est ce beau-frère qui passe des nuits blanches devant « Trading.com » après avoir placé en bourse sa prime de Noël et la moitié de son Livret A, ce sont ces « jeunes cadres dynamiques » qui parlent « bizness », « objectifs » et « stratégie financière » en avalant leur menu à 15 euros 50 chez Buffalo Grill, ce sont ces couples qui écument les « offres promotionnelles », les « bons plans » et les « réservations de dernière minute » pour tenter d’accéder à des lieux et des établissements « de luxe » où il passeront immanquablement pour les ploucs et les gagne-petit de service, c’est ce garçon de café et cette secrétaire qui économisent avec acharnement, bouffent des raviolis et font des heures supplémentaires pour se payer lui une Rolex, elle un sac Vuitton…

Bref ce sont tous ceux qui « voudraient avoir l’air mais n’ont pas l’air du tout », qui « aimeraient en être » mais n’en seront jamais… et dont les aspirations vaines (même si l’on exhibe de temps en temps un magnifique et coruscant néo-milliardaire « parti de rien » pour entretenir la flamme…), et finalement pathétiques, nourrissent le moteur jamais rassasié de ce système qui les a transformés en tristes guignols, toujours aigres et insatisfaits, éternels enfants un peu demeurés courant désespérément derrière un père noël fantasmé qui est en réalité un père fouettard.

Xavier Eman (A moy que chault !, 26 juillet 2017)

25/07/2017

Face aux fondamentalismes, ia réponse polythéiste !...

Le nouveau numéro de la revue Eléments (n°167, août - septembre 2017) est disponible en kiosque.

A côté du dossier consacré à l'actualité du polythéisme face aux fondamentalismes, dans lequel on pourra lire, notamment, un échange entre Michel Onfray et Alain de Benoist,  on trouvera les rubriques «Cartouches», «Le combat des idées» et «Panorama» , avec de nombreux articles passionnants sur des thèmes aussi variés que la musique industrielle, la série Twin peaks, le lynchage médiatique ou la bombe démographique africaine. Une mention spéciale pour la couverture et sa charmante Grâce, qui nous livre son plus beau profil !...

Bonne lecture !

Vous pouvez commander ce numéro ou vous abonner sur le site de la revue : http://www.revue-elements.com.

 

Eléments 167.jpg

 

Au sommaire de ce numéro :

Éditorial

Les mœurs

Forum

L’entretien

Le renouveau de la presse d’opinion

Cartouches

Le regard d’Olivier François : La liberté Daudet

Une fin du monde sans importance par Xavier Eman

Cinéma : Bernard Menez

Champs de bataille : La pluie de Valmy

Musique : Aux sources du jazz

Sciences

Le combat des idées

De quoi le terrorisme est-il le nom ?

L’Europe est-elle condamnée à subir le terrorisme ?

À l’école du lynchage médiatique

Quel sens donner à la guerre ?

Les migrations pour les nuls

Face au second choc migratoire, par Jean-Paul Gourévitch

La bombe démographique africaine, par Bernard Lugan

La décroissance : entretien avec Serge Latouche

Chávez, une révolution inachevée

La musique industrielle et la vieille Angleterre

Twin Peaks le retour

Éric Rohmer, un héritier du Grand Siècle

Sa majesté Wyndham Lewis

Le centenaire de Léon Bloy

Dossier

Face aux fondamentalismes, la réponse polythéiste

Pour un réenchantement païen du monde

La rencontre : Michel Onfray, Alain de Benoist

Cheyenne-Marie Carron coté chrétien

Cheyenne-Marie Carron côté païen

Ces écrivains catholiques que le polythéisme attire

Claude Seignolle, le réenchanteur

Panorama

L’œil de Slobodan Despot

Série télé : Incorporated, la Metropolis du futur

Philosophie : Qu’est-ce que la détresse ?

L’esprit des lieux : Rome

C’était dans Éléments : Les écrivains ressuscitent les dieux

Éphémérides

 

10/07/2017

L'autre grande peur des bien-pensants !...

Le vingt-deuxième numéro de la revue Livr'arbitres, dirigée par Patrick Wagner et Xavier Eman, est en vente, dans une nouvelle formule, avec notamment un dossier consacré à Léon Bloy, mort le 28 décembre 2016...

La revue peut être commandée sur son site :  Livr'arbitre, la revue du pays réel.

