Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/03/2017

La république n'a pas besoin de savants...

Les éditions Pierre-Guillaume de Roux viennent de publier La République n'a pas besoin de savants, un livre d'entretiens de Michel Marmin avec Ludovic Maubreuil. Journaliste, Michel Marmin a dirigé pendant de nombreuses années la rédaction de la revue Eléments et est aussi l'auteur de plusieurs essais sur le cinéma, dont, notamment, une biographie de Fritz Lang, (Pardès, 2005). Ludovic Maubreuil, quant à lui, est responsable des pages Cinéma dans la revue Eléments et est l'auteur de plusieurs es­sais comme Bré­viaire de ci­né­p­hi­lie dis­si­dente (Alexipharmaque, 2009) ou Ci­né-mé­ta-gra­p­hiques (Alexipharmaque, 2016).

Marmin_La république n'a pas besoin de savants.jpg

" Figure emblématique de la « Nouvelle Droite » aux côtés d’Alain de Benoist, ancien rédacteur en chef de la revue Eléments à laquelle il contribue toujours, Michel Marmin s’est également imposé très tôt comme l’un des meilleurs critiques de cinéma de sa génération. Il a illustré son talent à Valeurs actuelles, Spectacle du Monde et au Figaro. Ce livre d’entretiens permet de retracer un itinéraire très riche en découvertes, en rencontres et en points de vue toujours plus originaux et personnels où prime le décloisonnement et la place grandissante faite à l’émotion esthétique. Fervent défenseur du « Macmahonisme », dans sa jeunesse, il porte aux nues le cinéma de Raoul Walsh, Otto Preminger ou Samuel Fuller puis fait l’expérience inédite des créations tout à fait singulières de Jean-Luc Godard. Son regard s’ouvre aussi au fil du temps avec bonheur sur les œuvres de Bresson, de Rohmer ou de Jacques Rozier. Son amitié avec Alain Corneau qui date des années de collège sera très fructueuse : si le musicien développe en lui une sensibilité toute particulière pour le jazz, c’est Michel Marmin qui révèlera sa fibre cinématographique avec la postérité que l’on sait. Collaborateur de Pierre Schaeffer dans les années 60, au Service de la Recherche de l’Ortf, il étend sa palette artistique à la musique concrète qui représente alors l’avant-garde. Grand ami de Léo Malet, il fera publier au Fleuve noir son Journal secret. Jean-Pierre Martinet, dont il fait la connaissance à l’Idhec, enrichit d’autant son goût littéraire jusqu’alors très « hussard »  par une note à la fois plus noire, plus âcre et plus ample. De son côté, Michel Marmin a pris conscience rétrospectivement du talent cinématographique méconnu de l’auteur. Parmi d’autres  amitiés décisives, on retiendra Jacques Vergès, l’avocat du FLN, Alexandre Astruc, cinéaste et critique éminent de la Nouvelle Vague ou encore Raymond Abellio, l’auteur de La Fosse de Babel. "

29/12/2014

Quand Richard Millet repasse par la station Châtelet-Les-Halles...

"Je prends quotidiennement le RER, pour moi la station Châtelet-Les-Halles à six heures du soir c'est le cauchemar absolu, surtout quand je suis le seul blanc. Est-ce que j'ai le doit de dire ça ou pas ?" Richard Millet, Ce soir ou jamais, 7 février 2012

 

Nous reproduisons ci-dessous une chronique de Richard Millet, cueillie sur son site personnel et consacrée au complexe commercial et ferroviaire de Châtelet-les-Halles. Ecrivain et polémiste, Richard Millet a récemment publié Le corps politique de Gérard Depardieu (Pierre Guillaume de Roux, 2014) ainsi qu'un hommage au compositeur finlandais Sibelius, intitulé Sibelius - Les cygnes et le silence (Gallimard, 2014).

 

richard millet,baudelaire,châtelet-les-halles,condorcet,jeff koons,paul mccarthy,jean d'ormesson,jacques vergès

Retour à Châtelet

 

Je n’aime pas déchoir ; c’est pourquoi j’évite autant que je le peux le complexe commercial et ferroviaire de Châtelet-les-Halles, à la célébrité duquel j’ai pourtant contribué en révélant combien il m’arrive de m’y sentir ontologiquement seul, préférant donc au RER le métro et, malgré la distance, la marche dans le bois de Vincennes où les corneilles criaillent sur les ruines de notre civilisation, m’avait dit, la veille, une blonde jeune femme.

