Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/12/2017

L’idéologie néo-conservatrice et la politique étrangère française...

Vous pouvez découvrir ci-dessous un entretien réalisé par TV Libertés avec Renaud Girard à l'occasion d'une conférence qu'il donnait au Cercle Pouchkine sur le thème "L’idéologie néo-conservatrice et la politique étrangère française". Grand reporter au Figaro, Renaud Girard est l’auteur de Quelle diplomatie pour la France (Cerf, 2017).

 

                                 

23/06/2017

Crise du Golfe : une occasion pour la France de revenir dans le (grand) jeu ?...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Caroline Galactéros, cueilli sur son blog Bouger les lignes et consacré aux possibilités de retour dans le jeu proche-oriental qu'offrent à la France la mise au ban du Qatar par les Etats-Unis et l'Arabie saoudite... Docteur en science politique et dirigeante d'une société de conseil, Caroline Galactéros est l'auteur de  Manières du monde, manières de guerre (Nuvis, 2013) et publie régulièrement ses analyses sur le site du Point et sur celui du Figaro Vox.

Qatar.jpg

Petit manuel de diplomatie à l'usage d'Emmanuel Macron : la crise du Golfe

Kairos : le moment opportun pour les Grecs ou l'art d'exploiter une situation à son avantage en allant généralement à contre-courant de l'interprétation dominante qui en est donnée. Le soudain opprobre qui s'abat sur le richissime émirat mis au ban, après des années de complaisance occidentale et régionale, constitue l'une de ces « fenêtres d'opportunité » inespérées dont notre nouveau président doit avoir l'audace de se saisir pour prendre l'ascendant en Europe en reprenant l'initiative en Syrie, et ainsi imposer la France comme puissance médiatrice dans cette crise majeure.

Il serait trop long de revenir sur tous les événements qui ont motivé la tentative (pour l'heure peu efficace…) de mise au pas de Doha et sa condamnation comme suppôt du terrorisme à l'iniative… de Riyad. Je me permets de renvoyer le lecteur à mon blog « Bouger les lignes » et à la publication du post « Crise du Qatar : mise au pas de l'Émirat avec l'Iran en ligne de mire » qui fait un point détaillé sur la séquence des événements et ses arrière-plans.

Une situation explosive

Cette crise de rivalité entre les deux principaux parrains de l'islamisme militant mondial depuis presque 40 ans illustre une nouvelle phase de la partie grave et dangereuse qui se joue au Moyen-Orient. Mais la vérité est parfois indicible et des visées indéfendables pourraient déclencher l'indignation. Il faut donc produire un leurre, cibler un Etat pour en viser un autre dont les crimes ne sautent pas aux yeux, et rassurer une opinion occidentale désinformée et angoissée par l'impuissance ou les inconséquences de ses gouvernants face au terrorisme.

Alors, on déroule un story-telling manichéen qui a tout d'une farce cynique : l'Occident, qui n'en savait rien naturellement, vient de « découvrir », Washington en tête, que le Qatar soutient le terrorisme, tout seul parmi les pays sunnites du Golfe persique, et, ultime outrage, en connivence avec le nouvel acteur central d'un « Axe du mal » revisité : l'Iran ! La condamnation tonitruante de Doha, à l'initiative de Riyad, qui n'a pu le faire qu'avec l'aval de Washington, voire sur sa forte incitation, serait légitime ; il faudrait en fait même remercier l'Arabie saoudite de sa clairvoyance…. Et surtout l'aider à étendre son emprise régionale, notamment en Syrie et au Yémen, face à ces dangereux parias… au nom même de la lutte contre le terrorisme ! On se pince !

La réalité est plus complexe et plus simple à la fois... On assiste en fait à un réalignement inattendu des équilibres de forces et des alliances entre carpes et lapins, dans un contexte marqué par une explosive conjonction d'éléments : double offensive contre Raqqa et Mossoul et concurrence à la frontière syro-irakienne ; réduction progressive de l'État islamique dans sa forme actuelle ; exaspération des tensions entre intervenants régionaux ; sélection en cours, sous la houlette de Moscou, d'interlocuteurs islamistes « acceptables » pour un processus politique viable en Syrie et donc concurrence grandissante entre milices islamistes soutenues par Riyad ou Doha et nécessité de maîtriser leurs parrains et financiers ; enjeux énergétiques colossaux ; affrontement russo-américain relancé par ceux qui, aux États-Unis, ont fini par contraindre Donald Trump à enterrer ses projets initiaux de coopération avec Moscou.

L'influence de plus en plus voyante de Moscou

Il faut dire que la visite de Donald Trump à Riyad les 21 et 22 mai, marquée par son lancement – encore infructueux – d'une « Otan arabe » et la réassurance spectaculaire de son allié saoudien (le délestant au passage de pharaoniques promesses de contrats) a été le point d'orgue d'une douloureuse prise de conscience de l'ampleur de la perte d'influence américaine sur le jeu politico-militaire en « Syrak ». Plus encore sans doute lorsque le ministère des Affaires étrangères iranien a publié, le 4 juin dernier, en réaction aux derniers attentats de Londres (et quelques jours avant ceux de Téhéran que Donald Trump déclara considérer comme une réponse quasi légitime à l'attitude iranienne…), un communiqué « condamnant le terrorisme sous toutes ses formes » et pointant clairement du doigt Riyad. Il était grand temps de reprendre la main et de se poser en allié protecteur et fiable du Royaume saoudien donc, mais aussi d'Israël afin de contrer l'influence de plus en plus voyante de Moscou dans la chasse gardée du Conseil de coopération du Golfe, mais aussi en Égypte, au Kurdistan irakien et plus encore en Libye.

