Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/05/2018

La grande pitié des arbres de Corrèze...

 Nous reproduisons ci-dessous une chronique de Richard Millet, cueillie sur son site personnel et dans laquelle il évoque la beauté de ces arbres que des technocrates sans âme font abattre au bord de nos routes...

Auteur de La confession négative (Gallimard, 2009) et de Tuer (Léo Scheer, 2015), Richard Millet a publié cet automne aux éditions Léo Scheer un roman intitulé La nouvelle Dolorès et, tout dernièrement, son Journal de l'année 1971 à l'année 1994.

 

Richard Millet Liban 2.jpg

 

 

La grande pitié des arbres de Corrèze

Pendant que les syndicats, ultimes relais de partis politiques moribonds, rêvent de commémorer le cinquantenaire de Mai 68 en tentant d’organiser une grève générale avec le concours de petits-bourgeois cheminots, pilotes d’Air France et étudiants, le Conseil régional de la Corrèze fait abattre les arbres du bord des routes. Il y a donc eu un technocrate pour « initier » le projet, un bureaucrate pour la « finaliser », des politicards pour la mettre en application. Plus de 20.000 arbres ont déjà été abattus afin de « protéger » le bitume de l’égouttement des arbres et déployer la fibre optique, à charge pour propriétaire de payer les frais de cet « élagage » qui détruit une part considérable du paysage. Cette pratique rappelle celle par laquelle les autorités chinoises font payer aux familles la balle qui a servi à exécuter un de leurs membres.A cela je n’échapperai pas, pour les quelques arbres que je possède et qui surplombent légèrement, à Viam, la route Limoges-Ussel.Cette modification du paysage n’est pas du même ordre que les grandes coupes de bois, fréquentes dans le nord de ce département : il s’agit du bord des routes, c’est-à-dire de lieux de passage et de promenade, qui sont les « eaux étroites » de ces hautes terres, pour reprendre une terminologie gracquienne. Abattre les arbres, c’est une nouvelle fois jouer l’horizontalité contre la verticalité, la connexion contre l’ordre naturel de la forêt, la Technique contre l’immémorial, le vivant contre la culture de mort.Les beaux vers de Ronsard contre les bûcherons mettant à bas la forêt de Gastine me reviennent à l’esprit :

                    « Ecoute bûcheron (arrête un peu le bras)

                    Ce ne sont pas des bois que tu jettes à bas

                    Ne vois-tu pas le sang lequel dégoutte à force 

                    Des Nymphes qui vivaient dessous la dure écorce ? »

Oui, alors que les hystéries migratoires, animalières et féministes atteignent leur acmé, il faut rappeler que les arbres ne sont pas que du bois, ni le paysage seulement du territoire à « aménager » : il y va de notre lien avec un des emblèmes les plus visibles de la nature, sans lequel il est difficile de vivre. « Nul ne se promène impunément sous les palmes », disait Goethe. En effet, la marche sous les arbres, dans la campagne, relève souvent de l’expérience personnelle. En priver les habitants d’un des départements les moins peuplés de France et qui, pour cette raison, est particulièrement vivable, pour ceux qui préfèrent les grands arbres aux petits-bourgeois mondialisés, voilà qui est hautement criminel ; et les technocrates qui ont mis en oeuvre cette solution finale ont sans doute puisé leur inspiration dans la très archaïque pulsion par laquelle l’homme cherche à périr ou faire périr en masse, laquelle pulsion qui a trouvé tant d’illustrations, depuis le massacre des Arméniens et des Syriaques par les Turcs et les Kurdes, il y a une centaine d’années.

Richard Millet (Site personnel de Richard Millet, 22 avril 2018)