Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/09/2012

Richard Millet à l'émission "Ce soir ou jamais"...

Vous pouvez visionner ci-dessous un extrait de l'émission du 4 septembre 2012 de "Ce soir ou jamais", diffusée par France 3 et dirigée par Frédéric Taddéi, à laquelle était invitée Richard Millet, à l'occasion de la polémique suscitée par son dernier essai, Langue fantôme, publié aux éditions Pierre-Guillaume de Roux, qui contient un texte intitulé Eloge littéraire de Anders Breivik.  

21/03/2012

La tuerie de Toulouse et la haine...

Nous reproduisons ci-dessous les réflexions quont inspiré à Claude Bourrinet, sur le site de Voxnr, les tragiques événements de Montauban et de Toulouse.

 

Toulouse.jpg

La tuerie de Toulouse et la haine

Après la tuerie perpétrée par un homme en scooter dans une école juive de Toulouse, lâche assassinat de trois enfants et d’un professeur d’hébreu, la parole va être encore moins possible qu’auparavant. Non que le flot, légitime, des indignations et de l’émotion, ne va pas envahir l’espace public – nous aurons bien sûr tout ce qui est d’usage en la matière – mais il sera difficile de désembuer la logique, et d’adopter une pensée raisonnable.

Du reste, pourquoi ne pas, ici même, exprimer l’horreur qu’un tel acte suscite ? Le froid assassinat de trois (ou peut-être quatre) militaires français, à Toulouse et Montauban, ne pouvait que susciter la colère et l’écœurement. La première idée qui vint à l’esprit fut que ce geste relevait d’un terrorisme importé d’Afghanistan, malgré les dénégations des autorités. Cependant, l’origine maghrébine et antillaise des victimes laissait planer le doute, et paraissait plutôt désigner un acte raciste. Ce serait évidemment une circonstance aggravante, l’ignominie d’une exécution de sang froid suffisant au demeurant à disqualifier l’acte de l’assassin. Car si, par hypothèse, il avait été mû par des motifs partisans, il aurait été bien avisé de risquer sa peau et de combattre ses ennemis sur le théâtre même des opérations, au lieu de les supprimer comme un vulgaire criminel.

Toutefois, l’origine juive des victimes de lundi ne laisse guère de doute sur le racisme de ces actes. La probabilité d’un crime erratique, commis par un égaré, est à écarter.
Resterait bien sûr à définir la folie. Anders Behring Breivik, l’auteur du massacre de 70 participants, pro-palestinien, à Oslo, était-il aliéné ? On l’a plaidé lors de sa mise en accusation. Au fond, un geste qui dépasse la mesure humaine, qui oublie toute commisération, toute pitié, tout respect de la vie, d’autant plus que l’on a affaire à des êtres sans défense, fragiles et innocents, acte que les Romains appelait « scélératesse », acte monstrueux, n’est-il pas la manifestation d’une faille prodigieuse dans la perception de ce qu’est la condition humaine ? Pour que l’on dénie à autrui un minimum de respect dû à sa nature d’humain, il faut être soit aveuglé par la haine idéologique, soit beaucoup souffrir.

Les commentateurs de la tuerie d’Oslo n’ont évoqué les raisons politiques qui en sont l’origine que partiellement, en général pour mettre en cause l’ « extrême droite » européenne, terme générique assez flou, occultant le philo-sionisme de son auteur, et son occidentalisme virulent, et ne retenant que sa haine du multiculturalisme et sa xénophobie antimusulmane. Lorsqu’on se trouve devant ce type de d’acte démesuré, les raccourcis fleurissent, et la juste évaluation des choses s’estompe.

Notons en passant la multiplication de meurtres prémédités, de massacres froids, commis souvent par une personne isolée, dans le monde occidental, depuis quelques dizaines d’années. De la Finlande aux USA, d’Allemagne en Norvège, en France et ailleurs, des individus surarmés ont délibérément liquidé ceux qui se trouvaient en face d’eux. Leur appartenance politique, quand elle existait, était variée. Richard Durn, l’auteur du massacre du conseil municipal de Nanterre, était un militant écologiste, ancien membre du PS avant de rejoindre les Verts. Il était également militant de la Ligue des droits de l'homme (il était trésorier de la Ligue locale des droits de l'homme).

