Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/06/2012

La campagne de Russie (partie 4)...

Napoléon doit maintenant abandonner Moscou et battre en retraite pour sauver son armée...

Pierre Le Vigan nous donne ici la quatrième et dernière partie de sa chronique consacrée à la campagne de Russie à l'occasion de la sortie du livre de Curtis CateLa campagne de Russie, en format poche dans la collection Texto, et, surtout, à l'occasion du deux centième anniversaire de cet événement...

Première partie

Deuxième partie

Troisième partie

18/06/2012

La campagne de Russie (partie 3)...

Napoléon s'est emparé de Moscou, mais contrairement à ses attentes le Tsar ne lui adresse aucune offre de paix...

Pierre Le Vigan nous donne ici la troisième partie de sa chronique consacrée à la campagne de Russie à l'occasion de la sortie du livre de Curtis CateLa campagne de Russie, en format poche dans la collection Texto, et, surtout, à l'occasion du deux centième anniversaire de cet événement...

Première partie

Deuxième partie

17/06/2012

La campagne de Russie (partie 2)...

Pierre Le Vigan nous donne ici la deuxième partie de sa chronique consacrée à la campagne de Russie à l'occasion de la sortie du livre de Curtis Cate, La campagne de Russie, en format poche dans la collection Texto, et, surtout, à l'occasion du deux centième anniversaire de cet événement...

Première partie


07/05/2011

Le monde est leur patrie...

Auteur de La grande Armée de la Liberté (Tallandier 2009), ouvrage consacré aux vétérans des armées napoléoniennes et à leur rôle dans les révolutions de la première moitié du XIXe siècle, Walter Bruyère-Ostell vient de publier une Histoire des mercenaires aux éditions Tallandier dans laquelle il étudie les évolutions du deuxième plus vieux métier du monde...

 

histoire des mercenaires.jpg

"Le terme de mercenaire a pris aujourd’hui une connotation très négative. Contrairement au soldat, il serait uniquement motivé par l’appât du gain. Or, c’est de fait l’un des aspects centraux de sa définition. Un mercenaire est effectivement un combattant étranger aux parties du conflit, recruté spécialement pour prendre part aux hostilités, et qui bénéficie généralement d’une rémunération nettement supérieure à celle de ses homologues de l’armée régulière. Autre distinction d’importance : il n’a pas le droit au statut de combattant ou de prisonnier de guerre.

Le recours aux mercenaires s’inscrit dans la tradition guerrière occidentale depuis l’Antiquité. Longtemps, ils ont constitué l’épine dorsale des armées européennes. Au XVIIIe siècle, en France, la question de la vénalité de l’armée ainsi qu’un fort sentiment nationaliste les placent au centre de la controverse. La Révolution va achever de les présenter comme des hommes sans foi, ni loi, se vendant au plus offrant.

Dans les années 1960, la question du mercenariat apparaît à nouveau. La communauté internationale ressent le besoin d’en donner une définition juridique et s’interroge sur la nécessité de sa criminalisation. Aujourd’hui, l’externalisation des prestations armées est au coeur des conflits du début du XXIe siècle, en particulier en Irak et en Afghanistan. Peut-on alors envisager le retour de conflits privés ? Notre époque referme-t-elle la parenthèse des Etats-Nations, comme le laisse penser la disparition de l’appel de leurs conscrits sous les drapeaux ? Ou au contraire, assiste-t-on aujourd’hui à une plus grande transparence quant à l’utilisation de soldats de fortune, à une délimitation de la nébuleuse mercenaire et à son inscription dans les règles du droit international ? L’Histoire des mercenaires tente de répondre à toutes ces questions."