Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/07/2011

Décoloniser l'imaginaire ?...

"Révolution signifie une transformation radicale des institutions de la société. En ce sens je suis certes un révolutionnaire. Mais pour qu'il y ait une telle révolution, il faut que des changements profonds aient lieu dans l'organisation psycho-sociale de l'homme occidental, dans l'attitude à l'égard de la vie, bref dans son imaginaire. Il faut que l'idée que la seule finalité de la vie est de produire et consommer davantage - idée à la fois absurde et dégradante - soit abandonnée ; il faut que l'imaginaire capitaliste d'une pseudo-maîtrise pseudo-rationnelle, d'une expansion illimitée soit abandonné."    Cornélius Castoriadis

 

Nous vous signalons la réédition aux éditions Parangon d'un ouvrage de Serge Latouche publié initialement en 2003 et intitulé Décoloniser l'imaginaire - La Pensée créative contre l'économie de l'absurde. Sociologue et philosophe, Serge Latouche est l'auteur qui, au travers de nombreux ouvrages, a donné de la visibilité à l'idée de décroissance en France. Il dirige la revue Entropia.

 

Décoloniser l'imaginaire.jpg

"Promettre la richesse en produisant de la pauvreté est absurde. Le modèle occidental de développement est arrivé à un stade critique. Ses effets négatifs sur la plus grande partie de l'humanité et sur l'environnement sont évidents. Il est nécessaire de le freiner, de le ralentir, voire de l'arrêter avant que des luttes, des cataclysmes ou des guerres ne se déclenchent. Partout dans le monde apparaissent les îlots d'une nouvelle pensée créative qui aspire à une vie sociale et économique plus équilibrée et plus juste. Cette critique du développement bouscule nos certitudes et remet en question la pensée et la pratique économiques de l'Occident"

 

18/05/2011

Aux sources de la décroissance...

Les éditions Parangon/Vs viennent de publier le dixième numéro d'Entropia, la revue d'étude théorique et politique de la décroissance. Cette revue semestrielle, animée par Serge Latouche, s'intéresse cette fois-ci aux sources intellectuelles de la décroissance.

 

Entropia 10.png

 

L’intérêt croissant qui semble se manifester dans l’opinion pour l’idée de décroissance n’est pas dénué d’ambiguïtés, de contresens ou de mauvaise foi. C’est pourquoi il est nécessaire de revenir aux sources de cette idée dont les premiers germes parcourent les siècles, d’Épicure à François d’Assise et Thoreau. Toutefois, les textes rassemblés ici ne prétendent certainement pas à l’exhaustivité. Ils portent essentiellement sur un choix de dissidences, de dissonances et de ruptures advenues dans la pensée depuis la naissance de la civilisation thermo-industrielle. Par rapport aux diverses formes prises par l’idéologie dominante mythifiant le progrès et les bienfaits du « confort », une petite minorité de penseurs engagés contre une évolution suicidaire de la modernité n’a cessé de se manifester. Revisiter les sources de la décroissance, c’est aussi rendre hommage aux pionniers qui nous permettent aujourd’hui de poursuivre cette interminable quête du sens à donner à l’aventure humaine, décidément irréductible à l’extension sans limites de ses prédations.

 

Sommaire

Avis. Jean-Claude Besson-Girard ... 3 (lire en ligne)
La métaphore des sources. Jean-Claude Besson-Girard ... 5

Dissidences ... 13
Le luddisme et ses avatars. François Jarrige ... 15
William Morris,ou l’utopie réalisée. Serge Latouche ... 25
Le droit à la paresse contre le droit au travail. Arnaud du Crest ... 37
Socialismes et utopies, ressources de la décroissance. Michel Lepesant ... 45

Dissonances ... 57
Une subversion jubilatoire. Aurélien Cohen ... 59
Tombeau de Ludwig Boltzmann. Michel Guet ... 69
Le malentendu Giono. Édouard Schalchli ... 79
Au sortir de l’asphyxie des Trente glorieuses. Simon Charbonneau ... 92

Ruptures ... 99
De Günther Anders à l’obsolescence de la décroissance. Philippe Gruca ... 101
De Meadows à Mansholt : L’invention du « zégisme ». Timothée Duverger ... 114
Survivre… et Vivre ! : une critique de la science aux origines de l’écologie. Céline Pessis ... 124
Nicholas Georgescu-Roegen et le « message terrestre » de la décroissance. Jacques Grinevald ... 135