Peut-être faudrait-il, avant d’invoquer des sources archéo-idéologiques, se demander pourquoi une société qui se veut humaine, protectrice, évoluée, progressiste, engendre de tels monstres.

Il serait aussi judicieux, mais sans doute ne faut-il pas se laisser tenter par ce genre d’assimilation périlleuse, de souligner combien de tels massacres, de femmes, d’enfants, de civils, d’innocents, sont devenus le lot commun des populations du Proche et du Moyen-Orient, singulièrement depuis que l’impérialisme occidental se mêle d’y imposer la « civilisation ». Au fond, la mort de plusieurs centaines d’enfants, aussi bien palestiniens, durant l’opération « Plomb fondu », de janvier 2008, que libanais, pendant la guerre contre le Hezbollah, n’ont pas suscité le dixième de l’émotion ostentatoire, kippa vissée sur le crâne, de notre personnel politique, qui parade chaque année au Dîner du CRIF.

Mais rappelons-le, qu’on ne nous fasse pas dire ce que nous ne disons nullement : il est inqualifiable de comparer les morts innocentes. Bien qu’à vrai dire, les médias semblent toujours, explicitement ou implicitement, nous présenter, dans cet ordre sordide, deux poids, deux mesures.

Cela étant dit, je serais tout à fait en accord avec Jésus-Christ, lorsqu’il proclamait que le « royaume des cieux » était à ceux qui étaient comme les enfants. Malheur à qui s’en prend à eux ! Le tueur, à ce qu’il paraît, a poursuivi une enfant dans la cour pour l'abattre. Après ses premières victimes, d’après un responsable du CRIF, « il est ensuite entré dans la cour de l'établissement et a attrapé une enfant de 8 ans, la fille du directeur, pour lui tirer directement dans la tête ».

Voilà des faits qui suffisent pour ne pas hésiter une seconde à crier son horreur.
Mais après ce cri justifié ?

Ne nous faisons pas d’illusion : la politique reprendra ses droits. C’est même déjà fait. Le « philosophe » hystérique BHL est parti en chasse, avec la célérité peu philosophique qu’on lui connaît. Les autres vont lui emboîter le pas. On va encore fouiner dans les caves de l’ « idéologie » française, en occultant soigneusement que le sionisme est un nationalisme ethnique et messianique. On va procéder à toutes les réductions, et faire taire les critiques en jetant anathèmes, excommunications, accusations diffamatoires. Les discours de sagesse, qui demandent à ce que la justice s’applique partout, quelle que soit l’origine des uns et des autres, ne seront pas entendus. Désormais, la parole ne sera plus que celle des va-t-en guerre. Le tueur ne pouvait pas mieux rêver.

Claude Bourrinet (Voxnr, 20 mars 2012)

15/08/2011

Un terroriste très néo con...

Dans le numéro 72 de Flash, le journal gentil et intelligent, on s'intéresse au très étrange Anders Behring Breivik, puis on part crapahuter sur les cyber champs de bataille où la guerre fait rage. Pour nous remettre de nos émotions, Philippe Randa nous commente le hit parade de l'été - sexe, pognon et politique – avant de nous laisser partir faire la teuf avec Topoline à Saint Eustache, au concert de Pierre Henry ... Bonne lecture !

 

 

Anders Behring Breivik, Christian Bouchet, Clovis Casadue,barbouzes, Iran, CIA, Mossad, Cyberattaques, Troisième guerre mondiale, Marie-Claude Roy , Maurras, Action Française, François Marcilhac, Arnaud Guyot-Jeannin, Sexe, pognon, politique, Philippe Randa, Ramezanali Vashegani Farahani, Pierre Henry, techno, Saint Eustache, Topoline

 

Au sommaire :

 

Anders Behring Breivik, un terroriste très néo con : Christian Bouchet balaie les fantasmes et Clovis Casadue débusque les barbouzes

 

Purges des scientifiques en Iran : pas de vacances pour la CIA et le Mossad

 

Cyberattaques : la Troisième guerre mondiale fait rage ; Marie-Claude Roy se planque

 

Maurras (suite et fin) : qu'en dit-on à l'Action Française ? François Marcilhac se confesse dans ce numéro

 

Le pouvoir économique a-t-il totalement mangé le pouvoir politique ? Eléments de réponse avec Arnaud Guyot-Jeannin

 

Sexe, pognon et politique : le hit parade de l'été commenté par Philippe Randa

 

Culture iranienne ? L'intellectuel iranien Ramezanali Vashegani Farahani malmène les idées reçues

 

Pierre Henry : le père de la techno a fait trembler Saint Eustache ; Topoline y était

28/07/2011

Réflexions sur un carnage...