La civilisation française est morte à Châtelet-les-Halles, penserais-je, le lendemain soir, vers six heures, au moment où, faute d’autre solution, je suis entré dans le grand remugle humain, toutes races et ethnies confondues en un corps fiévreux et en quête de légitimité sociale, tandis que j’examinais sincèrement si je n’étais pas la proie d’une de ces « crispations » que les dévots stigmatisent par l’épithète d’« identitaires », prônant ainsi un état idéal qu’on peut appeler post-identitaire, pour bien se démarquer des « crispés » encore porteurs des cellules-souches héritées d’Athènes et de Jérusalem.

Ce qui m’a frappé, ce soir-là, c’est l’hébétude générale. Ce laboratoire post-racial, cet accélérateur de particules multiculturelles, cet utérus de l’inversion radicale de toutes les valeurs ne parvenait qu’à produire cet état si caractéristique de  la servitude contemporaine dans quoi l’humain s’oublie au point de se sourire à lui-même, au sein d’un grouillement babélien où chacun ignore autrui tout en le surveillant du coin de l’œil et en redoutant de se laisser assimiler par le corps mystique de la nation française, lequel est pourtant mort. J’étais descendu dans un des cercles de l’enfer mondialisé, avec ses damnés frénétiques ou absents, ses sourcilleux djihadistes, ses brebis trottinant d’un pas morne, ses victimes en quête d’un épisode sacrificiel, et nombre de narcissistes, hommes, femmes, enfants, humanoïdes moins soucieux de liberté que d’un surcroît de servitude, pensais-je en remontant vers l’air libre, non sans avoir cherché du regard les gardes rouges de l’antiracisme – incultes écrivains qui, à la suite de l’émission de télévision où j’avais, j’y reviens, évoqué ma détresse à me sentir quelquefois le seul blanc en ce lieu, entendent prouver que je me trompe et que, contre l’évidence, l’« écrasante majorité » non-européenne demeure une « minorité », nonobstant le fait que je m’y retrouve, moi, le minoritaire par excellence, mais sans le « droit » de le dire, un des acteurs officiels du régime m’ayant en outre assuré, lors de cette émission, avec une compassion d’homme de cour, que rien ne lui était plus agréable que de descendre au plus profond de ces entrailles.

            Ces collabos postmodernes n’étaient sans doute pas de service, ce soir-là, ou bien écoutaient-ils le chef de l’Etat discourir, à la Porte Dorée, sur les bienfaits de l’immigration. J’ai bientôt fait sonner le granit du pont Neuf où soufflait un vent froid qui m’a délivré des miasmes. J’ai salué la statue d’Henri IV devant laquelle une espèce de fou tempêtait contre le gouvernement, un exemplaire de Vingt mille lieues sous les mers dans une main, dans l’autre une boîte de raviolis. J’ai préféré regarder, brillant dans la lumière des phares, les jambes soyeuses d’une passante, en hommage à Baudelaire qui a tout dit, en matière de désir comme en politique. Le quai de Conti est plutôt sombre, la nuit, quand on débouche du pont et qu’on le prend sur la droite. La nuit semble même s’y approfondir, ai-je pensé, devant l’hôtel de la Monnaie où se tenait une exposition consacrée à l’ « usine à chocolat » de Paul McCarthy, mouleur de sex toys et gonfleur de ballons dont l’un a récemment connu la gloire d’un détournement néo-situationniste, place Vendôme : une débandade, un fiasco, eût dit Stendhal, un renvoi à l’air du temps, un pet silencieux. Il était d’ailleurs là, ce godemiché sodomique, au premier étage du vénérable hôtel, dans sa verte et discrète gloire, auprès d’un autre gonflage rouge en forme d’étron dressé sous les lambris et les lustres, tandis que Koons, autre industrieux gonfleur, ce qui montre bien la dimension propagandiste du Culturel, exposait non loin de là, au Centre Pompidou, ses chiens constitués de préservatifs noués ensemble, dont un de la « Pinault collection » (ce qui est mieux, nous sommes en France, n’est-ce pas, que la collection Pinault), Koons enculant néanmoins McCarthy quant à la notoriété et à l’argent, constatais-je, depuis le quai venteux, avant de reprendre ma marche et d’arriver devant la statue de Condorcet, entourée par deux étages de blancs bâtiments de type Algeco qu’un puissant projecteur éclairait en donnant à l’auteur du Mémoire sur le calcul des probabilités et des Réflexions sur l’esclavage des nègres l’air, à contre-jour, debout sur le piédestal, d’un Terminator qui eût débarqué non pas du futur mais d’un passé oblitérant tout futur, parce que celui-ci a déjà lieu dans la catastrophe civilisationnelle au cours de laquelle on renie toute forme d’héritage au profit d’un hédonisme ludique et absoluteur, répondais-je à Elie qui m’attendait devant l’Institut de France dont la coupole, pourrait-on lire dans un roman de Jean d’Ormesson, brillait sous une lune éclairant d’un jour blafard la place en hémicycle, déserte, balayée par le vent, en face de la passerelle des Arts aux rambardes surchargées de cadenas aussi clos et insignifiants que le temps où vivent les amoureux venus signaler là leur existence par cet « accrochage » koonsien, penserais-je, quelques heures plus tard, après avoir dîné au Voltaire, en-dessous de l’appartement où est mort l’auteur de l’Essai sur les mœurs, et où j’avais dîné, deux ans auparavant, exactement, en compagnie de Jacques Vergès qui désirait me connaître, après qu’une meute de chiens excités par une romancière à face de vieille fesse, m’eut accompagné aux lisières des forêts intérieures.   