Hors champ ... 155
La précaution est-elle notre avenir ? Geneviève Decrop ... 157
Une fausse solution. Frédéric Durand ... 172
Réhabiliter la peur. Chantal Guillaume ... 188
Relocalisation : non suffisante, mais nécessaire. Jean Monestier ... 199
Une heure de plus dans le train. Yann Raison du Cleuziou ... 208

Notes de lecture ... 217

  

17/12/2009

L'effondrement : et après ?

Entropia, la revue théorique des décroissants , regroupés autour de Serge Latouche, réfléchit à l'après-effondrement.

Entropia.png
"Au dogmatisme arrogant du scientisme et de l’économisme, l’hypothèse de la décroissance oppose une clairvoyance inquiète. Ce flair provocant, nourri d’observations croisées, de recoupements systémiques et de sensibilités aiguisées, se veut aussi un puissant antidote aux anesthésiants que la doxa dominante impose aux sociétés pour annuler leurs révoltes ou les réduire en argent. La kyrielle des crises qui nous affectent présentement sous le joug de ce modèle impérial est contenue dans le seul mot d’effondrement. En effet, comment peut-on nom¬mer autrement la situation actuelle où, comme toujours, les plus démunis sont aussi les plus touchés ? Mais pour imaginer à cet effondrement un après qui ne se contente pas de repousser l’échéance d’une possible auto-extinction de l’espèce humaine, ne convient-il de passer au crible les croyances et les leurres cultivés depuis si longtemps ? Bien sûr, on ne trouvera pas ici « le lieu et la formule » dans le côtoiement de l’abîme cher à Rimbaud. Tout au plus, mais c’est peut-être préférable et en tout cas plus politique, pourra-t-on choisir parmi les textes proposés ceux qui exposent des analyses exigeantes de la conjoncture ou bien des quêtes plus intuitives et sans certitudes balisées. D’autres encore examinent les transitions à l’œuvre entre l’impasse du présent et l’espoir à reconstruire au-delà des ruines. Toujours est-il qu’il existe une vie possible après l’effondrement : celle dont nous pouvons dès maintenant choisir le visage en saisissant l’opportunité offerte par une objection de croissance se développant de territoires en territoires, comme pour marier enfin les réalités inévitables de la nature aux impératifs de la fraternité. Ni plus ni moins."
Au sommaire :

Malaise dans l’effondrement. Jean-Claude Besson-Girard .... 3

Variations sur l’état des lieux .... 9

Les vraies causes de la récession. Yves Cochet .... 11 Comprendre la crise globale pour en sortir. Jean-Marie Harribey .... 21 De quoi la crise est-elle le signe ? Dominique Méda .... 33 De la catastrophe à l’effondrement. Serge Latouche .... 45 La machine infernale. Simon Charbonneau .... 53 La région des grands lacs africains : collapse nature-société pronostiqué. Alain Cazenave Piarrot .... 61

Charnières et passages .... 75

La crise impensable, ou l’effondrement de l’intelligence collective. Jean-Paul Malrieu .... 77 Comment nous guérir de la folie de l’argent ? Bernard Guibert .... 88 Contre l’effondrement des institutions, défendre la représentativité politique. Vincent Cheynet .... 99 Au-delà de la crise, vers une troisième modernité ? Geneviève Decrop .... 106 Conjurations. Frédéric Neyrat .... 121

Et après ? .... 131

Scénarios du futur et initiatives de transition. Christian Araud .... 133 Un futur désirable sans croissance est possible, mais il faut réduire fortement les inégalités. Jean Gadrey .... 144 Les paramys au pouvoir ! Willem Hoogendijk .... 153 L’Europe peut-elle apporter une réponse à la crise de civilisation ? Paul Lannoye .... 166 Les transition Towns : résilience, relocalisation et catastrophisme éclairé. Luc Semal et Mathilde Szuba .... 178 La Californie par-delà l’effondrement. Agnès Sinaï .... 189

Hors champ .... 203

Humanitaire pour quelle humanité ? Philippe Blackburn .... 205