Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/03/2018

Vous avez demandé la police ? Ne quittez pas !...

Le numéro 7 du mensuel L'Incorrect est arrivé en kiosque. On peut y trouver un dossier consacré à la police, avec, notamment un article de Xavier Raufer et un entretien avec l'avocat Thierry de Montbrial, et y lire, également des entretiens avec Brigitte Bardot et Aymeric Chauprade (l'homme qui, après avoir déclaré solennellement en mai 2013 répondre à l'appel de Dominique Venner, a, moins de quatre plus tard, appelé à voter Macron, faisant ainsi preuve d'une souplesse dans ses convictions qui laisse pantois...) , et les rubriques "L'époque", "Monde", "Reportages",  "Les essais" et "Culture"...

Le sommaire complet est disponible ici.

Incorrect 7.jpg

06/02/2018

Le salut par les machines ?...

Le numéro 6 du mensuel L'Incorrect est arrivé en kiosque. On peut y trouver un dossier consacré au transhumanisme, avec, notamment un article d'Oliver Rey, et y lire, également, un portrait du chanteur Kroc Blanc, des entretiens avec Nicolas Bay et Jean-Yves Camus, et les rubriques "L'époque", "Monde", "Reportages",  "Les essais" et "Culture"...

Le sommaire complet est disponible ici

 

Incorrect 6.jpg

07/11/2017

Et la beauté, bordel !...

Le mensuel L'Incorrect, magazine dirigé par Jacques de Guillebon, vient de publier son troisième numéro. On peut y trouver deux dossiers, l'un intitulé « Refaire chez nous » et l'autre consacré à l'art contemporain, et y lire, notamment, des articles de Pierre-André Taguieff ("La dernière utopie messianique"), de Bernard Lugan ("Libye, vers un retour au réel"), de Hadrien Desuin ("Austria great again"), de Marc Obregeon ("Grandeur et misère du cyberpunk") et de Christine Sourgins ("Que représente l'art contemporain ? ").

Le sommaire complet est disponible ici.

jacques de guillebon,romaric sangars,hadrien desuin,pierre-andré taguieff,bernard lugan,marc obregeon,christine sourgins

Enregistrer

09/09/2017

Faites-le taire !...

Le premier numéro du mensuel L'Incorrect, magazine dirigé par Jacques de Guillebon, avec à ses côtés Romaric Sangars et Hadrien Desuin, se réclamant de la droite et d'orientation conservatrice et identitaire, est en kiosque. On trouvera, notamment, dans ce premier numéro, très riche, un dossier consacré à la droite, avec des articles de Chantal Delsol ("La droite"), de Frédéric Rouvillois ("La droite, histoire et géographie"), de Thibaud Collin ("La droite et le bien commun"), de Benoît Dumoulin ("Deux droites irréconciliables"), de Gabriel Fouquet ("Les Républicains au cœur des ténèbres"), de Bruno Larebière ("Front national : opération Rosebud").

Le sommaire complet est disponible ici.

Vous pouvez également découvrir ci-dessous l'entretien réalisé par Martial Bild, sur TV Libertés, avec l'équipe de cette jeune revue.

Incorrect 1.jpg

" L’incorrection n’est pas une religion, mais l’incorrection peut être une réaction, et surtout l’incorrection peut être une construction. Nous ne croyons pas bêtement vivre dans un monde totalitaire, ou sous un régime policier qui bannirait la moindre contestation de son pouvoir. Non, seulement dans un pays et dans un continent où en quelques décennies s’est mise en place une nouvelle forme de civilité qui cherche à empêcher que les problèmes réels soient formulés dans leurs termes vrais et adéquats ; et qui leur substitue des questions fausses et décalées. "

18/11/2011

Tout sur Muray !...

Les éditions du Cerf viennent de publier sous le titre de Philippe Muray, dans la collection des Cahiers d'Histoire de la Philosophie, un recueil collectif consacré au découvreur de l'Homo festivus, dirigé par Jacques de Guillebon et Maxence Caron et rassemblant des contibution de, notamment, Alain Besançon, Pierre Chalmin, Jean Clair, Chantal Delsol, Benoït Duteurtre, Fabrice Luchini, Pierre-André Taguieff, et Eric Zemmour. 

