Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/11/2011

Pour une véritable révolution sociale !...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue intéressant d'Emmanuel Leroy, publié sur le site Nation Presse Info, qui renouvelle l'idée de nationalisation et celle de solidarité.

révolution patriotique.jpg

Pour une véritable révolution sociale

La crise dans laquelle nous ont entrainé les marchés financiers et les politiciens irresponsables de l’Union européenne est due pour une grande part à la place démesurée que l’argent-roi occupe dans notre société. Quand l’argent devient la principale préoccupation des gens, seuls ceux qui détiennent véritablement le pouvoir sur l’argent en tireront profit. C’est pourquoi il est impératif de remettre les banquiers à leur place en leur retirant les rênes du pouvoir qu’ils ont confisqué, s’appuyant pour cela sur leur pouvoir financier exorbitant facilité par la mondialisation des marchés et la concentration en oligopoles des grandes entreprises.

Retirer le pouvoir aux banquiers ne signifie pas faire disparaître les banques. Nous sommes favorables à une économie de liberté et nous ne voulons pas l’instauration d’un régime collectiviste où l’Etat s’approprierait les moyens de production. Le rôle d’une banque est de prêter de l’argent à des particuliers ou à des entreprises qui souhaitent investir dans un bien ou créer une activité. Le rôle de l’Etat est tout simplement de veiller à ce que la transaction soit juste et honnête, donc que les taux ne soient pas usuraires (régulation) et à ce que l’emprunteur rembourse le prêteur. Le meilleur moyen de contrôler une banque tout en la laissant faire son travail est d’imposer au sein de son conseil d’administration un représentant de l’Etat et un représentant des usagers. Mais comme il est facile de s’endormir dans un conseil d’administration, ces représentants de l’Etat et des usagers seront tenus de rendre régulièrement des comptes à leurs mandants et de signaler les manquements, s’il y a lieu, afin de les faire cesser.
Ce système permettra d’éviter les dérives et les scandales financiers (notamment sur les rémunérations exorbitantes des patrons commis du CAC 40) et devrait permettre de faire intervenir en amont un régulateur de contrôle (type Autorité des marchés financiers, en plus efficace) qui aurait le pouvoir d’interdire ou de sanctionner les pratiques douteuses.

Dans le même esprit, il est impératif de sortir la monnaie nationale (donc le futur nouveau franc) des griffes du marché. L’argent n’est pas une marchandise et ne doit pas être acheté ou vendu pour faire gagner de l’argent (dans tous les cas de figure) aux prédateurs de la finance internationale. L’indépendance de la monnaie à l’égard des marchés financiers sera une des premières mesures qu’il conviendra de prendre pour restaurer notre souveraineté et défendre nos libertés.

 

Sortir de l’étatisme pour une véritable nationalisation

Pour sortir la nation du piège mortel du mondialisme, il sera nécessaire aussi de protéger les industries nationales et les secteurs stratégiques des mains invisibles de la finance internationale. Ces domaines d’activités (énergie, santé, éducation, transports aérien ou ferroviaire, aérospatial, armement, chantiers navals, télécommunications, secteur postal, etc.) conditionnent l’avenir et la sécurité de la nation. Pour ce faire, il n’est pas indispensable d’étatiser ces secteurs d’activités, en revanche il est vital de les nationaliser, au sens strict du terme, c’est-à-dire de les distribuer au peuple français pour qu’il en ait la garde. Je m’explique : prenons l’exemple de la SNCF nationalisée en 1937, avec un statut de société d’économie mixte dans lequel l’Etat détenait la majorité, c’est-à-dire que le gouvernement disposait du pouvoir de nommer un haut fonctionnaire pour gérer cette entreprise, comme un secteur public traditionnel. Dans ce système, tout fonctionne à peu près bien, tant que l’Etat joue son rôle de garant et conserve la propriété de cette entreprise stratégique pour le compte de la nation. En revanche, quand l’Etat, ou plutôt ses représentants, de « gauche » ou de « droite », démantèle et privatise progressivement cette entreprise pour la vendre subrepticement à des intérêts financiers étrangers au bien public, il y a là une trahison des élites qui vendent le patrimoine national sans l’accord de la nation. La seule façon de protéger de manière absolue ces biens nationaux c’est de les confier aux citoyens français par le biais de certificats incessibles attribués dès la naissance et disparaissant avec la mort du détenteur. L’intérêt de ce système et qu’aucune puissance au monde, même la plus riche, ne pourra jamais mettre la main sur le patrimoine national.

Partager la richesse pour le bien de tous

J’ai souvent été amené à écouter des patrons de PME se plaignant, de plus en plus souvent, de la faible implication des salariés dans leur entreprise. Certes, le système social existant en France n’est pas vraiment conçu pour développer une idéologie stakhanoviste, mais avons-nous vraiment besoin d’un modèle hyper-productiviste hérité d’une société totalitaire pour imaginer des relations sociales apaisées dans lesquelles les intérêts de tous seraient préservés ?

