Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/02/2013

La trahison des chefs ?...

Les éditions Fayard publient cette semaine La trahison des chefs, un essai de Guillaume Bigot consacré à la "culture" du management. Ancien journaliste, économiste et historien, Guillaume Bigot est l'auteur de plusieurs essais intéressants et orientés vers la prospective, comme Sept scénarios de l'apocalypse (Flammarion, 2000), Le Zombie et le fanatique (Flammarion, 2002), ou Le Jour où la France tremblera (Ramsay, 2005).

 

Trahison des chefs.jpg

" Où sont passés les chefs ? Dans les salles de classe, au bureau mais aussi dans l’arène politique, le commandement se délite, disparaît, quand il ne dégénère pas en tyrannie ou en anarchie. L’entreprise semble être le dernier lieu régi par un principe hiérarchique, celui où une autorité s’exerce encore sur un collectif. Hélas, le capitalisme anglo-saxon a noyé l’art du bon gouvernement dans les eaux saumâtres du management.
Désormais, on laisse faire ses collaborateurs, on les abreuve de mots, on feint de les écouter, on les réunit et on les évalue sans cesse, on peut même les pousser au suicide : voilà quelques-unes des manifestations les plus courantes ou les plus spectaculaires de cet anti-machiavélisme de base, naïf et méchant, que l’on nomme le management. Imitant les patrons de multinationales, vos supérieurs hiérarchiques et vos élus politiques tentent d’appliquer à leur niveau les mêmes méthodes.
La Trahison des chefs explique brillamment pourquoi « manager », c’est préférer la précarité des salariés, le recrutement de clones et in fine le chômage. Et comment cette logique mène nos sociétés droit dans le mur."

04/01/2011

La Révolte des croquants

Quand le peuple se révolte, uni autour de chefs qu'il s'est librement choisi, le pouvoir peut trembler...

Le livre de Jacques Dubourg, La révolte des croquants, publié aux éditions Sud-ouest, revient sur une de ces révoltes qui a vu la population du Périgord se dresser en 1637 contre le pouvoir royal qui l'accablait d'impôts.

Les croquants... un beau nom !

 

révolte des croquants.png

 

"Le Périgord a été au XVIIe siècle le théâtre d’un mouvement populaire hors du commun : la révolte des croquants.


Cet ouvrage rassemble des données souvent peu connues sur la trentaine de chefs croquants dont les traces ont pu être retrouvées.

La révolte des croquants, soulèvement paysan né en 1637 à la suite de nouvelles impositions, a mobilisé des milliers d’hommes et pris une énorme ampleur. Il a entraîné la mise sur pied d’une véritable armée et inquiété le pouvoir royal qui craignait une extension dans toute la Guyenne.


La force de ce mouvement n’a été rendue possible que grâce à la qualité de ses chefs. Appartenant à diverses couches de la société, ces hommes, tels que La Mothe La Forest, Madaillan, d’Esparbès, Buffarot, Pineau, Grellety et bien d’autres, ont réussi à remporter  des succès face aux forces royales. Ils ont occupé une ville comme Bergerac, mais ont dû finalement abandonner la partie devant la supériorité numérique et matérielle de leurs adversaires."