Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/01/2012

"Il faut partir d'Afghanistan !"...

Vous pouvez regarder ci-dessous la chronique d'Eric Zemmour sur RTL, en date du 23 janvier 2011, consacrée à la guerre française en Afghanistan. Une analyse lucide...


Eric Zemmour : "Il faut partir d'Afghanistan !" par rtl-fr

24/07/2011

Les snipers de la semaine... (26)

 

emmanuel lemieux,anne sinclair

 

 

Au sommaire :

- sur Les influences - Des idées et des hommes, Emmanuel Lemieux envoie une fléchette empoisonnée à Anne Sinclair...

Portrait sociologique d'Anne Sinclair

emmanuel lemieux,anne sinclair

 

- sur Défense nationale, le site de la revue, le Cadet mouche proprement et avec élégance les stratèges de salon et leur grand maître BHL

Aux stratèges de salon

emmanuel lemieux,anne sinclair

 

16/07/2011

Libye : vers une défaite politique du couple anglo-français ?...

Vous pouvez écoutez ci-dessous un entretien donné par Alain de Benoist à la Radio iranienne de langue française à propos de la guerre en Libye et des tentatives de marche arrière de notre pays pour sortir rapidement du conflit.

 

Alain de Benoist 4.jpg

 

 
podcast

14/07/2011

Les plus avisés et les plus lucides...

Nous reproduisons ci-dessous une chronique de Philippe Bilger, cueillie sur son site Justice au singulier et consacrée à l'enlisement de notre pays dans le conflit libyen ainsi qu'à ceux qui, contre l'opinion médiatique dominante, avaient prévu cette situation...

 

Bombardements-Tripoli.jpg

 

Rony Braumann avait raison

Il ne fait pas de doute que la continuation de l'intervention française en Libye va être approuvée à l'Assemblée nationale et au Sénat, par l'UMP évidemment mais aussi par les socialistes qui se trouvent dans un étau politique pour l'avoir admise dès l'origine à partir du moment où elle était validée par l'ONU (Le Figaro, Le Monde, nouvelobs.com, Marianne 2).

On entend et on lit de plus en plus, ici ou là, des considérations formulées notamment par des militaires à la retraite ou des universitaires passionnés par la matière. Ils mettent en cause les modalités des opérations menées en Libye, le caractère aujourd'hui ambigu de leur but et doutent de leur réussite si elles continuent à s'enliser avec un Kadhafi toujours là et négociant peut-être en douce grâce à l'entremise d'un fils (jdd.fr). Les opposants malgré l'aide exclusivement apportée par la France donnent l'impression de piétiner alors que, nous dit-on, ils avanceraient et menaceraient le Pouvoir de Kadhafi et donc lui-même.

Ce qui m'importe, c'est de faire valoir à quel point certains, qu'on juge pessimistes, trop peu cocardiers dans l'instant ou le coeur sec et insensible aux possibles malheurs du monde, apparaissent souvent, devant les développements de la réalité guerrière, comme les plus avisés et les plus lucides.

Je me souviens d'un dîner-débat organisé le 26 avril par un club de réflexion auquel j'envisageais de m'affilier. C'était ma première expérience. J'ai compris que ce genre de réunion n'était pas pour moi même si en l'occurrence cette soirée s'est déroulée sous l'égide bienveillante de Jean-Claude Guillebaud et qu'elle m'a permis d'entendre, notamment, Régis Debray et l'une des deux personnes invitées à débattre qui était Rony Braumann.

J'ai encore dans l'oreille toutes les réserves exprimées par ce dernier au sujet de l'intervention française en Libye. Même s'il tenait compte de l'aval de l'ONU, il dénonçait le manque de préparation, l'absence de données sur la structure de ce pays et au moins sur sa division profonde entre Tripoli et Benghazi, les finalités floues de l'expédition - s'agissait-il d'éviter un massacre et il affirmait que rien ne permettait de le croire certain ou de se débarrasser de Kadhafi ? - et le risque d'enlisement et de délitement de celle-ci. Il était moins convaincant à mon sens dans les propositions mais affirmait cependant qu'il existait mille autres moyens, mais de nature politique et avec une contrainte internationale excluant la force, pour aboutir à la sauvegarde des droits de l'homme et à terme à l'effacement de Kadhafi.

Même si la majorité des convives n'était pas éloignée de sa vision, je me rappelle que j'ai eu du mal à résister à un mouvement qui me conduisait immédiatement à dénoncer la frilosité, voire le trop peu de patriotisme de Rony Braumann ! Au fil de la soirée, sa réplique toujours mesurée et intelligente aux interrogations formulées a emporté la conviction de beaucoup, même parmi les rares rétifs de prime abord. Je ne me disais plus que Rony Braumann avait forcément tort mais qu'il y avait du courage à avoir raison, peut-être, comme lui.

La suite des événements a montré que son analyse était absolument pertinente. A nouveau j'ai perçu le danger de ces intellectuels, philosophes ou autres qui au nom des droits de l'homme, invoqués sans cesse comme un étendard magique qui dispenserait de toute réflexion , étaient prêts à jeter les autres sur les sentiers d'une guerre qu'ils décrétaient juste. Et il fallait se contenter, si j'ose dire, de cet imprimatur !