Ce que l'on reproche à Doha, chacun le sait, c'est, depuis 2014 déjà et l'arrivée de l'émir Al Thani « le jeune » au pouvoir, son approche conciliante et pragmatique envers Téhéran (avec qui il partage l'exploitation du gigantesque champ gazier de North Dome/South Pars). L'ère du dogmatisme a décidément du plomb dans l'aile. Elle résiste de moins en moins à la nécessité pour les acteurs locaux d'échapper aux antagonismes primitifs dont ils tirent certes parti, mais qui font surtout le bonheur des stratèges occidentaux, pour rechercher des solutions pragmatiques et maîtriser un « chaos constructif » qui finit par leur coûter cher sans rapporter assez.

L'enjeu énergétique

Derrière toute cette mousse et cet effet de loupe sur le Qatar subitement diabolisé (nonobstant la réalité de ses turpitudes et compromissions), Moscou poursuit en effet sous les radars sa diplomatie de grande envergure, non idéologique et hyper-pragmatique, selon au moins trois axes manifestes (et d'autres, encore discrets) qui orientent la lecture des événements, y compris militaires, vers une grille d'analyse énergétique au détriment d'une approche strictement confessionnelle.

  • Cette crise lui permet en premier lieu de resserrer les liens croissants qui lient désormais les secteurs énergétiques russe et qatari via des investissements considérables (dans Novatek en février 2016 et dans Rosneft en décembre 2016), et de faire sensiblement bouger les lignes en Syrie et en Irak. Avec Doha, c'est un État sunnite en effet, et non des moindres, qui est de facto poussé à rejoindre le camp à dominante chiite, mais à tutelle russe, et il sera désormais difficilement possible au gaz iranien et qatari d'atteindre désormais l'Europe sans l'aval de Moscou…
     
  • Outre l'attraction progressive du Qatar dans son orbite, la Russie poursuit sa stratégie opportuniste de retournement des points d'appui américains selon deux autres axes principaux : Moscou enfonce un coin important entre Washington et Ankara, alliés de l'Otan, par la conclusion récente d'un accord pétrolier d'ampleur avec les Kurdes d'Irak, traditionnels alliés des Américains et des Turcs, qui ont de féroces et éclectiques appétits… Moscou essaie donc de les faire basculer dans son escarcelle en profitant du refroidissement actuel de la relation entre Ankara et Washington. Le géant pétrolier Rosneft vient en effet de signer le 2 juin, un accord d'exploration-production et exploitation très important avec M. Barzani, qui permettra à Moscou de peser sur le projet américain de division de l'Irak. Dans ce pays comme en Syrie, Moscou cherche en effet à préserver les structures unitaires d'État quitte à envisager une organisation interne entre provinces autonomes. Washington, de son côté, vient de déployer des lance-roquettes multiples HIMARS dans sa base militaire du Sud syrien d'al Tanf, à la frontière syro-irakienne, qui menacent directement les forces gouvernementales de Bachar el-Assad. En matière de lutte contre le terrorisme, on peut faire mieux.
     
  • En troisième lieu, le « dossier libyen » a mûri et semble sur le point de bouger. Là aussi, sous l'influence déterminante du soutien politique et militaire apporté par Moscou au général Haftar (reçu en janvier à bord du Kouznetsov et renforcé par la livraison de Mig 27 pris sur les stocks russes, mais aussi par des armements venus des EAU…). L'homme, qui étend à grands pas son emprise de la Cyrénaïque vers le centre et l'Ouest libyens, n'est désormais plus jugé comme un perturbateur, mais comme un facteur cardinal de cohésion du pays face à un gouvernement de Tripolitaine reconnu internationalement, mais dépourvu de toute autorité ou représentativité populaire et toujours sous emprise de milices islamistes... Il reste que rien ne sera possible pour ce pays sans une réconciliation tribale qui semble pour l'heure ne pouvoir s'envisager que sous la houlette de l'un des fils de Muammar Kadhafi, Saïf el-Islam, que l'on dit tout juste libéré des geôles locales. Mais l'Occident humilié, qui réalise l'inanité de ses choix passés, réagit une fois encore de la pire façon : la Cour pénale internationale vient de lancer un mandat d'arrêt contre celui qui pourrait peut-être encore sauver son pays des griffes islamistes. Cherchez l'erreur…

Un « front » sunnite fragilisé

Le jeu de dominos sanglants se poursuit donc à vitesse accélérée dans la perspective qui se rapproche du vaste marchandage politico-économico-militaire qui décidera de l'avenir de la Syrie, de l'Irak et des zones d'influence au Moyen-Orient. Croyant le renforcer, Donald Trump vient en fait de fragiliser un « front sunnite » déjà fissuré par les positions plus équilibrées des Émirats arabes unis, d'Oman, du Koweït et même de l'Égypte vis-à-vis de Téhéran. Israël n'est pas en reste, qui reproche à Doha son soutien au Hamas et à Téhéran celui au Hezbollah (dont l'un des responsables menace de représailles militaires l'offensive pétrolière de l'État Hébreu au large des côtes libanaises aux dépens du pays du Cèdre).

Bref, les lignes bougent, se brouillent parfois. Le dogmatisme semble sévir paradoxalement plus dans nos contrées ultradéveloppées que chez ces peuples de marchands roués qui préservent leurs intérêts économiques et financiers et ne donnent pas tous dans le manichéisme éruptif.

On a donc désormais un trio Washington-Riyad-Tel-Aviv qui s'oppose à un maul de plus en plus fournie autour de Moscou avec Téhéran, Doha, Damas bien sûr et Bagdad. Ankara cherche sa place entre ces deux centres de gravité, mais ses intérêts là aussi énergétiques et financiers rapprochent au moins partiellement le régime du président Erdogan de Moscou (avec la reprise du projet Turkish Stream) et de Doha, dont les largesses et le gaz sont précieux en cette période difficile face aux pressions américaines. En retour, le régime turc renforce sensiblement sa base militaire au Qatar et pousse Washington à la surenchère… : les États-Unis viennent d'annoncer la livraison de F15 à... Doha !

