Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2018

Les mondes de Michel Déon...

Les éditions Séguier viennent de publier un essai biographique de Christian Authier intitulé Les mondes de Michel Déon. Ecrivain, journaliste et cinéphile, Christian Authier est notamment l'auteur de De chez nous (Stock, 2014), de Soldat d'Allah ( Grasset, 2014) ou du Dictionnaire chic de la littérature française (Ecriture, 2015).

Authier_Les mondes de Michel Déon.jpg

" Des Poneys sauvages au Taxi mauve, Michel Déon (1919-2016) a laissé bien des livres dans nos bibliothèques idéales. Son style, fait de grâce et de gravité, son sens du rythme et son regard sur l’Histoire assurent à son œuvre un éclat à jamais intact. Dans les années 1950, il fait partie, aux côtés de Roger Nimier, Jacques Laurent et Antoine Blondin, de l’aventure des Hussards, sous le regard bienveillant d’aînés comme Jacques Chardonne et Paul Morand. Mais Michel Déon incarne une façon d’être et d’écrire irréductible aux clichés dont on l’a parfois affublé. Son œuvre, riche d’une cinquantaine de titres, constitue un univers empli d’affinités électives, d’attitudes, de sentiments, de réflexes façonnant un art de vivre où l’enchantement le dispute à la mélancolie.
À travers cet ouvrage, Christian Authier nous invite à visiter les « mondes » de Michel Déon, lui qui vécut comme un héros de roman, entre France, Grèce et Irlande à travers le XXe siècle. De L’Action française à l’Académie française, dans tous les milieux qu’il côtoya, il demeura un homme singulièrement libre. "

08/08/2017

Salut aux bêtes sauvages !...

« On parlait naguère d’exception française : on parlera bientôt de singularité, pour mieux nous en faire honte. L’Europe, le monde mondialisé, tout nous est une perpétuelle injonction à “l’ouverture aux autres”, laquelle est le contraire de la “frilosité”, réputée pendable ; on s’ouvrira donc, et quel meilleur gage de sa bonne volonté que de se mettre à l’anglais commercial, une fois pour toutes, comme tout le monde ? Quant au français, encore une fois, on ne manque pas d’embaumeurs pour en prendre soin. »

 

Les éditions Pierre-Guillaume de Roux ont récemment publié un essai de Philippe Barthelet intitulé Salut aux bêtes sauvages. Ecrivain et chroniqueur, Philippe Barthelet est l'auteur de plusieurs livres dont Le voyage d'Allemagne (Gallimard, 2010) et Fou forêt (Pierre-Guillaume de Roux, 2012). Il a également dirigé le dossier H sur Ernst Jünger ainsi qu'un ouvrage collectif, Roger Nimier, Antoine Blondin, Jacques Laurent et l'esprit Hussard (Pierre-Guillaume de Roux, 2012).

Barthelet_Salut aux bêtes sauvages.jpg

" La langue française a pourtant plus d’un tour dans son sac. Tantôt formelle à pleurer, tantôt enguirlandée à outrance, tantôt prisonnière d’un jargon ou d’une posture, tantôt ludique et lumineuse... La voilà prise en chasse par Philippe Barthelet dans un paysage et une Histoire aux étymologies fuyantes et complices. C’est que le génie de la langue ne tient pas en bouteille mais nous saute volontiers au visage, capable de mordre à plaisir le fruit défendu. C’est que le français n’est pas une langue de « réserve », vouée aux bêtes sauvages mais un « goût », une
joie du palais qui a ses entrées partout en fi n diplomate, en séducteur aguerri, en inlassable pâmeur de « sens ». Érudit, drôle et gourmet... "

07/11/2014

Jacques Laurent, itinéraire d'un enfant du siècle...

Les éditions Pierre-Guillaume de Roux viennent de publier un essai d'Alain Cresciucci intitulé Jacques Laurent à l'oeuvre - itinéraire d'un enfant du siècle et consacré à l'auteur d'Histoire égoïste. Professeur de littérature française à l'Université de Rouen, Alain Cresciucci est, notamment, l'auteur de Les désenchantés : Blondin, Déon, Laurent, Nimier (Fayard, 2011).

