Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/12/2017

L'art contemporain ou l'absence d'art...

Le 4 décembre 2017, Martial Bild recevait, sur TV libertés, Aude de Kerros, à l'occasion de la sortie de du livre ABC de l'art contemporain (Jean-Cyrille Godefroy, 2017) de Nicole Esterolle. Graveur et peintre, Aude de Kerros réfléchit depuis près de trente ans sur l'art contemporain et a déjà publié de nombreux articles et plusieurs essais comme L'art caché - Les dissidents de l'art contemporain (Eyrolles, 2007), Sacré art contemporain - Evêques, inspecteurs et commissaires (Jean-Cyrille Godefroy, 2012), 1983-2013 Années noires de la peinture (Pierre-Guillaume de Roux, 2013) et L'imposture de l'art contemporain - Une utopie financière (Eyrolle, 2015)...

 

 

                                      

07/05/2015

La bouffonnerie de l'Art Contemporain...

Les éditions Jean-Cyril Godefroy viennent de publier un essai polémique de Nicole Esterolle intitulé Les bouffonneries de l'Art Contemporain. Nicole Esterolle est critique d'art indépendant...

 

 

Bouffonnerie de l'art contemporain.jpg

" On ne rit pas de l’Art Contemporain ! » Le public le sait bien. Cela ne se fait pas. On passerait pour un beauf, ou pire : pour un nazi ! ... Depuis plus de trente ans, on est respectueux
de l’AC, on est plein de componction, d’admiration ébahie. On s’incline devant sa haute moralité politique, sa « mission critique », son dérangement salvateur.

Eh bien non ! Nicole Esterolle n’est pas dupe. Son livre, plein d’informations rares et précises, arrive à point nommé pour parachever la levée de l’omerta sur cette anomalie historique qu’est l’art dit contemporain et pour favoriser le retour au sens élémentaire et au droit commun, dans un domaine ou Père Ubu était devenu le roi, entouré de ses innombrables bouffons du financial art .

Oui, l’art dit contemporain est une gigantesque bouffonnerie, dont les malheureuses victimes sont les artistes de l’intériorité et du contenu sensible, et dont les heureux bénéficiaires
sont les artistes de l’extériorité spectaculaire, du paraître, du contenant, de la posture et de l’imposture. Sans compter les financiers qui en profitent ! "