Entre ces deux ensembles, l'Égypte comme les EAU, Oman et même le Koweït jouent leurs cartes respectives sans exclusive, dans des soutiens croisés et parfois en apparence contradictoires. Il est intéressant de constater que ces deux lignes de fracture déjouent les certitudes occidentales de la stricte confrontation confessionnelle entre chiites et sunnites. Là aussi, le réalisme semble l'avoir emporté et Doha comme Ankara en viennent à rechercher désormais la protection de Téhéran et de Moscou pour préserver leurs positions énergétiques. En cherchant à faire bouger la mire vers la cible iranienne, Donald Trump et ceux qui l'inspirent pourraient in fine renforcer considérablement Moscou comme pôle de stabilité et surtout de fiabilité régionale vers lequel même certains États du Golfe pourraient se porter.

Une erreur « made in USA »

Trump se trompe donc, et Paris doit se saisir de ce kairos inespéré. Un triple kairos même, pour la France, pour l'Europe et pour la France en Europe. Une chance pour un jeune président qui aurait la France en tête et la volonté de refonder une politique étrangère d'envergure, donc de rompre avec des postures diplomatiques indigentes et contre-productives. En effet, plutôt que de hurler avec les loups, de sauter de piège en piège et d'ouvrir une nouvelle boîte de Pandore en criminalisant l'Iran pour complaire à Israël et faire oublier notre long et si triste double jeu pratiqué en Syrie contre des largesses saoudiennes, Paris a tout intérêt à offrir son plein soutien à la résolution de cette crise de confiance surjouée, en s'appuyant notamment sur son influence au Liban, sur sa récente reprise de contact avec Moscou initiée par le nouveau président, et en faisant valoir l'évidente nécessité d'intégrer pleinement l'Iran à toute négociation régionale.

L'Iran en effet, vient de réélire un président réformateur et se cabre dangereusement devant l'entreprise de diabolisation américaine qui compromet sa renaissance tant attendue et sa réintégration internationale. Sa capacité de nuisance est considérable, notamment via le Hezbollah ou les milices chiites qui œuvrent dans la région, notamment en Irak. Téhéran a besoin d'une puissance qui compte pour le faire sortir de ce cercle vicieux. Une puissance qui démonte la machination et rappelle son respect – récemment attesté par l'AIEA – de l'accord sur le nucléaire de juillet 2015. Une puissance qui serve l'apaisement régional en enrayant le mécanisme si dangereux de la prophétie auto-réalisatrice qu'entretiennent Washington comme Tel-Aviv.

Restaurer la légitimité de l'Occident

La rapacité structurelle du système militaro-industriel américain, qui « construit l'ennemi » en permanence pour se nourrir, plonge des sociétés entières dans la guerre et la mort et les oripeaux moralisateurs agités pour faire oublier cette triste évidence ne convainquent plus personne. Là aussi, Paris a une importante carte politique à jouer. Cela nous permettrait, dans un même mouvement, de faire valoir auprès de nombre d'États inquiets notre « intelligence du monde » et notre attachement au respect d'une honnêteté intellectuelle minimale dans l'appréciation des situations de crise. Restaurer la légitimité des puissances occidentales, si abîmée depuis au moins 2003, est un immense chantier dont nous devons prendre notre part. Encore une fois, dans cette affaire, nous n'avons aucun intérêt à nous aligner sur un camp contre un autre, mais tout à gagner à faire valoir la richesse et la diversité de nos liens historiques avec toutes les puissances du Levant, et à porter une démarche inclusive et pragmatique au service d'un apaisement véritable.

Paris n'a rien à perdre à une telle approche, y compris en Europe qui, comme d'habitude, ne réagit pas ou à peine, alors qu'il est plus que temps pour elle de lancer enfin un projet ambitieux de défense commune autour des trois principaux États qui en ont encore les moyens militaires et les capacités industrielles et peuvent faire école : France, Allemagne et Grande-Bretagne.

Pourparlers inclusifs

Il n'est pas si difficile de provoquer un changement important de vision et d'ouvrir des espaces de manœuvre inédits. Il faut juste cesser de s'enferrer dans des égarements indéfendables, changer résolument de braquet intellectuel, en finir avec toute posture dogmatique et proposer de tenir rapidement, à Paris et à huis clos, des pourparlers inédits et inclusifs sur la Syrie. Ceux qui ne voudront pas en être s'excluront du jeu et s'en repentiront. Il faut lancer cette initiative, dans la mesure du possible, en alliance avec Washington et Moscou et en lien avec le processus d'Astana, et appeler Damas, Téhéran, Ankara, Riyad, Doha et consorts à y participer dans le respect d'un postulat cardinal : celui de la conservation du caractère unitaire de l'État syrien. Si les Syriens (comme les Irakiens) en effet doivent rester maîtres du sort de leur pays, il est irréaliste et dangereux d'imaginer le faire sans que les puissances intervenantes aient leur mot à dire.

Vouloir que tout le monde se parle, alors que nous ne sommes plus pris au sérieux en Syrie car réduits à notre intervention militaire – illégale et illégitime –, peut paraître naïf ou présomptueux. Mais c'est précisément dans cette neutralité bienveillante, constructive et réaliste que la France a une valeur ajoutée à démontrer. Ce qui est naïf (ou d'un cynisme indéfendable), c'est de croire, après plus de 6 ans d'une suite d'erreurs de jugement aux conséquences humaines tragiques, que l'on puisse obtenir un résultat autre que formel en persistant à ignorer le réel et les acteurs majeurs. Notre aveuglement consenti et entêté prolonge inutilement le martyre du peuple syrien et celui des Irakiens qui n'ont que trop souffert de nos utopies politiques infantiles.

Caroline Galactéros (Bouger les lignes, 20 juin 2017)

30/12/2015

La diplomatie française entre atermoiements et impuissance assumée...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Philippe Migault, cueilli sur le site de l'agence d'informations russe Sputnik et consacré au flottement de la diplomatie française, notamment vis-à-vis de la Russie...

