Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2017

Tour d'horizon... (127)

Soldat allemand_première guerre mondiale.JPG

Au sommaire cette semaine :

- sur le site de France Culture, dans le cadre d'un cycle des Chemins de la philosophie consacré à la guerre, Jean-François Kervégan présente la pensée de Carl Schmitt...

Carl Schmitt : comment éradiquer nos ennemis ?

Ernst-Jünger_Carl-Schmitt.jpg

- sur le site de la revue Accattone, Fabrizio Tribuzio-Bugatti revient sur la dimension nietzschéenne du film de Stanley Kubrick, 2001 : l'Odyssée de l'espace

2001, l'odyssée nietzschéenne

2001_kubrick.jpg

29/11/2015

Tour d'horizon... (99)

jean-françois kervégan, carl schmitt, dorian astor

Au sommaire cette semaine

- sur France Culture, Jean-François Kervégan, professeur de philosophie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et spécialiste de l’œuvre de Carl Schmitt, nous présente la pensée que ce juriste et philosophe allemand a développé sur la guerre...

Carl Schmitt : comment éradiquer nos ennemis ?

Carl Schmitt.jpg

- sur Philitt, Dorian Astor, spécialiste de l’œuvre de Nietzsche, revient sur le rapport qu’entretient l’auteur de Par-delà bien et mal avec la modernité politique et philosophique.

« Du point de vue de Nietzsche, nous n’en avons pas fini d’être modernes »

Nietzsche.jpg

04/10/2015

Tour d'horizon... (95)

Corto Maltese 2.jpg

Au sommaire cette semaine :

- sur le site du quotidien Le Monde, Aude de Kerros rappelle les liens entre le milieu de l'art contemporain et la finance spéculative...

Hirst_Sotheby.jpg

- sur le site Actu Phillosophia, Jean-François Kervégan revient dans un entretien sur l’œuvre de Carl Schmitt...

Que faire de Carl Schmitt ?

Carl Schmitt 2.jpg

- sur le site de la revue Vouloir, on peut trouver un solide dossier sur Sparte avec des textes de Gerd-Klaus Kaltenbrunner, de Karlheinz Weismann, d'Arnold Toynbee et de Werner Jaeger...

Sparte !

Spartiate.jpg

 

 

26/12/2012

De Genève à Nuremberg...

Nous vous signalons la parution aux éditions Garnier, dans la collection des Classiques, d'un ouvrage d'Emmanuel Pasquier intitulé De Genève à Nuremberg - Carl Schmitt, Hans Kelsen et le droit international. L'auteur a soutenu, sous la direction de Jean-François Kervégan, une thèse de philosophie consacrée à Carl Schmitt.

 

De Genève à Nuremberg.jpg

"À travers la confrontation théorique des deux auteurs radicalement antagonistes que sont Hans Kelsen (1881-1973) et Carl Schmitt (1888-1985) - le premier, ardent défenseur de la démocratie libérale et de la justice internationale ; l'autre, penseur de la dictature, gravement compromis avec le régime nazi - cet ouvrage cherche à restituer les tensions fondatrices du droit international, d'une guerre mondiale à l'autre, entre son idéal normatif et la réalité des rapports de force."

17/12/2011

Carl Schmitt et la théologie politique...

Les éditions du Cerf viennent de publier un recueil comportant quatre essais inédits du juriste et philosophe politique allemand Carl Schmitt. Le volume est présenté par Bernard Bourdin, professeur de philosophie et de théologie à l'université de Metz, et préfacé par Jean-François Kervégan, auteur récent d'un essai intitulé Que faire de Carl Schmitt ? (Gallimard, 2011).

