Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/01/2018

Le colonel Lawrence et la construction du chaos au proche-Orient...

Les éditions Economica viennent de rééditer un essai de Basil Liddell Hart intitulé La vie du colonel Lawrence. Il est précédé d'un avant-propos de François Géré sur "la construction du chaos au Proche-Orient". Officier, historien militaire et stratégiste anglais, Basil Lidell Hart (1895-1970) est un des grands défenseurs de la stratégie de l'approche indirecte, qu'il a développé dans Stratégie, son maître ouvrage.

 

Hart_La vie du colonel Lawrence.jpg

" « Le sujet du livre est double et double aussi son intérêt. C’est un récit de la campagne d’Arabie et une biographie du colonel Lawrence : l’un et l’autre d’une originalité qui en fait le mérite. »
Dans l’action de Lawrence au Proche-Orient, Liddell Hart trouve l’éclatante confirmation de sa théorie de l’approche indirecte. La rencontre entre ces deux intelligences et ces deux cultures permet de constater l’existence de deux phénomènes majeurs de la pensée stratégique : la filiation des conceptions à travers les siècles, de stratégistes en stratégistes et simultanément la polarisation de ces conceptions qui tendent à se poser comme incompatibles jusqu’à l’hostilité.
Sans être dupe mais à son corps défendant, Lawrence a contribué à créer l’instabilité sur cet immense espace que nous nommons Proche- ou Moyen-Orient. Il est l’homme par qui le chaos s’est installé, durablement ravageur, vouant l'ensemble de la région à des convulsions sans fin, des insurrections permanentes, des déplacements forcés de population et d’épouvantables massacres. Cela, il ne pouvait le prévoir. Croyant, de bonne foi, satisfaire les aspirations des Arabes, il ne fut que le jouet d’un enchaînement implacable d’affrontements entre de nombreux acteurs poursuivant des buts incompatibles. Durant un siècle le chaos n’a fait que s’amplifier. Les guerres de Syrie et d’Irak débordent sur les frontières et provoquent l’ingérence des puissances extérieures.
La lecture de Liddell Hart et de Lawrence nous fait éprouver un sentiment de familiarité avec la situation actuelle du Proche-Orient. Un siècle plus tard, si la guerre oppose des acteurs différents poursuivant des buts nouveaux, nous retrouvons les mêmes lieux et les mêmes comportements. La géographie dicte sa loi aux hommes et aux matériels : il faut traverser les mêmes fleuves, suivre les mêmes axes de communication. Il en résulte des principes assez constants de conception et de conduite des opérations. Syriens, Iraniens, Russes, djihadistes de toutes sortes, réguliers et irréguliers marchent dans les pas de Lawrence et souvent font les mêmes calculs stratégiques pour contrôler l’espace, s’emparer des points névralgiques et gagner la guerre.
Mais au Proche-Orient il semble qu’il n’y ait jamais de victoire définitive. La défaite de l’État islamique mettra-t-elle fin à un siècle de chaos ? C’est plus que douteux. "

 

20/06/2012

Le rêve le plus long de l'histoire (2)...

« Chacun de ces Voyants veut renouer l'impossible et superbe conversation entre l'Orient et l'Occident. Tous échouent. Le rêve se fracasse dans le feu et le sang mais après tout, l'Histoire n'a que faire des succès... »

Sylvain TESSON

Les éditions Omnibus viennent de publier le deuxième tome de la fresque de Jacques Benoist-Méchin, intitulée Le rêve le plus long de l'histoire. Dans ce volume, ce sont Bonaparte, Lawrence d'Arabie et Lyautey que l'on va voir aller à la rencontre de l'Orient...

 

Benoist-Méchin.jpg

"« Il faut aller en Orient, disait Bonaparte, toutes les gloires viennent de là. » Résolument, le futur empereur accrochait ainsi ses rêves à ceux de ses prédécesseurs, Alexandre, César, Cléopâtre, Julien, Frédéric... D'autres prendront sa suite : Lyautey, qu'on surnommait l'Africain, et Lawrence qu'on disait d'Arabie. Leur rêve d'Orient, à tous, est une illusion, mais il n'en est que plus beau."

09/09/2011

A l'épreuve du temps...

Les éditions Perrin viennent de rééditer les souvenirs de Jacques Benoist-Méchin, intitulés A l'épreuve du temps. Il faut espérer que cette réédition incitera ses lecteurs à (re)découvrir l'oeuvre historique de ce superbe écrivain : les grandes fresques comme Histoire de l'armée allemande et Soixante jours qui ébranlèrent l'Occident ou les biographies comme Mustapha Kémal, Ibn Séoud, Lawrence d'Arabie et l'inoubliable Frédéric de Hohenstaufen ("Jamais plus l'Aigle de Souabe ne tracerait ses orbes dans le ciel."...).

 

A l'épreuve du temps.jpg

 

"Intellectuel, homme politique, écrivain et historien, Jacques Benoist-Méchin (1901-1983) est l’une des figures les plus énigmatiques du XXe siècle. Cet ouvrage, enrichi d’une présentation inédite d’Eric Roussel, réunit pour la première fois les trois volumes de ses Mémoires.

« Peu d’itinéraires, écrit Eric Roussel dans sa préface, auront été, au XXe siècle, aussi complexes et a priori inexplicables que celui de Jacques Benoist-Méchin. En 1922, quand jeune homme ivre de poésie, de musique et de littérature, il rendait visite à Marcel Proust au Ritz, il eût été difficile d’imaginer que tout en poursuivant une oeuvre historique il se ferait successivement l’apôtre d’une collaboration à outrance avec l’Allemagne pendant la guerre, puis l’avocat enthousiaste d’un rapprochement entre l’Europe et le monde musulman. Le mystère semble d’autant plus entier que, même aux pires moments de son errance, Benoist- Méchin se distingua toujours par une certaine dignité. »

Les souvenirs qu’a rédigés Benoist-Méchin sous le titre A l’épreuve du temps, publiés après sa mort en 1983, fournissent pour une part la clé de l’énigme d’une personnalité aux dons exceptionnels. Enfant unique et choyé, mais hanté par un frère mort-né, il cède au vertige de son époque. En 1936, les jeux Olympiques de Berlin marquent le début de sa fascination pour le national-socialisme, au point que cinq ans plus tard il est, auprès de Pierre Laval, secrétaire d’Etat chargé des rapports franco-allemands. Condamnéà mort en 1947, il est gracié et libéré en 1954. Il entame alors une nouvelle carrière d’historien, avec des biographies très remarquées de Lawrence d’Arabie, Cléopâtre, Alexandre le Grand, Frédéric de Hohenstaufen... et d’expert du monde arabe, qu’il parcourt en tous sens, chargé souvent de missions officieuses par le gouvernement français. En 1959, il publiera d’ailleurs un ouvrage au titre prémonitoire : Un printemps arabe. Benoist-Méchin est l’un de ces personnages de l’Histoire qui suscitent les controverses les plus passionnées. Mais la valeur de ses souvenirs, d’une écriture magistrale et plus captivants que maints romans, est incontestable, et capitale pour la compréhension du siècle des totalitarismes.

Eric Roussel, qui a rencontré Benoist-Méchin à plusieurs reprises, a préfacé et annoté cette nouvelle édition de A l’épreuve du temps. Il est lui-même l’auteur de biographies de Georges Pompidou, Jean Monnet, Pierre Mendès France, Charles de Gaulle et Pierre Brossolette."