Nous reproduisons ci-dessous un très bon article de Jean Bonnevey, cueilli sur Metamag, le magazine de l'esprit critique, à propos de la tuerie de vendredi dernier en Norvège.

Sur le tueur, Jacques de Guillebon, dans un article publié sur le site Atlantico, dit des choses justes et résume le personnage en une formule saisissante :

"La mise en avant de ses références pseudo-chrétiennes, comme les croisades, les Templiers ou même, absurdité suprême, son passeport facebookien sur lequel les consommateurs de réseau sociaux déclarent leur appartenance religieuse, est d’évidence destinée à faire oublier le fond réel du personnage : si Breivik est fondamentaliste de quoi que ce soit, c’est plutôt du néolibéralisme.

Dans sa haine de soi, le bonhomme qui ne comprend pas pourquoi le doux commerce avec son ouverture irraisonnée des frontières a fini par se retourner contre lui-même, se prend à rechercher dans le passé toutes les figures d’autorité ou de force dont une époque insensée l’a privé, avec tous ses commensaux européens. Breivik, c’est au final, un personnage de Dantec qui assassine en masse ses contemporains perdus pour ne pas devenir un héros de Houellebecq. Pas grand chose de plus."

 

On lira aussi avec intérêt la mise au point de Laurent Ozon sur son blog politique après la polémique suscitée par certains de ses propos, évidemment tronqués, à propos de l'affaire d'Oslo...

 

 

Anders Behring Breivik.jpg

 

Réflexions sur un carnage

Il est bien trop tôt, et cela risque d’être valable un certain temps, pour analyser, comprendre et tirer toutes les leçons du terrible carnage norvégien. Au-delà de l’horreur et de l’indignation. Il y a cependant, déjà, des enseignements.

Le premier est justement de ne pas parler trop vite. Dès l’annonce de l’explosion, avant même la fusillade, dont on ignorait la portée, l’Otan, Obama et Sarkozy ont dénoncé. Il est bien évident que, sans le citer, ils désignent alors clairement le terrorisme islamique. Dans les premiers communiqués, la Norvège aurait été visée comme pays membre de l’Otan qui participe aux guerres d’Afghanistan et de Libye, et se protège moins que d’autres.

Cela est révélateur d’une psychose et d’une inquiétude des services occidentaux. La menace d’Al Qaïda bien sûr. Mais ils redoutent manifestement, aussi, un terrorisme pour soutenir Kadhafi. Pour le moment, cela ne s’est jamais produit ,pas plus que pendant les guerres de Serbie ou d’Irak.

Le second enseignement est le soulagement idéologique des médias. Dès qu’on a su que l’auteur présumé de l’attentat était un Norvégien, blond et aux yeux bleus, sa photo est apparue partout, avant même que son identité ne soit confirmée par la police. Il n’a pas été longtemps présumé et ses origines raciales ont été plus qu’exploitées, pour bien marteler qu’il ne s’agissait pas d’un attentat islamiste. Les médias, qui refusent la notion d’Européens « de souche », la redécouvrent quand il s’agit d’un terroriste.

Premières contradictions

Troisième enseignement : l’amalgame. L’indignation générale exploite cet acte horrible pour discréditer des mouvements populistes, qui montent, partout en Europe. C’est la stratégie de l’amalgame, que l’on refuse quand il s’agit de l’Islam. Mais elle devient légitime quand il s’agit de chrétiens. Là encore, un chrétien fondamentaliste, anti-musulman, ne peut être assimilé à la droite identitaire dans son entier. Et il faut se méfier, car on ne sait pas tout sur ce criminel de masse. C’est peut être un « fou de Dieu », mais peut être aussi un laïc extrémiste.

