Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/06/2017

Cthulhu !...

Les éditions Les Moutons électriques viennent de publier récemment Cthulhu !, un essai de Patrick Marcel consacré à la figure centrale du mythe horrifique que Lovecraft a fait ressurgir des tréfonds de la mémoire de notre espèce... Un ouvrage indispensable pour tous les admirateurs du maître de Providence...

 

Cthulhu.jpg

Le cosmos réel de l’énergie dans tous ses états, y compris ce que nous connaissons sous le terme de matière, possède un contour et une nature absolument impossibles à appréhender par le cerveau,humain ; et plus nous en apprenons sur lui, plus nous prenons conscience de cet état de fait.

H. P. Lovecraft

" Cthulhu, nom chuchoté dans des chroniques obscures et réprimées, révéré par des sectes sanglantes et occultes, répété par des initiés rares et apeurés, hurlé par des témoins condamnés et terrifiés. Dieu démon effroyable, grand prêtre de la restauration d’un ordre ancien du monde, monstrueux titan venu d’ailleurs, envahisseur absolu qui s’insinue jusque dans les rêves... Par sa brève et terrible émersion de 1925, Cthulhu marque une date dans la prise de conscience par l’homme de sa fragilité dans l’univers, de sa vulnérabilité sur une planète dont il s’imaginait le maître. Hasard ou nécessité, Cthulhu, en laissant éclater au grand jour un danger qui n’appartenait qu’à la légende, devient le héraut d’un bouleversement général et radical des mentalités, du passage des mythes à la réalité, de la superstition à la pensée scientifique, du monde newtonien à l’univers einsteinien, d’une pensée assurée et globalisatrice au doute de la relativité.

Après une étude de l’événement de 1925 et de ses conséquences immédiates, fondée sur les travaux essentiels du Pr. Angell, soutenus par l’examen d’éléments contemporains pour une appréhension plus globale du phénomène, cet ouvrage traite de la découverte graduelle d’êtres fondamentalement autres par l’humanité au fil de son histoire, de la prise de conscience de la communauté scientifique, en particulier celle, pionnière, de l’université de Miskatonic, à Arkham (Massachusetts), vues par H. P. Lovecraft, mais aussi Robert Howard, Frank B. Long, Fritz Leiber, K.E. Wagner, ou Robert Bloch. Il explique pourquoi la lecture du Necronomicon rend fou, comment opère la « magie », pourquoi les sorcières ont peur de la Croix, comment notre planète fut colonisée, pourquoi les génies universels disparaissent peu à peu, et bien d’autres interrogations demeurées sans réponse à ce jour. "

23/06/2014

Epouvante et surnaturel...

Les éditions Pierre-Guillaume de Roux viennent de rééditer Épouvante et surnaturel en littérature, un essai de H. P. Lovecraft, postfacé par le dessinateur Philippe Druillet. Maître du récit d'épouvante, reconnu après sa mort, H. P. Lovecraft est le créateur du mythe de Cthulhu. Ses nouvelles sont disponibles dans de nombreuses éditions.

 

Epouvante et surnaturel.jpg

" « Les enfants seront toujours effrayés par le noir, et les adultes, plus ou moins sensibles aux impulsions héréditaires, trembleront devant l'inconnu, le fantasmagorique, les univers différents, les vies mystérieuses qui peut-être vibrent tout là-bas dans les immensités cachées du cosmos, derrière les étoiles » (H. P. Lovecraft).

Né du mystérieux besoin de « terreur cosmique » qui agite les esprits les plus disponibles, le récit fantastique est vieux comme le monde. Ballades, légendes et poésies : le folklore archaïque humain regorge d'exemples de cette quête de l'ombre qui met en scène tout un cérémonial magique, où les divinités sont invoquées pour le meilleur ou pour le pire. En Occident, la force du surnaturel va s'imposer au Moyen Âge, l'ère mystique par excellence où messes noires et procès en sorcellerie vont bon train. Un « monstre » va naître : le roman gothique du XVIIIe siècle à la postérité majoritairement anglo-saxonne. Paysages désolés, châteaux hantés et sorts inextricables à répétition « possèdent » le lecteur inlassablement.

Howard Phillips Lovecraft (1890-1937), maître du genre, passe en revue les chefs-d'œuvre mais aussi les œuvres moins connues, à l'affût du moindre détail extraordinaire. À croire que le pacte diabolique de Melmoth, l'homme errant, roman génial de Charles Robert Maturin qui marqua à jamais Balzac, Scott, Thackeray ou Baudelaire, s'est renouvelé pour cent cinquante années de plus grâce aux illustres « contemporains » nommés Arthur Machen, Bram Stoker ou Lord Dunsany. Une passionnante histoire du récit fantastique par son grand « exorciste», à découvrir au gré d'un long frisson... "

15/11/2011

Le dieu silencieux...

Les éditions L'Age d'Homme, qui poursuivent leur route malgré le décès de leur fondateur Vladimir Dimitrijevic, publieront prochainement un essai de Didier Hendricks intitulé H.P. Lovecraft - Le dieu silencieux. Un ouvrage qui trouvera sa place aux côtés de H.P. Lovecraft, contre le monde , contre la vie  de Michel Houellebecq.

hendricks_lovecraft.jpg

"Voici trois quarts de siècle, Lovecraft lançait un regard acéré sur la société industrielle et ce monde techno-marchand en pleine éclosion et déjà grand consommateur d’humains. Dans les ports de la Nouvelle-Angleterre et des Etats-Unis en général, il diagnostiquait l’avènement d’une véritable idéologie du flux et de l’anonymat ainsi que le dépérissement des structures théoriquement immuables de l’ancienne civilisation européenne.

Concédons-lui que sa vision des choses n’était pas dépourvue d’une grande lucidité. La boucherie industrielle de la Seconde Guerre mondiale, affrontement des idéologies productivistes et du temps des masses n’a fait que retarder le processus éclairé par l’auteur. Chacun estimera, à l’aune de sa sensibilité ou de ses convictions, les regrets de Lovecraft, conservateur atypique dans l’âme. Un fait demeure: les États-Unis et l’Europe de ce début de XXIe siècle ont accompli la crainte ou la prédiction du créateur de Cthulhu. »

Une fine analyse des grands thèmes de Lovecraft, de sa vie, de son œuvre, de ses hantises, de ses influences, mais aussi un hommage chaleureux et fraternel à l’un des plus grands visionnaires américains."