Bernard-Henri Lévy, vibrion guerrier et inspirateur de la politique française en Libye avant qu'Alain Juppé reprenne les choses en main, plaît par son enthousiasme naïf et sa conviction vite faite : en 24 heures, les troupes de Kadhafi, des mercenaires, se débanderaient ! On s'aperçoit vite que ces va-t-en guerre abstraits ont tort !

Après viennent les Rony Braumann.

Trop tard.

Philippe Bilger (Justice au singulier, 12 juillet 2011)

14/05/2011

Une guerre ? Quelle guerre ?...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue intéressant de Jean Bonnevey, publié sur Metamag, le magazine de l'esprit critique, à propos de l'enlisement de la guerre contre la Libye... BHL, notre stratège de pointe, serait-il parti en vacances ?...

Mouammar_Kadhafi.jpg

 

Y a-t-il encore une guerre en Libye ?

Et si l’enlisement médiatique précédait l’enlisement militaire

Depuis l’attentat de Marrakech et la mort de Ben Laden, il faut vraiment être intéressé pour savoir ce qui se passe en Libye. Les dizaines d’envoyés spéciaux de nos médias, auprès bien sûr des « combattants de la liberté », semblent réduits à une sorte de chômage technique. Pendant une semaine, il aura fallu capter une brève à la radio ou aller dans les pages intérieures de la presse, pour avoir quelques données.

Cet enlisement médiatique n’est pas de bon augure pour une guerre qui semble, n’en déplaise à l’Otan, s’enliser. Mais ce recul de l’intérêt porté par les informateurs à la guerre contre le tyran de Tripoli correspond, fort curieusement, aux résultats d’un bombardement allié dont le résultat a été de tuer son plus jeune fils et quelques uns de ses petits enfants. Ce qui, on l’admettra, est inefficace et loin d’être très glorieux. Quand la « guerre du bien » dérape vers la sale guerre…Silence radio, diront les mauvais esprits, qui ont souvent raison de l’être.

L'expédition militaire ne ressemble, en rien, à l'avancée éclair des forces rebelles, au début de la révolte d’une partie du pays. La bataille des airs est une guerre d'usure : elle ne détruit les forces ennemies que petit à petit. Toutefois, comme elle dispose d'un véritable relais au sol, fût-il encore bien inexpérimenté, on peut penser qu'elle finira par faire tomber Kadhafi et ses  partisans, estime toujours l’OTAN.

Les troupes du colonel se sont, cependant, adaptées aux frappes de l'OTAN, en apprenant à se disperser rapidement, puis à se reformer au moment des attaques; mais les ressources de Kadhafi ne sont pas infinies. Son principal espoir : la puissance des alliés est aussi très limitée.

Ce n’est pas une promenade de santé et elle coûte

Même si les Anglais et les Français engagent des forces, qui sont loin d'être négligeables, elles sont très minces au regard des ressources nécessaires pour une campagne rapide. Selon Gérard Longuet, qui l’a communiquée devant la Commission de la Défense Nationale, la note s’élèverait déjà, selon notre confrère « Les Echos », à 50M€, dont une trentaine pour les munitions tirées: un missile de croisière coûte la bagatelle d’1ME. A dispositif inchangé, c’est 100M€ par trimestre.

Surtout que la coalition émet des ratés, notamment du côté italien. Après une semaine de bras de fer avec le gouvernement dont elle est le principal allié, la Ligue du Nord est parvenue à faire voter à la Chambre, la semaine dernière, une motion exigeant la fixation d'une date butoir, en accord avec les alliés, à l'intervention italienne en Libye. Le texte, voté par 309 députés (contre 294), exclut une "quelconque participation italienne" à d'éventuelles opérations au sol.

Le temps pourrait donc finir par jouer pour Kadhafi et cela augmenterait la tentation de lui faire le coup du vrai-faux-vrai Ben Laden ; si on n’a pas essayé, déjà, de le faire à plusieurs reprises. Ce qu’on nie, évidemment, en haut lieu. L'objectif de l'intervention militaire internationale en Libye «n'est pas de tuer Kadhafi» mais d'affaiblir son appareil répressif, a affirmé le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, en indiquant que le CNT venait d'établir une «feuille de route».

«Nous ciblons des objectifs militaires sur Tripoli», a-t-il poursuivi. «Il n'est pas question de s'enliser en Libye. Au bout de sept semaines, on ne peut pas parler d'enlisement, j'espère que cela ne durera pas au-delà de quelques semaines, au plus de quelques mois, mais il est prématuré de parler d'enlisement».

Bien vague ce baratin de notre Ministre des Affaires Etrangères qui, comme les stratèges et va-t-en guerre au petit pied euphoriques du 19 mars, se sont simplement plantés dans leur prévisions, persuadés que Kadafhi allait tomber, comme une figue sèche, en quelques jours de pétarades. Alors, un jour, une semaine, un mois, deux mois… On laissera la responsabilité de ses prévisions à notre Juju. Et on imagine, déjà, ce que sera l’avenir « otanisé » de la Libye à l’aune de leur précision.

Jean Bonnevey (Metamag, 11 mai 2011)