Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2011

Tout sur Muray !...

Les éditions du Cerf viennent de publier sous le titre de Philippe Muray, dans la collection des Cahiers d'Histoire de la Philosophie, un recueil collectif consacré au découvreur de l'Homo festivus, dirigé par Jacques de Guillebon et Maxence Caron et rassemblant des contibution de, notamment, Alain Besançon, Pierre Chalmin, Jean Clair, Chantal Delsol, Benoït Duteurtre, Fabrice Luchini, Pierre-André Taguieff, et Eric Zemmour. 

Muray.jpg

"Il peut sembler surprenant que les « Cahiers », dont chaque titre renvoie à l'éprouvée et officielle assurance de la pérennité littéraire et philosophique, offrent l'un de leurs volumes à une figure qui n'est pas encore consacrée par l'un, quelconque, des dictionnaires en vigueur. Consacrer cependant ainsi un tel travail à l'œuvre d'un homme disparu précocement il y a cinq ans, c'est prendre de l'avance sans prendre le moindre risque. Nous faisons œuvre de pionniers. Philippe Muray était, il y a peu, soit haï soit aimé, avec un même succès d'estime, mais il demeurait assez peu connu. Si a beaucoup diminué la solitude à admirer Muray, il reste de nombreux stéréotypes à balayer, et d'autres encore qui naissent du succès même dont s'accroît imperturbablement la renommée de l'auteur. Mieux : le nom de Muray s'est répandu, les fièvres doxiques s'emparent de son génie, c'est pour cela que la pensée doit précisément commencer son travail. Car demeure qu'aujourd'hui pas plus qu'hier la parole de Philippe Muray n'est goûtée dans l'ampleur de sa signification et la diversité de ses registres. Il est souvent aimé pour des raisons qui sont de paille et qui occulent les profondes dimensions de ses pages. « Un brillant faiseur, sans doute », « un moment de style », « un humoriste de luxe », se dit la majorité : tandis que le panurgisme de ce genre de mutins ennuie l'œuvre même de celui qui les a toujours déjà dénoncés, le moment est venu de poser la première pierre de méditative vigilance qui accepte Muray comme objet de pensée. Fort des différences de tonalité portées par ses quarante contributeurs, qui sont autant de sensibilités chez qui Muray résonne sous diverses formes, fort de plusieurs textes issus du « Journal » inédit de Muray lui-même, cet ouvrage entend souligner combien son éponyme est non seulement un grand écrivain, mais constitue également pour la pensée un interlocuteur pérenne."

07/10/2011

L'invention de Philippe Muray...

Les éditions Carnet Nord viennent de publier L'invention de Philippe Muray, un essai d'Alexandre de Vitry consacré au découvreur de l'Homo festivus et à l'auteur des Exorcismes spirituels, de Après l'histoire ou de On ferme. Alexandre de Vitry est, par ailleurs, en charge de la préparation de l'édition du journal de Philippe Muray, qui s'annonce explosif...

 

 

invention de Philippe Muray.jpg

 

"Mars 2010, patatras. Fabrice Luchini lit Philippe Muray. L’événement confidentiel tourne presque aussitôt à l’événement médiatique, Muray s’affiche désormais en couverture des magazines, s’entend à la télévision, se cite dans les dîners…

Mais qui est Philippe Muray ? Sa récente célébrité a renforcé une image qui depuis plusieurs années se dessinait déjà, chez ses adversaires mais aussi chez beaucoup de ses admirateurs : celle du bougon de service, d’un intarissable pourfendeur de bobos, d’un pilier de bar gouailleur qui aurait par hasard lu Hegel.

Cette explosion a été si soudaine, si rapide, qu’elle en est venue à masquer la complexité et la richesse d’une œuvre qui, dès qu’on y regarde de près, ne se limite pas à quelques « billets d’humeur » de circonstance, puisque cette expression revient à la mode. Il nous avait prévenus : « Pour les commentateurs, qui ont besoin d’idées simples, les pamphlétaires sont des gens qui ont toujours été des pamphlétaires. C’est faux : Bloy ne l’a été que quelques années dans sa vie ; Céline aussi ».

C’est l’ambition de cet essai que de dévoiler, sans l’amoindrir, espérons-le, le secret de Philippe Muray. D’aller débusquer, à même l’œuvre, les origines de l’œuvre. De dévoiler, derrière le rire de Philippe Muray, une vision grinçante mais libératrice, de l’Homme et de la modernité. De comprendre comment Muray, avant de révéler l’époque à elle-même comme jamais celle-ci n’aurait cru pouvoir être décrite, s’est inventé comme écrivain."

13/04/2011

Retour sur la guerre d'Algérie...

Spectacle du Monde 2011-04.jpg

 

Le numéro d'avril 2011 de la revue Le spectacle du monde est en kiosque. 

