Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/08/2017

Salut aux bêtes sauvages !...

« On parlait naguère d’exception française : on parlera bientôt de singularité, pour mieux nous en faire honte. L’Europe, le monde mondialisé, tout nous est une perpétuelle injonction à “l’ouverture aux autres”, laquelle est le contraire de la “frilosité”, réputée pendable ; on s’ouvrira donc, et quel meilleur gage de sa bonne volonté que de se mettre à l’anglais commercial, une fois pour toutes, comme tout le monde ? Quant au français, encore une fois, on ne manque pas d’embaumeurs pour en prendre soin. »

 

Les éditions Pierre-Guillaume de Roux ont récemment publié un essai de Philippe Barthelet intitulé Salut aux bêtes sauvages. Ecrivain et chroniqueur, Philippe Barthelet est l'auteur de plusieurs livres dont Le voyage d'Allemagne (Gallimard, 2010) et Fou forêt (Pierre-Guillaume de Roux, 2012). Il a également dirigé le dossier H sur Ernst Jünger ainsi qu'un ouvrage collectif, Roger Nimier, Antoine Blondin, Jacques Laurent et l'esprit Hussard (Pierre-Guillaume de Roux, 2012).

Barthelet_Salut aux bêtes sauvages.jpg

" La langue française a pourtant plus d’un tour dans son sac. Tantôt formelle à pleurer, tantôt enguirlandée à outrance, tantôt prisonnière d’un jargon ou d’une posture, tantôt ludique et lumineuse... La voilà prise en chasse par Philippe Barthelet dans un paysage et une Histoire aux étymologies fuyantes et complices. C’est que le génie de la langue ne tient pas en bouteille mais nous saute volontiers au visage, capable de mordre à plaisir le fruit défendu. C’est que le français n’est pas une langue de « réserve », vouée aux bêtes sauvages mais un « goût », une
joie du palais qui a ses entrées partout en fi n diplomate, en séducteur aguerri, en inlassable pâmeur de « sens ». Érudit, drôle et gourmet... "

09/06/2017

Dominique de Roux, un réfractaire entre politique et littérature...

Le samedi 10 juin 2017, à partir de 14 heures, la revue Eléments organise à Paris, Espace Moncassin (164 rue de Javel, 15e arrondissement), un hommage à l’occasion des 40 ans de la mort de Dominique de Roux.

Le nombre de places dans la salle étant limité, la réservation obligatoire : cliquer ICI (paiement sur place)

 

Eléments_Dominique de Roux.jpg

À l’occasion des 40 ans de la mort de Dominique de Roux, la revue Éléments et l’association Exil H organisent un hommage le samedi 10 juin 2017 à l’espace Moncassin de Paris, de 14h à 18h.

Dominique de Roux, un réfractaire entre politique et littérature

Au programme de cet hommage :

• Présentation par Olivier François

Pierre-Guillaume de Roux : L'esprit de l'Herne.

Gabriel Matzneff : Il y a quarante ans, Dominique de Roux.

François Bousquet : Dominique de Roux, un aventurier impérial.

Laurent Schang : Géopoétique de Dominique de Roux.

Philippe Barthelet : L'écriture de Dominique de Roux.

Pascal Sigoda, fondateur de l’association des lecteurs de Dominique de Roux : La politique selon Dominique de Roux.

Didier Da Silva : Dominique de Roux et le Portugal.

Avec la participation de Jacqueline de Roux et la diffusion de l'entretien donné par Dominique de Roux à Christian Bussy pour la RTBF en 1974. Un film rare...

Réservation obligatoire : cliquer ICI (paiement sur place)



29/06/2016

La France mystérieuse...

France mystérieuse.jpg

Valeurs actuelles vient de sortir un numéro hors-série pour l'été sur le thème de « La France mystérieuse ».

Organisé en trois parties, « La magie des origines », « Légendes des provinces » et « Source féconde des arts », on pourra y lire, notamment, des articles d'Olivier Maulin (« Le pèlerin médiéval » ; « Des présences dans les bois » ; « L'Alsace »), de Laurent Dandrieu (« Quand l'ange du bizarre se pose sur la toile »), de Philippe Barthelet (« Pierres libératrices » ; « La Franche-Comté »), de Christian Brosio (« La Normandie » ; « L'Auvergne, le Bourbonnais »), de Solange Bied-Charreton (« L'empire de la raison » ; « Littérature : la convocation des ténèbres») ; de Michel Marmin (« Nerval ou la quête du rêve »), de Jean-Louis Brunaux (« Des sanctuaires et des dieux ») ou de Michel Thibault (« Druides d'hier et d'aujourd'hui »).

 

14/03/2016

Vialatte l'Auvergnat et Parvulesco le conjuré...