Muray.jpg

"Il peut sembler surprenant que les « Cahiers », dont chaque titre renvoie à l'éprouvée et officielle assurance de la pérennité littéraire et philosophique, offrent l'un de leurs volumes à une figure qui n'est pas encore consacrée par l'un, quelconque, des dictionnaires en vigueur. Consacrer cependant ainsi un tel travail à l'œuvre d'un homme disparu précocement il y a cinq ans, c'est prendre de l'avance sans prendre le moindre risque. Nous faisons œuvre de pionniers. Philippe Muray était, il y a peu, soit haï soit aimé, avec un même succès d'estime, mais il demeurait assez peu connu. Si a beaucoup diminué la solitude à admirer Muray, il reste de nombreux stéréotypes à balayer, et d'autres encore qui naissent du succès même dont s'accroît imperturbablement la renommée de l'auteur. Mieux : le nom de Muray s'est répandu, les fièvres doxiques s'emparent de son génie, c'est pour cela que la pensée doit précisément commencer son travail. Car demeure qu'aujourd'hui pas plus qu'hier la parole de Philippe Muray n'est goûtée dans l'ampleur de sa signification et la diversité de ses registres. Il est souvent aimé pour des raisons qui sont de paille et qui occulent les profondes dimensions de ses pages. « Un brillant faiseur, sans doute », « un moment de style », « un humoriste de luxe », se dit la majorité : tandis que le panurgisme de ce genre de mutins ennuie l'œuvre même de celui qui les a toujours déjà dénoncés, le moment est venu de poser la première pierre de méditative vigilance qui accepte Muray comme objet de pensée. Fort des différences de tonalité portées par ses quarante contributeurs, qui sont autant de sensibilités chez qui Muray résonne sous diverses formes, fort de plusieurs textes issus du « Journal » inédit de Muray lui-même, cet ouvrage entend souligner combien son éponyme est non seulement un grand écrivain, mais constitue également pour la pensée un interlocuteur pérenne."

28/07/2011

Réflexions sur un carnage...

Nous reproduisons ci-dessous un très bon article de Jean Bonnevey, cueilli sur Metamag, le magazine de l'esprit critique, à propos de la tuerie de vendredi dernier en Norvège.

Sur le tueur, Jacques de Guillebon, dans un article publié sur le site Atlantico, dit des choses justes et résume le personnage en une formule saisissante :

"La mise en avant de ses références pseudo-chrétiennes, comme les croisades, les Templiers ou même, absurdité suprême, son passeport facebookien sur lequel les consommateurs de réseau sociaux déclarent leur appartenance religieuse, est d’évidence destinée à faire oublier le fond réel du personnage : si Breivik est fondamentaliste de quoi que ce soit, c’est plutôt du néolibéralisme.

Dans sa haine de soi, le bonhomme qui ne comprend pas pourquoi le doux commerce avec son ouverture irraisonnée des frontières a fini par se retourner contre lui-même, se prend à rechercher dans le passé toutes les figures d’autorité ou de force dont une époque insensée l’a privé, avec tous ses commensaux européens. Breivik, c’est au final, un personnage de Dantec qui assassine en masse ses contemporains perdus pour ne pas devenir un héros de Houellebecq. Pas grand chose de plus."

 

On lira aussi avec intérêt la mise au point de Laurent Ozon sur son blog politique après la polémique suscitée par certains de ses propos, évidemment tronqués, à propos de l'affaire d'Oslo...

 

 

Anders Behring Breivik.jpg

 

Réflexions sur un carnage

Il est bien trop tôt, et cela risque d’être valable un certain temps, pour analyser, comprendre et tirer toutes les leçons du terrible carnage norvégien. Au-delà de l’horreur et de l’indignation. Il y a cependant, déjà, des enseignements.

Le premier est justement de ne pas parler trop vite. Dès l’annonce de l’explosion, avant même la fusillade, dont on ignorait la portée, l’Otan, Obama et Sarkozy ont dénoncé. Il est bien évident que, sans le citer, ils désignent alors clairement le terrorisme islamique. Dans les premiers communiqués, la Norvège aurait été visée comme pays membre de l’Otan qui participe aux guerres d’Afghanistan et de Libye, et se protège moins que d’autres.

Cela est révélateur d’une psychose et d’une inquiétude des services occidentaux. La menace d’Al Qaïda bien sûr. Mais ils redoutent manifestement, aussi, un terrorisme pour soutenir Kadhafi. Pour le moment, cela ne s’est jamais produit ,pas plus que pendant les guerres de Serbie ou d’Irak.