S’il se décrit, sur Facebook, comme «chrétien » et « conservateur » -ce qui n’est guère original en Norvège- en revanche, dans ses activités, il n’évoque aucune pratique religieuse, mais seulement son appartenance… à la franc-maçonnerie. Ce qui est, tout de même, moins courant! Il appartiendrait à la loge John Piliers (« Søilene », sur le site de laquelle figure en effet comme adhérent un certain Anders Behring). Pourquoi ce fait, peu compatible avec le « fondamentaliste chrétien », et, en tout cas, troublant, n’est-il pas mentionné ?

Quatrième enseignement : un raté très organisé. Le tueur va être présenté par des psychiatres, en paquets serrés, comme un raté se vengeant de sa nullité. Si ce type de passage à l’acte est, effectivement, révélateur de troubles mentaux, il n’est pas exclusif d’une certaine lucidité. Le tueur a préparé son acte, avec minutie, depuis 2009 et le résultat a été épouvantablement efficace. On a même du mal à croire qu'il ait pu agir seul.

Des objectifs ciblés

Cinquième enseignement : la cible. Si l’on admet qu’il s’agit d’un geste raciste et anti-musulman d’une fureur de souche, la cible est intéressante. L’homme n’a pas mitraillé une mosquée, ni un rassemblement d’immigrés. Il s’en est pris au parti au pouvoir, jugé par lui comme traître à sa race et à son pays, au parti immigrationiste travailliste favorisant l’immigration, comme les jeunes militants, rescapés de la tuerie et interviewés, le prouvent amplement.

Un geste qui, dans cette hypothèse, prétend alors dénoncer une immigration-islamisation par des partis voulant s’assurer une base électorale d’origine étrangère, Et n’a pas visé les immigrés en tant que tels, mais les responsables de la politique multiculturaliste et ceux qui y participent.

Sixième enseignement : autoportrait. Le terroriste admet qu’il sera considéré comme le pire des monstres norvégiens, depuis la Deuxième guerre mondiale. Il reconnaît la cruauté de son acte si bien préparé.  Personne ne dira le contraire. Il se voit aussi comme un éveilleur. Là, il se trompe certainement, totalement.

Dernier enseignement plus général : à quoi sert le terrorisme ? Il sert a semer la terreur pour détruire un ennemi détesté : puissance étrangère ou son propre gouvernement. Mais cette idéologie du terrorisme, depuis Cadoudal jusqu’à Netchaïev, Carlos ou Abou Ali Mustafa, échoue le plus souvent. Le terrorisme contemporain révèle cependant, un problème de fond : humiliation du monde musulman ou désespoir identitaire. Deux frustrations qui se rejoignent dans les tensions nées de l’immigration et de la mondialisation capitaliste.

Il y a bien des leçons à tirer de l’horreur norvégienne, mais pas trop vite. Et en évitant amalgame grossier ou exploitation politicienne qui ne peuvent qu’occulter l’esprit critique. Ceux qui veulent lutter contre l’immigration ne peuvent être assimilés à un délire meurtrier, même préparé et justifié avec la lucidité d’une folie organisée. Pas plus que les chrétiens fondamentalistes ou les laïcs radicaux. Sinon, il faudrait accepter toutes les confusions, même celles concernant l’Islam, à cause justement du terrorisme qu’il engendre.

Jean Bonnevey (Metamag, 24 juillet, 2011)

25/07/2011

Le double attentat d'Oslo : ce qu'il cache et dévoile...

Nous reproduisons ci-dessous une analyse par Claude Bourrinet du double attentat d'Oslo, établie à partir des éléments d'appréciation disponible à la date de sa rédaction. Ce texte a été publié initialement sur Europe Maxima...

 

anders-behring-breivik 2.jpg

 

Attentat d'Oslo : ce qu'il cache et dévoile

Le double attentat d’Oslo, du 22 juillet 2011, qui a fait près d’une centaine de morts, et a touché le centre du pouvoir norvégien ainsi que le Parti travailliste, soutien du gouvernement, n’a pas fini de provoquer des ondes, qui ne seront pas toutes policières. En effet, l’identité du terroriste, celle du pays visé et l’imbroglio politique dans lequel l’Europe s’emmêle actuellement, du fait de l’impuissance des États à affronter les périls de l’heure, et de celui, concomitant, de la montée des populismes, notamment dans les pays du Nord, vont susciter des bouleversements probablement considérables.