Le dossier est consacré à la fin de l'Algérie française. On pourra y lire , notamment, un article d'Eric Branca ("De Gaulle et l'Algérie"), de Claude Jacquemart ("Avril 1961 : la révolte éphémère") et de Roland Hureaux ("France-Algérie : violence et passion") ainsi qu'un entretien avec Hélie de Saint-Marc.

Hors dossier, on pourra lire deux articles sur la situation en Afrique du Nord par Pascal Meynadier ("Libye, Khadafi otage des tribus") et par Bruno Rivière ("Derrière Khadafi, la Lybie éternelle"), un entretien avec le géopoliticien François Thual et des articles sur les Hussards, sur Cioran et sur Fabrice Luchini. Et on retrouvera, bien sûr,  les chroniques de Patrice de Plunkett et d'Eric Zemmour.

19/03/2011

Une saison en enfer...

Le Figaro vient de faire sortir en kiosque un numéro hors-série consacré à Céline. On y trouve, notamment, des articles de François Gibault, de Philippe Alméras, de David Alliot et de Philippe Colombani, ainsi qu'un entretien avec Fabrice Luchini. Le tout est agrémenté d'une superbe documentation iconographique !

 

Céline saison en enfer.jpg

06/03/2011

Philippe Muray, un mort radio-actif...

Ecrivain confidentiel de son vivant, Philippe Muray, l'homme qui a le mieux dépeint l'Empire du Bien qui nous entoure, avec son "dernier homme", l'Homo festivus,  et qui a su provoquer chez ses lecteurs un grand rire libérateur, est en train de devenir un contemporain capital grâce au rayonnement que dégage son oeuvre. Philippe Delaroche sur le site de l'Express, nous apprend la sortie à l'automne d'un gros volume d'hommage, aux éditions du Cerf, qui lui sera consacré, ainsi que la sortie en 2012 du premier volume de son journal, tenu quotidiennement pendant vingt-cinq ans...

 

Philippe-Muray.jpg 

 

 

Luchini, Zemmour, Chalmin... rendent hommage à Philippe Muray

Cinq ans après le décès de Philippe Muray, de nombreux auteurs lui rendent hommage.

Avec ses lectures au Théâtre de l'Atelier, Fabrice Luchini est pour quelque chose dans le rayonnement que connaît l'oeuvre de Philippe Muray - disparu le 2 mars 2006 à Paris, à 60 ans, après avoir été ignoré de son vivant par les Dr Knock de la culture. Mais le comédien est moins seul que jamais à porter ses couleurs. En témoigne l'hommage collectif de 800 pages que publient à la rentrée prochaine les éditions du Cerf. Directeur de la collection Les Cahiers d'histoire de la philosophie, Maxence Caron réunira une quarantaine de contributions. Celles de Jean Clair, d'Alain Besançon ou d'Eric Zemmour, mais aussi celles de nouveaux talents, tels que Olivier Souan, Alexandre de Vitry ou Pierre Chalmin. Auteur d'un Dictionnaire des injures littéraires, ce dernier promet cette fois-ci un certain Entretien avec le professeur M., "où l'on voit, précise Maxence Caron, Céline engueuler Muray, et Muray engueuler Céline". L'éditeur ajoutera un essai personnel sur la modernité réactionnaire : Muray, la femme et Dieu (Artège). Muray était à l'école de Baudelaire. Ses jeunes lecteurs aussi. A l'exemple de Bernard Quiriny, l'auteur des Assoiffées (Seuil), dont les visiteurs du Salon du livre du Mans ont entendu le 16 octobre 2010 l'adresse lors de l'hommage rendu avec Aude Lancelin, Elisabeth Lévy et Eric Naulleau : "Et vous-même étiez moderne, le plus moderne des modernes peut-être, puisque est moderne celui qui se tient à l'écart de la bêtise de son temps." Prochain antidote : le premier tome de l'explosif Journal de Muray, annoncé pour 2012. 

Philippe Delaroche (L'Express, 2 mars 2011) 

22/03/2010

Fabrice Luchini lit Philippe Muray au théâtre de l'Atelier

Aujourd'hui à 20 heures 30, dimanche 28 mars à 13 heures et lundi 29 mars à 20 heures 30, l'acteur Fabrice Luchini lira des extraits de l'oeuvre de Philippe Muray au théâtre de l'Atelier, à Paris. Homo festivus s'abstenir !

 

affiche Luchini.jpg

"Après Barthes et la Fontaine, l’acteur célèbre le philosophe iconoclaste, disparu en 2006.
C’est l’époque elle-même, ses travers, son « infantéisme », ses précieux, ses ridicules, ses tartufes qui, par la voix entêtante et le phrasé précis de Luchini se déploieront sur la scène. L’acteur aime la langue française, la drôlerie, la singularité et la liberté. En un mot, la littérature. Avec une préférence pour les moralistes grand teint, surtout quand ils manient l’humour du désespoir. Ces deux-là ne pouvaient donc que se rencontrer."
Elisabeth Lévy – Le Point.