Le second enseignement est le soulagement idéologique des médias. Dès qu’on a su que l’auteur présumé de l’attentat était un Norvégien, blond et aux yeux bleus, sa photo est apparue partout, avant même que son identité ne soit confirmée par la police. Il n’a pas été longtemps présumé et ses origines raciales ont été plus qu’exploitées, pour bien marteler qu’il ne s’agissait pas d’un attentat islamiste. Les médias, qui refusent la notion d’Européens « de souche », la redécouvrent quand il s’agit d’un terroriste.

Premières contradictions

Troisième enseignement : l’amalgame. L’indignation générale exploite cet acte horrible pour discréditer des mouvements populistes, qui montent, partout en Europe. C’est la stratégie de l’amalgame, que l’on refuse quand il s’agit de l’Islam. Mais elle devient légitime quand il s’agit de chrétiens. Là encore, un chrétien fondamentaliste, anti-musulman, ne peut être assimilé à la droite identitaire dans son entier. Et il faut se méfier, car on ne sait pas tout sur ce criminel de masse. C’est peut être un « fou de Dieu », mais peut être aussi un laïc extrémiste.

S’il se décrit, sur Facebook, comme «chrétien » et « conservateur » -ce qui n’est guère original en Norvège- en revanche, dans ses activités, il n’évoque aucune pratique religieuse, mais seulement son appartenance… à la franc-maçonnerie. Ce qui est, tout de même, moins courant! Il appartiendrait à la loge John Piliers (« Søilene », sur le site de laquelle figure en effet comme adhérent un certain Anders Behring). Pourquoi ce fait, peu compatible avec le « fondamentaliste chrétien », et, en tout cas, troublant, n’est-il pas mentionné ?

Quatrième enseignement : un raté très organisé. Le tueur va être présenté par des psychiatres, en paquets serrés, comme un raté se vengeant de sa nullité. Si ce type de passage à l’acte est, effectivement, révélateur de troubles mentaux, il n’est pas exclusif d’une certaine lucidité. Le tueur a préparé son acte, avec minutie, depuis 2009 et le résultat a été épouvantablement efficace. On a même du mal à croire qu'il ait pu agir seul.

Des objectifs ciblés

Cinquième enseignement : la cible. Si l’on admet qu’il s’agit d’un geste raciste et anti-musulman d’une fureur de souche, la cible est intéressante. L’homme n’a pas mitraillé une mosquée, ni un rassemblement d’immigrés. Il s’en est pris au parti au pouvoir, jugé par lui comme traître à sa race et à son pays, au parti immigrationiste travailliste favorisant l’immigration, comme les jeunes militants, rescapés de la tuerie et interviewés, le prouvent amplement.

Un geste qui, dans cette hypothèse, prétend alors dénoncer une immigration-islamisation par des partis voulant s’assurer une base électorale d’origine étrangère, Et n’a pas visé les immigrés en tant que tels, mais les responsables de la politique multiculturaliste et ceux qui y participent.

Sixième enseignement : autoportrait. Le terroriste admet qu’il sera considéré comme le pire des monstres norvégiens, depuis la Deuxième guerre mondiale. Il reconnaît la cruauté de son acte si bien préparé.  Personne ne dira le contraire. Il se voit aussi comme un éveilleur. Là, il se trompe certainement, totalement.

Dernier enseignement plus général : à quoi sert le terrorisme ? Il sert a semer la terreur pour détruire un ennemi détesté : puissance étrangère ou son propre gouvernement. Mais cette idéologie du terrorisme, depuis Cadoudal jusqu’à Netchaïev, Carlos ou Abou Ali Mustafa, échoue le plus souvent. Le terrorisme contemporain révèle cependant, un problème de fond : humiliation du monde musulman ou désespoir identitaire. Deux frustrations qui se rejoignent dans les tensions nées de l’immigration et de la mondialisation capitaliste.

Il y a bien des leçons à tirer de l’horreur norvégienne, mais pas trop vite. Et en évitant amalgame grossier ou exploitation politicienne qui ne peuvent qu’occulter l’esprit critique. Ceux qui veulent lutter contre l’immigration ne peuvent être assimilés à un délire meurtrier, même préparé et justifié avec la lucidité d’une folie organisée. Pas plus que les chrétiens fondamentalistes ou les laïcs radicaux. Sinon, il faudrait accepter toutes les confusions, même celles concernant l’Islam, à cause justement du terrorisme qu’il engendre.

Jean Bonnevey (Metamag, 24 juillet, 2011)