On notera tout d’abord que le type de massacre perpétré par Anders Behring Breivik est différent de certains qui ont marqué les esprits occidentaux récemment. Certes, il y eut bien, aux U.S.A., l’attentat d’Oklahoma City, perpétré en 1995 par un militant d’extrême droite, mais, finalement, il est différent (si l’on excepte également, mais c’est une autre histoire ! le 11 septembre) de toute une série de tueries, tant en Amérique qu’en Europe, qui ont été commises par des individus isolés. Celui de septembre 2007, par exemple, dont l’auteur était un Finlandais de 18 ans, Pekka-Eric Auvnen, s’était conclu par un suicide, fin assez fréquente pour ce genre d’action destructrice, et on avait souligné combien ce jeune homme était « normal », comme bon nombre de cas identiques : bon élève, sans histoire, très « branché », blanc, intégré dans une société assez austère.

On pourrait mettre en parallèle, dans la plupart de ces cas, la dilection pour le virtuel, Internet, les jeux vidéo. Il est certain que l’expression par ces médias virtuels encourage le narcissisme, la paranoïa ou la mégalomanie, dans l’impression qu’il donne d’être le centre du monde et de détenir une puissance surdimensionnée. D’autre part, Facebook permet de s’expliquer, de « faire passer des messages », ce qui peut faciliter une expansion d’un moi, qui aurait peut-être été tenu dans des proportions raisonnables autrement. C’est sans doute cette sensation de dilatation de l’ego qui se produit lorsqu’on s’adonne aux jeux vidéo ultraviolents. On tue des dizaines de personnes sans qu’une inhibition jugule la jouissance destructrice. Il n’est parfois qu’un pas pour passer du virtuel au réel, ce dernier d’ailleurs prenant subrepticement les caractéristiques du premier, un mort n’ayant plus, in fine, les attributs de la vraie mort.

Ce qui frappe au demeurant, dans ce genre d’action effroyable, c’est l’absence de sens moral, de compassion pour les victimes et leurs proches. Les témoins soulignent souvent le sang froid, la rigueur méthodique avec lesquels ils perpétuent leurs crimes. Un pilote de bombardier doit éprouver, sans doute, le même état d’esprit, à 15 000 mètres de hauteur.

Aussi, le jeune Norvégien qui vient de massacrer plusieurs dizaines de personnes, préparait-il son geste depuis deux ans. Tout était calculé, il en avait donné les raisons dans un document de 1500 pages datant de l’automne 2009. Il avait aussi réalisé une vidéo de propagande d’une dizaine de minutes.

Ce qui différencie cependant ce massacre de certains autres, ce sont les motivations idéologiques. Anders Behring Breivik, qui se présente, sur une photographie, vêtu d’une panoplie de franc-maçon, se réclame du fondamentalisme chrétien, et revendique un combat radical contre le multiculturalisme, l’islam, l’immigration. Il appartient donc à cette mouvance émergente, appelée populiste, qui, des Pays-Bas de Geert Wilder à la Suisse d’Oscar Feysinger, est l’événement politique majeur de ces dernières années. Cette « extrême droite » s’affiche volontiers comme libérale, pro-sioniste, antimusulmane, identitaire, atlantiste, occidentaliste.

Étrangement, la police, qui doit en savoir assez sur le coupable, n’évoque nullement Israël dans les motivations qui auraient pu l’inciter à commettre son geste. Pourtant, il est essentiel de rappeler ce que représente la Norvège par rapport au problème palestinien.

En 2009, l’opération « Plomb fondu », menée criminellement par les forces d’occupation contre le camp de concentration de Gaza, a suscité l’indignation dans la population norvégienne, au point que 40 % de celle-ci étaient favorables à une grève générale de soutien aux Palestiniens.

Le 5 septembre de la même année, la ministre norvégienne des Finances, Kristin Halvorsen, prend la décision de retirer les investissements norvégiens de la société israélienne Elbit Systems à cause de « son implication intensive dans la construction de la barrière de séparation ».

Le 1er octobre 2010, la Norvège interdit des exercices de sous-marins israéliens : les deux sous-marins israéliens qui devaient démarrer une série d’exercices au sud de la Norvège ne pourront pas stationner à la base navale de Markiva comme c’était prévu initialement. Ce refus norvégien intervient après une décision des autorités de suspendre les exportations de matériel militaire vers l’État hébreu.