 

léon bloy,patrick wagner,xavier eman,olivier maulin,jean-jacques langendorf,michel marmin,jean galtier-boissière,crapouillot,léon daudet,guy hocquenghem

Au sommaire de ce numéro :

Éditorial

Plaisirs solittéraires

Coup de cœur

Martinet, t'as le bonjour d'Alfred

Nouveautés

Le rayon bleu, métaphysique du nucléaire

Une lucidité de petit prodige

Maulin en hors-piste

Polar

Un polar vraiment français

Dossier Léon Bloy

Léon Bloy, vie et oeuvre

Léon Bloy : une âme à l'épreuve du salut

(E)vocation de Léon Bloy

Furieux ou rigolo ?

Léon Bloy le signifiant

Léon Bloy et la sainte vertu de l'insulte et de l'intolérance

Léon Bloy poète ?

Les Mendiants de l'infini

Léon Bloy et le Périgord

Léon Bloy, l'évangéliste de l'océan

Le Désespéré ou Léon Bloy le va-nu Christ

La femme pauvre - Épisode contemporain

Vae divitibus !

2011 Léon Bloy, Journal inédit

Rumeurs et ragots autour de Léon Bloy

Portraits

L'autre Jean-Jacques

Le dernier grand historien militaire suisse romand

Enfin Langendorf vint !

Vincent la Soudière, le poète des limbes

Biographies

Maurice Genevoix, un écrivain majeur de la littérature française

Genevoix, habiter poétiquement le monde

Michel Marmin, mise en lumière

Gide et la «Petite dame» : si éloignés et si proches de nous

Dossier Le Crapouillot d'hier à aujourd'hui

Jean Galtier-Boissière, fondateur du Crapouillot

Nostalgie du Petit Crapouillot

Le Crapouillot nouvelle version

Essais

Le nouveau Montaigne

L'écologie politique autrement

Dictionnaire

Dictionnaire amoureux du Québec

Pléiade

Les Choses et leur nature

Redécouverte

Un critique nommé Léon Daudet

Guy Hocquenghem ou les rêves d'un délinquant

Joseph Malègue

In memoriam

Octave Mirbeau, ne ratez pas la correspondance !...

Vagabondage

Solitaires hauteurs

Récit de voyage

Mousson d'hiver

06/07/2017

Jupiter rend fous ceux qu'il veut perdre..

 Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Xavier Eman, cueilli sur son blog A moy que chault ! et consacré à la sidération extatique provoquée par l'élection d'Emmanuel Macron...

Collaborateur de la revue Éléments, il a récemment publié un recueil de ses chroniques intitulé Une fin du monde sans importance (Krisis, 2016).

 

Jupiter.jpg

Jupiter rend fous ceux qu'il veut perdre...