 

Jacques Laurent à l'oeuvre.jpg

" Jacques Laurent fut un des intellectuels les plus en vue de l'après-guerre, romancier, essayiste, polémiste, journaliste et mécène de deux revues culturelles -Arts et La Parisienne - de haute tenue. Comment expliquer alors que sa présence soit si discrète dans le paysage culturel ? Ses livres sont mal réédités, peu disponibles en collections de poche. Et pourtant, Prix Goncourt (1971), Grand Prix de Littérature de l'Académie française (1981) où il fut élu en 1986, les distinctions ne lui ont pas manqué. Certes un mystère plane sur Jacques Laurent et son double : d'un côté, le romancier exigeant, Jacques Laurent, né en 1949 avec un roman de plus de mille pages, Les corps tranquilles, de l'autre, dans la peau du même, l'auteur populaire, Cecil Saint-Laurent, né en 1948 avec un improbable best seller, Caroline chérie.... Cecil Saint-Laurent est un conteur, un romancier historique qui insuffle aux événements rapportés - de la Révolution française à la guerre d'Algérie -, une dose de romanesque pour se distinguer de l'historien ; pour Jacques Laurent, le roman est le domaine de la liberté et de la sensibilité et il s'est toujours refusé à une définition figée. La coexistence des deux Laurent fut harmonieuse, même si elle fut de temps en temps concurrentielle. La production impressionnante trahit chez Laurent - qu'il soit Saint ou pas - un véritable bourreau de travail dont Bertrand de Saint-Vincent rapporte la méthode spécial "Caroline chérie" : "... du 14 avril au le août 1947, il se rend chaque matin à la Bibliothèque nationale où il relit les Mémoires des personnages de l'époque. L'après-midi, de trois heures à sept heures, en bras de chemise, arpentant sans fin une chambre d'hôtel meublé, fumant quatre Gauloises à l'heure, ne butant pas plus de dix secondes devant un mot, abattant de dix à vingt pages par séances, il dicte, au gré de son imagination, les aventures de Caroline." A cette fécondité romanesque, s'ajoute une riche production d'essayiste, dans les genres les plus divers : du pamphlet à l'étude littéraire, de l'essai historique à l'essai politique en passant par la sociologie du vêtement et du sous-vêtement. En bon hussard, Jacques Laurent ne s'est pas privé de sa part d'insolence et de quelques pieds de nez à l'intelligentsia en place. Pour preuve, son célèbre Mauriac sous de Gaulle qui lui valut d'être condamné pour offense au chef de l'Etat. Eclectisme, indépendance d'esprit et de moyens, originalité profonde caractérisent donc cet intellectuel et cet artiste injustement oublié."

20/09/2012

L'esprit hussard...

Les éditions Pierre-Guillaume de Roux publient cette semaine Roger Nimier, Antoine Blondin, Jacques Laurent et l'esprit Hussard, un ouvrage collectif dirigé par Philippe Barthelet et Pierre-Guillaume de Roux. Philippe Barthelet a coordonné la publication des Dossiers H sur Ernst Jünger, Joseph de Maistre et Gustave Thibon et a récemment publié Le voyage d'Allemagne (Gallimard, 2010) et Fou forêt (Pierre-Guillaume de Roux, 2012). 