Le 18 février 2001, l’ambassade Israélienne à Oslo a reçu une notification officielle du gouvernement norvégien, formulant que l’ambassade devait trouver un autre site d’ici 2012. En effet, elle perturbe les riverains qui craignent pour leur sécurité. Un membre du ministère des Affaires étrangères a déclaré que les « autorités norvégiennes avaient capitulé devant l’opinion public hostile à Israël ».

Le 24 juillet 2011, le professeur Alan Dershowitz, avocat américain qui enseigne le droit à l’université d’Harvard, invité par le I.C.E.J. (International Christian Embassy in Jerusalem) a essuyé un refus lorsqu’il a demandé de rencontrer les dirigeants norvégiens. Il n’a pas été non plus autorisé à donner une conférence dans les universités d’Oslo et de Trondheim, en raison de ses prises de position en faveur d’Israël. Il a lu en public une pétition rédigée par des professeurs norvégiens, appelant au boycott d’Israël.

Le 24 juillet, la Norvège, par la voix du Premier ministre Jens Stoltenberg, juge « inacceptable » l’assaut de l’armée israélienne et réclame une enquête internationale indépendante, ajoutant que l’ambassadeur israélien à Oslo a été convoqué.

Le 18 juillet, le ministre norvégien des Affaires étrangères avait estimé lundi que la candidature de la Palestine aux Nations unies était « tout à fait légitime ».

Évidemment, ces faits et prises de positions ne sont ni des preuves d’implication, ni même des éléments de suspicion, bien qu’on puisse les voir comme des indices concordants.

Maintenant, il est évident que les gouvernements européens en place vont profiter de l’aubaine pour accroître le contrôle et la répression des mouvements contestataires. C’est de bonne guerre. On ne regardera pas de trop près les différences entre les diverses sensibilités qui les constituent, entre ceux qui combattent pour une Europe authentique, libérée du joug atlantiste, et ceux qui mènent un autre combat, plus que douteux.

Claude Bourrinet (Europe Maxima, 24 juillet 2011)

Logique du massacre ?...

Anders-Behring-Breivik.jpg

Anders Behring Breivik a réussi...

En quelques heures, celui que ses anciens collègues de travail dépeignent comme poli, courtois et timide a assouvi son fantasme de puissance en assassinant 93 de ses concitoyens et est devenu le Norvégien le plus célèbre du monde. Le manifeste de ce franc-maçon illuminé, qui  se présente comme un chrétien conservateur churchillien, libéral en économie, adversaire du marxisme, du multiculturalisme et de l'islam, va être lu par des millions de personnes et son geste suscitera sans doute l'admiration de quelques dizaines de cinglés de par le monde...

Un livre, publié en 2010 aux éditions Inculte et intitulé La logique du massacre, s'est intéressé à ces tueurs de masse et à leurs derniers écrits...

Logique du massacre.jpg

Le 20 avril 1999, deux adolescents s’introduisent dans leur lycée, et assassinent froidement une dizaine de leurs camarades et professeurs. Avec « le massacre du lycée Columbine », le monde entier découvre les mass murderers (tueurs de masse), qui échappent aux typologies médiatiques et psychologiques habituelles. Ces drames inspireront des réalisateurs comme Michael Moore et Gus Van Sant.

D’une violence extrême, ces événements sont souvent traités par les médias de manière sensationnaliste. Aucun ouvrage en France ne s’est encore penché sur ce phénomène. Les documents bruts retranscrits dans La Logique du massacre (journaux intimes, blogs, lettres, etc.) révèlent le besoin de ces meurtriers d’être compris. Ils y expriment leur inadéquation au monde, à travers une parole politique désespérée, radicale et confuse, et/ou l’expression d’une intense frustration sexuelle et sentimentale.

Ce recueil permettra au lecteur de saisir ce que ces hommes ont en commun, et ce qu’ils disent de notre société. Il contient des textes qui sont la retranscription exacte de journaux intimes, lettres ou blogs de tueurs de masse. Avec entre autres :
Journal de Richard Durn
Lettre de Marc Lépine
Lettre de Michael Mc Lendon
Lettre de Robert Hawkins
Retranscription des vidéos de Cho Seung-Hui (Virginia Tech)
Journal d’Eric Harris (Columbine)
Journal de Dylan Klebold (Columbine)
Journal (1993-2001) de Valery Fabrikant
Journal de Georges Sodini