            Un dîner raffiné, au cours duquel Vergès me disait, entre autres choses, que Robespierre n’aurait pas toléré qu’on manquât à la syntaxe, murmurait-il en levant son cigare dans une pénombre qui sentait la fin d’un temps, m’étais-je dit en pensant que c’était le seul point sur lequel je donnerais raison à Robespierre, ce maître de la mort française, comme je me le redirais en quittant le Voltaire, cet autre soir, pour déboucher sur le quai qui porte son nom et gagnant l’autre rive afin de longer le Louvre, sur le quai qui porte le nom de Mitterrand, autre fossoyeur de la France. La décadence de ce pays se lit aussi dans le nom des quais et des rues, et Paris est une ville morte, la capitale de l’insignifiance française et du renouvellement d’un peuple par son contraire, disais-je à Elie que j’ai laissé au pont Neuf pour me diriger vers le grand collecteur des Halles, où je suis descendu entre des clochards et de très jeunes filles qui défiaient le froid, jusqu’au quai quasi désert du RER où une équipe d’ouvriers vêtus de combinaisons blanches et de casques intégraux s’apprêtait à désosser le revêtement mural de la station, quelques lettres du nom Châtelet étant déjà tombées de sorte que le nom devenait une énigme archéologique, sous l’œil résigné de quelques Chinois, de Tamouls et d’Africains, ces frères humains qui, comme moi, attendaient l’ultime convoi de la nuit.

Richard Millet (Site officiel de Richard Millet, 18 décembre 2014)

05/09/2014

L'ultime plaidoyer...

Les éditions de l'Aube viennent de publier L'ultime plaidoyer, un entretien de Jacques Vergès avec François Dessy. Avocat en Belgique, François Dessy publie simultanément un livre d'entretien avec Roland Dumas.

 

L'ultime plaidoyer.jpg

" Durant les semaines ayant précédé sa mort en août 2013, Jacques Vergès, au travers de longs entretiens avec François Dessy, revient sur son parcours d’homme et d’avocat, ses combats, ses échecs, ses certitudes et ses doutes. Résistant, anticolonialiste et avocat entre autres de Klaus Barbie et de Carlos, considéré comme l’un des avocats les plus brillants de sa génération, homme au parcours hors du commun entrecoupé par une disparition restée mystérieuse entre 1970 et 1978 et sur laquelle il a toujours refusé de s’expliquer..., Jacques Vergès a pris part aux débats et aux combats qui ont marqué la société ces soixante dernières années. Ce livre nous invite à les (re)découvrir, ainsi qu’à réfléchir sur les limites d’un métier où l’on défend parfois « l’indéfendable ». "

04/04/2014

Attention aux contrefaçons !...