Philippe Migault est directeur de recherche à l'Institut de Relations Internationales et stratégiques (IRIS).

Hollande_diplomatie.jpg

La diplomatie française entre atermoiements et impuissance assumée...

La reconduction des sanctions envers la Russie avec l’assentiment de la France est révélatrice de notre incapacité à conduire une politique étrangère cohérente. Soucieuse de donner des gages à tous, notre diplomatie n’est plus lisible, ni crédible.

Dans la foulée des attentats qui ont frappé Paris le 13 novembre dernier, les autorités françaises ont cessé de camper sur leurs anciennes positions déconnectées des faits sur le dossier syrien afin de demander la collaboration de la Russie, que François Hollande est allé chercher en personne au Kremlin, à grand renfort d'amabilités et de tutoiement vis-à-vis de Vladimir Poutine. Terminée l'intransigeance sur le départ préalable de Bashar el-Assad, avant tout processus négocié de sortie de crise. Contraint et forcé, Laurent Fabius est non seulement revenu sur cette ligne inflexible, mais est même allé jusqu'à évoquer une coopération contre l'Etat Islamique avec les troupes du dirigeant syrien, bref, semblait rejoindre la position de la Russie. Dans ce cadre, alors que nous semblions bel et bien prêt à nous rendre à Canossa, il eût semblé logique de mettre fin à la bouderie franco-russe déclenchée par la crise ukrainienne et de cesser d'apporter notre soutien à la politique de sanctions décrétée par l'Union européenne envers Moscou. Manuel Valls, avec sans aucun doute l'assentiment préalable de François Hollande, semblait aller dans ce sens lorsque, le 26 novembre dernier, il déclarait à la tribune de l'Assemblée nationale que la France aimerait que ces sanctions prennent fin. Mais une fois encore le diable se cache dans les détails et pour ceux qui n'ont pas retenu simplement cette phrase, mais ont pris soin d'écouter la totalité du discours du Premier ministre, il était clairement stipulé que la levée des sanctions demeurait conditionnée au respect par la Russie des accords de Minsk-2. C'est là, dans cette aspiration à obtenir tout et son contraire en Syrie et en Ukraine, que le bât blesse.

Car les autorités françaises savent pertinemment que la plupart des violations du cessez-le-feu sont à attribuer, non pas à la Russie et aux séparatistes du Donbass, mais aux Ukrainiens. Elles ne peuvent que constater l'impuissance de Kiev à réformer sa constitution dans le sens d'une autonomie accrue des provinces ukrainiennes, comme convenu dans le cadre de ces accords. Bref, elles exigent des Russes qu'ils se conforment à un texte qui n'est pas respecté par la partie adverse, ce dont celle-ci, aussitôt, tirerait avantage. Ce que nous, Français, serions certainement prêts à accepter suivant l'angélisme coutumier de nos dirigeants, s'imaginant qu'ils ont vocation à guider le monde par l'exemple, suivant « l'esprit des lumières », mais qu'on ne peut guère attendre d'un réaliste déterminé comme Vladimir Poutine. Manuel Valls savait donc, lorsqu'il s'exprimait il y a un mois, que ses propos relevaient du vœu pieux et ne l'engageaient à rien.

Au demeurant cela n'a rien de surprenant. La France est coutumière de cette diplomatie conjuguant effets de manche, absence de volonté politique et stratégie inexistante. D'une diplomatie multipliant les déclarations mais jamais suivie d'actes. Alors que nous avons perdu 130 de nos compatriotes, de nos proches, sous les coups des terroristes islamistes, les mêmes qui ont frappé à Beslan ou ont détruit l'Airbus A321 russe de Metrojet, rien ne semblait plus logique, alors que nous sommes de facto partenaires puisque confrontés au même ennemi, que de saisir cette occasion pour aplanir nos différents avec la Russie. Il n'en est rien. Car il est tellement plus important de donner des gages à nos « véritables » alliés. De flatter nos amis Polonais, qui nous ont fait miroiter des milliards de dollars de contrats d'armement si nous renoncions à vendre des Mistral aux Russes et qui, la chose faite, font la fine bouche sur nos matériels. De rassurer nos amis Baltes, pourtant loin de cultiver l'art du « vivre ensemble » avec les fortes minorités russes vivant sur leur territoire. De complaire à nos clients Qatari et Saoudiens, qui ignorent tout, bien entendu de l'Etat Islamique, du Wahabbisme et du terrorisme. De prouver notre fidélité à cette Union européenne dont le modèle s'écroule. De faire acte d'allégeance, enfin, à notre grand frère américain.

Oui, il est si important de plaire à nos mandataires, de ne pas froisser nos « partenaires », même lorsqu'ils ne pèsent rien comparativement à nos intérêts en Russie, qu'il ne nous reste, en définitive, que les mots pour donner l'illusion que la France conserve sa liberté d'action. Nos atermoiements n'ont rien d'innocent. Ils correspondent à notre statut réel. Celui d'une puissance régionale de second ordre qui, arguant de sa maîtrise de l'arme nucléaire et de son siège au conseil de sécurité, tente de persuader ses habitants qu'elle conserve un rôle mondial, mais qui, dans les faits, connaît ses moyens et assume son impuissance en catimini. Parce qu'il est hors de question, pour ses élites, de rêver encore de grandeur ou d'indépendance.

Philippe Migault (Sputnik, 23 décembre 2015)

 

09/09/2015

Hollande et les ambassadeurs ou les sophismes du « rayonnement »…

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Richard Labévière, cueilli sur le site des Observateurs et consacré à la politique diplomatique de François Hollande. Ancien rédacteur en chef à Radio France internationale et à la Télévision suisse romande, Richard Labévière est spécialiste des relations internationales et des questions de défense.

 

Hollande _ambassadeurs_2015.jpg

 

Hollande et les ambassadeurs ou les sophismes du « rayonnement »…

Le 25 août dernier, François Hollande a ouvert la 22ème conférence des ambassadeurs. Chaque année à même époque, ce rendez-vous traditionnel marque la rentrée de la diplomatie française et donne l’occasion au président de la République de développer sa vision de l’état du monde et de fixer ses priorités.