La Macronite, ce syndrome psycho-pathologique délirant qui, pour le coup, « dépasse les clivages partisans », « annule la dichotomie droite/gauche » et produit sans discrimination des malades de tous milieux et de toutes origines, ne doit pas être pris à la légère, bien au contraire. On pourrait simplement s'en agacer, en être profondément navré et passer à autre chose en se disant qu'il s'agit juste là d'un énième accès d'enthousiasme débilo-béat gaullo-napoléonien dont sont friands les français et qui leur donne des poussées de fièvre quasiment à chaque nouvelle élection... Il y aurait aujourd'hui la Macronite comme il y a eu hier la Sarkozyte... Hélas, ce n'est pas si bénin. Le mal est bien plus grave et plus profond. Tout d'abord parce qu'il touche ceux qui, jusque là, faisaient justement profession de « distance », de « mesure », de réticence aux « emballements  médiatiques » et de défiance vis à vis des « manipulations communicationnelles »... Or, dorénavant, il suffit de lire et de tendre l'oreille pour se rendre compte que même les plus habituellement sceptiques d'entre eux sont touchés par les miasmes macronolâtres... L'ahurissement est général, absolu. Pas un qui ne concède « l'habilité » de l'homme ou honore, même à demis mots, « la stature » du commis bancaire au physique avantageux d'acteur de série B américaine... On parle, sans rire et même sans rougir, de « retour à la verticalité » et de « restauration de la fonction présidentielle »... Quand on ne l'a pas directement rejoint, on affirme « respecter » un adversaire « à la hauteur duquel il va falloir s'élever ».... Concernant un homme qui n'a encore rigoureusement rien fait à part de l'agitation médiatique, c'est tout-à-fait stupéfiant, sidérant même. Oublié le ministre de l'économie du gouvernement le plus catastrophique de la Ve République, l'homme de Rotschild et des lobbys pharmaceutiques, le vendeur d'aéroports aux chinois, le dément hurleur de fin de meeting, le négateur de la culture française, le gérontophile bisexuel... Place à l'homme qui a serré la main de Donald Trump sans se tordre de douleur et se mettre en position foetale, l'homme qui a invité Poutine sans lui cracher à la gueule dans les couloirs de Versailles, le mec qui est trop beau et trop conquérant sur sa photo officiel, le grand stratège, le visionnaire, l'astre du renouveau, le grand marabout ! Et tout le monde de courir avec enthousiasme et avidité au secours de la victoire du Kennedy que l'on n'attendait plus ! Et si « l'imprévu dans l'histoire », c'était Macron ? Ceux qui n'osent pas encore le dire le pensent déjà à moitié... Rien que ça ! Le pire – et c'est en ça que le mal est bien plus tragique qu'on pourrait le penser – est qu'il n'y a pas que de l'opportunisme, de la veulerie ou de la naïveté dans ces attitudes, il y a aussi la révélation d'un profond désespoir, d'une complète déshérence... La vague Marine transformée en clapotis de sentine boueuse, les aspirations révolutionnaires reléguées au rang de pièces de musées pour adolescents attardés, les perspectives sont tellement bouchées, pour ne pas dire totalement nulles, qu'on se raccroche désormais, avec frénésie, à tout ce qu'on peut et, bien sûr, surtout à n'importe quoi... On cherche fiévreusement des « signes », des « lueurs », des « éléments positifs » comme des affamés traquent la noix de coco sur une île déserte... Le ministre de l'Education évoque son intention d'envoyer « Les fables de la Fontaine » aux élèves de CM2 qui peineront a en décrypter le titre et s'épuiseront à en comprendre les trois premières lignes ? C'est le retour des « Hussards noirs de la République », la refondation d'une « école de l'excellence » et l'aube d'une méritocratie « rénovée » ! Le président de « La France arc-en-ciel » met un léger bémol à l'entrain immigrationniste en soulignant qu'il ne faut pas confondre réfugiés politiques et immigrés économiques ? C'est Poitiers 2017 ! Jeanne d'Arc lui chuchote à l'oreille ! On va voir ce que l'on va voir, et même si on ne voit rien, on continue à applaudir !

La fin du CDI, le détricotage du Code du travail, les atteintes au SMIC, le retrait du patrimoine actionnarial du calcul de l'ISF, le démantèlement des services publics, l'immigration-islamisation, les pesticides, les  vaccins obligatoires... ? Oh, mais ne nous embêtez donc pas avec ces questions de basse intendance ! La justice sociale et le socialisme, l'écologie, l'identité, c'est très bien dans les colloques et les discussions de fin de soirée autour d'un bon cognac, là on parle de choses sérieuses ! De la vraie vie ! Du pognon, des sicav de bon papa, de l'espoir de chacun de se retrouver un jour dans le camp des profiteurs, on ne reviendra pas en arrière, y'a les vainqueurs et les vaincus, c'est comme ça... En fait Macron, c'est Fillon en mieux, le libéralisme sans le côté ringard, étriqué, l'argent décomplexé, plus glamour, version internationale plutôt que provinciale, l'ambition cleptomane sans les poussiéreux vestiges cathos-famille-mes couilles...

Puisqu'il n'y a plus rien à espérer, plus rien à envisager, à construire, à croire, autant serrer les rangs derrière celui qui rendra l'ultime effondrement plus cotonneux, plus confortable économiquement, celui qui permettra de prolonger un peu ce bien être matériel qui est au fond la seule chose à laquelle on soit véritablement attaché, celui qui permettra – peut-être- de continuer à grapiller quelques miettes... L'obsession du portefeuille a gagné, et finalement cela arrange presque tout le monde.

Xavier Eman (A moy que chault !, 2 juillet 2017)

26/05/2017

Le réel sert-il à quelque chose ?...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Xavier Eman, comme toujours d'une cruelle lucidité, dans lequel il ne peut que constater que la confrontation du peuple au réel ne suffit pas à provoquer son réveil... Collaborateur de la revue Éléments, il a récemment publié Une fin du monde sans importance (Krisis, 2016), un recueil de chroniques mordantes.

 

Moutons.jpg

Le réel ne sert à rien...