Idiot international.jpg

Attention, ceci n'est pas l'Idiot international !

C'est une vulgaire contrefaçon qui utilise un emballage prestigieux pour vendre un brouet politiquement correct, indigent et sans talent.

Si vous avez apprécié L'Idiot de la grande époque, avec Jean-Edern Hallier, Philippe Muray, Morgan Sportès, Jean-Paul Cruse, Alain de Benoist, Jacques Vergès, Christian Laborde, Edouard Limonov etc., vous pouvez, sans regret, économiser 2 euros 95...

30/07/2013

La France malade de sa médecine ?...

Le nouveau numéro de la revue Eléments (n°148, juillet - septembre 2013) est disponible en kiosque.

Dans ce numéro, dont la couverture est à nouveau superbe, Pascal Esseyric et Patrick Péhèle nous livre  un dossier consacré à l'hypermédicalisation de notre société, ainsi que des articles consacrés à Dominique Venner, à Cornélius Castoriadis ou à la notion de guerre juste. Et on trouvera également un entretien avec David Engels , auteur de l'essai intitulé Le déclin - La crise de l'Union européenne et la chute de la République romaine (Toucan, 2013), une fable de Jacques Vergès, la chronique de Xavier Eman et l'éditorial de Robert de Herte intitulé « Bilan de santé ».  

Vous pouvez commander ce numéro ou vous abonner sur le site de la revue : http://www.revue-elements.com....

 

Eléments 148.jpg


Au sommaire de ce numéro :

Éditorial

Bilan de santé par Robert de Herte

L'entretien

David Engels: « L'Europe ne peut échapper à son destin impérial >:

Cartouches

L'actualité des idées, des sciences, du cinéma, des arts et des lettres

Carnets de lectures par Michel Marmin

«Le bureau» par Xavier Eman

Romans noirs par Pierric Guittaut

«Confessions d'un dragueur» par Ludovic Maubreuil

Économie, religions, philosophie ...

«Alarme citoyens!» par Laurent Schang

Sciences par Bastien O'Danieli

Le combat des idées

Mort d'un samouraï par François Bousquet

L'éthique comme un sacerdoce par Michel d'Urance

Dominique Venner par Alain de Benoist

Une fable par Jacques Vergès

Cornelius Castoriadis, le « germe grec» par Jean-Louis Prat

Edouard Berth, le syndicaliste révolutionnaire par David L'Épée

Guerres justes au service de la «paix perpétuelle» par Félix Morès

Là où bat le cœur celte des Appalaches par Pierric Guittaut

Dossier

la France malade de ses médicaments

La médicalisation, du berceau à la tombe par Jean-François Gautier

Un enseignement sous influence par Jean-François Gautier

Représentant de laboratoire pharmaceutique par François Delussis

Un cinéma muet sur l'extrême médicalisation par Ludovic Maubreuil

Léon Daudet contre les doctrinaires du scalpel par Olivier François

Éphémérides


07/12/2011

Notre histoire de France...

Spectacle du Monde 2011-12.jpg

Le numéro de décembre 2011 de la revue Le spectacle du monde est en kiosque. 

Le dossier est consacré à l'histoire de France. On pourra y lire , notamment, des articles d'Alain de Benoist ("Pourquoi l'histoire ?"), de Jean-Marie Le Pen ("Jeanne d'Arc"), de François Bayrou ("Henri IV"), de Jacques Vergès ("Abd el-Kader"), de Ghislain de Diesbach ("Ferdinand de Lesseps"), de Marie-France Garaud ("L'élection du président de la République au suffrage universel") ou de Dominique Venner ("L'insolence des anarchistes de droite"), ainsi qu'un entretien avec Pierre Nora ("Va-t-on transformer la France en musée de la France ?").

Hors dossier, on pourra aussi lire des articles d'Alexandre Grandazzi ("Europe, la Hanse, préfiguration de l'Union ?"), de Philippe Barthelet ("Le «noble jeu» d'André Malraux") ou de Jean-François Gauthier ("Franz Liszt, un bouquet d'Europe"). Et on retrouvera aussi  les chroniques de Patrice de Plunkett et d'Eric Zemmour ("Le parti des tricheurs").