Sans surprise, François Hollande s’est d’abord conformé aux contraintes de calendrier en appelant les diplomates français à une totale mobilisation en vue de la prochaine réunion sur le climat qui se tiendra à Paris en décembre prochain. Son deuxième objet était tout aussi attendu : « la planète n’est pas seulement menacée par le réchauffement climatique, elle est confrontée à un terrorisme qui n’a jamais atteint ce niveau de barbarie, ni cette gravité depuis des décennies ». Escortant les reconfigurations du monde depuis la fin de l’empire romain, la notion de « barbarie » est-elle la plus appropriée pour qualifier et comprendre les dernières mutations de la menace terroriste ? Et, rappelant que la France avait été elle-même frappée en janvier dernier et encore tout récemment, le Président s’est félicité d’une réaction de « sang froid » ayant suscité une « solidarité internationale exceptionnelle, parce que la France représente pour le monde entier la liberté ». 

Chacun se souvient, en effet, de la marche républicaine du 11 janvier 2015, qui s’est déroulée en l’absence du secrétaire d’Etat américain John Kerry mais où plastronnaient, au premier rang et au coude-à-coude avec le Président, Benyamin Netanyahou et le premier ministre turc Ahmet Davutoglu notamment, tous deux bien connus pour leur défense continue de la démocratie et des droits humains… Quant à la représentation universelle de la liberté, on pourrait demander à Georges Ibrahim Abdallah, entre autres, ce qu’il en pense !

Cela dit, François Hollande prévient que « nous devons nous préparer à d’autres assauts et donc nous protéger… » Comme ses homologues occidentaux qui parlent de terrorisme, il évite soigneusement de remonter aux causes, se cantonnant à la description d’effets largement connus : « Dae’ch est le plus grand danger. Cette organisation contrôle un vaste territoire, en Syrie, en Irak, dispose de ressources importantes liées à des trafics de toutes sortes, à des ramifications sur l’ensemble du globe. Cette organisation enrôle, endoctrine, encadre pour tuer à une plus grande échelle. Les Musulmans sont ses premières victimes en Irak, en Syrie, au Koweït, en Lybie, mais les minorités sont systématiquement pourchassées et martyrisées ».

Suit une analyse sidérante, reprenant tous les poncifs et les erreurs d’une posture inaugurée sous Nicolas Sarkozy par la fermeture de l’ambassade de France en mars 2012 à Damas : « en Syrie, le monde a mis beaucoup de temps à réagir, trop de temps. A l’été 2012 la France avait donné l’alerte, et s’était d’ailleurs, dès le départ, déclarée en soutien de l’opposition syrienne. J’étais même le premier à la considérer comme la seule représentante légitime du peuple syrien. Un an plus tard, nous étions prêts à punir un régime qui avait utilisé, il n’y avait aucun doute là-dessus, des armes chimiques contre sa population. L’inaction de la communauté internationale, après qu’une ligne rouge a été délibérément franchie, a coûté cher, très cher ; Dae’ch, qui n’existait pas alors sous cette forme en Syrie, s’est installé et Bachar al-Assad a continué à massacrer son peuple ».

Premier mirage : celui d’une « opposition syrienne » représentée à Paris par quelques Happy Few francophones rêvant tous de devenir ministres grâce à l’appui des Frères musulmans syriens financés par le Qatar. Deuxième illusion : considérer une bande de bras cassés et d’idéologues opportunistes comme « seule représentante légitime du peuple syrien » était aller un peu vite en une besogne rappelant furieusement les bévues commises avec le CNT (conseil national de transition libyen), dont on a pu très vite apprécier la modération et le respect inné des valeurs démocratiques. Troisième curiosité : François Hollande prêt à « punir » le régime de Damas ! Punir  avant de surveiller? Mais comment surveiller, puisque l’ambassade fermée, les anges gardiens de nos services spéciaux ne mettaient plus un pied en Syrie, dépendant exclusivement des sources du renseignement américain, turc et saoudien pour « établir » que l’affreux dictateur avait fait usage, et lui seul, d’armements chimiques. Ce dernier point constitue l’erreur factuelle la plus flagrante, démolie définitivement par nombre d’experts internationaux. Enfin, et il faut le répéter ici,  Bachar al-Assad était loin d’être le seul à « massacrer » : il était confronté dès l’été 2012 à une véritable guerre civilo-régionale dans laquelle la France s’était engagée comme juge et partie prenante aux côtés de groupes armés « laïcs et modérés » comme l’Armée syrienne libre, antichambre de Jabhat al-Nosra, c'est-à-dire Al-Qaïda en Syrie, dont des représentants étaient reçus à l’Assemblée nationale… Ainsi avons-nous basculé de la « politique arabe » du Général de Gaulle et de François Mitterrand à une « politique sunnite de la France », multipliant par dix, ce faisant, nos ventes d’armes aux ploutocraties pétrolières du Golfe !

Après un tel enchaînement de contre-vérités, le Président se demande que faire ? Réponse tout aussi affligeante : « nous devons réduire les emprises terroristes sans préserver Assad, car les deux ont partie liée, et en même temps il nous faut chercher une transition politique en Syrie, c’est une nécessité. Le Conseil de sécurité l’a reconnu en adoptant la semaine dernière une déclaration, c’était la première depuis deux ans. Elle va dans la bonne direction et c’est un pas important. La Russie s’y est associée, et un dialogue peut donc être engagé. Il faut en fixer les conditions. La première, c’est la neutralisation de Bachar al-Assad, la seconde c’est d’offrir des garanties solides à toutes les forces de l’opposition modérée, notamment sunnite et kurde et de préserver les structures étatiques et l’unité de la Syrie. Enfin, la dernière condition, sans doute celle qui sera décisive, c’est de mêler toutes les parties prenantes à la solution. Je pense aux pays du Golfe. Je pense aussi à l’Iran. Je pense à la Turquie, qui doit s’impliquer dans la lutte contre Dae’ch, et engager, ou plutôt reprendre, le dialogue avec les Kurdes. J’appelle sur cette grande question, qui a eu un rôle important ces derniers mois, à une prise de conscience générale. »