 

Schmitt - quatre essais.jpg


"L'expression « théologie politique » n'a jamais été utilisée en tant que telle par les théologiens chrétiens. Elle n'apparaît pour la première fois que dans le titre d'un ouvrage majeur de la philosophie du XVIIe siècle, le « Traité théologico-politique » de Spinoza. L'intention de son auteur était de conjoindre la souveraineté et la liberté de pensée, et par là même de régler le « problème théologico-politique ». Il faut attendre l'anarchiste Bakounine, au XIXe siècle, pour « réhabiliter » la théologie politique à des fins révolutionnaires, puis pour dénoncer le déisme de Mazzini.

En 1922, en rédigeant son premier texte sur la théologie politique, Carl Schmitt prend le contre-pied de l'anarchisme révolutionnaire. Avec le juriste rhénan, la théologie politique est désormais identifiée à la théorie de la souveraineté. C'est par une formule lapidaire, devenue célèbre, qu'il commence son essai : « Est souverain celui qui décide de la situation exceptionnelle. » Dès la fin du IIe Reich, puis dans le context de la république de Weimar, tout le projet intellectuel de Schmitt est d'articuler sa théorie du droit et du politique à une structure de pensée théologico-politique. Le problème de la démocratie libérale est son incapacité à disposer dune véritable théorie de la représentation, en raison de l'individualisme inhérent à la pensée libérale. Face à cette impuissance, le catholicisme, par sa structure ecclésiologique, offre au contraire tous les critères de la représentation politique et de la décision.

Les textes que Bernard Bourdin présente dans ce volume, parus entre 1917 et 1944, sont des plus explicites s'agissant de ces aspects de la théorie schmittienne : institution visible de l'Église, forme représentative et décisionnisme. Ils mettent de surcroît en évidence la double ambivalence de la pensée de Schmitt dans son rapport au christianisme (catholique) et à la sécularisation. En raison de son homologie de structure entre Dieu, État et Église, la nécessité d'une transcendance théologico-politique plaide paradoxalement pour une autre approche d'une pensée politique séculière. Ambivalence qui ne sera pas non plus sans équivoque."

01/12/2011

Carl Schmitt, penseur de la rupture...

Les éditions Gallimard viennent de publier dans leur collection Tel un essai de Jean-François Kervégan intitulé Que faire de Carl Schmitt ?. Professeur de philosophie à l'université de Paris I et spécialiste de Carl Schmitt, Jean-François Kervégan souligne la fécondité de la pensée du grand juriste allemand, notamment dans une période de rupture comme celle que nous traversons... 

 

Carl Schmitt Kervégan.jpg

"L'affaire est entendue, et Karl Jaspers l'a résumée : Cari Schmitt fait partie avec Heidegger de "ces professeurs [...] qui ont tenté de prendre intellectuellement la tête du mouvement national-socialiste". Depuis lors, nonobstant, des contradicteurs distingués, Strauss, Löwith, Peterson, Kojève, Blumenberg, Habermas, Derrida..., ont discuté âprement ses thèses, souvent pour les rejeter, comme il en va avec tous les classiques intéressants, de Platon à Wittgenstein. Aussi l'heure est-elle venue de "partir de Carl Schmitt", au double sens de reformuler des questions essentielles à partir de certains de ses travaux et de lui donner congé lorsqu'il ne nous aide plus à penser. Certains de ses concepts (le nomos de la terre, la constitution comme décision "existentielle"...) ou des concepts sur lesquels il a apposé son empreinte (le pouvoir constituant, l'Etat de droit "bourgeois") éclairent différemment des questions telles que le rapport entre décision et rationalité ; l'enracinement des normes juridiques dans les institutions ; le statut de l'ordre constitutionnel et ses présuppositions ; les effets pervers du retour de la morale en politique internationale (droits de l'homme et démocratie forment-ils le couple uni que l'opinion dominante nous décrit ?). Mais cette fécondité se heurte à une limite fondamentale : Schmitt est plus efficace pour penser des ruptures et des instaurations que pour décrire le fonctionnement normal de l'ordre juridique établi. A jamais, il demeure un penseur du dissentiment."