Le drame dans une société de spectacle comme celle dans laquelle nous vivons est que l’apparence devient vite la réalité. Les médias, la publicité, l’idéologie même de la société dans laquelle nous vivons, a érigé la quête d’argent en absolu. Le héros aujourd’hui c’est le footballeur avec 1 million d’euros par mois ou le gagnant du Loto. Les revenus éhontés des patrons commis du CAC 40 et de leurs amis banquiers ne les transforment pas en héros de la société, mais le spectacle de leur indécence contribue fortement à accroitre ce sentiment d’inégalité et d’injustice où la majorité s’appauvrit pendant qu’une toute petite minorité s’enrichit de manière scandaleuse. Malheureusement, dans l’esprit de certains salariés, le patron de PME, l’artisan ou le commerçant est perçu également comme un privilégié, alors que pour beaucoup d’entre eux, la situation tend elle aussi, à se dégrader fortement.

Pour combattre cet état d’esprit, particulièrement nocif, il faudra mettre à bas cette idéologie de lutte des classes datant du XIXe siècle –à laquelle les syndicats de gauche ont beaucoup contribué – et la remplacer par le nouvel antagonisme, bien réel celui-là, qui oppose l’ensemble des classes moyennes et populaires contre l’infime minorité de l’hyper-classe mondiale qui ne regroupe que ceux qui tirent profit de la mondialisation (UMPS, patrons commis, banquiers et serviteurs divers et variés de l’idéologie mondialiste).

Pour mettre un terme définitif à toutes les idéologies mortifères des siècles passés, libéralisme, communisme et fascisme, il faudra mettre en place, développer, intensifier toutes les initiatives économiques et sociales visant à la solidarité et à la défense des sociétaires. Prenons l’exemple des banques mutualistes où les clients disposent de droits de vote et sont les véritables propriétaires de l’établissement financier. Il n’y a pas de plus grand scandale pour les thuriféraires de l’argent-roi. Quoi ? Les clients seraient propriétaires de leur argent ? Mais alors, comment se verser des salaires pharaoniques, recevoir des stocks options, disposer d’un parachute doré – quelle que soit la qualité de la gestion et les résultats de l’entreprise – et bénéficier d’une retraite indexée sur les meilleurs salaires perçus ?

Voilà pourquoi les sectateurs du mondialisme mettent une pression énorme sur ces banques mutualistes afin qu’elles abandonnent leur statut protecteur des intérêts de leurs membres et qu’elles deviennent de simples sociétés anonymes (cf. Crédit agricole), car il n’y a que dans l’anonymat, ou la dissimulation, que ces voyous agissent pour voler les gens.

Pour la renaissance de la solidarité

Ces pratiques mutualistes, dont on retrouve aussi l’esprit dans les coopératives (agricoles ou ouvrières) présentent l’immense avantage de recréer du lien social entre tous les participants. En outre, elles évitent les dérives de gestion, elles permettent la transparence et surtout, elles responsabilisent tous les membres qui sont associés à la réussite de l’entreprise. Pour redonner du sens à notre société, pour y associer l’ensemble des citoyens et pour mettre un terme à la tyrannie de l’argent, il faudra travailler sur cette piste de la nouvelle solidarité entre tous les citoyens.

Cette solidarité entre tous les Français sera un des moyens d’action pour recouvrer notre souveraineté, notamment dans le domaine économique. Cet objectif de souveraineté, à savoir confier la garde des entreprises publiques au peuple français par des certificats incessibles, devra être doublé par ce qui devrait être une véritable révolution sociale, celle qui permettra de redonner au travail toute sa place et qui ne laissera au capital que sa place.

Pour cela, il faudra rendre le travail attractif en modifiant les rapports entre les Français et leur entreprise, que celle-ci soit privée ou publique. En partant du principe qu’il est plus motivant de travailler pour soi que pour autrui, il peut être encore plus motivant de travailler pour soi et pour autrui. Cela pourra se faire en conférant aux salariés une part de propriété de l’entreprise dans laquelle ils travaillent. Redonner de la fierté – et du pouvoir d’achat – aux travailleurs en les rendant actionnaires de leur entreprise, voilà la meilleure arme pour lutter contre l’absentéisme et le manque de motivation des employés dont se plaignent trop souvent les petits patrons.

Cette vision révolutionnaire du rapport capital/travail a pour principal avantage de brider aussi bien le pouvoir nocif des banques que celui des syndicats marxistes ou post-marxistes. Je crois sincèrement que ce sera la meilleure arme dissuasive contre les prédateurs de la mondialisation, mais surtout ce sera le meilleur ciment social possible pour réconcilier les Français avec le monde du travail d’abord et avec eux-mêmes ensuite.

Emmanuel Leroy (Nation Presse Info, 16 novembre 2011)