Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/08/2012

Nos ancêtres les Germains ?...

Les éditions Tallandier publient cette semaine une étude historique de Laurent Olivier, intitulée Nos ancêtres les Germains - Les archéologues au service des nazis. Archéologue lui-même et conservateur au musée de Saint-Germain-en-Laye, l'auteur, au travers de ce livre souligne le caractère éminement politique de cette science qui fait parler les ruines et les traces... Pour d'autres exemple, plus contemporains, d'Israël aux Etats-Unis en passant par l'Inde, de cette politisation de l'archéologie, nous ne pouvons que renvoyer les lecteurs intéressés vers l'essai de Jean-Pierre Payet,  La guerre des ruines (Choiseul, 2010). 

 

Nos ancêtres les Germains.jpg
 

"« Le métier d’archéologue n’est pas une pratique innocente. Il interroge les origines à partir desquelles nous envisageons notre identité collective.

De quelles cultures du passé nous pensons-nous les héritiers, de quels peuples anciens nous considérons-nous les plus proches ? […]

Depuis la Seconde Guerre mondiale, cette profession cache le rôle qu’a joué la recherche allemande au service du nazisme. Plus que toute autre organisation professionnelle, les archéologues allemands ont soutenu massivement l’idéologie du régime. Après la conquête des territoires à l’Ouest du Reich, ils se sont engagés dans une entreprise dirigée par les plus hautes instances du parti nazi ou de la SS. Ce projet visait à démontrer que, depuis la Préhistoire, les pays conquis étaient des terres de colonisation germanique. En France occupée, les chercheurs envoyés par les autorités nazies ont bénéficié de la coopération des archéologues français. Pour la plupart, ceux-ci leur ont apporté leur aide. Certains sont allés très loin, appelant, au nom de ces prétendues racines germaniques préhistoriques, à l’annexion d’une partie de la France au territoire de l’Allemagne nazie. »

Des recherches sur le mégalithisme breton, en particulier à Carnac, à l’effacement des pertes territoriales dues au Traité de Versailles (démontrer que le mur d’enceinte du Mont Sainte-Odile avait été édifié par les germains vers 200 av. JC pour protéger l’Alsace contre les incursions des Gaulois), la « science historique » nazie tentait de montrer que, depuis les origines de l’humanité, les grandes civilisations étaient d’origine biologique « aryenne ».

Wilhelm Reusch, directeur du Landesamt de Metz dira, à propos du programme de fouille de la nécropole mérovingienne d’Ennery (rebaptisé Hochschloss), que l’objectif est de « lever le voile d’ombre qui recouvre l’ancienne histoire germanique de notre pays ».

En 1941, la tapisserie de Bayeux est même présentée comme un « élément inestimable pour la connaissance de la Préhistoire germanique » !

Cette « nouvelle archéologie » allemande fut servie avec enthousiasme par une génération de jeunes chercheurs qui poursuivirent brillamment leur carrière après 1945. Cette continuité a directement contribué à entretenir une véritable omerta sur le passé nazi de la discipline archéologique.

Ces dernières années, l’étude des archives européennes révèle l’étendue de cette entreprise d’instrumentalisation au profit de l’idéologie nazie et souligne l’importance de cet encombrant héritage dans l’archéologie européenne actuelle."

23/09/2011

Au nord : l'Atlantide !...

Les éditions Heligoland viennent de rééditer Le secret de l'Atlantide, l'ouvrage de Jürgen Spanuth, professeur d'archéologie et d'histoire ancienne, dans lequel ce dernier expose sa théorie d'une localisation de cette légendaire île en mer du Nord, au large d'Heligoland. Sa thèse, qui compte parmi les plus sérieuses, a suscité de violentes controverses parmi les historiens et les archéologues dans les années 50 et 60. A lire !

 

Atlantide.jpg

L’Atlantide se trouvait à Héligoland, dans la mer du Nord ! Platon avait révélé le premier, dans son célèbre Critias, l’existence de cet empire mystérieux. Et depuis, l’Atlantide n’a cessé d’exciter l’imagination des poètes et de donner lieu aux spéculations les plus fantaisistes. Mais si Platon avait dit vrai ?

Tel Schliemann exhumant les ruines de Troie à la lecture des poèmes homériques, Jürgen Spanuth a voulu parier sur l’authenticité du critias. Confrontant avec rigueur un impressionnant ensemble de données archéologiques, historiques, géographiques et mythologiques, il a résolu la plus grande énigme de l’histoire : l’Atlantide était un empire de la côte occidentale du Schleswig-Holstein, dont l’île de Héligoland est aujourd’hui le dernier vestige.

C’est ce royaume englouti au XIIIe siècle avant notre ère, après de grandes catastrophes naturelles, que sont partis les “Peuples de la mer”. Jürgen Spanuth raconte, preuves à l’appui, l’aventure fabuleuse de ces guerriers du Nord qui, suivant la route de l’ambre, s’élancèrent à la conquête de la Grèce et de l’Asie mineure, avant d’être repoussés par les troupes du Pharaon Ramsès III.

20/10/2010

La guerre des ruines...

Les éditions Choiseul viennent de publier La guerre des ruines - Archéologie et géopolitique, un ouvrage de l'historien Jean-Pierre Payet. Pour l'auteur, la dimension géopolitique de l'archéologie remonte à la nuit des temps. Si, avec la montée des nationalismes, les ruines ont pris une réelle valeur politique, "avec la mondialisation, cette archéo-politique n’a pas faibli, bien au contraire. Touchant au divin, aux symboles et à la culture, l’archéologie est devenue un outil d’influence et de séduction dans la compétition internationale". De l'affaire de l'homme de Kennewick aux affrontement autour du caveau des Patriarches et de la mosquée Al-Aqsa, l'auteur nous présente sous un angle nouveau une discipline au coeur des enjeux actuels.

Guerre des ruines.jpg

"Des hommes, des représentations, des territoires... et ce qu’on y trouve sous terre. Des vestiges, des objets, des fossiles ou des ossements que l’on exhume, archéologues et historiens tirent un certain nombre de conclusions scientifiques qui contribuent à mieux connaître les hommes et les civilisations passées. Lorsque toutefois la politique récupère ces découvertes et conclusions, pour des causes nationales, communautaristes, religieuses, frontalières, etc., la géopolitique a fort à faire pour expliquer les tensions et conflits qui en naissent."

Au sommaire :

Archéo-politique

Une histoire ancienne

Le premier homme

Objets de souveraineté

L’archéologie du divin

De l’instrumentalisation des ruines

« L’effacement de l’autre»

Dommages collatéraux

Le retour des morts

Géopolitique de l’archéologie en France