Nous étions nombreux à croire, et à croire fermement et depuis fort longtemps, que la confrontation au réel, le choc entre les utopies et une réalité aussi violente qu'implacable, conduirait à un « sursaut », à une « prise de conscience » et un retour en force du simple « bon sens », cet instinct de survie des individus et des peuples. Nous pensions que le jour où les trottoirs de Paris ou de Nice seraient jonchés de cadavres d'hommes, de femmes et d'enfants froidement assassinés par des musulmans fanatiques, que lorsque des hordes de migrants clandestins déferleraient dans les rues, insultant et agressant nos femmes et nos filles, et à l'instant où nos enfants ne pourraient plus aller à l'école en sécurité, qui plus est pour ne plus rien y apprendre, les gens réagiraient et rejetteraient radicalement et massivement les politiques qui nous ont menées à un tel chaos ainsi que les hommes qui les ont servies.

Nous nous sommes trompés. Complètement. Absolument. Nous avons pêché par naïveté. Par paresse peut-être aussi, imaginant qu'il n'y avait finalement qu'à attendre que le lent délitement général atteigne son point de non-retour pour que le balancier reparte en sens inverse et que cycle de la décadence et de la déréliction soit terminé.

C'est très exactement le contraire qui s'est produit, qui est en train de se produire... La radicalisation et la dramatisation du réel n'ont entraîné qu'une accélération de la fuite en avant, une exacerbation de la pulsion de mort qui est sans doute l'élément central et totalement inédit de la post-modernité. Le réel n'est plus qu'une donnée mineure parmi d'autres, une variable d'ajustement. Les gens ne veulent plus réagir et agir pour lui faire face, tenter de le changer, ils veulent l'évacuer, l'oublier... L'effet anesthésiant et hypnotique du prêchi-prêcha humanitaro-progressiste n'est plus le produit d'une drogue injectée de force de l'extérieur, elle est auto-générée par chacun en son for intérieur... Plutôt mourir qu'abandonner l'illusion, plutôt crever la gueule ouverte que déserter le camp du Bien... Les profs insultés, tabassés, glaviotés, ridiculisés continuent à vanter les mérites de la « diversité » et à promouvoir l'immigration... Les femmes insultées ou violentées continuent à parler de « l'islam religion de paix et de fraternité »... Les lycéens rackettés, bousculés, humiliés, s'excusent pour le passé colonial et raciste de leurs grands-parents... Les parents d'un adolescente violée et tuée par des migrants organisent une quête en leur faveur à son enterrement... Les classes moyennes précarisées, paupérisées, pressurées, fuient et cherchent des havres encore protégés sans pour autant oser nommer les responsables de leur exode... Les bourgeois héritiers assistent à la dilapidation du patrimoine et au saccage de la maison commune en feignant de s'en émouvoir mais en restant persuadés que quoi qu'il arrive leur pognon leur permettra de sauver leur petite gueule d'éternels collabos...

Immigration massive et sauvage, attentats sanglants, délinquance et violence exponentielle, chômage endémique, déculturation et atomisation sociale auront mené à l'élection à plus de 60% d'un golden-boy libéral vaguement asexué (ou plutôt omnisexué), niant l'existence de la « culture française » et promettant encore plus de « flexibilité » sociale et d'ouverture au monde et aux marchés... Cela pourrait sembler une incongruité, pour ne pas dire une aberration, c'est au contraire d'une implacable logique, dès lors que l'on ne se place plus dans un registre politique mais dans celui de la psycho-pathologie des foules... On veut prolonger le rêve, les toxicos sont bien trop intoxiqués pour envisager un soudain et douloureux sevrage, on vote donc massivement pour celui qui continue a distribuer allègrement le Soma...

Et même au sein d'une prétendue radicalité, d'une opposition qui se voudrait alternative et révolutionnaire, le réel est presque autant malmené. La négation de celui-ci est simplement différente, inversée pourrait-on dire. On se gargarise de grand mots, s'enivre de citations aussi glorieuses qu'orgueilleuses, on ébauche des projets gigantesques, on fulmine, on menace, on promet, on s'enthousiasme pour n'importe quel demi-chefaillon, s'excite pour la moindre petite starlette, on pérore, on pose, on pontifie... Tout ça pour au final ne rien branler. Et subir. Comme les autres, Peut-être même plus durement, la bouche pâteuse et aigre de l'amertume en plus, la douleur du « voyant impuissant » en supplément. A trop mépriser les tâches humbles, à trop moquer les réalisations modestes, les petits travaux quotidiens, à trop écarter la sincérité au profit de la stratégie, à trop calculer, à finalement se complaire dans le discours comme finalité de lui-même, on se retrouve aussi faibles et démunis que n'importe lequel de ces bobos ou de ces libéraux-libertaires honnis face à cet insupportable et inacceptable réel.  

Xavier Eman (A moy que chault !, 24 mai 2017)