Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/07/2014

Qui sont les véritables privilégiés ?...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue d'Alain de Benoist, cueilli sur Boulevard Voltaire et consacré aux grèves dans les transports et au mécontentement qu'elles suscitent ...

alain de benoist,turbocapitalisme,hollande,taubira,révolution

 

Grévistes SNCF ou milliardaires du CAC 40 : qui sont les véritables privilégiés ?

Les grèves, sujet qui divise l’opinion publique, surtout s’agissant de celles des transports… Entre ceux qui voudraient pouvoir aller travailler ou passer leur bac et les autres, qui défendent – c’est selon – leur outil de travail ou leurs privilèges, réels ou supposés, comment faire la part des choses ?

Tout d’abord, un rappel. La loi Le Chapelier du 14 juin 1791 ayant interdit le droit de coalition des métiers et les grèves, les syndicats n’ont été légalisés en France qu’en 1884, à l’initiative de Waldeck-Rousseau. En 1886, voit le jour la Fédération nationale des syndicats, d’inspiration guesdiste ; en 1892, la Fédération des Bourses du Travail marquée par le syndicalisme révolutionnaire de Fernand Pelloutier. C’est ce dernier courant qui prendra le contrôle de la CGT lors de l’adoption en 1906 de la célèbre Charte d’Amiens. Georges Sorel, théoricien du syndicalisme révolutionnaire, fait alors de la grève générale le « mythe mobilisateur » par excellence – tandis que Clemenceau fait tirer sur les grévistes ! Le droit de grève est aujourd’hui inscrit dans la Constitution, et il n’y a pas à le regretter.

Être victime d’une grève n’est agréable pour personne, et je suis le premier à comprendre que les usagers soient en colère. Il m’arrive de l’être aussi. Mais personne ne fait la grève pour le plaisir. Une grève se fait pour soutenir des revendications. Quelles étaient celles des cheminots ? Contrairement à ceux qui les ont décrétées « illisibles » (mais qui n’ont surtout pas cherché à se renseigner), elles ne visaient pas seulement à défendre des statuts qu’on peut juger « protégés ». Il s’agissait avant tout de protester contre le projet de réforme de la SNCF défendu par le gouvernement. Ce projet d’inspiration libérale, conforme aux directives de l’Union européenne, consiste à démanteler le service public, à séparer la gestion de l’infrastructure ferroviaire de l’exploitation des services de transport, de façon à scinder l’activité entre un secteur rentable et un secteur non rentable, ce qui permettrait d’ouvrir le premier à la privatisation voulue par Bruxelles. Un tel projet est-il souhaitable ? Les cheminots ont au moins eu le mérite de poser la question.

L’exemple de la privatisation des chemins de fer britanniques (Railways Act), décidée en 1994, qui fut en Europe le premier exemple de privatisation d’un service public ferroviaire d’importance nationale, donne à réfléchir. À l’époque, les financiers prétendaient que le secteur privé fournirait un service plus efficace, moins cher et de meilleure qualité, sans compter les investissements considérables dont les chemins de fer ont besoin. Résultat : les tarifs augmentèrent, les investissements chutèrent en flèche, deux tiers des emplois cheminots furent supprimés et les coûts de maintenance furent réduits en deçà du minimum. S’exerçant au détriment de la sécurité, jugée « trop onéreuse », la volonté de rentabiliser à tout prix fut cause d’une centaine de déraillements, dont certains firent des morts. Ce qui n’empêcha d’ailleurs pas le gouvernement travailliste de Tony Blair, après son arrivée au pouvoir en 1997, de s’engager dans la même voie. Alors que la privatisation était censée réduire le fardeau que représentait pour l’État le financement du réseau ferré, la subvention totale de l’État est passée de 1,9 milliard d’euros à 6,7 milliards en 2006 !

Toujours à propos de privilèges, ceux de certains gros actionnaires ou de grands patrons du CAC 40 ne seraient-ils pas plus exorbitants que ceux de nos cheminots ?

La réponse est dans la question. Dividendes, bonus, stock options, retraites chapeaux, la rémunération des patrons du CAC 40 ne connaît pas la crise. En 2013, le total de leurs salaires atteint 89,9 millions d’euros, soit une moyenne de 2,25 millions d’euros par dirigeant. Plus de 10 millions d’euros pour le PDG de Renault, 8,6 millions pour le PDG de Sanofi, 8,5 millions pour le PDG de L’Oréal, 4,5 millions pour Maurice Lévy, président de Publicis, 3,7 millions pour Georges Plassat, PDG de Carrefour (40 % d’augmentation par rapport à 2012 !). Comparez avec les salaires des cheminots. Par ces temps d’austérité pour tous, où sont les privilégiés ?

Mais bien sûr, de même qu’il est plus facile de s’indigner des agissements des « racailles » que de ceux des grands prédateurs en col blanc, il est plus facile de s’en tenir à la rhétorique poujadiste dirigée contre les méchants grévistes qui, pour des motifs « archaïques », empêchent les braves gens de travailler (« pour un oui ou non, on nous prend en otages », « y en a marre », etc.), sans être apparemment gêné d’obéir ainsi aux injonctions de Bruxelles et de conforter le gouvernement dans ses positions. Là comme ailleurs, soit on fulmine des anathèmes, soit on réfléchit un peu.

Le débat aura peut-être eu le mérite de faire bouger nombre de lignes, ne serait-ce qu’au Front national : Florian Philippot qui soutient les grévistes alors que Jean-Marie Le Pen les condamne…

C’est là un fait nouveau dont on n’a pas assez souligné l’importance. Florian Philippot a très précisément déclaré : « Il y a sûrement des motivations corporatistes pour certains – et il faut les combattre –, mais pour d’autres je pense qu’il y a des motivations de bonne foi, d’intérêt général et je ne veux pas criminaliser par avance un mouvement social […] On peut être usager et perturbé par une grève, et avoir en même temps le souci du service public. » Le projet de réforme gouvernemental, a-t-il ajouté, est profondément nuisible car « les lignes TGV vont être libéralisées en 2019 et les lignes régionales en 2022 », ce qui entraînera « plus d’insécurité, moins de dessertes rurales, moins de dessertes pour nos villes moyennes ». Cette position me paraît raisonnable. Florian Philippot a apparemment compris que lorsque l’on prétend défendre le peuple français, la première tâche est de ne pas perdre de vue la justice sociale, surtout à une époque où l’exclusion, la précarité, la dé-liaison sociale et la pauvreté tous azimuts sont plus grandes que jamais.

Alain de Benoist, propos recueillis par Nicolas Gauthier (Boulevard Voltaire, 26 juin 2014)