L'esprit hussard.jpg

"ll y a cinquante ans, Roger Nimier (1925-1962), l’enfant prodige de la littérature française de l’après-guerre, proclamé chef de file des Hussards par Bernard Frank dans un retentissant article des Temps modernes, se tuait au volant de son Aston Martin. Une mort précoce qui entrebâillait déjà l’épineuse question de sa succession spirituelle. Nimier incarnait, en effet, avec Antoine Blondin et Jacques Laurent, le courage des écrivains irréductibles à la pensée sartrienne alors toute-puissante comme à l’esprit de défaite, d’épuration et de repentance régnant désormais en maître sur le monde des lettres. Farouchement attachés à la séparation des pouvoirs du politique et du littéraire, ils cultivèrent les qualités qui conservent à la France l’éclat de son génie particulier : panache, lucidité et naturel, secret du grand style, explorant les intermittences du cœur et les gouffres du hasard. Ainsi la France de Nimier, Blondin et Laurent rejoignait-elle celle du cardinal de Retz, La Rochefoulcauld, Stendhal, Dumas, Péguy ou Bernanos. Mais que signifiait ce sens princier de la désinvolture qu’ils entretenaient scrupuleusement et que l’on prit à tort pour de la frivolité ? À l’occasion du cinquantenaire de la mort de l’auteur de D’Artagnan amoureux, il est temps de retrouver le code d’honneur des Hussards et de réévaluer la portée d’une œuvre exemplaire."

26/11/2011

L'humeur vagabonde...

Les éditions de La Table ronde rééditent dans leur collection de poche, La petite vermillon, le roman d'Antoine Blondin intitulé L'humeur vagabonde. Antoine Blondin a fait partie, avec Jacques Laurent, Michel Déon et Roger Nimier de ce groupe d'écrivains que le critique littéraire de gauche Bernard Franck a nommé les Hussards. 

 

L'humeur vagabonde.gif

"«Après la Seconde Guerre mondiale, les trains recommencèrent à rouler. On rétablit le tortillard qui reliait notre village à la préfecture.»
Benoît Laborie quitte femme et enfants pour tenter fortune à Paris. Rastignac triste, il s'égare dans le cimetière du Père-Lachaise. Quand il revient au pays, sa mère le prend pour un amant de sa femme et tue l'épouse supposée infidèle. Parce qu'il dégage un parfum de crime, la capitale s'offre à lui. Pas pour longtemps. Un nouveau caprice du Tout-Paris, et il est rejeté.
L'humeur vagabonde est une fable comique et triste, une petite musique aigre-douce au ton inimitable."


12/03/2011

Les désenchantés...

Pour ceux qui ont aimé Le hussard bleu, Les corps tranquilles, L'Europe buissonnière ou Les poneys sauvages, nous signalons la parution aux éditions Fayard de l'essai d'Alain Cresciucci, Les Désenchantés consacré à Roger Nimier, Jacques Laurent, Antoine Blondin et Michel Déon, les quatre hussards des années 50-60. Alain Cresciucci est l'auteur d'une biographie de Blondin et de plusieurs études sur Céline.

Les désenchantés.jpg

"Fin 1952, un jeune critique des Temps modernes, Bernard Frank, qualifie trois jeunes romanciers - Nimier, Laurent et Blondin - de "Hussards". Ils sont accusés d´être les porte-parole des écrivains bannis par le CNE à la Libération et de servir les intérêts de la vieille littérature bourgeoise défendue par les "Grognards". Contre la caporalisation de la littérature et la théorie de l´engagement, contre le roman réduit au document, contre Sartre et l´existentialisme, ces jeunes écrivains - tous de sensibilité droitière, parfois anciens de la jeunesse d´Action française - prônent un retour au romanesque qu´ils souhaitent dépris de tout propos militant et de toute prétention didactique. Proches de la revue et des éditions de La Table Ronde, ils participent au renouveau de la presse culturelle (Opera, Carrefour, La Parisienne, Arts) et inventent un intellectuel indifférent aux hiérarchies, s´occupant aussi bien de littérature que de cinéma, d´actualité que de sport. Au milieu des années 50 on leur adjoint Michel Déon et, à la manière des mousquetaires de Dumas, les trois Hussards deviennent quatre. Leur désinvolture et leur insolence les font incarner, pour la presse de gauche, la nouvelle droite littéraire. En fait, ils expriment un mal de vivre élégant, celui d´une génération à qui la guerre a volé sa jeunesse, et qui peut prendre aussi bien les allures d´une dolce vita que du désenchantement le plus profond. A la fin des années 50, ces jeunes héros accusent la fatigue d´une existence qui n´était pas de tout repos. Et la mort de Nimier, en septembre 1962, marque la fin symbolique de l´aventure."