La fable qui consiste à établir une symétrie entre le régime syrien et Dae’ch en les considérant comme des « ennemis complémentaires », les deux faces d’un même processus, et surtout en osant attribuer l’émergence de l’organisation « Etat islamique » au seul Bachar al-Assad, insulte l’intelligence de tous les experts de cette région, même ceux du Quai d’Orsay dont les notes sont jetées avant d’être lues... Ceux-ci savent pourtant pourquoi et comment l’administration Obama, les services saoudiens et turcs, avec la complicité de leurs supplétifs européens, ont fabriqué Dae’ch, espérant ainsi tourner la page d’une Qaïda qui menaçait de récupérer les « révoltes » arabes : rappelons qu’à l’époque Washington cherchait à mettre en place les Frères musulmans dans la plupart des capitales de la région. Dans les années 80, les mêmes avaient inventé Ben Laden pour lutter contre l’armée soviétique en Afghanistan, sans pour autant assurer le service après vente de ce Frankenstein qui finirait par se retourner contre ses créateurs !

Quant à la dernière résolution du Conseil de sécurité dont se félicite le Président parce qu’elle a été aussi approuvée par les Russes, elle instaure différents groupes de travail, chargés de réactiver les propositions de Genève I et II en vue d’une négociation politique. A ce propos, le représentant spécial de l’ONU Staffan de Mistura a rappelé à plusieurs reprises que « Bachar al-Assad fait partie, de fait, de la solution… » A aucun moment, cette résolution ne propose « la neutralisation de Bachar » comme le prétend François Hollande, qui nous ressert son « opposition modérée », cette opposition qui n’existe pas ! Quant à la protection des minorités, dimension incompressible de la crise syrienne, c’est encore plus fort de café : le Président français se tourne vers l’Arabie saoudite qui finance l’islamisme radical depuis plus de trente ans et vers une Turquie qui massacre allègrement des Kurdes pourtant engagés en première ligne contre les fêlés de Dae’ch… Aujourd’hui seulement, il est contraint d’associer un Iran revenu dans le concert des nations après l’accord de Vienne sur le nucléaire (14 juillet dernier) ; accord contre lequel Laurent Fabius s’est battu jusqu’au bout en se faisant le petit télégraphiste des intérêts israéliens ! La « prise de conscience générale » à laquelle nous invite François Hollande rejoint le concert des névroses de la plupart de ses partenaires internationaux.

Après les mièvreries humanistes obligées à propos d’un terrorisme « qui nous concerne tous », le Président nous dit le plus sérieusement du monde que « l’intervention militaire en Libye était nécessaire… » ! Là encore, méprisant toute logique de causes à effets, il se livre à un long développement sur « des crises migratoires qui ont atteint un niveau qui n’a pas d’équivalent depuis la fin de la Seconde guerre mondiale », appelant ses partenaires européens à « une répartition équitable des réfugiés ». Les rédacteurs de ce discours évitent soigneusement toute espèce de lien entre « l’intervention militaire nécessaire », et l’implosion d’une Libye désormais livrée aux seigneurs de la guerre, aux factions jihadistes et autres officines mafieuses, organisatrices de ces meurtrières migrations du désespoir. Citant une dizaine de fois, sur tous ces sujets, la chancelière allemande Angela Merkel, François Hollande se garde de la plus petite ambition politique, qui permettrait –et ce serait bien le moins-, d’associer l’Union européenne, l’Union africaine et la Ligue arabe, afin d’évaluer sérieusement les mécanismes d’aide au développement et de coopération avec l’ensemble des pays concernés par ces migrations.

Concernant le dossier palestinien, le Président nous ressert la même soupe qui renvoie les « extrêmes dos à dos », comme s’il y avait une symétrie entre la résistance palestinienne et l’occupation et la colonisation israéliennes. Et il souligne une nouvelle fois la « relation de grande confiance » établie avec l’Arabie saoudite et tous les Etats du Conseil de coopération du Golfe.

Quant à l’Ukraine : retour à Madame Merkel « avec laquelle nous avons tout fait pour éviter que ne dégénère la crise ». Le Président concède que ce dossier a des effets délétères sur le plan politique : « les relations entre la Russie et l’Europe sont gelées, au plan économique, avec des sanctions qui ont des conséquences pour les Russes, mais aussi pour les Européens. Nous le voyons bien en matière agricole et sur le plan humanitaire, avec une situation qui ne cesse de se dégrader ». Il ajoute que « la France veut néanmoins maintenir un dialogue sincère avec la Russie, voulant agir en toute indépendance ». Et pour bien appuyer l’affirmation de cette « indépendance », il explique qu’il était parfaitement légitime de suspendre la livraison des BPC (porte-hélicoptères de projection et de commandement) de type Mistral à la Russie, alors qu’on multipliait les ventes de Rafale, de frégates et de missiles à l’Arabie saoudite et autres paradis démocratiques !

Passons sur la fiction d’une Union européenne monétaire renforcée par la crise grecque, avant la chute qui exhorte nos Excellences : « nous sommes encore une des rares nations au monde capable de donner une direction, de prendre des initiatives, d’engager des processus, d’éviter parfois le pire et de trouver des solutions. Notre pays a vocation à assurer son rayonnement, mais aussi ses intérêts économiques et sa sécurité. C’est parce que nous sommes conscients de nos responsabilités que nous devons encore travailler pour assurer le rayonnement de la France ». La conscience, encore ! Quant au rayonnement, qui renvoie à la « brillance » plutôt qu’à la vérité et à l’action, le vieux Platon dit que les sophistes en abusent pour égarer la jeunesse…

Richard Labévière (Les Observateurs, 2 septembre 2015)

24/11/2013

Tour d'horizon... (57)

Tintin.jpg

 

Au sommaire cette semaine :

- sur le Point, Jean-Paul Brighelli revient sur l'affaire du suicide d'une collégienne harcelée parce qu'elle était bonne élève...

