Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/07/2017

Les arbres de chez nous...

Les éditions Bartillat viennent de rééditer dans leur collection de poche Omnia un ouvrage de Jacques Brosse intitulé Les arbres de France - Histoire et légendes et présenté sous forme de dictionnaire. Philosophe et naturaliste, influencé par le boudhisme, Jacques Brosse a beaucoup écrit sur les arbres et la forêt.

 

Brosse_Arbres de France.jpg

" Qui ne côtoie dans son jardin, dans les parcs ou la forêt voisine, l'un de ces arbres, représentant une centaine d'espèces. Jacques Brosse, amoureux et connaisseur des arbres de France, nous donne pour chacun d'entre eux leur portrait, leur histoire, leurs légendes et leurs propriétés.

Parmi les entrées du Dictionnaire : l'abricotier, l'amandier, l'aubépine, le cèdre, le cerisier, le cyprès, le figuier, le houx, l'if, le marronnier, le sapin, le platane, le pommier, le sapin, le sorbier, le tilleul, le tremble...

Au moment où les arbres sont de plus en plus menacés, tant par les phénomènes naturels que par les massacres de l'homme, il est grand temps de réapprendre à les aimer. "

14/04/2016

L'arbre du monde...

Les éditons du CNRS viennent de publier un essai de Patrice Lajoye intitulé L'arbre du monde - la cosmologie celte. Historien des religions et co-fondateur de la revue Nouvelle Mythologie comparée, Patrice Lajoye a notamment publié Fils de l'orage. Un modèle eurasiatique de héros (Lulu.com, 2012) et Perun, dieu slave de l'orage (Lingva, 2015).

 

Arbre du monde.jpg

" Les Celtes forment un groupe de peuples qui, jusqu’au moment de l’expansion de l’Empire romain, couvrait plus du tiers de l’Europe. Il ne s’agissait pas d’un ensemble réellement homogène, ni du point de vue de la culture matérielle, ni du point de vue linguistique.

Que sait-on de leur cosmologie, de leur religion ? Encore trop peu de choses : ils n’ont eux-mêmes que peu écrit sur leurs rituels, et les auteurs grecs et romains n’ont conservé de leur mythologie que quelques infimes fragments. L’ambition de ce livre est de mieux saisir leur cosmologie, en prenant comme sujet d’étude non pas un dieu ou un mythe, mais plutôt une figure mythologique particulièrement bien attestée en Europe comme autour de la Méditerranée : l’arbre du monde.

De nombreuses sources mentionnent en effet un culte rendu aux arbres. Mais quelles en sont les spécificités ? Quelle divinité hébergent-ils ? Quel rôle leur est-il conféré ? Et que peut-on en déduire sur les croyances et la théologie des Celtes ? C’est ce que cet ouvrage tâche de découvrir… "

11/07/2013

La douceur de l'ombre...

Les éditions Fayard ont récemment publié un essai d'Alain Corbin intitulé Douceur de l'ombre - L'arbre source d'émotion de l'Antiquité à nos jours. Spécialiste de l'histoire sociale et de l'histoire des représentations, Alain Corbin est l'auteur de nombreux essais et a participé à plusieurs ouvrages collectifs comme L'avènement des loisirs (Flammarion, 2001), Histoire du corps (Seuil, 2005-2006) ou Histoire de la virilité (Seuil, 2011).

 

Douceur de l'ombre.jpg

" Ils ont été sidérés par la présence de l’arbre. Ils ont éprouvé l’admiration, mais aussi l’horreur, inspirées par ce végétal souverain. Presque tous ont guetté, écouté, la parole de l’arbre. Certains ont espéré profiter de ses messages, en faire leur mentor. D’autres, plus rares lui ont déclaré leur amour. 
L’objet de ce livre est de suivre depuis l’Antiquité gréco-romaine ceux qui ont su « voir l’arbre » : Horace et Virgile, mais aussi Ronsard et La Fontaine. Par la suite, Rousseau, Goethe, Novalis et, en France, Chateaubriand, Hugo, Proust et Yves Bonnefoy, entre autres. Bien entendu, il y eut aussi des peintres. S’étendre sous les ombrages, s’y délasser, y méditer, s’enfouir dans le végétal, s’y réfugier, y grimper… À l’époque contemporaine, certains ont tenté d’incruster leur corps dans l’écorce, en espérant que le végétal ferait croître l’empreinte. À l’extrême, des moribonds ont souhaité que leur ADN soit transmis à l’arbre planté sur leur tombe. 
On le voit, c’est à une longue promenade que ce livre invite, à la rencontre de l’arbre champêtre, de l’arbre haie, de l’arbre isolé et sauvage comme de l’arbre domestique. Il s’agit ici de l’histoire des émotions éprouvées par des individus qui, au fil des siècles, possédaient les mots pour les dire. "