Le dix-neuvième numéro de la revue Livr'arbitres , dirigée par Patrick Wagner, est en vente et comporte deux dossiers, l'un consacré à Alexandre Vialatte et l'autre à Jean Parvulesco.

La revue peut être commandée sur son site :  Livr'arbitre, la revue du pays réel.

 

Livr'arbitres 19.jpg

Au sommaire de ce numéro :

Éditorial

Plaisirs solittéraires

Coup de coeur

Jack Kirby, une écriture du désastre

La fleur du capital, un grand roman polyphonique

Nouveautés

Pathétique franchise

Noir sur Blanche

Clio

Pour eux la guerre n'était pas si froide

Essai

Le voyageur immobile

Portrait

Jean Parvulesco : avec des textes de Christopher Gérard, Michel Lhomme, Michel Marmin, Michel Mourlet et Alfred Eibel...

Alexandre Vialatte : avec des textes de Jean-Baptiste Chaumeil, Philippe Barthelet, Jacques Aboucaya, Alfred Eibel, Christian Dedet, François Béal... et Alexandre Vialatte

Entretiens

       Authier en question

Chronique

Entre chic et choc , un dictionnaire détonnant

Billet d'humeur

La Bastille incontinente

Polémique

      «Putain» de Saint Foucault

Hitler, saison 2

Il est de retour

Réflexion

Le tour du jardin

Nouvelles

      Plus belle la mort, par Thierry Marignac

Papiers retrouvés dans le treillis, par Laurent Schang

27/06/2015

Entre le rêve et l'action...

Le seizième numéro de la revue Livr'arbitres est en vente et comporte un dossier consacré à Dominique de Roux

La revue peut être commandée sur son site :  Livr'arbitre, la revue du pays réel.

 

Livr'arbitres 17.jpg

Au sommaire de ce numéro :

Éditorial

Plaisirs solittéraires

Portrait

Dominique de Roux : avec des textes de Laurent Schang, Francis Bergeron, Philippe Barthelet, Pierre-Guillaume de Roux, Frédéric Saenen, Jérôme Besnard, Michel Lhomme, Alexandre Le Dinh, Jean Guenot, Jean-François Bory, Hubert Gerbeau, Pierre Marquand-Gairard, Guillaume Pinaut, Guilaine Depis et Stéphanie-Lucie Matherne...

Coup de coeur

Quoi de nouveau ? Fasciste !

Nouveauté

Deux singes à Saint-Tropez

Polémique

      Peut-on encore croire en la jeunesse ?

Réédition

Chronique de Nouvelle France : L'appel de la race

In memoriam

      Geneviève Dormann

Nouvelle inédite

       Appelez-moi... (Michel Déon)

Carnet de voyage

       Retour de Cuba

D'une image, un film

       Frankenstein

 

20/09/2012

L'esprit hussard...

Les éditions Pierre-Guillaume de Roux publient cette semaine Roger Nimier, Antoine Blondin, Jacques Laurent et l'esprit Hussard, un ouvrage collectif dirigé par Philippe Barthelet et Pierre-Guillaume de Roux. Philippe Barthelet a coordonné la publication des Dossiers H sur Ernst Jünger, Joseph de Maistre et Gustave Thibon et a récemment publié Le voyage d'Allemagne (Gallimard, 2010) et Fou forêt (Pierre-Guillaume de Roux, 2012). 

L'esprit hussard.jpg

"ll y a cinquante ans, Roger Nimier (1925-1962), l’enfant prodige de la littérature française de l’après-guerre, proclamé chef de file des Hussards par Bernard Frank dans un retentissant article des Temps modernes, se tuait au volant de son Aston Martin. Une mort précoce qui entrebâillait déjà l’épineuse question de sa succession spirituelle. Nimier incarnait, en effet, avec Antoine Blondin et Jacques Laurent, le courage des écrivains irréductibles à la pensée sartrienne alors toute-puissante comme à l’esprit de défaite, d’épuration et de repentance régnant désormais en maître sur le monde des lettres. Farouchement attachés à la séparation des pouvoirs du politique et du littéraire, ils cultivèrent les qualités qui conservent à la France l’éclat de son génie particulier : panache, lucidité et naturel, secret du grand style, explorant les intermittences du cœur et les gouffres du hasard. Ainsi la France de Nimier, Blondin et Laurent rejoignait-elle celle du cardinal de Retz, La Rochefoulcauld, Stendhal, Dumas, Péguy ou Bernanos. Mais que signifiait ce sens princier de la désinvolture qu’ils entretenaient scrupuleusement et que l’on prit à tort pour de la frivolité ? À l’occasion du cinquantenaire de la mort de l’auteur de D’Artagnan amoureux, il est temps de retrouver le code d’honneur des Hussards et de réévaluer la portée d’une œuvre exemplaire."