Pour Marion

Marion.jpg

- sur Le Monde diplomatique, Oliver Zajec dresse un tableau accablant de la diplomatie française...

Cinglante débâcle de la diplomatie française

Quai d'Orsay.jpg

07/02/2012

Silence, on coule !...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Michel Geoffroy, cueilli sur le site de Polémia et consacré à la focalisation des médias sur la seule crise financière et à leur silence sur les nombreuses autres menaces qui pèsent sur notre pays en particulier et sur l'Europe en général...

 

naufrage.jpg


Silence, on coule ! Les crises dont on ne nous parle pas

Les médias valorisent dans leur communication la crise financière sous ses différentes formes : crise des dettes souveraines, notation des Etats, solvabilité des banques, déficits budgétaires, etc. Bien sûr, cette crise est préoccupante et on ne doit pas oublier que la grande dépression des années 1930 provenait justement à l’origine d’une crise liée au surendettement qui avait pris naissance aux Etats-Unis avant de se répandre en Europe via l’Allemagne.

Mais ce biais financier traduit aussi le fait que les journalistes sont des employés de banque comme les autres : car ce sont les grandes institutions financières et les grands groupes qui sont les vrais propriétaires des médias. Les médias traduisent donc prioritairement les préoccupations de ceux qui les emploient.

Cet accent mis sur le volet financier a pour effet collatéral cependant d’occulter ce qui se passe ailleurs et qui est tout aussi inquiétant. En effet, d’autres crises se déroulent tout aussi graves mais qui ne sont pas médiatisées et en tout cas jamais mises en perspective ni en relation. Mais l’histoire est comme l’herbe, on ne la voit pas pousser…

L’explosion de la délinquance ou l’implosion de l’Etat légitime

La crise de la délinquance, d’abord, n’est présentée dans les médias que sous forme de faits divers épisodiques ou pittoresques. La réalité est hélas tout autre : les crimes, les délits, la délinquance explosent dans notre pays. L’Observatoire de la délinquance et de la réponse pénale dénombre en France plus de 5 millions de victimes de crimes, délits et violences en 2010, un chiffre qui ne faiblit pas. En d’autres termes l’Etat, malgré un arsenal répressif sans précédent en temps de paix et sans cesse croissant, n’est plus capable d’assurer en France la sécurité des citoyens : il ne maîtrise plus rien en la matière, sauf la communication ministérielle.

La médiatisation de certains faits divers a d’ailleurs pour effet – et peut-être pour vocation… – de nous accoutumer à des situations qui auraient pourtant été jugées insupportables et scandaleuses par nos parents et grands-parents : violences systématiques à l’encontre des représentants de l’Etat dans certaines zones du territoire, dégradation de biens publics ou privés notamment par graffitis (voyez nos gares !), présence de militaires armés dans les lieux publics, prolifération des « zones de non-droit », crimes et délits commis par des récidivistes notoires (*), émeutes ethniques, libération immédiate de prévenus dangereux, incapacité à traiter la délinquance de plus en plus violente des mineurs, etc.

Or sur quoi repose la légitimité de l’Etat et celle des juges ? Sur leur capacité à remplir leurs fonctions souveraines et notamment de garantir la loi et l’ordre sur le territoire. L’insécurité fait donc imploser, silencieusement, la légitimité de l’Etat en France.

Le sous-emploi durable pour tous

Ensuite, il y a la crise du sous-emploi croissant des Européens, conséquence notamment du libre-échangisme mis en œuvre par l’Union européenne et de la désindustrialisation qui l’accompagne.

La moyenne de l’Union européenne se situe aux alentours de 9% de la population active (9,6% en 2010, 9,9% au sein de la zone euro en 2010), mais en réalité, si l’on neutralise ceux qui sont titulaires d’un emploi public durable, le taux de chômage concerne une part beaucoup plus élevée de la population. Celle-ci vit de subsides publics, comme dans le bas Empire romain.

Le taux officiel atteint en outre des chiffres records dans certains pays, comme l’Espagne (20%) par exemple, et frappe en outre plus la population jeune que les autres.

Certes, la notion de « chômage des jeunes » recouvre deux réalités bien différentes : celui des autochtones et celui des allogènes dont l’appétence pour le travail ne semble pas identique. Il est aussi en France la traduction de l’inadaptation croissante du système d’enseignement qui déverse sur le marché des jeunes gens aux compétences faibles mais aux prétentions élevées.

Une situation pire que durant la Grande Dépression

Néanmoins, l’accoutumance aux données statistiques médiatisées sur le chômage nous fait perdre de vue qu’une part croissante de la population ne travaille plus au sens où on l’entendait habituellement et cela dans des proportions jamais atteintes : elle vit d’aides publiques ou familiales, de petits boulots sporadiques, de contrats aidés, elle suit des stages plus ou moins rémunérés ou est purement et simplement en recherche d’emploi.

Il y avait en France en 1936 – c’est-à-dire au sommet de la crise – 860.000 chômeurs recensés. Il y en a aujourd’hui 2,8 millions (recensés officiellement en novembre 2011), alors que le secteur public est beaucoup plus développé aujourd’hui. En tenant compte de la progression de la population entre ces deux dates (22 millions d’habitants de plus), cela signifie que la proportion de chômeurs a plus que doublé. Le chiffre du chômage en France s’élève aujourd’hui à 4,4 millions en prenant les chômeurs partiels et les personnes dispensées de recherche d’emploi. En clair : 10% des actifs français sont au chômage total ; 15% des actifs français sont au chômage total ou partiel ; 20% des actifs français hors secteurs protégés sont au chômage partiel ou total. Presque toutes les familles sont donc concernées par cette situation.

En outre, le chômage ne cesse de progresser depuis 30 ans en France alors que les chômeurs des années 1930 avaient retrouvé du travail dès la fin de la guerre et cela malgré le retour des prisonniers.

L’insécurité économique durable devient donc la règle pour une part croissante de la population, même quand elle travaille, et la récession qui vient va en accentuer les effets.

La situation est sur ce plan pire que durant la Grande Dépression dans notre pays. Car dans les années 1930, la France était un pays à dominante rurale, encore doté de fortes solidarités familiales et de cadres religieux, moraux et politiques solides.

Mais aujourd’hui, dans la société des individus dans laquelle nous vivons, où la vie se résume à la consommation, le chômage est beaucoup plus difficile à supporter psychologiquement même s’il est subventionné : il signifie l’isolement, la mort lente, économique et civile.

La nouvelle crise des minorités

La crise de l’immigration connaît le même traitement médiatique en mode mineur, avec la circonstance aggravante qu’il est devenu politiquement incorrect et donc pénalement risqué d’aborder le sujet dans notre pays, autrement qu’en termes laudateurs.

Mais à l’évidence les flux migratoires à destination de l’Europe occidentale et de la France en particulier ne cessent pas et sont en train d’initier un mouvement de changement de population.

L’Europe n’a plus de frontières et toute tentative, même modeste, de réguler plus fortement les entrées se heurte aux décisions des « juges » européens et aux pressions continues du patronat et des associations. L’immigration n’est donc nullement « choisie », mais en réalité imposée aux peuples européens, qui doivent au surplus se plier de plus en plus aux mœurs exotiques des nouveaux arrivants.

Il suffit de se promener dans les rues de nos villes pour se rendre compte que l’immigration, notamment africaine, s’installe partout. Or plus le nombre de personnes d’origine immigrée augmente, plus elles ont tendance à se regrouper en communautés : c’est une loi de la nature. L’assimilation fonctionne donc en proportion inverse du nombre de personnes à assimiler.

La constitution de communautés d’origine étrangère est lourde de conséquences pour la paix civile comme le démontrent d’ores et déjà les émeutes ethniques que les pays européens connaissent épisodiquement et qui se ressemblent toutes dans leur déroulement puisque leur cause est identique. Elle contredit aussi la tradition unitaire de la nation française et de la plupart des nations européennes.

Avec sa politique migratoire démente, l’oligarchie et ses compagnons de route a donc recréé en Europe un « problème des minorités » qui avait déjà empoisonné la première moitié du XXe siècle et qui a par deux fois conduit à la guerre. Comme si cela ne suffisait pas, l’oligarchie y a ajouté au surplus un problème religieux – celui de l’islam – et un problème noir.

L’Europe désarmée

La dernière crise est de nature diplomatique et militaire. Ces questions traditionnellement ne passionnent pas nos compatriotes en temps de paix et elles ne sont pas traitées par les médias sinon sur le registre larmoyant (les méchants « dictateurs ») ou spectaculaire (nos envoyés spéciaux en Libye).

L’Europe qui se croit jouer les « soft power » sort en réalité de l’histoire car elle a raté la chance historique de sortir de sa dormition après la chute du communisme soviétique. Il faut dire que le grand frère américain ne l’y a pas aidée : il a tout fait, au contraire, pour empêcher l’émergence d’une Europe puissance de l’Atlantique à l’Oural.

Aujourd’hui le roi est nu mais on le cache aux Européens.

L’Europe n’a ni frontières ni défense : elle n’est qu’un espace économique ouvert à tous les prédateurs.

Quand des soldats de l’armée française meurent en Afghanistan, il se trouve un juge pour instruire une plainte contre le commandement militaire. Dans l’Europe décadente et vieillissante, mourir au combat est une incongruité, une sorte d’accident du travail pour lequel il faut sanctionner l’employeur. Les budgets militaires ont partout été rognés en Europe et n’importe quel roitelet arabe ou coréen dispose de plus d’armements modernes que nos forces.

L’Europe n’a pas non plus vu venir la montée en puissance de l’Asie, de l’Inde et des puissances émergentes. Ses gesticulations politico-militaires au nom des droits de l’homme et de la démocratie n’ont servi qu’à une chose : renforcer l’islamisme partout, en particulier sur le pourtour de la Méditerranée. L’Europe perd chaque jour de nouvelles « marches » et son influence ne cesse de diminuer. Une situation qui n’est pas sans rappeler celle de l’Empire byzantin.

L’Europe s’est jetée dans le piège de l’Otan où elle quémande des commandements. La belle affaire : nous ne sommes plus en 1950 ! Les Etats-Unis regardent ailleurs aujourd’hui – vers l’Asie et le Pacifique. Il n’est pas du tout sûr que les « boys », qui sont de moins en moins européens en outre, acceptent une nouvelle fois de venir au secours des Européens, préoccupés de leur petit confort, de leur retraite et de leur « environnement ».

Autrefois les Européens inspiraient aux autres peuples, par leur génie et leur dynamisme, la peur ou l’admiration. Aujourd’hui ils font rire tout le monde avec leurs cheveux gris, leurs femmes en uniforme et leurs croyances bizarres. Ils n’intéressent qu’en qualité de touristes, à la condition qu’ils soient fortunés. Mais ils ne font plus peur. Ni aux délinquants. Ni aux immigrés qui se sentent chez nous chez eux. Ni au reste du monde.

L’Europe est devenue une proie, un butin, un pays de cocagne pour qui saura la prendre.

Mais chut ! il ne faut pas non plus en parler ! Ne réveillons pas la belle endormie. Ce serait gâter la soirée de nos chers téléspectateurs.

Michel Geoffroy (Polémia, 1er février 2012)

(*) Comme, par exemple, ce délinquant récidiviste, trafiquant de stupéfiants interpellé pour la 50e fois (Le Monde du 31 janvier 2012).